Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Nathalie se fait démonter au premier rencart.

Nathalie est une jeune archéologue du musée du Louvre. Elle accepte un premier rencart avec Yvan, dont elle ne connaît quasiment rien, à part une charmante discussion au bar du musée, où ils se sont rencontrés il y a quelques jours. La première soirée ne va pas se passer du tout comme elle l'avait prévue...

Proposée le 30/04/2021 par Mekron

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Femme dominée
Personnages: FH
Lieu: A la maison, intime
Type: Fantasme


Je suis fin prête. J'ajuste mon petit haut et je m'assure que mon décolleté reste discret. J'ai choisi une jupe plissée assez courte et j'espère qu'elle n'est pas trop provocante. Je ne connais pas Yvan depuis longtemps et c'est notre premier rendez-vous ce soir. Il sonne à l'interphone et j'attends, un peu anxieuse, devant la porte. Je passe mes doigts dans mes longs cheveux roux pour leur donner un peu de volume et je souffle profondément pour me calmer. Il frappe distinctement et je lui ouvre. J'ai un petit coup au cœur car j'ai l'impression de le découvrir à nouveau. Il est assez grand et costaud. Certainement pas le type d'homme qui m'attire au premier regard. En revanche, il a un regard si intense qu'il m'hypnotise et lorsqu'il me sourit, mes jambes faiblissent. J'essaie de garder mon calme et de lui rendre son sourire.
"Bonsoir Yvan. Entre, je t'en prie. "
Je lui laisse la place d'entrer et referme la porte derrière lui. Quand il me frôle, j'ai un petit frisson qui me parcourt tout le corps. Je n'ai jamais rien ressenti de tel avec quelqu'un auparavant. Je verrouille la porte, me retourne et me fige sur place. Il est là, à quelques centimètres de moi, son regard ténébreux plongé dans le mien et je sens immédiatement une boule de chaleur naître dans mon ventre. Je reste perplexe et intriguée, car je ne me sens pas en danger. Il prend alors mon visage délicatement dans ses mains et dépose un baiser intense sur mes lèvres. Je glousse, surprise et prise au dépourvu par son audace. Il plonge alors sa langue dans ma bouche. Son baiser devient encore plus intense. Il ne me faut que deux secondes pour succomber et fondre sous ce baiser enflammé. Je gémis et réponds avec voracité. Je ne me reconnais pas.
‘Qu'est-ce qui m'arrive ?’

Nathalie se fait démonter au premier rencart.
Nous nous embrassons pendant de longues minutes et mon corps réclame son contact, alors quand il pose une main dans mon dos pour me serrer contre lui, je me presse fébrilement contre son corps musclé et gémis de plus belle. Il est puissant et je me sens à sa merci dans ses bras. Pourtant je n'ai pas peur, il me donne confiance et je m'abandonne comme je l'ai rarement fait auparavant et certainement pas aussi rapidement.
‘Il va penser que je suis une fille facile!’


J'essaie de me raisonner, mais je sens la boule de chaleur grandir dans mon ventre et les battements de mon cœur s'accélérer. Son baiser est exquis et je me pâme au contact de ses lèvres et à la danse sensuelle de sa langue avec la mienne. Il se presse davantage contre moi et je sens ma poitrine se presser délicieusement contre son torse. Son ventre entre en contact avec le mien et la sensation est divine. Il glisse une cuisse entre mes jambes et je hoquette quand il la presse contre mon entrejambe. Ma boule de chaleur explose et mon corps s'embrase comme un feu de paille. Ma raison est balayée par mon moi bestial et primaire, si longtemps inhibé par elle.
‘Putain, je le veux !’


