Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Une si belle rencontre

Le récit de ma rencontre avec Amanda, belle femme mûre de quarante-cinq ans, qui marque le début d’une relation passionnelle dans laquelle nous allons nous adonner tous deux aux délices du sexe. Bonne lecture !

Proposée le 31/08/2020 par Hermes

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Jeu érotique
Personnages: FH
Lieu: A la maison, intime
Type: Roman


Le mois de Mai débutait et avec lui la première grande vague de mariages de l’année. J’étais concerné. Pas en tant que marié, bien sûr, car à tout juste vingt-neuf ans, je me voyais encore pendant quelques années profiter de la liberté du célibat. Brun aux bleu yeux, de taille moyenne, j’entretenais mon physique avec des séances régulières de natation, de jogging et de temps à autre de quelques exercices de musculation. J’avais plutôt un physique agréable et je comptais encore faire de nouvelles rencontres avant de m’engager sérieusement avec quelqu’un. Mais pour en revenir à notre histoire, j’étais présentement invité au mariage d’une amie d’enfance qui devait se dérouler au mois de Juin. Toujours est il que, en prévision de cet événement, je devais aller m’acheter un nouveau costume.

J’habitais Paris et ce n’était pas les boutiques de prêt-à-porter qui manquaient autour de moi. Quelques jours auparavant, j’avais par ailleurs aperçu un nouveau magasin de mode à quelques rues de mon domicile près de la piscine où j’avais l’habitude d’aller nager. Ce matin, je décidais de m’y rendre afin de voir si j’y trouverais mon bonheur.

Une fois entré dans le magasin, je me rendis à l’étage destiné aux hommes et n’eus aucun mal à trouver la section des costumes. Après avoir regardé quelques modèles, je commençais à désespérer quelque peu, faute de trouver quelque chose à mon goût. Finalement, alors que j’allais partir, un deux pièces de couleur bleue attira mon attention et je décidai d’aller l’essayer en cabine. A première vue, il semblait m’aller très bien mis à part un petit soucis au niveau de la fermeture éclair de la braguette qui se montrait quelque peu récalcitrante. Je décidai quand même de sortir de la cabine afin d’aller m’observer avec un peu plus de recul. Alors que je me regardais dans une glace, j’entendis une voix derrière moi :
- Il vous va a ravir !

Je me retournai et aperçu une vendeuse qui s’était approchée. Je lui donnai environ quarante-cinq ans. Un peu plus petite que moi, une chevelure brune mi longue, des yeux marrons et un je ne sais quoi dans son regard qui la rendait très charmante. Elle portait un complet noir avec un débardeur blanc, comme la plupart de ses collègues, ainsi qu’une paire de lunettes. Une chaîne en or avec un joli pendentif plongeait vers la naissance de sa poitrine. Elle était très élégante et une petite insigne sur son tailleur indiquait qu’elle se prénommait Amanda.

- Merci ! C’est le premier que j’essaye mais c’est vrai qu’il n’a pas l’air mal du tout. J’aime beaucoup cette couleur bleue qui sort un peu du traditionnel.
- Je suis ravie de vous l’entendre dire. Si vous avez besoin d’un petit conseil, n’hésitez pas.

Je m’observais encore pendant quelques instants puis me décidai pour ce costume. Cela me surprit grandement car je n’avais pas l’habitude d’acheter sans avoir au moins essayé trente six modèles différents. Comme la vendeuse était encore à proximité, j’en profitai pour lui faire part du petit problème que j’avais noté :
- Par contre, en auriez vous un autre en réserve ? Celui-ci a un petit défaut au niveau de la fermeture éclair.
Elle me répondit qu’elle allait vérifier tout de suite. Alors qu’elle s’éloignait, mon regard fut attiré par sa démarche mettant joliment en valeur ses fesses. Je restai rêveur à les contempler l’espace de quelques secondes.

Quelques minutes plus tard, en la voyant revenir les mains vides, je compris qu’elle n’avait rien trouvé et fut un peu contrarié.
- C’est dommage… Pour une fois que je m’étais décidé… Il me plaît vraiment beaucoup.
Elle me regarda et parut compatir.
- Oui, c’est une nouvelle collection qui a eu beaucoup de succès. Laissez-moi regarder, je vais voir si je peux faire quelque chose.
Amanda s’approcha puis s’accroupit devant moi.
- Vous permettez ?
Je lui fit oui de la tête. Ses mains se posèrent au niveau de la fermeture éclair puis elle essaya de débloquer le zipper qui se retrouvait coincé au beau milieu de celle-ci. Sans succès. Toutefois, comme il n’y avait actuellement aucun autre client à recevoir, elle décida de continuer et redoubla d’efforts.

