Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Un fantasme devenu réalité. 3

Après ce départ en fanfare, je suis aux anges mais pour lui, il ne partira pas avant d'avoir exploré toutes les possibilités de mon corps. Je n'y couperai pas d'une bonne sodomie et ça risque d'être épique avec un tel calibre.

Proposée le 14/06/2019 par mlkjhg39

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: extra-conjugal
Personnages: FH
Lieu: A la maison, intime
Type: Fantasme

(Cette histoire est écrite avec la complicité d’une de mes lectrices. Mais je ne vous dirai pas si tout ou partie est fantasme ou réalité. L’auteur)

Je remonte, et ma main vient caresser son cou, son menton, mes doigts se posent doucement sur ses lèvres. Il souffle doucement, mime un petit baiser tout léger et du bout de sa langue touche mes doigts. Oh, l'effet qu'il me fait ! Je sens toutes mes terminaisons nerveuses frémir. Je croyais être repue, assouvie. Il a réveillé une femme en moi, qui veut plus, encore. Il m'a dit quelques minutes... c'est 5, 10, 15.... Hum, je savoure déjà la reprise.

(Suite)
Ça fait bien 20 minutes qu'il joue avec mon corps, ne se servant que de ses mains et de sa bouche. Pas une partie de mon corps n'y échappe mais il revient souvent vers mon anneau fripé.
Sa langue, puis sa main en explorent les contours. Sa langue l'enduit de salive avant qu'un doigt ne le viole. Je ne le refuse pas. Il s'enhardit et son doigt pousse un peu plus loin. J'essaie de serrer les fesses contre l'intrusion mais il continue, me giflant la fesse droite de son autre main. Je suis surprise et il en profite pour introduire deux doigts dans mon trou.
Ça ne fait pas de l'effet qu'à moi. Sa verge a repris toute sa vigueur. Il n'est pas tout jeune mon étalon, mais il en remontrerait à de petits jeunes.

-Tu veux? me demande-t-il. Je ne le ferai que si tu es d'accord!
Est-ce que je veux? Il me demande alors que je suis déjà pantelante. La tête dans l'oreiller, les mains crispées, le cul levé, jambes légèrement écartées, et il me demande si je veux?
Je suis une poupée dans ses mains expertes, je suis de la guimauve, il peut faire de moi ce qu'il veut et il le sait.
Mais il me demande... est-ce que je veux? Quel gentleman !
Oh, j'en ai rêvé, j'ai imaginé que si c'était bien fait, cela pouvait être un plaisir différent mais tout aussi satisfaisant.
Et si il y a quelqu'un qui fait bien, très bien même, c'est mon "pas tout jeune" (;-)) étalon, le bougre!
Il a toujours deux doigts qui coulissent dans mon fondement. J'aime ça... c'est curieux, c'est bon, et ça me brûle en même temps mon abricot... c'est stimulant... j'ai envie... Il est énorme!!!! Mais j'ai envie.
- Oui ! Mille fois oui !

Plusieurs fois, il plonge sa bite dans mon sexe pour bien la graisser, crache sur mon cul et présente le bébé à la mère. Il force à peine, ne faisant rentrer que la moitié de son gland trigonocéphale.
Mon sphincter résiste à l'intrus, il présente sa verge devant mon visage pour que je la couvre de ma salive puis revient à la charge.
Il s'aide de sa main serrée juste derrière son gland et donne un brusque coup de reins. La brûlure est atroce mais ma pastille a cédé. J'ai déjà pratiqué la sodomie avec mon ex mari, mais c'était il y a plus de vingt ans et j'étais plus souple. Et surtout ce n’était pas le même calibre !!!
J'ai le cul dilaté, mon anneau c'est resserré une fois le gland passé qui vient de retrouver tout son volume.
-Aaaaaaaaaahhhhhhhh! Tu me casses le cul! Ne bouge plus!
Mais il ne m'écoute pas et donne de petits coups de reins très rapprochés, ne forçant pas trop.