Puis mes mains, que je ne contrôle plus, commencent à le caresser et à le déshabiller. J'enlève rapidement sa chemise et couvre sa poitrine musclée de caresses et de baisers endiablés. Je n'ai jamais fantasmé sur les corps musclés, mais aujourd'hui, j'en suis folle. Il prend régulièrement ma bouche avec ses lèvres de feu et à chaque fois, je fonds un peu plus.
C'est à ce moment-là qu'il me conquiert définitivement. Il me regarde droit dans les yeux et descend lentement sans rompre le contact. Il s'agenouille devant moi, qui suis complètement excitée. Il soulève ma jupe et dévoile ma petite culotte en satin et dentelle. Il l'enlève vivement et plonge son visage entre mes cuisses et s'attaque divinement à mon sexe. Il le lèche avec voracité et torture sublimement mon clitoris. Je ferme les yeux et me laisse chavirer par sa fougue. Je suis une fille douce et aimante. J'apprécie beaucoup le tact et la volupté, les caresses lentes et langoureuses. Yvan dévore ma chatte comme personne ne l'a jamais fait auparavant et je suis complètement conquise. Je n'arrête pas de gémir et de hoqueter sous ses assauts souverains. Une de ses mains remonte contre mon ventre et sa caresse est si profonde que j'ai l'impression qu'il me caresse au plus profond de moi. Il continue de monter, passe expertement sous mon petit haut et prend mon sein vigoureusement. Je pose ma main sur la sienne en espérant, à moitié, calmer ses ardeurs, car il me fait un peu mal. Puis il me suce le sexe de façon si imprévisible que je sursaute et le regarde, les yeux et la bouche grands ouverts. La sensation est si forte que j'apprécie même sa main qui serre virilement mon sein, pinçant mon téton entre ses doigts.
"Haaa ! Ho ! Oui ! Mon Dieu ! "
Mes yeux se révulsent de plaisir lorsque je sens ses doigts s'immiscer en moi de manière impérieuse. Je suis tellement mouillée qu'ils pénètrent sans difficulté, malgré ma chatte plutôt étroite. J'attrape ses cheveux et bouge mon bassin pour me frotter contre lui.
‘C'est tellement bon, putain !’
L'idée d'un cunnilingus ne m'a jamais autant excitée que ça. L'idée de caresses orales sur mes parties génitales me dégoûte habituellement, jusqu'à ce moment sublime. Je sens mes jambes s'affaiblir progressivement et elles commencent à trembler. Sa langue, ses lèvres et ses dents sont merveilleusement actives et ma chatte commence à palpiter de désir.
‘Oh merde ! Je veux sa queue ! Je veux qu'il me prenne là ! Je veux qu'il me prenne maintenant ! Tout de suite !’
Je veux le faire, mais je ne peux plus parler tellement mon excitation est intense.
‘Putain, putain, est-ce qu'il va me faire jouir là maintenant ?!’
Le raz-de-marée est si soudain que je ne peux plus rien retenir et je détrempe son visage et ses doigts de mes fluides intimes. Je ne savais pas que je pouvais faire ça. Il reste là, jouant et torturant mon sexe qui palpite et convulse de plaisir.
Il se relève et je l'embrasse goulûment, découvrant mon goût sur ses lèvres et ses joues. Je me surprends à le lécher pour le nettoyer et à produire des "hum" gourmands.
‘Mais qu'est-ce qui m'arrive ?’


