Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Allumage et mise en bouche entre amis

Alisson et moi sommes de vrais amis, complices, et nous racontons toutes nos histoires, y compris nos histoires de cul. De quoi nous chauffer régulièrement. A chaque fois que nous nous revoyons, nous restons peu de temps habillés !

Proposée le 7/01/2021 par Créatif21

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Jeu érotique
Personnages: FH
Lieu: Parking
Type: Histoire vraie


Officiellement nous ne sommes qu'amis. Les parents d'Alisson ne semblent en effet pas se douter que même si nous partageons beaucoup de choses tous les deux, nous partageons aussi le même lit dès que l'occasion se présente. Durant les deux jours passés chez eux dernièrement, les deux lits disposés côte à côte dans la chambre d'amis avaient d'ailleurs fini par n'en former plus qu'un.
C'est plus fort que nous. Très complices à distance, nous nous soutenons l'un l'autre, bien que nous nous voyions peu souvent. Alisson et moi aimons passionnément le sexe, et goûtons à d'autres partenaires sans nous priver de nous raconter quelques détails quand le moment est propice. Rien de plus excitant pour les deux parties qu'une histoire susurrée à l'oreille, pendant que deux doigts s'introduisent dans la chatte...

Après ces deux jours, où nous avions réussi à baiser discrètement pendant plusieurs heures déjà, nous étions partis en voiture chez moi, en fin d'après-midi. Rassasiés le matin, nous étions déjà affamés en début d'après-midi...les derniers instants passés chez les parents d'Alisson avaient achevé de nous filer la dalle. Ses sourires séducteurs, et la distance feinte que j'instaurais à son égard...C'en était trop pour nous deux ! Sur le trajet, elle se fit un malin plaisir à me dire combien elle m'avait trouvé désirable à ces moments-là. Et négligemment, pendant qu'elle conduisait, sa main droite commença à me caresser la cuisse, avant de remonter pour constater l'effet qu'elle me faisait. Nous étions à la nuit tombée...

Je commençais à être très à l'étroit dans mon pantalon, ce qui ne manquait pas d'amuser ma coquine d'amie. Ce petit jeu de caresses dura bien dix minutes, durant lesquelles je ne pouvais plus cacher mon désir, d'autant plus qu'elle commençait à presque me branler à travers mon jean...elle voyait bien que je n'en pouvais plus !
Soudain, une fois entrée dans l'agglomération, sans prévenir, elle bifurqua de la route principale et entra sur le vaste parking d'un entrepôt quelques dizaines de mètres plus loin. Elle se gara à l'écart des camions et autres véhicules, non loin de l'entrée...à un endroit très peu éclairé...et coupa le moteur. Puis elle me planta son regard dans le mien, me demanda de me détacher et de déboutonner mon blouson. Je m'exécutai, sur le point d'exploser dans mon pantalon. Sa bouche saisit la mienne et sa langue me pénétra avec fougue, pendant que sa main ouvrait ma braguette avec dextérité. Je me redressai pour libérer enfin ma bite. Après avoir jaugé d'un regard bref et terriblement salace la puissance de mon désir, elle m'engloutit sans ménagement dans sa bouche. Je m'abandonnai totalement sous ses allers-retours, dans un premier temps, soulagé de sentir ainsi ma queue enveloppée dans cette bouche soyeuse. Elle léchait mon gland avec lenteur, avant de descendre me gober l'intégralité de mon manche, tout en caressant mes couilles. Puis, après l'avoir brièvement relevée pour l'embrasser avec passion, je la repenchai délicatement vers mon sexe et me mis à lui baiser littéralement la bouche jusqu'à être au bord de l'explosion. Alors que j'étais sur le point de jouir, et que je commençais à me retirer de cet étui, elle écarta ma main, me prit la queue à pleine main et la suça de plus belle, faisant immédiatement gicler le sperme dans sa bouche sans en laisser couler une seule goutte. Mon râle fut aussi long que le plaisir fut intense...elle recracha dans un mouchoir, tout en me regardant d'un air satisfait.

Arrivés chez moi un quart d'heure plus tard, nous avions encore faim...nos vêtements ne tardèrent à joncher le sol...

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

El Nino
Bien écrit. Bon sens du narratif. Style impeccable. À suivre.
Posté le 29/06/2023


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Les bizuthes 1 - La mise en bouche
Les escapades de Manon - Mise en bouche
Découverte entre amis (1)
Partouze entre amis 2
Partouze entre amis