Pendant plusieurs instants, ses doigts s’activèrent au niveau de mon entrejambe, tout près de mon boxer. Évidemment, ceci ne me laissait pas indifférent, bien au contraire ! C’est ainsi que quelques instants plus tard, je ne pu contrôler un joli début d’érection qui se manifestait en tendant progressivement la toile gris anthracite de mon sous-vêtement. En outre, la vue plongeante dont je bénéficiais sur son décolleté laissant entrevoir le sillon de sa jolie poitrine n’arrangeait en rien les choses… Je ne pu m’empêcher d’imaginer mes mains posées sur ses seins nus et occupées à les malaxer sensuellement… Malgré tous mes efforts, il m’était impossible de penser à autre chose. Et l’inévitable arriva, après quelques secondes, une vigoureuse érection se dessinait ostensiblement à travers mon boxer. Je me demandais si elle s’en rendit compte mais je sentis bien vite le contact du dos de sa main venir frôler le tissu de mon boxer du fait des nouvelles proportions prises par celui-ci.

Bien qu’Amanda paraissait concentrée sur sa tâche, je perçu son visage s’empourprer très légèrement. Avait-elle remarqué quelque chose ? Elle continuait néanmoins à essayer de décoincer ce zipper bien capricieux mais ne pouvait plus ignorer la belle bosse qui tendait maintenant mon boxer telle une pyramide et qui commençait à poindre hors de l’ouverture située au niveau de la braguette. Ses mains pénétraient à travers cet espace et venaient effleurer à plusieurs reprises mon boxer plein à craquer au travers duquel elle ne devait avoir aucun mal à discerner les contours bien marqués de mon pénis et de mes bourses. Un sourire naissant au coin de ses lèvres me rassura sur le fait que la situation ne semblait pas la gêner. Il me sembla même que le dernier contact que je ressentis ne fut pas si anodin que cela car j’eus la sensation que ses doigts imprimèrent une légère caresse sur la toile toute tendue de mon boxer comme pour la palper délicatement. Je me surpris alors à fantasmer à nouveau sur sa poitrine et la vue de son petit pendentif situé à la naissance de ses seins me donna des idées. Je n’eus aucun mal à imaginer mon sexe à sa place, allant et venant lentement entre ses seins qu’elle comprimait sensuellement autour…

Je fut soudainement tiré de mon rêve par sa voix.
- Je suis désolée mais je n’y arrive pas, dit-elle en se relevant. Par contre, j’ai réussi à faire bouger un peu le zipper et cela est donc … très prometteur, continua-t-elle avec à nouveau un petit sourire. Si vous voulez bien, je vais garder le pantalon et voir ce que je peux faire. Est-ce urgent ?
- Non, non, dis-je après avoir rougi quelque peu suite à son allusion. Je peux attendre quelques jours. J’en ai besoin pour un mariage qui a lieu dans trois semaines.
- Très bien. Dans ce cas, je vais prendre vos coordonnées et je vous avertirai lorsqu’il sera prêt.

Je retournai me changer dans la cabine d’essayage et allai la rejoindre à la caisse en lui remettant le costume. Je lui donnai mon numéro de téléphone afin de pouvoir être contacté et pris congé, non sans avoir échangé un dernier sourire avec elle.

Je devais retrouver des amis ensuite et passer le restant de la journée avec eux. J’avoue toutefois que le petit épisode du matin m’avait bien excité et je ne cessais d’y penser. Cette nuit là, je pensai longuement à une scène torride avec Amanda dans la cabine d’essayage tout en caressant doucement mon sexe tout en érection à ces pensées.

Le surlendemain, j’eus la surprise de recevoir le SMS suivant : «  Bonjour ! Je vous contacte pour votre costume. J’ai réussi à régler le problème. Aujourd’hui je ne travaille pas mais j’ai votre costume avec moi. Voudriez-vous venir passer le prendre à mon domicile ? J’habite près du magasin. Amanda ». Je me réjouis à l’idée de la revoir et de plus, à son propre domicile. Je m’empressai de lui répondre : « Bonjour Amanda, c’est une excellente nouvelle ! C’est d’accord, je passerai ce soir vers 19h. Merci encore ! Kevin ». Elle me répondit en m’indiquant son adresse et le rendez-vous fut convenu pour le soir même.

