Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Les nuits dérobées - chapitre 1

Le récit, écrit à la première personne, fait suivre Ariel et Marc à tour de rôle après leur récente séparation. Ce premier chapitre nous fait découvrir Marc, saoul et en manque reprennant contact avec une amie: Marie.

Proposée le 15/08/2020 par Seth

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Couple, passion
Personnages: FH
Lieu: A la maison, intime
Type: Roman


Oublier Ariel, oublier son rire, ses cheveux, ses yeux riants, son visage tantôt boudeur, tantôt rayonnant. Oublier la douceur de sa voix et de sa peau. Oublier ses caresses et son corps. Oublier les instants intimes, ces moments où le temps semblait s'arrêter, où le monde n'existait plus. Nous étions seuls. Chaque seconde était une perle volée au collier du temps perdu.


Me voilà poète d'un instant.


La chambre tourne, j'ai trop bu. Seul et éméché. Cette pulsion sourde au fond de moi me rappelle ce manque. Ce manque qui a fait son apparition depuis 3 mois déjà. 3 mois d'abstinence à la fois forcée et complice. Me toucher calme mais ne guérit pas mon mal être. Ma tête est sur le point d'imploser. Souvent je me réveille, mon sexe dur comme la pierre mais mon corps est trop fatigué pour se lancer à nouveau dans cette routine. Alors je n'arrive plus à me rendormir, ressassant encore et encore la fougue qui nous habitait. Se faire du bien à se faire mal. Je me tourne et me retourne jusqu'à l'aube avant de tenter de accomplir ma tâche de citoyen modèle. Se lever, se faire présentable, aller bosser, écouter les gens parler de leurs petits tracas. "Pierre a trompé Annie", "ma femme ne me veut plus", "nous allons adopter". Faire semblant d'en avoir quelque chose à foutre.


Finalement, au vu des circonstances, je me dis que je dois être assez doué pour me prêter jour après jour à cette mascarade.

Aujourd'hui, j'ai eu droit à la journée type de ma nouvelle vie. Une sorte de mélange d'ennui et de désespoir. Il faut que je sorte, que je voie quelqu'un. Comment elle s'appelait déjà? Marie, je dois encore avoir son numéro. Elle m'avait tenu la jambe alors que mon couple battait de l'aile. Un jour j'avais failli céder. C'est vrai qu'elle est bandante. Insupportable mais bandante.


Ca sonne. Répondeur. L'abonné n'est pas joignable. Bip sonore.


- Salut Marie, c'est Marc. Tu fais quelque chose ce soir? Je suis chez moi.


Je raccroche.

Deux minute plus tard, le téléphone vibre. Un message. Deux mots. "J'arrive".

Je ne prend pas la peine de ranger, elle sera là dans à peine 10 minutes et de toute façon, je ne vais pas faire semblant que tout va bien. Je m'allonge sur le canapé en attendant.

On sonne, j'actionne l'interrupteur de la porte de l'immeuble et entrouvre celle de l'appartement. Je l'entends gravir calmement les 3 étages. Elle arrive finalement sur le pallier et je lui fais signe d'entrer.


Comment la décrire? Elle porte un blouson ouvert en jean sur une robe en lin unie verte. Des cheveux blonds légèrement bouclés encadrent un visage séduisant. Je devine des formes plus amples qu'Ariel. Elle me sourit alors que je la décharge de son blouson.


- Tu aimerais boire quelque chose?


- Tu as une bouteille ouverte?


Je secoue la tête en signe d'affirmation et l'invite au salon. Je lui sers un verre et m'en verse un fond. Ca serait stupide d'être trop saoul pour profiter des instants à venir. Nous nous asseyons chacun sur un fauteuil et discutons de tout et rien. Surtout de rien. Ca a toujours été son problème, bandante mais pas forcément très intéressante. Elle me parle de son job, de son copain actuel avec qui rien ne va. Je la ressers. Puis elle me regarde dans le yeux et me demande:

- Tu veux parler d'Ariel?

Je fais non de la tête. Elle détourne un instant son regard, pince ses lèvres puis dépose son verre sur la table. Sans un mot, elle se lève et s'approche de mon fauteuil. Elle en touche du bout des doigts l'accoudoir puis s'agenouille.