Nous nous embrassons à nouveau pendant de longues minutes. Nous sommes toujours à la porte d'entrée de mon appartement. Une fois de plus, je ne comprends pas ce qui me prend, mais je déboutonne son pantalon et saisis sa queue, après avoir plongé ma main dans son caleçon sans un instant d'hésitation. Elle est chaude, dure, vibrante et je suis ravie. Je le masturbe un peu et ne lui résiste pas quand il se presse à l'entrée de mon petit temple secret.
"Oh oui, Yvan, prends-moi ! HAAAAA ! HOOOO !"
Il entre d'un coup sec et je crie de surprise et de douleur. Je n'ai jamais eu une visite aussi imposante et il est entré sans frapper. Il ne me laisse pas le temps de me ressaisir qu'il me pénètre violemment, faisant claquer son bassin contre mon clitoris. Chaque pénétration déclenche une décharge électrique qui se propage dans tout mon corps. Je l'entends gronder et grogner et cela m'excite considérablement. Sous mes mains, je peux sentir son corps se crisper, se tendre et se déchaîner en moi. La sensation est incroyable. Je peux le sentir pénétrer ma matrice, qui l'enveloppe étroitement. C'est alors que je nous vois dans le miroir à l'autre bout du couloir. La vision est extrêmement érotique. Je me vois debout contre la porte de mon appartement et Yvan qui propulse puissamment ses hanches entre mes cuisses écartées. J'admire les muscles de son dos, finement ciselés, qui se contractent sous l'effort. Je les caresse avec ardeur. Il passe ses mains sous mes fesses et me soulève comme si je ne pesais pas plus qu'une plume. J'enroule instinctivement mes jambes autour de sa taille et nous soudons nos lèvres dans un nouveau baiser fougueux. Il m'emmène dans ma chambre et me dépose sur le lit. Toujours en moi, il se redresse, attrape mes chevilles, écarte mes jambes et reprend immédiatement ses allers retours sauvages. Je suis perdue, mes mains agrippent fermement la couette. Je ne peux que gémir, crier, haleter sous ses assauts majestueux. Je n'ai jamais été prise comme ça et je suis dans tous mes états. Il y va tellement fort que j'ai l'impression qu'il me pénètre complètement, de la tête aux pieds. Je sens les chocs depuis mon pubis jusqu'au sommet de mon crâne. Je suis submergée par un flot de sensations si intenses que mon cerveau ne peut plus fonctionner de manière raisonnée.

Pourtant, je suis une universitaire, une intellectuelle. J'aime les jeux d'esprit et les longues conversations argumentées et enrichissantes. J'ai toujours considéré le sexe comme un acte un peu trop primitif pour m'y adonner vraiment. Alors que je pensais avoir atteint le sommet de l'intensité de nos ébats, il me retourne et me met à quatre pattes, replonge vigoureusement sa lance enflammée et je hurle de plaisir. Il m'attrape fermement par les hanches et se déchaîne, me fessant allègrement avec son bas-ventre. Je n'arrive pas à y croire et je ne peux même pas m'exprimer avec des mots.
"Hoo ! Ho ! Ho ! Han ! Han ! Houf ! Houf !"
Une fois de plus, il me prend tout entière et je crie mon plaisir. J'ai un moment de panique car je sens un deuxième orgasme qui monte en moi comme des chevaux au galop. Je veux l'arrêter car j'ai peur de son intensité, mais je n'y arrive pas.
"HAAA ! HOOO ! HANN ! OUI ! !! OUI ! !! OUI ! YVAN ! YVANNN ! "
Mon corps est pris de convulsions et Yvan doit s'accrocher fermement à moi pour rester en moi. Je m'écroule de tout mon long sur le lit, toute en sueur et le souffle complètement syncopé. Mes yeux n'arrivent pas à se fixer, mon esprit est complètement embrumé. Alors que je lutte pour retrouver mon esprit, il enjambe mes jambes serrées et reprend ses puissants va-et-vient. Il attrape mes belles fesses rondes à deux mains et applique un mouvement opposé au sien. La sensation est si forte que j'attrape un oreiller et étouffe mes cris dedans. Je peux sentir ma chatte se dilater et épouser chaque centimètre carré de sa magnifique queue. La sensation et le bruit de mes fesses qui claquent contre ses cuisses me rendent folle. Ses grognements et ses gémissements m'excitent tout autant.
"Oh putain ! Yvan ! C'est si bon ! ", réussis-je à lui dire, entre deux cris étouffés dans l'oreiller.
Il me prend virilement depuis de longues minutes et je crois qu'il n'a toujours pas joui.
‘Mon Dieu, ce type est une vraie machine de guerre !’
Alors que je suis perdue dans l'extase, il en rajoute en enfonçant un doigt dans mon petit trou. Encore une fois, les circonstances exceptionnelles que je vis me font prendre du plaisir alors que l'idée m'aurait dégoûté autrement. La sensation est sublime, je me régale de ce plaisir et l'encourage à continuer, même s'il n'en a pas besoin. Soudain, je sens sa main caresser l'arrière de ma tête, il me masse le crâne, puis saisit fermement mes cheveux. Il tire dessus et m'oblige à redresser ma tête de l'oreiller.
"Hooooohoho ! Ha ! Ha ! Han ! Han ! Hannn !"
Tout mon corps est tendu comme un arc et je suis aux anges, dominée pour la première fois de ma vie et je découvre que j’adore cette sensation, à mon grand étonnement. C'est alors que ses grognements deviennent plus intenses. Je sens sa verge tressaillir en moi et il lâche un grognement guttural alors que je sens ses puissants jets inonder littéralement ma matrice. Je m'exclame à chacun d'eux. J'aime la sensation d'être remplie de cette façon. Je peux sentir son sperme se répandre autour de sa queue, enfouie profondément en moi. Je suis submergée. Je laisse échapper de longs "Mmm" de plaisir. Il reste en moi jusqu'à ce que je me calme et qu'il reprenne son souffle. Je regarde par-dessus mon épaule et le vois couvert de sueur. Je lui souris, les yeux pleins de gratitude et de bonheur. Toutes pensées raisonnées sont balayées, toute considération sur l’absence de protection est supplantée par un plaisir si intense et une confiance instinctive.