Je ne pu penser à autre chose durant les heures qui suivirent. La fin de la journée approchant, je pris le temps de me préparer pour cette visite et choisis d’y aller en pantalon en toile couleur crème et en chemise blanche à manches courtes légèrement entrouverte sur le haut de mon torse. Enfin, le moment de sortir arriva et vers 19h je sonnai à l’adresse indiquée.

Amanda m’ouvrit et m’accueillit avec un grand sourire. Les notes fruitées de son subtil parfum me séduisirent instantanément. Elle portait une très jolie robe d’été bleu ciel avec de fines bretelles et un décolleté pigeonnant un brin osé qui mettait son buste très en valeur. Je pouvais d’ailleurs deviner que sa poitrine était libre de tout soutien-gorge. Elle avait également de jolies sandales d’été blanches ainsi qu’une petite chaîne dorée autour de sa cheville droite. Par contre, elle ne portait plus de lunettes et ses paupières étaient légèrement fardées de bleu, ce qui lui donnait une touche de séduction supplémentaire.
- Bonsoir, me dit-elle en ouvrant la porte. Venez, entrez !
- Merci ! Très jolie robe, lui dis-je en entrant.

Elle sourit à nouveau et je pénétrai à l’intérieur de son appartement qui me parut tout de suite très accueillant. Nous étions dans la pièce principale qui faisait office de cuisine et de séjour et qui comprenait un coin salon avec un petit canapé. Je n’en étais pas sûr mais j’eus l’impression qu’elle vivait seule.
- Voici votre pantalon, me dit-elle en me le tendant.
- Merci ! Je ne vous ai pas donné trop de travail, j’espère ?
- Non, ça a été car j’avais le matériel nécessaire ici. Par contre, j’aurais aimé que vous le passiez afin de voir si la réparation va tenir. Si vous voulez, vous pouvez aller dans la salle de bain vous changer.
Elle m’indiqua une porte sur la gauche dans le couloir. Je fus un peu pris au dépourvu.
- Euh, très bien. Je reviens tout de suite.

J’allai m’isoler dans la salle de bain pendant qu’elle m’attendait au salon. J’ôtai mon pantalon et enfilai celui du costume. Effectivement, je pu fermer la fermeture éclair sans problème cette fois-ci. Je me regardai dans la glace et fus satisfait de mon apparence. A ce moment, j’entendis la voix d’Amanda à travers la porte :
- Vous prendrez un petit quelque chose ? J’allais juste me servir un petit verre quand vous êtes arrivé…
Je fus quelque peu surpris par cette proposition mais acceptai avec plaisir.
- Ah, merci ! Je prendrai la même chose que vous !

Je me réjouis de cette invitation et repensai à Amanda, très séduisante dans sa petite robe estivale. Apparemment, elle voulait plaire et le résultat était là. Je décidai de la suivre dans cette voie et déboutonnai un bouton supplémentaire de ma chemise, de façon à dévoiler quelque peu le haut de mon torse. Qui sait quelle tournure allait prendre cette petite visite ? Je souris en songeant à de multiples éventualités puis je sortis de la salle de bain pour retourner au salon.
- Me voilà ! dis-je alors qu’elle nous servait deux verres de vin rosé sur la petite table du salon.
- Parfait ! répondit-elle en me contemplant du regard. Vous aurez un succès fou à ce mariage !
Je rougis quelque peu.
- Tout le mérite vous revient, lui dis-je finalement en souriant.
Elle s’était assise sur le canapé et m’invita à venir en faire autant. Quelques tomates cerises nous attendaient également sur la table.
- Venez-vous asseoir et trinquons !

Je vins prendre place à ses côtés et nous choquâmes nos verres, les yeux dans les yeux. Pendant que nous buvions cette première gorgée de vin frais, je surpris son regard errer quelques instants sur ma chemise entrouverte. Je n’eus alors plus aucune gêne à en faire de même et mes yeux contemplèrent avec envie le haut de ses seins exposés par son généreux décolleté.

Nous reposâmes nos verres et entamèrent une conversation sur nos vies respectives. Amanda était divorcée depuis bientôt six mois et avait deux enfants dont elle avait la charge mais qui étaient actuellement avec leur père. Je lui parlai à mon tour de mes études en gastronomie et de mes projets d’intégrer un restaurant renommé et pourquoi pas un jour d’ouvrir le mien. Elle parut très réceptive et attentive à tout ce que je lui disais. Je savourais littéralement ce moment. Sa conversation était très agréable et elle-même était exquise. Du reste, certains de ses mouvements faisaient un peu bailler sa robe et cela contribuait à stimuler chez moi un début d’érection que je m’efforçais de dissimuler. J’observais de temps à autre ses lèvres s’arrondir pour venir croquer sensuellement une tomate cerise et je me plus à imaginer le jus du fruit venant gicler contre son palais.

