Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Les fantasmes de la femme au foyer

Sandra est une femme au foyer peu comblée, dont la vie n’est pas très palpitante. Jusqu’au jour où, après de simples courses au supermarché, les fantasmes prennent de l’ampleur

Proposée le 22/02/2021 par Blueberry89

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Femme soumise
Personnages: FH
Lieu: Parking
Type: Roman


Chapitre un : Le supermarché

Sandra était débordée. Entre la lessive à lancer, les petits-déjeuners à préparer et les enfants à habiller, elle n’eût même pas le temps de prendre son café et de se coiffer convenablement. Déjà, l’heure de partir emmener les enfants à l'école arriva et, pressée par le temps, elle enfila son trench coat au-dessus de sa chemise de nuit en satin. Après tout, personne ne saurait qu’elle est en nuisette avec cet imper.


A tout juste vingt-six ans, Sandra était mère au foyer. Elle a dû abandonner son travail d’infirmière à la naissance des jumeaux, ne pouvant gérer quatre enfants en bas âge avec un travail si prenant.

Son mari Gaétan était garagiste et passait son temps les mains dans le cambouis, la laissant seule pour gérer leurs enfants, âgés de trois, cinq et six ans. Cette année fût comme une libération car enfin elle allait pouvoir avoir un peu de temps pour elle, les enfants étant tous scolarisés. Mais entre le ménage, la lessive et le reste, elle ne voyait pas la différence.


Ce jour-là, alors qu’elle revenait de l’école , elle alla sans réfléchir au magasin, oubliant qu’elle était si peu vêtue. Elle ne le remarqua qu’en apercevant sa silhoulette longiline dans le reflet de la vitrine et rougit de cette étourderie. Elle dénoua sa queue de cheval, dissimulant tant bien que mal son visage derrière sa longue crinière dorée. Avec un peu de chance, elle passerait inaperçue. D’autant que les clients du matin étaient essentiellement des personnes âgées, alors elle n’avait rien à craindre. Elle poursuivit ses courses, comme si de rien n’était.

Au détour d'une allée, son regard croisa celui d’un homme d’une trentaine d’années, vêtu d’un bleu de travail sale et arborant un air sombre. Ses yeux d’un brun mordoré, encadrés par des sourcils bien fournis la sondèrent un instant, avant de descendre explorer le reste de son corps. Une lueur s’alluma dans ses yeux quand il vit ses jambes nues et un frisson parcourut son échine. La manière dont il la regardait maintenant était obscène et elle aurait dû s’en offusquer. Mais au contraire, entre ses cuisses nâquit une petite étincelle qui n’avait plus brûlé depuis des années. Elle se surprit à ralentir pour soutenir son regard avide mais lorsqu'elle arriva à sa hauteur, son courage s’envola et elle baissa la tête en accélérant le pas. Elle n’a jamais connu d’autre homme que son mari, ni même n’en a désiré un. Alors elle préfère passer son chemin, ne se sentant pas à la hauteur de ce genre d’aventures sans lendemain.

Elle ne le revit pas avant d’être au rayon boissons, tout au fond du magasin. Elle en fit tomber de surprise un article sur l’étagère et ils se baissèrent tous les deux pour le ramasser. A nouveau, leurs regards se croisèrent et le sien dériva sur sa poitrine. Elle réalisa alors que dans son geste , son trench-coat s’était ouvert et que ses seins sortaient presque de la nuisette. Elle resta là, bombant un peu plus la poitrine pour révéler ses aréoles brunes, sachant pertinemment l’effet qu’elle lui faisait. Sa main effleura la sienne et elle la retira précipitamment, affolée par les sensations qu’elle lui procurait. Elle se rhabilla, ses joues virant à l’écarlate puis partit sans un mot jusqu'à la caisse.

Sandra repensait encore à cet homme quand elle poussait son caddie jusqu'à sa voiture dans le parking souterrain. Elle songeait encore à ce frisson qu’elle avait ressenti en rangeant ses courses dans sa voiture et constata rapidement que sa culotte était humide. Elle était perdue dans ses fantasmes quand soudain, elle sentit une présence derrière elle.


