Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

La Reine du Capricorne-Chapitre 4 : Le Capricorne

Depuis que Hervé, son amant et dominateur, lui a fait connaître Sonia, Martine la voit plus que lui. Elle a découvert les plaisirs saphiques en compagnie de Sonia. Un jour, Sonia lui demande de se préparer à sortir. Ce qui voulait dire, se doucher, se masturber et porter des bas et des chaussures à talons pour seuls vêtements.

Proposée le 13/01/2019 par Marc Paul

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: pratiques sexuelles
Personnages: Groupes
Lieu: Sauna, club, sexe shop
Type: Roman

Début mai, Martine reçut un SMS de Sonia :« Ce soir, nous sortons, fais toi belle ».Martine se prépara, se caressa sous la douche car Sonia avait les mêmes exigences qu'Hervé. Elle se coiffa et se maquilla très soigneusement comme cela lui était demandé. Elle mit des bas en fine résille et des escarpins à talons de douze centimètres. Vers sept heures et demi, Sonia arriva, portant une petite mallette en cuir bordeaux. Après l'avoir embrassée et vérifié qu'elle était bien mouillée, Sonia ouvrit sa mallette et en sortit deux pinces à tétons reliées par une chaîne en or. A chaque pince, un pendentif en cristal blanc taillé en larme pendait. Elle fixa les pinces sur les seins de Martine, immobile qui attendait que Sonia la prépare. Elle se disait que cette sortie devrait être très particulière pour que sa maîtresse prenne tant de soin quant à son apparence. Elle tira ensuite de sa mallette des petits pendentifs en cristal blanc eux aussi, quatre en tout, plus petits que ceux qui pendaient aux tétons de Martine, et les fixa à l'aide de pinces à ses petites lèvres violacées encore gonflées par le plaisir récent qu'elle s'était donnée sous la douche. Martine grimaça un peu sous la douleur provoquée par les pincements de ses lèvres intimes mais la gêne s'atténua vite. Sonia termina sa préparation en introduisant deux boules de geishas dans le con de Martine. En montant dans la voiture, Martine osa poser la question qui lui brûlait les lèvres :
- Ou m'emmènes-tu ?
- Tu verras bien, la seule chose que je peux te dire c'est que tu verras Hervé.

Et Sonia démarra, lui signifiant ainsi qu'elle ne devait pas poser d'autres questions. Les deux femmes roulèrent une trentaine de minutes dans la campagne avant que Sonia ne se gare à proximité d'un bâtiment, une ancienne grange rénovée et dont le toit portait une enseigne lumineuse qui indiquait « Le Capricorne ». Martine avait déjà entendu parler de ce club échangiste qui faisait les gorges chaudes dans toute la région. Sonia avait garé sa voiture à l'extrémité du parking qui longeait la route. Quand Martine descendit de la voiture, Sonia lui demanda de quitter l'imperméable qui couvrait sa nudité et de lui donner. Martine s'exécuta et Sonia jeta l'imper sur la banquette arrière de la voiture et sans dire un mot, elle se dirigea vers l'entrée du club. Martine la suivit, elle dut parcourir nue, la cinquantaine de mètres jusqu'à l'entrée du club. Deux ou trois voitures passèrent rapidement, une seule ralentit. Martine ne cherchait plus du tout maintenant à préserver sa nudité, l'exhibition de son corps ne lui faisait plus peur, elle adressa un signe de la main aux occupants de la voiture qui venait de klaxonner et continua sa marche. Sonia appuya sur la sonnette à la porte. Un guichet s'ouvrit, Martine devina un visage masculin qui regarda à travers la petite grille en fer forgé. Sans que Sonia n'ait besoin de dire un mot, la porte s'ouvrit. Sonia entra en disant bonjour au gardien, elle l'appela Pedro. Sonia pénétra dans le club, vide à cette heure-ci. Seules quelques personnes s'affairaient dans la salle principale, des hommes en tenue de valet et des jeunes femmes habillées en soubrette. La salle était assez grande et devait occuper la majeure partie du bâtiment. En son centre, une piste de danse en parquet, sur le pourtour, des tables avec des banquettes. Une mezzanine courait sur tout le tour de la salle, un escalier permettait d'y accéder. Au pied de l'escalier, un le bar était tenu par un barman noir de très grande taille et très musclé, un vrai géant de deux mètres de haut. Sonia entraîna Martine vers le bar et lui dit de l'attendre ici. Elle monta l'escalier et disparut à l'étage. Martine s'assit sur un des hauts tabourets et garda ses jambes largement ouvertes comme Sonia exigeait d'elle.

Martine regardait les personnes qui posaient des chandeliers sur les tables, passaient un dernier petit coup de chiffon avant l'arrivée des clients, Tout ce petit monde vaquait à ses occupations sans prêter attention à Martine, comme si la présence de cette femme nue, totalement offerte aux regards, avec les seins et le sexe parés de bijoux était la chose la plus naturelle au monde.