Il me remet ensuite sur le dos et me fait glisser jusqu'au bord du lit pour que ma tête soit dans le vide. Je ne comprends pas tout de suite mais tout devient clair lorsqu'il approche de mes lèvres sa queue à moitié raide, recouverte de nos sécrétions communes. L'odeur qui m'assaille est forte et me surprend car je l'aime bien. Je l'embrasse sur le gland du bout des lèvres mais, comme il l'a toujours fait depuis le début, il plonge son membre souillé dans ma bouche. Les saveurs qui se répandent sur ma langue et dans ma gorge me font un effet du tonnerre et j'avale avec joie ce que ma langue et mes lèvres reçoivent. Je gémis et m'extasie sur le plaisir que je prends à le sucer. Une fois de plus, je prends plaisir à faire quelque chose que je désapprouvais dans le passé.
‘Mais comment fait-il ? Ce mec est un magicien ou quoi ?!’
Je commence littéralement à le pomper. Je l'entends gémir et ça me rend encore plus passionnée. Puis je sens qu'il me prend la tête à deux mains et je le laisse faire. Il enfonce sa queue profondément en moi et je veux l'accueillir du mieux que je peux. Les premières fois sont difficiles car je n'arrive pas à contrôler mon réflexe de déglutition mais il persiste et j'arrive enfin à me contrôler. Une fois qu'il est sûr que je peux tout supporter, il prend ma bouche et ma gorge comme il sait si bien le faire : violemment et vigoureusement. Je le laisse me baiser la bouche et je suis ravie de le laisser me prendre comme ça. Son sexe pénètre ma bouche et descend jusqu'à ma gorge mais j'ai l'impression qu'il prend tout mon corps jusqu'au bout de mes orteils. Je pose mes mains sur son beau cul musclé et l'accompagne dans ses assauts. Ses mains prennent alors mes seins et les pétrissent outrageusement, me faisant monter d'un cran.
"Hum ! Hum ! Ghag ! Ghag ! Haumm ! Haumm !"
Je suis conquise, je ne veux pas que ça s'arrête. Il me fait découvrir une facette de moi-même que je ne connaissais pas.