Nos verres furent bientôt vides et Amanda les remplit à nouveau. Lorsqu’elle reposa la bouteille sur la table, je notai qu’elle se rassit plus près de moi. Nous trinquâmes une fois de plus et alors que je m’y attendais le moins, elle me demanda si la réparation qu’elle avait fait sur mon pantalon me satisfaisait.
- Euh… Oui, ça me semble parfait, lui répondis-je un peu embarrassé.
Elle reposa son verre et approcha ses mains de mon entrejambe.
- Puis-je m’assurer que tout fonctionne bien ? me demanda-t-elle avec un petit sourire.

Je lui fis signe de la tête. En deux temps trois mouvements, je sentis mon pénis prendre des proportions… disproportionnées. Ses doigts attrapèrent le curseur de la braguette et le tirèrent lentement sur toute la longueur de la fermeture éclair. Au fur et à mesure que le zipper s’ouvrait, elle mit ainsi à jour mon boxer qui apparut, une nouvelle fois, tendu à l’extrême. Elle avait l’air amusée par ce petit jeu. Elle arriva à la fin du zipper et découvrit ainsi une énorme bosse déformant mon sous-vêtement sur toute sa longueur.
- Eh bien, vous avez l’air très en forme ! Comme avant-hier dans le magasin, d’ailleurs… me dit-elle avec un brin de malice.

Ma respiration s’accéléra et sur le moment je ne sus que répondre. Je repris quelque peu mes esprits et me justifiai.
- J’avoue que vous ne me laissez pas indifférent… Bien au contraire !
Ma réponse l’encouragea et elle vint caresser délicatement du bout des doigts ma verge sur toute sa longueur à travers la toile de mon boxer. En réaction, celle-ci fut prise de soubresauts et tenta de se redresser tant bien que mal en dépit de la pression du tissu.
- Il me semble que tu es un peu à l’étroit, dit-elle en se rapprochant de moi sur le canapé.

Ce passage au tutoiement me mit en confiance et, reposant mon verre, je déboutonnai le haut de mon pantalon et le fit glisser le long de mon bassin afin de me mettre plus à l’aise. Je mis alors à jour un boxer bleu marin à fines rayures blanches au travers duquel se dessinaient nettement la forme de ma queue et de mes bourses. Amanda en repassa les contours du bout des doigts.
- Quel joli paquet, me chuchota-t-elle sur un ton sensuel.
J’écartai les cuisses afin de le mettre plus encore en évidence. J’étais au comble de l’excitation. Je me rapprochai d’elle et nos visages se touchaient presque. Nous nous contemplions tous deux les yeux illuminés par le désir. Soudain, sa main se referma sur mon sexe et le pressa énergiquement alors qu’elle se passa la langue sur les lèvres. Je respirai de plus en plus vite et fermai les yeux en gémissant de plaisir :
- Hummm... Comme j’aime ça !

Quelques secondes plus tard, je rouvris les yeux et sans hésiter, vins l’embrasser goulûment à pleine bouche. Ce premier baiser fut torride et nos bouches s’entre-dévorèrent pendant une bonne minute sans aucun répit. Nos lèvres finirent par se séparer encore toutes humides de nos salives respectives. Amanda me pressa alors les couilles à travers la toile de mon boxer et me fit à nouveau gémir de plaisir. Elle s’abandonna alors en fermant les yeux et laissa tomber sa tête en arrière. J’en profitai pour venir embrasser passionnément et longuement son cou ainsi exposé avant de venir lui mordiller doucement l’oreille. Elle gémit à son tour :
- Hummm... J’aime tes baisers !

Amanda déboutonna ma chemise et passa sa main sur mon torse qu’elle caressa longuement.
- Plutôt sportif à ce que je vois…
Je l’embrassai à nouveau passionnément.
- Oui, j’essaie de m’entretenir autant que possible…
Je fis glisser les fines bretelles de sa robe et mis à jour ses jolis seins dont les tétons proéminents étaient cernés de belles aréoles brunes. Je les admirai l’espace d’un instant.
- Ils sont superbes…
- Vraiment ? me demanda-t-elle comme pour en être sûre.
- Je les adore !

Sur ce, je vins embrasser avidement son sein gauche sur toute sa surface tout en malaxant simultanément le droit. Ensuite je vins me régaler de son téton en le suçotant longuement. La tête à nouveau renversée en arrière, Amanda haletait de plaisir, aussi je prolongeai mes caresses buccales et tactiles sur sa poitrine pendant plusieurs minutes.

