Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

LE VOYAGE EN TRAIN

Jean et Sylvie ne se connaissent pas mais après un voyage en tram pour se rendre à la gare, jean éprouvera bien des émotions... avant de retrouver Sylvie dans son compartiment pour Bruxelles. Après un voyage remplis de plaisir, ils se promettent de se revoir...

Proposée le 31/05/2023 par chtibilout

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Couple, passion
Personnages: FH
Lieu: Autres lieux publics
Type: Histoire vraie


LE VOYAGE EN TRAIN;
Je vais vous conter l’histoire d’une rencontre érotique presqu’incroyable.

Ce jour-là, je pris le tram 82 pour me rendre à la gare de Tournai.

Je devais prendre le train de 17 heures 05 en direction de Bruxelles.

Le tram était rempli de voyageurs.

Difficile d’y monter.

Tant bien que mal, seules quelques personnes réussirent à le prendre d’assaut.

Je me trouvais coincé dans un coin.

Il y eut une bousculade au moment du départ.

J’étais assez gêné car la jeune fille devant moi était collée contre mon ventre…

Gêné parce qu’elle était appuyée contre mon sexe logé dans la raie de ses fesses.

Les chaos du voyage étaient assez dérangeants car les petites frictions commencèrent à me mettre en érection…

Légère tout d’abord, elle prit de l’ampleur ; cela me mettait mal à l’aise…

C’est alors que je fus très surpris par la réaction de ma voisine.

Elle appuya plus fort le contact de ses fesses sur mon sexe…

Impossible de me dégager.

En fin de compte, ce n’était plus désagréable du tout.

D’autant plus que ma voisine tourna la tête pour m’envoyer une œillade rigolote…
Ces fesses remuèrent d’allure…

Je ne tardais pas longtemps à sentir mon sexe se gonfler plus fort.

J’attrapais une très belle érection.

C’était excitant…

La jeune femme savait ce qu’elle voulait.

Sa main se glissa dans son dos et se referma sur mon sexe…

Elle me caressait avec des petits pincements de doigts sur le sexe.
Ce dernier gonfla encore…

Ses doigts réussirent à entourer mon membre d’une jolie façon.

Cela lui permettait des mouvements de vas et vient très discrets.

Très discrets mais hautement excitants.

Elle dû s’apercevoir de mes tremblements car ses doigts se refermèrent plus fortement sur mon membre.

Je n’en pouvais plus de me retenir…

Et une pression plus forte de sa main me fit jouir.

Je lâchais tout dans mon slip.

J’eus un petit mouvement de recul du bassin.

La jeune fille c’était rendue compte de ma jouissance…

Le regard coquin qu’elle m’adressa en disait long sur ses pensées…

Le tram s’arrêta et vomit une quantité de voyageurs dont ma voisine.

Je me rendis sur le quai de la gare…

Deux minutes après, mon train entra en gare.

Peu de personnes prirent le wagon des premières classes.

Je trouvai un compartiment vide et m’y précipitai.

Deux secondes plus tard, la jolie fille du tram y entra en disant :
« Vous permettez, monsieur ? »

Sur le quai, le sifflet du contrôleur autorisa le départ du train.

Ma voisine s’assit en face de moi et me dit :

« Je vous dois des excuses mais je vais réparer »

Elle se mis à genoux, ouvrit ma brayette et m’épongea avec un kleenex.

Les résidus de sperme encore visible dans mon caleçon furent absorbés par le mouchoir.

Elle referma ma brayette en tapotant sur mon sexe comme pour dire :
« Voilà du travail bien fait

J’en étais estomaqué, je ne savais pas quoi dire ni faire.

Elle se releva, s’assit et me dit :

« Avouez : cela vous à plutôt plus tout à l’heure ? »

« Avant de vous répondre, je me présente : Jean Durant, employé bancaire à la BDD rue du Couvent»

« C’est vrai, je manque à beaucoup de mes devoirs »

« Sylvie Long, employée de la même banque rue Royale »

Nous échangeâmes un petit sourire…

‘Vous ne m’avez pas répondu : vous avez aimé notre premier contact ? »

« Je mentirais si je vous disais non. »

« Je trouve même que vos caresses furent divines. »

« Comment rester de bois avec un tel traitement ? »

Elle vint s’asseoir à côté de moi.

Elle pris ma main droite et la fourra entre ses jambes sous sa mini-jupe…

« Moi aussi, j’ai aimé mais maintenant, paye ta dette : fais-moi jouir ! »

J’en restai bouche bée mais l’aventure prenait un tournant très plaisant.

« Là, vous ne pouviez mieux me le demander »

Mes doigts contournèrent son slip et commencèrent à fourrager dans sa vulve.

Son vagin était brûlant et trempé.