Il va me prendre comme ça pendant des heures, en me faisant jouir plusieurs fois. Quand il s'arrête, je suis complètement sonnée, proche de l'inconscience. Mon lit est complètement trempé de sueur et de nos fluides. Je n'arrive pas à calmer mon cœur, qui bat à tout rompre dans ma poitrine. Je suis incapable de bouger, le souffle court, sans force. Je l'entends glousser et se diriger vers la salle de bain. Mon esprit est tellement embrumé que je ne parviens même pas à m'offusquer de son audace. Il prend une douche et se rhabille, tandis que je suis écrasée sur mon lit. Il me donne un baiser passionné et part sans dire un mot. Il me faut de longues minutes pour reprendre le contrôle de mon corps. Lorsque je me lève du lit, mes jambes peuvent à peine me soutenir. Je sens mon sexe palpiter comme s'il était encore en moi.
‘Mon Dieu ! Quel sauvage ! Il m'a littéralement baisée à mort.’
Mes pensées ne semblent pas être les miennes, mes mots semblent si vulgaires. Je titube jusqu'à la salle de bain. Lorsque je me trouve devant le miroir, je ne peux retenir un éclat de rire en voyant le gros cœur qu'il y a dessiné avec la buée de la douche. Je me regarde droit dans les yeux en essayant de découvrir qui est cette personne qui vient de se faire sauter chez elle, par quelqu'un qu'elle ne connaît à peine, au premier rendez-vous et qui s'est éclatée comme une folle. Je me mords la lèvre en repensant à tout ce qu'il m'a fait. Je me caresse partout et j'en ai des frissons de plaisir. Mon corps tremble de manière incontrôlable pendant de longues secondes. Je n'ai jamais perdu le contrôle auparavant. Cela me terrifie et m'excite d'une manière incompréhensible.
'Putain, quel pied ! QUEL COUP !'
Je contemple le résultat de nos ébats sexuels. Ma peau laiteuse est marbrée d'éraflures. J'ai la marque de ses doigts sur mes seins ronds et fermes, mes fesses sont rougies par les innombrables fessées que j'ai reçues. Mes longs cheveux roux sont trempés et collés sur mon visage cramoisi, habituellement blanc comme la lune. Je me glisse sous une douche fraîche pour essayer de me donner un peu plus de vigueur car je suis épuisée. Alors que je me lave avec difficulté, les images et les sensations m'assaillent comme un stroboscope. Je suis submergée et je dois m'appuyer contre le mur pour ne pas tomber au fond de la douche. Mon corps se remet à trembler et mon sexe pulse et se contracte violemment.
‘Putain, qu'est-ce qu'il m'a fait, ce mec ?!’
Il me faut deux bonnes heures pour sortir de cet état délicieusement odieux. Alors que je pensais que nous allions passer une longue soirée ensemble, je me retrouve allongée seule dans mon lit à me languir de lui comme jamais je me suis languie de quelqu'un auparavant.