Délaissant ses seins quelques instants, je revins à hauteur de son visage et nous nous perdîmes à nouveau dans un baiser intense et prolongé. Sa main descendit le long de mon torse pour atteindre la lisière de mon boxer.
- Voyons voir ce que nous avons là… annonça-t-elle en écartant délicatement la bande élastique de mon sous-vêtement et en l’abaissant tout doucement.

Ma verge qui ne tenait plus en place depuis un bon moment déjà put enfin se déployer de tout son long tel un diable sortant de sa boîte. Mon gland violacé et bien décalotté apparaissait tout gonflé d’excitation. Amanda contempla mon membre pendant quelques instants en se mordillant les lèvres.
- Quel beau morceau... ! finit-elle par dire en employant le même ton sensuel que précédemment.

Sa main se posa sur mon pénis et elle commença à me branler tout doucement. Ma respiration s’accéléra à nouveau sous l’effet de ses caresses.
- Hummm... J’adore ça…
Mon gland commença à suinter de liquide séminal. Amanda le toucha du bout du doigt puis porta celui-ci, gluant, à ses lèvres pour le sucer lentement.
- Je n’y tiens plus, finit-elle par dire. Il faut absolument que je l’essaye !

Sur ce, elle se leva et fit glisser d’un geste sa robe estivale qui tomba par terre en une fraction de seconde. Elle se retrouva ainsi seins nus avec uniquement un string noir en dentelle et ses sandales d’été. Terriblement excitante.

Elle m’enjamba alors face à moi puis écarta nonchalamment son string sur le côté et s’abaissa lentement jusqu’à ce que son vagin engloutisse entièrement ma verge toute en érection. Je notai la présence d’une petite toison brune sur le haut de son sexe.
- Humpf... Je la sens bien ! finit-elle par dire lorsqu’elle eut complètement enfourché ma queue.

J’émis moi aussi un râle de plaisir lorsque mon pénis se cala dans son sexe. Mes mains se posèrent sur ses hanches que je tenais fermement. Amanda commença à monter et descendre lentement sur mon pénis puis accéléra progressivement le rythme. Le spectacle de sa poitrine libre et rebondissant devant moi à chaque montée et descente attisait mon excitation. De temps en temps, une de mes mains délaissait ses hanches pour venir presser un de ses seins. Elle commença à manifester son plaisir à travers des gémissements réguliers.
- Hummm... Oui ! Continue comme ça !

Encouragé, je redoublai d’effort et accélérai le rythme. Son vagin pompait littéralement mon pénis puis après quelques minutes, les sécrétions émanant de nos deux sexes surexcités commencèrent à produire des bruits de succion de plus en plus audibles. Je sentais mon pénis en pleine érection remplir complètement son vagin chaud et gluant à chaque passage et ceci me provoquait une sensation de plaisir indescriptible. Amanda était également en train de prendre son pied comme en attestait ses gémissements de plus en plus sonores.
- Que c’est bon... ! Quelle pine… ! Enfonce-la moi bien... !

Je m’exécutai, posai mes mains sur ses fesses et lui envoyai plusieurs vigoureux coups de queue qui lui arrachèrent d’intenses râles de plaisir. Je sentis son vagin se contracter autour de ma verge et l’enduire abondamment de cyprine.

Épuisés, nous nous relâchâmes l’espace de quelques instants. Nos respirations étaient encore soutenues et nos corps en sueur. Amanda se leva ensuite, démoulant mon sexe encore tout dur et tout enduit de ses sécrétions vaginales. Elle vient m’embrasser sensuellement, fit volte-face et enfourcha à nouveau mon sexe, cette fois-ci en me présentant son dos. Je posai mes mains fermement sur sa taille et nous repriment nos ébats. Ses fesses rebondies dansaient devant moi et engloutissaient mon pénis à un rythme de plus en plus soutenu. De temps à autre, j’attrapai un de ses seins pour le masser ou bien lui fourrai un doigt dans la bouche qu’elle suçait avidement. Nos gémissements se firent plus intenses et se confondirent rapidement.
- Oui... ! Ne t’arrête pas... ! cria-t-elle. Je jouis... !

Je la sentis alors atteindre de multiples orgasmes répétés alors que des flots de cyprine recouvrirent mon sexe lui aussi au bord de la jouissance. Ne pouvant plus tenir, je l’en avertis entre deux gémissements :
- Hummm... Je vais bientôt jouir !