« Je suis déjà fort excitée…

Toi aussi, tu me fais du bien »

« Je m’en rends compte…Tu dois être une femme très ardente au plumard. »

« Tu l’as dit l’ami ! »

Cette réponse me fit rire…

Pas froid aux yeux la fille…

Avec un petit sourire, je l’abandonnai de la main droite pour la rendre par la taille…

Je commençai mes caresses de la main gauche…

Sylvie écartait bien les cuisses…

Sa mini-jupe était tout à fait relevée.

Cela me permettait un accès très aisé aux alentours et dans son sexe devenu torride…

Elle prit ma main qui la caressait pour l’appuyer plus fort sur son sexe.

Elle me dit :

«Vas plus profond avec tes doigts.

Ça va m’exciter encore plus »

J’avais les doigts poisseux de mouille !

Elle approchait certainement de la jouissance.

Elle ouvrit ses jambes plus fort…

Referma ses cuisses sur ma main

En poussant de petits cris :

« Je jouis, je jouis Jean, je jouis »

Elle retira ma main d’entre ses jambes.

Ses yeux de biche cherchèrent les miens.

Elle avait le regard d’une femme comblée.

Sa tête se blottit sur mon épaule et elle lécha la mouille de ma main…

C’était hautement jouissif…

« Jean, c’était…

– je ne trouve pas les mots –

Tu m’as fait jouir comme il y a longtemps que je n’avais plus joui.

Je pense que cela remonte à mon premier amant ;

Celui qui m’a enlevé mon pucelage…»

Je l’embrassai tendrement sur le front en rapprochant son corps contre le mien.

Ses yeux cherchèrent mon regard.

« Je crois bien que je suis tombée amoureuse de toi Jean… »

Elle m’embrassa sur la joue et me dit :

« J’ai encore envie de te caresser... Je peux ? »

Elle n’attendit pas ma réponse.

Ses doigts descendirent ma fermeture Eclair.

Ils se faufilèrent sous l’élastique de mon slip.

Ils empoignèrent mon sexe avec une rare fermeté mais avec une infinie douceur.

Ses doigts m’enlacèrent tendrement.

Sa main commença des vas et vient très excitants.

Ma verge se mit à gonfler, à grossir entre ses doigts si câlins.

« Sylvie tes caresses me plaisent infiniment.

Tu sais t’occuper d’un homme… »

« Attends, tu n’as pas encore tout vu… »

Sa main se sera plus fort sur mon membre.

Elle se pencha et je fus aspiré par une bouche chaude et gourmande.

Ma verge se mis à trembler dans sa bouche.

Bouche qui me faisait tellement de bien.

Ces succions étaient si bonnes et chaudes…

Qu'à ce moment, je m’en foutais royalement d’être surpris par le contrôleur ou quiconque…

Sa bouche montait et descendait sur mon mandrin.

Sa langue en faisait le tour, s’arrêtait sur le gland.

En léchait le frein…

Une boule de jouissance prenait naissance dans mon ventre.

Sylvie s’en rendit compte et me dit :

« Jouis Jean, donne-moi tout.

Gicle dans ma bouche…

Crache tout ton sperme…

Donne-moi ton jus onctueux. »

Sa succion se fit plus forte et plus rapide.

Ne retiens pas ton lait, fa crème..."

J’éclatais.

Elle pressait mes couilles avec délicatesse.

Je n’arrêtais pas de jouir, de lui donner toute ma sauce…

« J’aime te faire juter avec mes lèvres…

J’aime te faire jouir avec et dans ma bouche…

J’aime recueillir tout ton plaisir.

Toute ta semence…

Tout ton sirop.

J’aime te sentir gicler sur mon palais.

J’aime te boire… »

Elle se releva, remis mon sexe en place, remonta ma fermeture Eclair puis m’embrassa tendrement sur les lèvres.

« Je voudrais te revoir Sylvie En as-tu envie ? »

« Si tu as une carte, je t’appellerai… »

J’en avais et lui donnais le précieux petit bout de carton …

Le train était déjà en gare.

Il s’arrêta sans que nous nous fûmes rendu-compte de rien…

Comme le temps c’était écoulé vite…

Nous descendîmes du train.

Nous nous embrassâmes sur les joues en glissant doucement vers nos lèvres…

Baiser rapide mais brûlant……

Nous nous éloignâmes l’un de l’autre avec un petit signe d’au revoir…

Six mois plus tard, après bien des supputations de ma part, je lu dans les petites annonces :

« 18me annonce. Jean, j’ai perdu ton petit carton.
Je n’ai pu te dire que je partais en mission au Brésil
J’y vais pour l’ouverture d’une première agence…
Je ne t’ai pas oublié.
Si tu lis mon annonce, envoie-moi un mail à :
mes.prenom.nom@gmail.com
Je te recontacterai. S."

Elle allait avoir une drôle de surprise Sylvie…
Moi aussi, la semaine prochaine, je partirai pour le Brésil…
Et dans la même agence… !

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

valeriane
belle imagination, recit très chaud j'adore.
Posté le 1/06/2023


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Train de nuit
Train de nuit
Que sont-ils en train de faire?
Martine s'est vidé dans le train
Elle m'a supris en train de me changer