Son cœur se mit à s’affoler alors que l’inconnu vînt la plaquer contre sa voiture. D’un geste il la retourna et dès qu’elle reconnut l’homme brun de tout à l’heure, elle se décrispa comme si son corps acceptait de lui-même cette soudaine soumission. Pire, elle en ressentit un si grand plaisir quand il ouvrit l’imper avec violence pour venir remonter sa nuisette, qu’elle en eut presque honte.


- Alors on s’exhibe en plein supermarché pour allumer les mecs ? lui souffle-t-il.
- Non, je ne... fit-elle d’une toute petite voix
- Je vais te montrer à quel point tu m’as excité. C’est ce que tu veux hein ?
- Oui, se vit-elle avouer dans un souffle
- A genoux ! Ordonna-t-il avec un sourire ravi

Ses genoux fléchirent d’eux-mêmes, elle en fût la première étonnée. Oubliée la jeune mère de famille sage, maintenant la voilà soumise à un inconnu dans un parking souterrain. Elle ouvrit la bouche avec hésitation, subjuguée par la taille de ce membre pourtant de dimensions ordinaires mais qui ne ressemblait en rien au sexe de son mari. Il la gronda :


- Allez ouvre la bouche ! On va voir jusqu’où tu peux la prendre.

Docile, elle tira bien la langue et quand il y présenta son gland, elle savoura ce goût si particulier. Elle n’eut pas le temps de savourer bien longtemps, il s’enfonça alors brutalement dans sa gorge, si fort qu’elle en eût la tête collée à la carrosserie. Il apposa ses mains sur sa tête pour la maintenir pendant qu’il faisait coulisser sa verge dans cette bouche si humide. Sandra n’avait jamais subi un tel traitement, elle sentit sa cyprine dégouliner sur ses cuisses et réalisa qu’elle adorait cela. Elle n’attendait que cela depuis que leurs regards s’étaient croisés dans le magasin.

Bientôt, il sortit de sa gorge et la fit se relever. Il dévora ses seins avec passion, glissa deux doigts directement dans sa chatte brûlante pour y recueillir ce liquide exquis et les apposa contre son anneau si serré. Elle en avait toujours refusé l’accès à son mari mais quand les doigts la pénètrent, elle se laissa aller à cette subite intrusion.

- Hmmm ça m’a l’air bien serré tout ça...Tu as déjà pris une bite dans ce joli petit cul ?
- Non... haleta-t-elle. Mais la vôtre est trop grosse...
- Ne t’inquiètes pas, ça rentrera bien comme il faut, dit-il en ouvrant la portière arrière de la voiture

Il lui fit lécher ses deux doigts, ceux qui étaient dans son fondement il y a peu. Puis, une fois bien nettoyés, d’un geste, il dégagea les sièges autos et il la coucha brusquement sur la banquette arrière, les jambes en-dehors, croupe offerte. Il se pressa sur elle de tout son poids, elle en eût le souffle coupé quand il entra sans semonces dans sa chatte et commença à la pilonner sans vergogne. Elle rugit de plaisir, son sexe n’avait jamais été aussi empli ! Comme c’était bon cette brutalité ! Elle se demanda si elle allait pouvoir s’en passer après ça.


Soudain, il sortit et elle sentit son sexe se frayer un chemin entre ses lobes pour venir buter sur son petit trou. Sandra serra les dents, anticipant l’inévitable douleur d’une première sodomie. Et comme prévu, la douleur fût grande quand le membre dressé et bien lubrifié par sa mouille vînt écarter ce pauvre petit orifice encore inviolé. En un coup de reins bestial, il s’enfonça dans cet étroit fourreau, en prenant bien soin de camoufler les cris de Sandra sous sa paume.

Une fois bien fiché dans ses tréfonds, il s’immobilisa, lui laissant juste assez de temps pour se faire à sa présence. Sandra vit peu à peu apparaître un plaisir nouveau, se mêlant à la douleur et lorsqu'il se recula, elle sentit comme un vide désagréable. Vide qui fût très vite comblé par un nouveau coup de bassin rageur. Ses mouvements étaient lents, mais puissants et profonds, faisant complètement chavirer la pauvre mère au foyer. Sandra lui mordit la main et pour la punir, il tira sa crinière blonde en arrière pour venir dévorer son cou.
Les assauts devînrent de plus en plus frénétiques si bien que l’inconnu lui ordonna :


- Allez jouis salope et je veux t’entendre ! Je me finirais dans ta bouche.