Sur ce, Amanda souleva son bassin pour en extirper ma queue qu’elle plaça devant son bas-ventre. Toujours assise à califourchon sur moi, elle tenait mon pénis par la base, en le décalottant bien pour préparer mon orgasme. Celui-ci ne se fit pas attendre et les premiers jets de sperme jaillirent avec une telle intensité qu’ils giclèrent jusque sur ses seins. Mon orgasme dura une quinzaine de secondes et les jets suivants aspergèrent son bas-ventre par saccades.
- Eh bien ! dit-elle quelques instants plus tard, en observant le résultat de mon abondante éjaculation sur sa poitrine et son bas-ventre. C’est toujours comme ça ?
- En général oui, répondis-je un peu amusé.

Elle me sourit. Nous nous embrassèrent longuement puis restâmes quelques instants lovés dans le canapé pour récupérer de nos efforts.
- C’était bon ? lui demandai-je.
- Très ! Je suis comblée !
Elle me déposa un petit baiser sur les lèvres puis se leva pour aller nettoyer le sperme maculant ses seins et son bas-ventre à l’aide de quelques kleenex. Je fis de même. Elle regarda l’heure et constata qu’il était déjà presque onze heures du soir.
- Je ne sais pas toi, mais moi, j’ai une petite faim, me dit-elle ensuite. Il y a une terrasse en bas qui doit encore servir à cette heure-ci. Ça te dit ? Bien sûr, je comprends parfaitement si tu préfères rentrer chez toi…
Je la regardai un instant puis lui répondis :
- Excellente idée, tout cela m’a ouvert l’appétit !
Elle parut un peu surprise mais ravie en entendant ma réponse.

Nous sortîmes de son appartement et nous nous rendîmes à la terrasse en question. Le serveur qui nous accueillit nous indiqua que la cuisine allait fermer sous peu. Aussi, nous nous empressâmes de passer commande et après un petit quart d’heure d’attente, nous étions servis. Il faisait encore assez chaud à cette heure déjà bien avancée de la soirée. Le serveur déposa au centre de la table une grande assiette de légumes grillés accompagnés entre autre de mozzarella, de jambon de Parme et autres cœurs d’artichaut. Nous trinquèrent à nouveau avec deux verres de côtes de Provence bien frais.

Au cours de ce petit dîner improvisé, nous échangeâmes sur nos centres d’intérêt et firent plus ample connaissance. Quelques regards et sourires complices nous firent comprendre à tous deux que la soirée n’était peut-être pas tout à fait terminée... Le temps passa si vite que le serveur dut nous rappeler que le restaurant allait fermer sous peu et nous fûmes contraints d’accélérer la fin du repas afin de libérer la table.

Nous prîmes alors la direction de son appartement afin d’aller récupérer le pantalon du costume. A peine avions nous pénétré dans l’ascenseur que nous nous jetâmes l’un sur l’autre. Nos bouches se rencontrèrent immédiatement et s’entre-dévorèrent avidement jusqu’à ce que l’ascenseur ouvrit ses portes à nouveau. Amanda réussit tant bien que mal à ouvrir la porte d’entrée de l’appartement alors que j’étais toujours en train de l’embrasser de toutes parts. Une fois à l’intérieur, je la souleva et elle sauta dans mes bras en agrippant ses jambes autour de ma taille.
- Il est temps de passer au dessert, me murmura-t-elle dans l’oreille.

Nous recommencèrent à nous embrasser de plus belle. Bien qu’ayant joui moins de deux heures auparavant, je sentis mon pénis durcir à nouveau au contact de son bas ventre. Amanda m’excitait terriblement. Elle me guida vers la chambre à coucher et je la déposai sur le lit sans que nos bouches ne se quittent. Nous nous déchaussâmes en toute hâte avant de nous enlacer l’un l’autre avec fougue. Je fis glisser les fines bretelles de sa robe et découvris ses jolis seins que je vins lécher avec avidité. Amanda défit les boutons de ma chemise et ses mains caressèrent avec empressement le haut de mon torse. Puis, celles-ci descendirent à la hauteur de mon pantalon qu’elles déboutonnèrent avant de se ruer sur mon boxer qu’elles abaissèrent précipitamment découvrant ainsi mon sexe à nouveau en érection. Amanda prit celui-ci par la base et donna de petits coups de langues sur mon gland avant de le prendre complètement en bouche. Je ne pu retenir un gémissement de plaisir en fermant les yeux.
- Hummm... !