Ses visites suivantes sont du même genre : pas ou peu de mots, du sexe fougueux, sauvage, impétueux. Sans vraiment s'en rendre compte, complètement submergée par les émotions et les sensations, il prépare mon petit cul à être défloré. Il y va progressivement et habilement, en utilisant du lubrifiant pour m'éviter une trop grande douleur, qui pourrait me faire quitter le moment. Il n'est donc pas étonnant de me retrouver à hurler à pleins poumons, à quatre pattes, le cul fièrement dressé, un plug glissé dans mes tréfonds et lui, à califourchon sur mon cul, s'empalant de tout son poids dans mon petit jardin qui n'a plus rien de secret pour lui. J'explose avec une telle force que la décence et l'étiquette de la fille de bonne famille, que je suis, sont complètement reléguées au second plan. Je crie, je bave, je bégaie, je suffoque, je vibre, je hurle, je jouis et j'explose. Ce qui me rend folle, c'est aussi de l'entendre forcer le passage dans les profondeurs de ma chatte, qui est complètement contractée par mon orgasme extrême. Alors que je suis en pleine extase, il enlève le plug et le remplace par son gland. La sensation est tout simplement exquise.
"Yvan ! Attends une minute ! Attends juste ! Doucemennnnnt ! Haaaa ! Hannnn ! Hooooo ! OUI ! !! OH PUTAINNNN ! HANNNNNNN ! HOOFFFF ! HOOOO ! "
Il y va doucement mais sans me laisser le temps de me détendre. Il me viole le cul et je perds la tête.
'C'est complètement dingue !'
J'aime la douleur autant que le plaisir. Une fois complètement dans mes tréfonds, lorsque je sens ses couilles frotter contre ma vulve et son bas-ventre contre mon coccyx, je l'entends rugir de plaisir et je l'accompagne avec emphase.
"OH ! PUTAIN ! YVAN ! C'est tellement bon ! Han ! Han ! J'adore ça ! "
Il me sent prête et me fait basculer dans un monde auquel je ne me serais jamais associée.
"Tu aimes ça, Nathalie ?"
Sa voix est profonde et vibrante. C'est sa voix et son regard qui m'ont séduite lors de notre première rencontre au bar du musée.
"Oh ! Oui, Yvan ! J'adore ! "
" Dis-moi ce que tu aimes ? "
Sa voix est autoritaire et impérieuse. Je dois lui répondre, je ne veux pas qu'il s'arrête.
"Oh ! Yvan ! Je..."
J'hésite et je sens que ça sort lentement.
"Ho ! Non ! Yvan ! Reste dedans ! "
" Alors, dis-moi ce que tu aimes tant Nathalie ! "
Alors je lui dis des choses, que je n'aurais jamais cru pouvoir dire, et je deviens particulièrement loquace.
"Oh ! Yvan ! J'aime ta queue ! Je te veux ! Vas-y, défonce-moi le cul ! Déchaîne-toi ! Oh mon Dieu ! Oui ! Comme ça ! Oh mon Dieu ! "
Galvanisé par mes paroles, il se lâche et je chavire à nouveau, ne pouvant m'exprimer que par onomatopées pendant de longues minutes, jusqu'à ce que mon premier orgasme anal me terrasse. Mes pauvres voisins doivent en avoir assez de m'entendre car je hurle à gorge déployée. Tout mon corps est parcouru de spasmes violents et Yvan s'accroche à moi pour rester enfoncé dans mon cul. Quand je me calme un peu, il recommence à me pénétrer et je repars. Je ne me connaissais pas une telle endurance mais il est impressionnant, putain. Je suis au bord de l'évanouissement à mon deuxième orgasme. Il venait de si loin qu'il m'a presque fait perdre connaissance. Je suis à nouveau inerte sur mon lit, en nage et essoufflée, pendant qu'il va se doucher.


Mon cul est encore en train de se dilater et de se crisper involontairement lorsqu'il sort de la douche. Je ne peux même pas me retourner, je m'allonge sur le ventre et je sens son corps frais glisser contre moi. Il remonte mes fesses avec son torse musclé, puis le fait glisser sur mon dos jusqu'à ce qu'il se pose sur mes omoplates. Je sens alors tout son corps contre le mien et je gémis de plaisir. Tout mon corps se met à trembler de façon incontrôlable. Soudain, il devient tendre et doux. Il écarte délicatement mes cheveux et embrasse doucement mon cou. Ses mains glissent sur mes bras, jusqu'à mes mains et nos doigts s'entremêlent. Je le sens déjà raide contre la raie de mes fesses et je me languis déjà de lui. Il se frotte doucement entre mes fesses et je l'invite à plonger en moi, en remontant mon cul au maximum. L'émotion me submerge lorsqu'il pénètre ma chatte avec une lenteur et une douceur ineffables. Une boule gonfle dans ma gorge, je ne peux plus retenir mes émotions et je me mets à pleurer à chaudes larmes. Entre deux sanglots, je le supplie de ne pas s'arrêter. Il détruit ma dernière protection en me prenant ainsi. Il est si doux, si attentionné, si prévenant avec moi, ses mains sont si délicates sur moi. Il me caresse de tout son corps musclé, à la peau si douce. Je suis complètement conquise et mon esprit est en ébullition. Lorsque de longues minutes plus tard, toujours en train de pleurer et de sangloter, je suis complètement emportée par un orgasme tel que je n'en ai jamais ressenti auparavant, je hurle mon orgasme dans mon oreiller pour que tout l'immeuble ne puisse pas m'entendre. Mon corps ne m'appartient plus, il se convulse avec force. Les spasmes qui parcourent mon corps sont si intenses qu'ils me font mal et je crie à chacun d'eux. Ma chatte est complètement crispée sur sa verge brûlante et je peux l'entendre grogner de plaisir et de douleur alors que son pénis est presque écrasé par mon vagin. Mon orgasme s'éloigne progressivement et je peine à reprendre mon souffle. Dans ma descente, je m'entends lui dire les mots qui scellent mon destin :
"Oh Yvan ! C'est trop ! J'aime ce que tu me fais ! Fais ce que tu veux de moi, mais ne t'arrête pas ! Je suis tout à toi ! Je suis ta chose ! Prends-moi ! Baise-moi ! Fais-moi ce que tu veux ! J'aime la façon dont tu me prends ! Putain quel pied ! "
Je l'entends glousser, le visage enfoui dans mon cou qu'il couvre de baisers divinement sensuels. Pendant deux heures, il me fait l'amour avec une lenteur exquise et j'explose plusieurs fois, me consumant pour lui, un peu plus à chaque fois et je finis par m'endormir profondément.