Toujours dans le silence, elle pose ses mains sur mes jambes qu'elle écarte lentement. Ses doigts remontent lentement en direction de ma ceinture qu'elle défait d'un geste expert. Instinctivement, mon sexe se durcit et elle le remarque aussitôt, un léger sourire vient agrémenter son visage alors qu'elle glisse sa main dans mon pantalon. A travers mon boxer, elle commence à malaxer mon gland circoncis tout en jetant ses yeux dans les miens. Puis d'un geste habile, elle me fait comprendre qu'il est temps de retirer ce pantalon et ce boxer qui ne servent plus à rien. Je m'exécute alors qu'elle attache ses cheveux en un chignon serré. C'est alors que je remarque le charme de son visage. J'ai envie d'elle, de la baiser pendant des heures, dans tous les sens et partout. De la dominer. Un pulsion brutale commence à naitre au fond de moi. Elle approche sa bouche de mon pénis et l'embrasse a de nombreuses reprises avant de l'insérer tout entier dans sa bouche. Elle malaxe mes testicules tout en me prodiguant une fellation d'anthologie. Sa salive dégoulinant de mon sexe s'accompagne de ces bruits de succion si excitants. Parfois elle cesse de jouer avec sa bouche pour se servir de ses deux mains et me fixer dans les yeux. J'y lis un désir énorme.


Il est temps de passer au choses sérieuses. Elle ne s'est pas fait belle pour ne pas être touchée. Je la fait se lever, l'embrasse et l'entraîne dans la chambre. Je lui retire sa robe. Bon sang qu'elle est bonne. Elle porte de la lingerie noire en dentelle, à la fois provocante et chic. Elle s'étend sur le lit. Je l'embrasse à nouveau, attrapant ses seins a travers son soutien gorge. Puis ma main se glisse en direction de son bas ventre. Je ne veux plus attendre. Sous sa culotte, je sens son sexe chaud et humide comme rarement j'en ai rencontré. A peine je le caresse qu'elle réagit au quart de tour. Je lui retire sa culotte. Je m'amuse quelques instants à frotter mon gland sur son sexe. Elle gémit mais elle en veut plus. Ca tombe bien moi aussi.


- Prends moi.


C'est la première chose intéressante qu'elle ait dit de la soirée. Elle se retourne et se met à quatre patte m'offrant une vue imprenable sur sa croupe. J'introduis alors lentement mon sexe dans le sien. Tout y est tellement lubrifié que je m'y glisse comme dans un gant. Alors je commence à la baiser. J'aime d'habitude y aller doucement mais la frustration accumulée de ces dernières semaines me donne le besoin de plus de brutalité. Par chance elle semble apprécier. Elle glisse une main pour tour à tour caresser son sexe et mes couilles qui viennent toucher sont clitoris à chaque va et vient. Je l'entends gémir. J'assure mon assise en posant mes deux mains sur ses hanches. Son sexe dégouline, je sens des gouter rouler le long de nos jambes.


Sa respiration s'accélère et je sens qu'elle va jouir alors je donne tout. Jamais cela n'a été aussi bestial.


- Continue, je vais jouir. Ne t'arrête pas.

Les gémissements font place à de petits cris. Mes mains passent sous son corps. Une lui agrippe un sein, l'autre vient masturber son sexe moite pendant que ma bite pilonne sans pouvoir s'arrêter.

Puis un intense tremblement parcours son corps et elle jouit en un cri rauque. Son vagin se contracte, se jambes tremblent.


Quelques instants plus tard, lorsque vient mon tour de jouir, le visage d'Ariel s'impose dans ma tête, glorieux et implacable. Ce regard presque innocent me donne les larmes aux yeux. Mon corps exulte, je déverse mon sperme en Marie. Transpirant, éreinté. Je veux rire et pleurer. Je m'affale sur le lit, à bout de souffle. Marie, après un rapide passage aux toilettes, se love contre moi et nous nous endormons sans demander notre reste.


Une nuit sans rêve.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Rencontre de deux salope en boîte de nuits
Chapitre 1 : Moi, Hugo, 42 ans...
L'invitation : Chapitre 3 (fin)
La bonne - chapitre 3
La bonne - chapitre 4