Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Petite fleur des iles. 3

Maeva s'enferre dans ses mensonges sur le net mais Xavier n'y croit plus et lui fait savoir. D'un autre coté Maeva est confrontée à une rencontre fortuite entre elle et son logeur, ou plutôt entre sa petite main et l'énorme rostre de ce sexa toujours vert.

Proposée le 4/02/2022 par mlkjhg39

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Première fois
Personnages: FH
Lieu: A la maison, intime
Type: Fantasme


3) : Première prise en main de son sexe.

Petite fleur des iles. 3 J'ai immédiatement rougi et fui son regard, regrettant de lui avoir montré nos échanges. Elle m’a parlé comme jamais elle ne m'avait parlé, « grosse pute, tu rêves de cette bite ». Je me rendais compte qu'elle dominait moi et la situation, alors que moi je voulais fuir sans pouvoir bouger. Me tenant toujours par les cheveux fermement, elle m'a obligé à lécher l'écran d'ordinateur avec la photo de votre braquemard en train de jouir sur l'écran. Puis elle a tiré fort mes cheveux pour me faire tomber de la chaise, m'a demandé de me mettre debout sans bouger (j'avais peur et mais à la fois excitée par la situation). Elle a mis sa main dans mon string, mon string était trempé. Elle a caressé ma chatte et a mis ses doigts dans ma bouche, « tu aimes ça avoir ta mouille dans la bouche grosse pute ! », j’étais paralysée par la situation. Elle m'a mis deux énormes claques sur les fesses.
Elle veut que je lui envoie un message si je veux aller beaucoup plus loin et je ne sais pas quoi faire.
Ça ma beaucoup plus, mais c’est mon amie et je ne suis pas lesbienne. J'ai très peur. Je ne veux pas tromper mon mari. Mon amie ne m'a jamais avoué aimer les femmes et aimer la domination (même si elle est nympho avec des hommes, elle a besoin d'avoir une dizaine de rapports sexuels par jour). Ce soir je suis perdue, j'ai l'impression d'avoir perdu tout contrôle. Que pensez-vous que je dois faire?

J’attends avec impatience sa réponse. Ah, enfin…
-Maria, ou ce que tu dis est réel et là tu as trois solutions :
1) Tu lui dis de cesser ou tu ne la reverras plus
2) Tu aimes ça et je ne vois pas pourquoi tu t'en priverais
3) Tu lui demande de se joindre à nos délires, je donne les ordres et elle les exécute.
Autrement, ce que tu me racontes n'est que pure fantasme, laisse libre cours à tes pensées et continue à m'en faire profiter. Quand tu dis qu'elle a une dizaine de rapports par jour, ça fait un peu beaucoup, elle ne ferait que ça de ses journées ou alors elle n'est qu'une grosse menteuse. Pour mes ordres, imprime une de mes photos et jouis dessus, mais ferme la porte à clé avant.... Et envoie-lui mes photos pour la rendre jalouse.

Merde ! J’y suis peut-être aller un peu fort dans mes élucubrations, il commence à douter mais m’encourage pourtant à continuer si ça me chante. Il a aussi parlé de moi à une inconnue sur le net. Mais c’est à peine si ça le choque, comme si tout était normal qu’une jeune fille le chauffe… Eh bien, c’est ce qu’on va voir…
J’attends la prochaine occasion où je le surprends sous la douche, je fais comme si je ne l’avais pas vu et entre dans la salle de bains, retire le haut et me savonne la poitrine. Je guette du coin de l’œil ce qui se passe derrière la paroi vitrée de la douche. Il fait lui aussi comme s’il ne c’était pas rendu-compte de ma présence et continue lui aussi à se savonner, son torse, son ventre un peu rebondi par les années, ses cuisses. Maintenant, il dégage son prépuce de la peau qui le recouvre pour le savonner lui aussi. Je ne sais pas si c’est son geste ou l’effet que je lui fais mais sa verge gonfle et se tend de plus en plus. Je n’ose pas me retourner, moi aussi, je sens mes tétons s’ériger et un liquide couler le long de mes cuisses.
Xavier se met de profil, regardant le mur pour prendre la pomme de douche, une immense barre massive tendue à l’horizontale couverte de mousse. Un jet d’eau vient frapper son gourdin et le dégage de sa gangue de bulles, servant de gargouille. Je n’ai jamais vu de si près une poutre pareille… Complètement affolée, j’attrape au vol une serviette et m’enfuis dans ma chambre.
Je tremble de partout, je n’en reviens pas de mon culot, mais ça ne l’a même pas perturbé. Il doit me prendre pour une allumeuse.
Je me plonge dans mon ordi pour détourner sans vraiment y parvenir mon esprit de cet homme et reprendre mes élucubrations avec Xavier qui est juste derrière ce mur, toujours complètement nu.
-Cher Maître, Je dois avouer que j'ai revu ma meilleure amie. Elle m'a humiliée, frappée et masturbée.
Je dois avouer que j'ai pris du plaisir, mais je ne recommencerai pas cette expérience. Je pense avoir fait le tour de ce fantasme. Continuer la discussion avec vous et à être votre esclave me satisfait. En attente de vos ordres...