Mon réveil le lendemain est long et difficile. Tout mon corps est complètement inerte et sans force. Je dois pourtant aller au travail. C'est alors qu'une divine odeur de café assaille mes narines. J'ouvre les yeux et je le vois s'approcher du lit, une tasse fumante à la main.
"Bonjour ma chérie. Veux-tu un peu de café pour te donner un coup de fouet ? "
Mon cœur se serre en entendant ce petit nom charmant. Je parviens à me lever et à me retourner et il dépose un délicat baiser sur mes lèvres. Mon corps entre directement en combustion. Mes tétons durcissent à la vitesse de l'éclair et mon sexe devient humide presque instantanément. Un petit nom, un baiser et je suis déjà prête à être prise par lui. Je n'ai JAMAIS eu un homme qui m'a fait cet effet avant ! Je n'arrive pas à y croire. J'attrape la tasse et je prends une gorgée. Le café chaud me donne l'impression d'être au paradis. Je sens le liquide brûlant couler dans ma gorge et enflammer tous les étages de ma fusée. Il s'assied à côté de moi et me caresse les cheveux. Je le dévore des yeux. Au début de notre relation, je le trouvais beau. Trois semaines plus tard, je le trouve sublime. J'aime tout de lui, son regard, sa voix, sa stature, sa rudesse, sa violence, sa douceur et sa sensibilité. Il m'a fait découvrir une partie de moi que je ne soupçonnais pas et je suis convaincue que ce n'est pas fini. Dès que je le regarde, j'ai envie de lui. Dès que mon esprit pense à lui, je le désire. Je suis complètement subjuguée par lui et je suis folle de joie parce que tout ce qu'il me donne est du pur bonheur.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Mekron
Le texte a été retouché et allongé. Je vous invite à le relire. :-)
Posté le 23/05/2021

Mekron
Merci Mind13. Elle est en cours d'écriture. Il me reste un passage à écrire, puis une correction et je la poste. :-)
Posté le 12/05/2021

Mind13
Bravo. Belle intensité, qu’elle va être la suite ?
Posté le 11/05/2021

Mekron
Merci beaucoup Frédéric. Ca fait chaud au cœur. Il faudra patienter un peu pour la suite car je voudrais garder la même qualité. :-)
Posté le 3/05/2021

Frédéric 68800
Bonjour, j'ai beaucoup aimé votre dernière histoire et je dois dire que l'écriture est parfaite et le détail très plaisant , je vous encourage vivement à nous mettre encore l'eau à la bouche et j'ai hâte de lire la suite .....Frédéric
Posté le 3/05/2021

Merkon
Merci beaucoup @clorofil.
Posté le 2/05/2021

clorofil
C'est super bien écrit Je me suis imaginée à la place de cette femme qui chanceuse Et je dirais même que je rêverais d'être à sa place !!! La suite avec grand plaisir
Posté le 1/05/2021


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Les 1001 perversions de Nathalie (3) Nathalie soumise - Le 3ème jour
Les 1001 perversions de Nathalie (4) Nathalie soumise - Le 4ème jour
Beau pap fait mon éducation sexuelle 4. Jean fait cocu son fils.
Premier week-end...
Mon premier orgasme à 30 ans