Alors qu’elle commença à me sucer, je me contorsionnai sur le lit afin d’approcher mon visage de ses cuisses. Devinant mes intentions, Amanda se plaça au dessus de moi tête-bêche afin de faciliter notre soixante-neuf. Je relevai sa robe et découvris ses fesses puis écartai son string sur le côté pour libérer l’accès à son sexe déjà bien humide. Ni une, ni deux, j’enfouis la pointe de ma langue entre les replis des lèvres bien apparentes de sa chatte et commençai à astiquer l’intérieur de sa vulve. Les effets des mes caresses ne se firent pas attendre et Amanda extirpa ma queue de sa bouche l’espace d’un instant afin de laisser échapper un râle de plaisir.
- Hummm... Oui ! Continue !

Elle engloutit ensuite à nouveau ma verge en la suçant goulûment tout en me malaxant les couilles. De mon côté, j’astiquai maintenant son clitoris tout en fourrant mon index dans son vagin chaud et visqueux. Nous prolongèrent ainsi cette dégustation mutuelle de nos sexes respectifs pendant plusieurs minutes au cours desquelles les gémissements de plaisir répondaient aux bruits de succion. Je sentis Amanda ressentir plusieurs orgasmes successifs et des écoulements de sécrétions vaginales ruisselaient sur les abords de sa moule que je m’empressai de nettoyer à coups de langue. Mon tour ne tarda pas à venir. En effet, Amanda faisait maintenant frétiller sa langue sur mon gland tout gonflé de plaisir tout en me branlant énergiquement en orientant ma queue vers sa bouche. Au bout de quelques secondes, toute résistance fut vaine de ma part et un triple jet de sperme vient asperger sa langue et son palais. Elle s’en délecta avec gourmandise et reprit mon pénis en bouche pour le sucer à nouveau. Puis, elle pressa ensuite mon sexe comme un tube de crème pour finir d’en extraire toute la semence. Quelques dernières gouttes de sperme émanèrent de mon gland que sa langue s’empressa de venir nettoyer.

Après quelques instants de récupération, nous étions tous les deux allongés côte-à-côte sur le lit. Ma tête reposait sur la poitrine d’Amanda. Sa main droite me caressait doucement les cheveux.
- Je crois que je n’avais plus fait de soixante-neuf depuis l’université, finit-elle par me dire.
- Et… Cela t’a-t-il manqué après coup ?
- Beaucoup ! me répondit-elle en riant.
Je me tournai vers elle et l’embrassai sensuellement sur les lèvres. Nous allèrent nous débarbouiller. Il était déjà plus de minuit et nous étions quelques peu fatigués de nos ébats de la soirée. Amanda se rallongea sur le lit et je l’imitai.
- Demain matin je dois partir vers neuf heures pour aller travailler au magasin. Mais tu peux rester cette nuit si tu veux.
- Avec plaisir, lui répondis-je en lui souriant.

Elle caressa mon visage puis éteignit la lumière. Nous étions dévêtus tous les deux et commençâmes à somnoler, lovés l’un contre l’autre. Nous dormîmes par intermittences et, lorsque nous étions tous les deux éveillés, nos baisers et caresses reprenaient. De temps à autre, je câlinais sa poitrine, l’embrassais ou bien allais exciter son clitoris en l’effleurant du bout des doigts. Sa respiration s’accélérait alors. Ses mains glissaient sur mon corps et m’étreignaient avec passion. Puis, le moment vint où le sommeil nous emporta définitivement.

J’ouvris les yeux vers sept heures et demie. Mon regard croisa celui d’Amanda qui était éveillé depuis un petit moment.
- Bonjour toi, me dit-elle avec un sourire.
Nos lèvres s’approchèrent et entamèrent un long baiser. Amanda glissa sa main sous les draps, caressa mon torse l’espace d’un moment, puis je sentis ses doigts se refermer sur mon sexe déjà en proie à une belle érection matinale. Elle le branla doucement pendant quelques secondes puis, satisfaite du résultat, rejeta les draps et se mit à quatre pattes, en se cambrant bien dans une position on ne peut plus suggestive. Je ne me fis pas prier et l’enfila sur le champ en levrette après m’être placé derrière elle.
- Hummm… Oui ! Mets-la moi bien !

Je m’exécutai et, d’un vigoureux coup de bassin, lui enfonçai ma queue jusqu’au fond de son vagin. En réaction, Amanda gémit intensément et nous baisâmes ainsi pendant un bon quart d’heure, mes hanches claquant contre ses fesses alors que mes mains l’empoignaient par la taille. Je la sentis jouir plusieurs fois et mon tour vint quelques instants après. Foudroyé par l’orgasme, je fermai les yeux de plaisir et déchargeai par saccades mon sperme dans son sexe en feu.
- Hummm… Je suis comblée… Une fois de plus !
- Et moi donc ! lui répondis-je après avoir reprit mes esprits.