Une heure plus tard, je reçois sa réponse.
-Espèce de salope!!!! Tu as osé laisser une autre que moi t'humilier! Je n'en reviens pas! Tu vas devoir le payer, il faut que tu m'obéisses, je te laisse le choix:
Ou tu revois ta copine et tu lui dis que je lui ordonne qu'elle te fouette les fesses pendant que vous regardez cette nouvelle vidéo. Ou si ce n'est déjà fait, tu te rases la chatte en m'envoyant une photo avant et après. A toi de voir.

Je suis piégée, il m’est impossible de lui envoyer des photos. Je vais y aller encore plus fort dans mes délires.
-Cher Maître, votre bite est très dure, grande et longue. J'ai envoyé une vidéo à mon amie où je me branle devant un écran géant pour qu'elle me fouette. Elle m'a dit de venir cet après-midi, quelle va me défoncer, me traitant de grosse putain. Je devrai me mettre à quatre pattes dès l'entrée chez elle et lui lécher ses talons. Je vous remercie des photos et de la vidéo que vous m'avez offerte mais qui ne rendent pas suffisamment honneur à votre virilité.
Dès l'ouverture de sa porte d'entrée, je me suis mise à quatre pattes. Elle m'a attrapée par les cheveux et m'a mis une énorme claque sur la joue. La douleur de la gifle était la plus grande que j'ai reçue, je me suis mise à pleurer immédiatement. Elle m'a immédiatement dit après la gifle que je voulais me faire fouetter et qu'elle allait se faire plaisir. Elle m'a obligée à ouvrir ma boite mail pour voir vos vidéos et photos, elle m'a demandé de lécher son écran avec votre vidéo.
Elle avait baissé mon pantalon et par surprise m'a mis un coup de ceinture très fort qui m'a fait hurler Elle m'a dit de ne pas faire de bruit, puis elle a remis un coup de ceinture sur mes fesses, je me suis mise à crier. Elle m’a fait mettre debout entièrement nue puis elle s’est mise à me mettre des coups de poing dans le ventre, chaque coup ou je bougeais ou criais elle tapait plus fort.
Au bout d'une dizaine de minutes de ce traitement, elle m'a ordonné de me pencher sur sa table. Elle a pris son manche de balai et elle l'a fait entrer dans mon cul, beaucoup plus loin que ce que je connaissais, je pleurais par la douleur.
Elle m'a baisée ainsi durant quinze minutes puis elle m'a ordonné de me mettre à quatre pattes et de marcher comme une chienne avec le manche du balai dans le cul. Puis elle s'est mise à tourner en rond le manche du balai pour m’arracher des sanglots. Elle a retiré le manche du balai, puis elle a mis quatre doigts dans mon cul. Elle a essayé d'entrer sa main dans mon cul, elle n'a pas pu. Elle m'a frappée, insultée, rabaissée et elle m'a obligé a partir de chez elle avec juste mon manteau et mes chaussures car elle n’a pas réussi à entrer sa main dans mon cul. J'espère que vous serez fière de votre esclave.
J'ai très mal au cul.
Je veux vous avouer que l'après-midi que vous m'avez ordonné de passer hier m'a terriblement excitée, même si j'ai encore mal au cul, que je me suis masturbée en pensant à vous et votre énorme bite toute l'après midi d'hier. Je vous remercie de me traiter comme je le mérite.
En attente de vos ordres les plus durs. Votre pute qui vous remercie et vous vénère...

Hier soir, il est arrivé une drôle de chose. J’étais aux toilettes en train de me branler la foufoune en rêvant à mon logeur sans même allumer la lumière. Je mouille tellement que c’est plus facile après. Soudain la porte s’ouvre et la lampe s’allume, une verge tendue qu’une envie pressante a gonflée précède Xavier. Il s’arrête surpris, une main sur le bouton, l’autre sur le montant de la porte.
-Tu pourrais allumer, Maeva, ça éviterait de se retrouver dans cette position !

J’ai devant mes yeux à moins de vingt centimètres, et cette fois sans plus aucune barrière sa monstrueuse verge pour moi, sans grande expérience. Rien à voir avec les quelques garçons que j’ai dragués. La congestion de cette colonne de chair pour son envie nocturne est à son summum. Il me revient à l’esprit la comparaison qu’il avait faite entre le diamètre se son pénis et celui de mon poignet, je ne sais pas pourquoi. Je suis comme paralysée pendant au moins vingt secondes avant de réagir.
-Oh ! Excuse-moi Xavier, je te laisse la place.
Je me lève dans la précipitation et force le passage pour rejoindre ma chambre. Je le bouscule, mon corps écrase sa verge qui résiste avant de céder. Je sens sur la peau de mon ventre la chaleur de son boutefeu. Sans même y réfléchir, je saisis à pleine main son chibre, lui fait subir un 180° pour me permettre de me dégager. Je ne réalise que quelques minutes plus tard, roulée en boule dans mon lit toute tremblante, que j’ai osé prendre en main son sexe, et quel sexe !!! Comment pourrai-je le regarder demain ? Va-t-il me demander de partir de chez lui ? Je trouve difficilement le sommeil, troublé de rêves où je m’empale sur des verges plus grosses les unes que les autres…

A suivre…

J’espère que mes histoires vous plaisent. J’apprécie les commentaires de certain(e)s et vos notes pour m’encourager à encore plus me lâcher dans mes textes.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Anonyme
On dirait que ça se bouscule aux toilettes
Posté le 5/02/2022


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Petite fleur des iles. 4
Petite fleur des iles. 5
Petite fleur des îles.
Petite fleur des iles. 2
Petite fleur des iles. 6