Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Une belle nuit de plaisir (2)

Chloé va en apprendre plus sur elle cette nuit. Et plus sur ce qui l'attends et sur ce qu'il attends d'elle. Elle va découvrir ce qu'implique vraiment d'être une soumise. Dans cette partie, elle va surtout réaliser qu'elle aime vraiment être sienne...

Proposée le 8/02/2018 par Maitreetsoumise

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Femme soumise
Personnages: FH
Lieu: Forêt, campagne, nature
Type: Roman

Ils reprenaient leurs souffles côte à côte quand il réalisa que même cette baise intense n'avait pas apaisé son envie d'elle. Cette fille le mettait dans un état incroyable. Il n'avait jamais eu autant envie d'une femelle qu'il n'avait envie d'elle et pourtant il avait eu un bon nombre de partenaires dont plusieurs étaient devenues ses soumises.

Il attrapa ses cheveux et tira sa tête vers sa queue.
« Nettoie »
« Oui Monsieur »
Avec un grand sourire elle mit sa queue encore à moitié bandé dans sa bouche. Elle fit glisser sa langue partout se délectant du goût du sperme et de sa cyprine mélangé. Le goût du sexe ni plus ni moins. Et elle ne pouvait pas nier qu'elle était devenue accroc à ça. En quelques jours à peine elle était passé du statut de « presque vierge » à « salope accroc au sexe ». Cette idée la fit sourire et elle sentit sa queue re-durcir entre ses lèvres.

Il avait encore envie d'elle ! Il venait de la défoncer comme une chienne et elle lui faisait encore envie. Et elle aussi en avait encore envie. Elle avait envie de se mettre à 4 pattes et qu'il la fourre comme ça sans retenue. Sa fellation se fit plus précise, plus sensuelle. Elle ne se contentait plus de nettoyer la queue de son Maitre, elle préparait son amant à la défoncer.

Il dut l'arrêter même si elle faisait ça à la perfection et qu'il avait envie de la baiser de nouveau. Ils avaient un programme, dont elle ne savait rien, et il voulait s'y tenir. Il tira ses cheveux en arrière et sortit sa bite de sa bouche chaude. Il se leva dans la foulée et fit face à son armoire. Il l'ouvrit et sans un mot fouilla à l’intérieur.

Elle était allongée, sur le lit, se demandant ce qu'il espérait trouver. Elle était chaude comme la braise. Elle avait envie qu'il la baise. Encore.
En cherchant il finit par trouver. Une petite robe noire. Le classique de toutes les femmes. Il la sortit et la regarda. Elle était environ à mi cuisses se dit il. Et cintré juste sous les seins donc ses belles mamelles devaient être bien moulées. Oui ça serait parfait. Il la jeta sur le lit.

« Enfile ça et rejoint moi dans l'entrée. Et fait vite. »
« Je garde le reste Monsieur ? »
« Oui tu enfiles juste la robe au dessus »
Et il sortit en ré-ajustant ses vêtements. Elle se leva, enfila la robe en moins d'une minute et elle le rejoignit dans l'entrée. Elle avait remis ses escarpins. Elle ne pouvait pas se voir mais dans cette robe et avec ce qu'elle portait en dessous elle n'avait aucun doute sur le fait qu'elle devait être ultra sexy. Elle sentait en plus son collier autour de son cou. Quand il la vit il fut plus qu'heureux du spectacle. Elle était magnifique et cette tenue la mettait en valeur sous tout les angles.

« Parfait. Alors suis moi on sort ».
Ils sortaient ? Dans cette tenue ? Avec son collier ? Elle fut paralysée par cette idée. Il savait que l'idée de sortir avec son collier allait lui faire peur. Aussi avait il prit les devants. Il sortit de la poche intérieur de sa veste une écharpe en tissus fin. Il lui passa autour du cou, cachant ainsi le collier à la vue de tous.

« J'ai pensé à toi quand j'ai vu ça. Ce petit cadeau te plaît ? »
« Oui Monsieur »
Il fallait dire que cette écharpe était très jolie pour ce qu'elle en avait vu. Et le fait qu'il lui fasse un cadeau la touchait encore plus.
« Allez on y va »

Ils sortirent de son appartement et ils allèrent à pied jusqu'à sa voiture qui était garé non loin de là. Ils n'avaient croisé personne à cette heure tardive et cela la ragaillardit. Il démarra aussitôt sans un mot. Il posa rapidement une main sur sa cuisse, à la limite des bas et de sa peau soyeuse. Ils ne disaient rien. Elle se contentait de regarder dehors, les rues vides dans le noir. Elle remarqua qu'ils se dirigeaient vers la sortie de la ville.