Nous nous allongeâmes sur le lit afin de récupérer puis nous échangeâmes de longs baisers humides. Amanda jeta un œil au radio réveil sur la table de nuit, grimaça, puis me dit qu’elle devait aller prendre sa douche. Je restais allongé sur le lit pendant qu’elle se lavait. Quant elle eut finit, elle ressortit vêtue d’une petite culotte blanche en dentelle joliment évasée et s’apprêta à se changer. Elle me demanda ce que je prenais au petit déjeuner.
- Thé ou café ?
- Un café au lait serait parfait ! Je peux t’aider ?
- Non, ça ira, merci. Tu peux aller te doucher si tu veux.

Je vins me poster derrière elle et l’embrassa dans le cou. Je sentis un délicieux parfum fleuri et fruité. Mes mains enveloppèrent ses seins et les caressèrent juste avant qu’elle passe un soutien-gorge assorti à sa petite culotte. Ensuite, je filai à la salle de bain pendant qu’elle continuait de s’habiller pour aller travailler.

Quelques minutes plus tard, je sortis de la salle de bain et m’habillai à mon tour. Je rejoignis alors Amanda dans le séjour. Une tasse de café et du pain grillé m’attendaient sur une belle table en bois, éclairée par un rayon de soleil matinal. Nous déjeunèrent en parlant de tout et de rien. Elle me demanda ce que je comptais faire aujourd’hui et je lui dis que j’irais certainement nager et aussi faire quelques courses.

Puis, comme l’heure avançait, vint le moment de se séparer. J’aidai Amanda à débarrasser la table et nous sortîmes. Elle m’avait remis le pantalon du costume dans un sac du magasin où elle travaillait. Dans l’ascenseur, nous échangeâmes un autre baiser sensuel.
- Merci pour ce petit moment d’évasion, finit-elle par me dire en me caressant le visage. J’en avais bien besoin ! J’ai beaucoup apprécié passer la soirée avec toi… Sans parler de ça... ajouta-t-elle en posant sa main sur mon entrejambe.
- Merci à toi pour cette délicieuse soirée ! J’ai passé un excellent moment.

Ne sachant pas quelles étaient ses intentions, je ne la questionna pas sur l’éventualité d’une nouvelle rencontre. Peut-être que cet épisode avait été uniquement une petite parenthèse dans sa vie et qu’elle ne recherchait rien de plus. Une fois sortis de l’immeuble, nous nous quittâmes sur un dernier baiser.

Arrivé chez moi, je me reposai quelques peu en repensant à la nuit précédente. Étendu sur mon lit, je n’arrivais pas à effacer l’image d’Amanda de mes pensées. Son appétit sexuel alimentait une foule de fantasmes dans mon esprit. Je finis par somnoler en y rêvassant, la main plongée dans mon boxer.

Quand je me réveillai, il était déjà plus de midi. Je me préparai un petit sandwich pour le repas et une fois celui-ci avalé, je décidai ensuite d’aller nager.

Je nageai pendant un peu plus d’une heure. Lorsque je revins dans le vestiaire pour me changer, j’eus une montée d’adrénaline en voyant sur l’écran de mon portable une notification indiquant un SMS d’Amanda. Je l’ouvris : « Bonjour jeune homme… Avez-vous quelque chose de prévu pour ce soir ? ». Je souris et lui envoyai ma réponse.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Pongodu21
Merci pour cette jolie histoire. De l'érotisme à l'état pur doux tendre et passionné à la fois. Continuez d'écrire vous avez un véritable talent.
Posté le 27/05/2022

mikel
Bonjour, Belle histoire excitante et donnant envie d'un suite ..... note 8 Bises Mikel
Posté le 3/03/2021

Micfou53
Belle ambiance ! bien écrit et bien bandant ! félicitations !
Posté le 1/02/2021

Mauvaiselangue
Un moment fort agréable qui m'a replongé dans de doux souvenir. Merci
Posté le 2/12/2020

Antigonos
Un texte agréable aussi long qu'excitant.
Posté le 23/09/2020

Lolo67
Merci pour cette belle histoire. Nous sommes curieux de savoir si elle aura une suite.
Posté le 7/09/2020


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Faux numéro mais belle rencontre
La rencontre
La rencontre (2)
Rencontre
La rencontre