Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Faux numéro mais belle rencontre

Petit challenge pour moi : écrire à la place d'un homme et ne pas être vulgaire ....me réjouis de vos commentaires. Une sonnerie de téléphone, Un faux numéro qui mène sur une discussion érotique, qui mène à une rencontre, à une nuit de sexe avec une belle inconnue.

Proposée le 29/06/2018 par Lectra

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: extra-conjugal
Personnages: FH
Lieu: Bureau, travail
Type: Roman

Faux numéro ?

Le téléphone sonne. Cette sonnerie m’horripile et elle retentit toujours au moment où j’ai les mains très occupées au milieu de mon travail.
Un numéro que je ne connais pas, j’ai tendance à ignorer mais là, je décide de prendre l’appel.
Une voix sensuelle me submerge ne me laissant aucune chance de placer un mot.

-Mon chéri, dis-moi que tu as envi de moi... que tu désires me noyer sous tes baisers, que tu veux me faire hurler à la lune...

Ces mots m’ont frappé en pleine poitrine, se répandant jusqu’à mon entrejambe où je sens déjà la contraction inévitable.
Que répondre?
Je ne peux pas raccrocher je suis pendu à ses lèvres. Elle poursuit, me dévoilant son besoin d’être prise comme une reine.

-Je me touche mon chéri, je dépose un filet de salive sur mes doigts, qui se perdent entre mes lèvres. Mon clitoris se gonfle de désire. ...

Sa voix est sensuelle, douce, sa respiration saccadée, ses gémissements érotiques. J’hésite à l’emmener dans ce voyage destination l’ile du plaisir. Pendant que j’emprunte le chemin de la tentation. Je me lance et lui réponds, ma respiration déjà accélérée par l’excitation.

Elle sera surprise, raccrochera sûrement.

-Imagine un inconnu se glisser dans tes draps de soie, embrassant tes petits pieds, déposant un chemin de baisers le long de ton entrejambe où la peau est si douce. Les frissons envahiront ton corps de reine. Tu fermeras les yeux et tu te laisseras mourir sous mes coups de langue. D’une main je tire ton string sur le côté, dévoilant ton mont de Vénus, ta petite fleur, tes lèvres entrouvertes déjà brillantes de cyprine, le nectar d’un roi.

Je m’attends à entendre la sonnerie de la fin, qui me laisserai un petit goût de frustration. Mais en réponse, un mélange de respiration rapide, entrecoupé de murmures. Je sais que le voyage va devenir jouissif.
... j’imagine les caresses du bout de ses doigts stimulant son petit minou, ses beaux seins ronds pointant comme des diamants.

-Ecoute-moi , remplace tes mains par les miennes, imagine cet inconnu entrer dans ton palais, cherchant du bout de ses doigts la sonnette du plaisir. Il s’y attarde stimulant ce point, sentant le nectar chaud coulé le long de ses doigts de sa main pour finir en une petite cascade sur le parquet. C’est ça mouille, ma jolie.

-Rejoins-moi! Tu me fais perdre la tête. Je veux te sentir en moi et jouir autour de ton membre dur.
J’habite à Colmar....

Je suis marié et j’habite à 1h30 de Colmar. Je suis partagé entre le devoir et l’envie.

-J’arrive dans 1h30 et je resterai cette nuit. Continue ma reine de m’ensorceler de ta voix sensuelle, fais-moi part de tes fantasmes que je réaliserai à la seconde où je franchirai ta porte.

Je fini mon travail en vitesse. J’invente une urgence au boulot et je pars rejoindre mon inconnue.
Je suis un grand romantique, mais aujourd’hui je franchi le pas de la folie.
J’entre dans ma petite polo rouge. Mon coeur bat la chamade. La sonnerie de mon téléphone retentit. C’est elle.

-Je me languis déjà. J’aimerai être entre tes jambes, gourmandise, sucette, gâterie... Ma langue dansera autour de ton bout doux et rose, laissant perlé une goutte de semence salé. Viens vite.

Elle raccroche, me laissant avec mon imagination salace. Je rêve à l’ondulation de ses formes lorsqu’elle me chevauchera. Elle se déhanchera , mes mains sur ses fesses. Difficile de me concentrer sur la route avec un pieu entre les jambes. J’essaye de me vider la tête mais l’obsession animal a envahit mon corps et mon esprit. Je m’arrête prendre un café, je ne peux m’empêcher d’observer autour de moi, ça pourrait être n’importe qui jeune fille rousse, grande brune, petite blonde, mais coquine à souhait.
Après 1h40 de route me voilà à l’adresse indiquée. Je me tiens devant la porte. Mes jambes sont en coton, je cherche un peu de courage et avant même que j’appuie sur le bouton, la porte s’ouvre. Je découvre une belle femme rousse aux yeux verts, elle est magnifique sa bouche est un appel aux baisers. Mon regard se perd dans son petit décolleté et quand elle me demande de rentrer, mes mains ont qu’une envie, peloter son fessier.