Ces mots, ses gestes et l’idée même de recevoir son sperme dans sa bouche la rendirent folle et elle fût prise de puissants spasmes, diffusant son orgasme dans chaque partie de son corps. Libérée, comblée, elle hurla sa jouissance, peu importe l’endroit où il se trouvaient.


- Ouiii... vas-y ...c’est bon....oui ...oui... ouiiiii

Il ressortit alors son sexe enduits de leurs sécrétions et profita de sa prise dans ses cheveux pour la tirer en arrière et venir la placer la nuque contre la banquette. Ainsi, il pourrait aisément lui baiser la bouche au même rythme qu'il le faisait dans son cul. Et c’est ce qu’il, fit. Sans aucune douceur, il lui martela la bouche, allant jusqu'à l’étouffer de son membre. Cette soumission était telle que Sandra ne put s’empêcher d’adorer ça et d’aller glisser ses doigts dans son intimité.
Enfin, l’inconnu se raidit et, bien ancré au fond de sa gorge, il explosa en de longues saccades, arrosant de foutre sa délicate bouche, tant et si bien que le trop plein dégoulina sur ses seins. Il lui fit bien nettoyer sa verge et recueillit avec son doigt le sperme vagabond pour lui faire lécher jusqu'à la dernière goutte.


- Hmmm, t’es une bonne salope toi. Je te donnes mon numéro, hésites pas si tu en reveux un coup, dit-il en lui tendant un bout de papier sur lequel il inscrit son numéro.
- Je ne fais pas ce genre de choses d’habitude...
- Pourtant, j’ai bien vu que tu as pris ton pied.
- C’était...
- Ne dis rien, prends juste ça. Je sais que tu me rappelleras, fit-il en s’éloignant

Sandra se trouva vite honteuse et ferma les yeux un instant, juste une seconde. Quand elle les rouvrit, elle jeta des regards inquiets autour d’elle. Debout à côté de sa voiture, le caddie à la main, elle se sentit soudain perdue.
Personne à l’horizon.

Avait-elle rêvé ? Le fantasme était si intense qu’il lui en avait fait perdre l’esprit. Plus aucune trace de l’homme, de sa présence et même du petit bout de papier... Tout indiquait que Sandra venait d’imaginer tout cela mais ses images et sensations semblaient si réelles qu’elle en fût choquée. Seule demeurait l’excitation fulgurante qui grondait en elle. Son envie impérieuse lui fit faire une chose folle.


Elle referma les portes, se coucha dans la voiture sur la banquette arrière, déplaçant les sièges autos au passage, et d’une main assurée, elle agaça son clitoris avec une telle fougue, qu’un jet de cyprine atteint le siège au moment où son orgasme l’emporta. Tout le long, elle avait pensé à cet homme et à la façon dont il l’avait enculée brutalement dans ses songes. Elle se sentit coupable. Coupable d’avoir aimé ça et coupable d’en vouloir encore plus. Son esprit allait-il la laisser en paix dorénavant ou bien subira-t-elle encore une de ces absences délicieusement érotique ?

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

valerie
qu'elle beau reve super
Posté le 11/03/2023

Aure83
Merci beaucoup pour cette histoire ! Vous m avez émoustillé avec cette mère de famille qui se découvre une passion pour le sexe sauvage. En espérant vous lire encore. Coquinement votre.
Posté le 10/01/2023

Anonyme
J'ai adoré cette histoire qui même si elle n'est qu'un fantasme semble très réaliste....
Posté le 26/11/2022

Anonyme
Voilà un fantasme d'une force impressionnnate !
Posté le 14/07/2021


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Le supermarché des fantasmes
Un deal de fantasmes
Fantasmes de retraité
Les fantasmes de ma compagne
La Boite à Fantasmes - Marjorie