- Ça va aller! Le plus dur est fait et tu vas t'habituer!
Petit à petit, mon œillet s'adapte à cet intrus hors-normes. Je souffre mais acquiesce d'un regard, la bouche grande ouverte en recherche d'air.
Il force toujours, j'ai l'impression que cette queue n'a pas de fin et va finir par me ressortir par la bouche.
Je n'ai jamais ressenti ça !
Je gémis plus de douleur qu'autre chose. J'halète, fais "le petit chien".
- Respire Sophie!!
- Tu en as de bonne toi ! Tu t'imagines avec ton 16 cm de circonférence dans le cul!!
Mais sa réponse m’abasourdit :

- Euh, c'est le moment de te dire que je ne suis qu'à la moitié ! Me répond-t-il en souriant.
Je l'entends, il sourit!!! Je tourne la tête brusquement, et oui, il sourit. J'ai mal, il est beau quand il sourit, ses yeux se plissent et pétillent. Je respire.
Il passe une main sous moi pour venir me caresser le clitoris.
- Tu mouilles quand même!
-Oui, mais j'ai mal.
Il bouge doucement, ce n'est pas si mal. Il pince un peu mon bouton d'amour, glisse ses doigts entre mes lèvres, frotte, tapote.
Et, il gagne encore quelques centimètres, doucement, deux centimètres en arrière, trois en avant. Il accélère aussi.
J'ai chaud, la douleur est là mais il y a autre chose qui commence à monter.
- Ça va?
- Oui,..., oui,...oh! doucement, Oui ! Oui ! Vite, remplie-moi!!!!
Je dégouline encore, ma chatte pleure...
Je réalise soudain que ses couilles s’écrasent avec régularité sur ma chatte où ses doigts ont trouvé mon point G. Je ne savais pas qu’on pouvait ressentir un tel plaisir, une telle félicité dans une sodomie.
Je coule, je me vide sur sa main d’un flot de cyprine comme ça ne m’étais encore jamais arrivé. C’est une jouissance continue, interminable… Comment ai-je pu me passer de ça pendant si longtemps ?
Décidément ! Je vais être obligée de jeter mes draps, ils seront irrécupérables.
Il se lâche comme un faune en moi, ses ruades sont d’une violence extrême mais il continue à me doigter pour que je ne redescende pas de mon nuage. Je suis vidée ! Une vraie serpillière mais il continue encore et encore…
Il se retire parfois entièrement laissant mon trou ouvert avant de replonger en entier son flotteur dans mes entrailles.

Soudain il se retire laissant mon anus en chou-fleur se refermer avec difficulté après ce qu’il vient de subir.
Il vient mettre sa queue devant mon visage et se vide à nouveau. Son premier jet me rend borgne et les suivants finissent dans mes cheveux et sur ma poitrine.
Bon Dieu ! Il a une sacrée paire de couilles pour avoir encore de telles réserves !
Nous terminons la nuit ensemble sous la douche. J’ai encore faim de lui mais il me dit qu’il doit partir.
Je suis triste quand je vois disparaître son corps sous ses habits.
Je me pends à son cou pour l’embrasser à pleine bouche, ne voulant plus le laisser partir.
Mais il desserre mes bras de son corps et ouvre la porte.
Quelle tristesse de le voir partir !
Ça y est, je me retrouve seule. Et je réalise avec effroi que je ne lui ai même pas demandé son adresse ou son numéro de téléphone !
Malheur ! Catastrophe !
Je vais sauter sur mon clavier pour qu’il me les donne, mais le voudra-t-il ?
Devrais-je attendre nuit après nuit qu’il sonne à ma porte ?

A suivre…


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Un fantasme devenu réalité. 1
Un fantasme devenu réalité. 2
Un fantasme devenu réalité. 4
Un fantasme devenu réalité. 5
Un fantasme devenu réalité 6.