J’entre dans un petit appartement très simple, une bouteille de champagne déjà ouverte attend sur la table. Elle me tend une coupe. On s’assied dans le canapé l’un à côté de l’autre. Mon sexe est tellement tendu que j’en ai mal. Je veux la faire mienne, la faire danser sur mon membre. Mes lèvres se collent à sa bouche goûtant le champagne. Mon sexe est à l’étroit il a besoin d’espace, de s’enfoncer dans sa grotte secrète, de se noyer dans le champagne au fond de sa gorge. Je sens l’animal se réveiller après 3h de retenu... je veux explorer son corps, parsemer de baiser son échine dorsal, remplir ses orifices, je veux devenir le plus beau souvenir érotique de sa vie.

Elle a deviné mes pensées, s’est faufilé entre mes cuisses, déboutonne mon pantalon. Une petite mise en bouche. Je fond, mon sexe énorme dans cet bouche en forme de fraise, me déguste, me goûte délicatement. Chaleur, humidité, succions c’est une déesse de la sucette à l’anis.
Nous échangeons pas une phrase, pas un mot. Nous partageons juste nos râles, nos gémissements, nos fluides,....nos regards en dit bien long sur l’excitation de la situation.
Je caresse ses cheveux de feu, pendant qu’elle se régale, la bouche pleine elle dégluti tant bien que mal, mon sexe remplissant sa minuscule bouche.

Elle se relève, laissant glisser les bretelles de sa robe le long de son corps jusqu’à ses chevilles. Elle est là telle une fée, la peau blanche parsemée de taches de rousseurs. Elle est magnifique.

Je la fais se mettre à genou, appuyée contre son canapé. Sa croupe est un régal pour les yeux, son dos ondule sous la torture de l’attente. À mon tour de goûter à son nectar. Je me place derrière elle, ma tête entre ses cuisses galbées. Je vais goûter à son fluide, la faire cascade, récolter son doux liquide. Elle sent la pêche, la vanille, j’ai envie de me perdre dans ses saveurs.
Ma langue se promène d’un orifice à un autre. Je la savoure. Je ne peux m’arrêter. Son corps se tortille comme possédée. Il
me parle, me montre .... son orgasme se profile, grandit au fond de son ventre . Elle va jouir une première fois sous mes coups de langue. Ma langue continue sa danse , elle se fait plus pointue pour profaner son petit temple. Elle explore tous les recoins qui lui sont offerts. Je me régale. Son nectar s’invite dans ma bouche. Elle va exploser. J’accélère la cadence. Elle se laisse aller et mord le coussin pour étouffer son cri de passion.

Je la laisse un moment reprendre son souffle, ses esprits, redevenir elle. Je me verse un verre de champagne lui tend une coupe. Je m’assieds sur le canapé, elle me chevauche, se positionnant juste au-dessus de mon glaive. Elle l’engloutit cm après cm. Je sens repousser les murs de son temple. Elle s’étire, s’écarte... elle me chevauche telle une amazone, ses cheveux tombant le long de son dos. Ses seins qui rebondissent à chaque déhanchement. La sève monte ... le spectacle qu’elle m’offre et splendide. Je ne vais pas résister. Une vague submerge le fond du temple, inondant, débordant. Elle est remplie de ma semence chaude et lourde. Elle reste encore un peu sur moi, couchée, serrée, mais pas pour autant rassasié.
On décide de manger un truc vite fait pour prendre des forces et de prendre une douche.

La salle de bain est étroite, à deux nos corps se touchent à chaque mouvement. Elle entre la première, allume l’eau chaude. La buée se répand. J’adore la voir se toucher se caresser, faisant mousser le savon sur sa peau clair, ses cheveux recouvrent son dos tel un rideau de soie. J’entre dans la douche déjà bandé comme un taureau. Je profite d’elle de sa beauté, sans artifice juste elle dans son entier. Je la savonne faisant naître des amas de mousse. Je m’attarde sur ses seins et descend le chemin jusqu’à cette fleur que je vais ouvrir pétale après pétale, découvrir son pistil et me délecter de son pollen.
Une alchimie entre nos deux corps, un mélange de peinture de sens menant vers le plaisir, aucune résistance juste l’appel du sexe sans retenu sans tabou, je me perds en elle. Le dard a trouvé la fleur.

Les heures passent, nos corps ne sont plus que des épaves effondrées par le vas et vient des vagues contre nos proues.

Je vais devoir rentrer chez moi, laissant derrière moi la belle amazone. Ma tête remplie de souvenirs de baises acharnées, de ses orifices remplis de ma semence, les tremblements, les gémissements , de son maquillage étalé sur ses joues, les stigmates de nos ébats sur son corps...

Nous échangeons pas nos noms, nous serons et resteront deux inconnus qui ont baisés 24h.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Ann
Waou Lektra. Ton plus beau texte. Bravo
Posté le 2/07/2018

Shinghouz
Bonnes idées. Histoire originale et respectueuse (ça change). Ce serait encore plus émoustillant si les fautes d'accord (masculins\feminins\ pluriel) ne faisait décrocher. Je ne connais pas d'hommes dont le "coeur battrait la chamade" à l'idée d'un rdv coquin. La metaphore est un peu fleur bleue... on a plutôt le dard qui gonfle, le canasson qui se cabre, ou la taupe qui feuge!
Posté le 30/06/2018


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Visite médicale de ma femme, chez un faux gynéco
Autiste mais pas impuissant
La jeunesse, c'est bien, mais ...
Lucienne et ses amants plutôt gays mais pas que
Lucienne et ses amants plutôt gays mais pas que 2