Après plusieurs minutes ils arrivèrent en campagne. Elle connaissait cette route. Ils allaient vers la forêt. Une grande forêt fréquenté en journée mais tellement vaste qu'on croisait rarement du monde en pleine journée. Il la regarda en souriant. Elle ne savait pas ce qui l'attendait. Lui si.

Rapidement ils arrivèrent là où il voulait aller. Il s'engagea dans un petit chemin forestier et roula sur plusieurs centaines de mètres afin d'être sur de ne plus être visible de la route. Il coupa les phares.

La nuit était claire, la pleine lune leur donnait une belle lumière nocturne suffisamment pour voir ce qu'il y avait dehors. Il rangea les clés et se tourna vers elle. Il l'embrassa et lui enleva l'écharpe. Elle souriait. Si elle savait se dit il.
Il bascula son siège, déboutonna son pantalon et sortit sa queue qui n'avait pas complètement débandée.

« Allez fini ce que tu as si bien commencé tout à l'heure »
Elle n'eut pas besoin de se le faire redire et se pencha pour replonger sa verge dans sa bouche. Elle reprit effectivement là où elle en était resté et il ne mit que quelques secondes pour être de nouveau bien raide. Elle l'excitait à mort et elle en était fière.
Une fois bien dur il l'arrêta et lui dit de se relever. Puis il sortit de la voiture, la queue bien tendue et lui indiqua de faire de même.

Il l'amena devant la voiture. Et brusquement il la coucha sur le capot. Ses deux gros seins s'écrasaient sur le métal, ses pieds dans les escarpins bien au sol et son cul bien tendu vers Lui. Elle allait enfin se faire baiser se dit elle. Il retroussa sa robe et il écarta le string.

Elle s'agrippa comme elle pouvait à la carrosserie, s'attendant à une saillie sauvage. Puis elle le sentit écarter ses fesses et son gland venir se frotter contre son anus. Il allait l'enculer. Comme la première fois. Comme lors de son dépucelage anal. Elle savait à quoi s'attendre cette fois-ci se dit elle. Mais la position, le cadre, la situation rendait tout tellement excitant qu'elle n'avait aucune appréhension.

Il attrapa fermement ses hanches et poussa ses hanches. Elle se relaxa autant que possible et après avoir fortement insisté son anus s'ouvrit et son gland entra en elle. Elle lâcha un cri. Personne ne pouvait les entendre alors elle n'avait aucune raison de se retenir. Et lui non plus.

Il prit quelques secondes puis il continua sa poussé. Il entrait en elle lentement mais sûrement. Elle gémissait comme une salope sous cette prise bestiale et violente. Ce coup-ci il avait décidé d'aller au fond, de ne pas se contenter de lui mettre la moitié de sa bite dans le cul. Il allait l'embrocher jusqu'au fond. Il voulait qu'elle le sente tout au fond de son cul. Il poussa sans s'arrêter et elle criait de plus en plus fort, mêlant gémissements de plaisirs et cri de douleur sous cette sodomie brutale. Mais jamais elle ne lui demanda d'arrêter.

Il l'enculait et elle y trouvait une forme de plaisir. Le même plaisir qu'elle avait découvert lors de sa première sodomie. Elle se faisait l'effet d'être une pute. Une vulgaire pute. Si il l'avait ramassé sur le trottoir quelques minutes avant il ne la baiserait pas autrement. Sur le capot, la robe retroussée, dans un coin à l'écart. Et l'impression d'être une vulgaire pute, une traînée, une catin de base, l'excitait vraiment à mort. A tel point qu'elle oubliait presque cette grosse queue qui labourait son petit cul à grands coups de reins.

Elle l'entendait la traiter de salope, de chienne et elle ne dit rien. Elle ne pouvait pas nier que c'était vrai. Il la défonçait comme une vraie pute. Il voyait son petit cul blanc qui ressortait bien sur le capot foncé de sa voiture sous cette lumière lunaire. Il voyait sa queue coulisser à l'intérieur et il entendait cette petite salope aimer ça. Il ne lui en fallait pas plus.

Il lui ramonait l'anus depuis plusieurs minutes quand il se vida à l'intérieur. Il remplit son joli petit cul de sperme dans un grand cri de plaisir. Il prit son pied en la défonçant sans retenue jusqu'au dernier coup de reins, jusqu'à la dernière goutte de sperme. Puis il se retira. Admirant son anus défoncé et son sperme coulant de cet orifice. Elle tourna la tête vers Lui. Elle avait la bouche ouverte, cherchant de l'air comme si elle venait de faire un sprint. Et un sourire sur les lèvres. Elle ne put se retenir de lui dire « Merci Monsieur.... »


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Une belle nuit de plaisir (3)
Une belle nuit de plaisir (1)
Réchappé belle
Qu\'est-ce que tu es belle quand tu jouis
La belle au jardin dormant