Le barman la tira de ses pensées en lui demandant si elle voulait boire quelque chose. Martine lui répondit avec un sourire :
• Oui, je veux bien, un scotch ! Double, s'il vous plait !
Le barman posa devant elle un verre remplit à moitié sur une petite serviette en papier. Martine utilisa la serviette pour essuyer l'intérieur de ses cuisses luisantes de sa mouille. Elle fit cela le plus naturellement du monde, comme si elle s'essuyait la bouche.

Elle buvait son whisky à petites gorgées quand Hervé arriva. Il s'assit à côté d'elle et commanda un rhum-coca. Il se tourna vers Martine :
• Martine, tu es une bonne salope, mais je me suis lassé de toi.
• Quoi ? Qu'est-ce que tu veux dire ?
• Je veux dire que j'ai besoin de changement et que j'arrête avec toi !
• Mais… Mais…Je suis ta salope, qu'est-ce que je vais devenir, tu me fais tellement jouir, tu me donnes tellement de plaisir… J'ai besoin de toi.
• Tu n'as pas besoin de moi, tu as besoin d'un maître et je t'en ai trouvé un. Il veut bien que tu sois sa salope mais il faudra que tu te montres à la hauteur. C'est pour cela que nous sommes là.

Il terminait cette conversation quand Sonia redescendit l'escalier et vint vers eux.
• Ah, Hervé, tu es arrivé. C'est parfait. Allons-y.

Elle se dirigea vers l'escalier, suivie d’Hervé qui entraîna Martine par la main.

A l'étage, Martine découvrit des alcôves meublées soit de lit, soit de canapés, ou bien vides qui s'ouvrait sur la mezzanine. Sonia les entraîna par une porte qu'elle ouvrit avec un badge. Après un long couloir, elle les fit entrer dans une pièce meublée de quelques fauteuils et d'un grand bureau recouvert de papiers, de dossiers. Un homme les attendait. Il devait avoir une petite quarantaine, une petite brioche, plutôt grand avec un début de calvitie et une moustache fine. Il était très brun mais avait des yeux d'un bleu perçant. Il se précipita vers Hervé, lui serra chaleureusement la main avant de se tourner vers Martine et de lui faire un baisemain :
• Cher ami, voila donc la charmante personne dont vous m'avez parlé ?
• Exactement, je vous présente Martine. Répondit Hervé.
• Je suis David, vous connaissez Sonia ma compagne, si j'ai bien compris. Repris l'homme, puis sans attendre de réponse il continua. Venez avec moi.

Il prit la main de Martine et l'attira vers un poteau qui soutenait la charpente. Il lui fixa les mains à l'aide de menottes au-dessus de sa tête. Et il se dirigea vers un fauteuil, et s'y assit. Hervé s'assit dans le fauteuil tout proche et Sonia prit place sur l'accoudoir de celui de David. David se tourna vers Hervé :
• Ainsi, cher ami, vous seriez prêt à me céder cette charmante personne.
• Absolument, j'aime le changement.
• Est-elle docile ?
• Oui, très soumise, je pense que Sonia vous a fait un compte-rendu.
• Effectivement, elle a dû la malmener un peu, m'a-t'elle dit, mais ensuite tout s'est très bien passé. Elle est mariée dites-vous ?
• Oui, mais son mari travaille de nuit, elle est disponible trois ou quatre soirs par semaine et un week-end sur deux. Sonia a le planning de son mari. 
• Si vous me le permettez, j'aimerais me rendre compte par moi-même de sa docilité.
• Mais bien-sûr, je vous en prie.

David se leva et s'approcha de Martine qui gardait les yeux baissés. Il lui mit la main entre les cuisses, joua de ses doigts avec les bijoux qui étiraient ses lèvres intimes. Puis il fit courir ses mains sur l'ensemble de son corps, flatta ses hanches rondes, ses seins lourds avant de lui relever la tête en lui soulevant le menton :
• Tu mouilles toujours comme cela ?
• Oui, je mouille beaucoup, surtout quand je porte des boules de geishas.
• Tu te branles souvent ?
• Tous les jours. Parfois plusieurs fois.
• Bien, et ton mari. Tu baises avec lui ?
• Oui, quand il ne travaille pas.
• Tu aimes te faire baiser ?
• Oui.
• Tu prends par le con ? le cul ? la bouche ?
• Oui, j'aime tout.
• Et avec une fille, tu aimes faire la gouine ?
• Oui, avec Sonia c'est bien.

Alors que David apparemment satisfait de son interrogatoire se retourna pour s'asseoir, Sonia lui lança :
• Mon chéri, tu pourrais peut-être faire essayer à Sonia notre nouvelle acquisition ?
• Excellente idée, ma belle. Répondit David en se dirigeant vers un placard.Il en sortit un appareil de la taille d'une valise. 
• Un sybian ! S'exclama Hervé.
• Exact, j'ai ramené cela de mon voyage en Californie, la semaine dernière.

Il installa le sybian au milieu de la pièce et alla le brancher à une prise de courant. Il détacha ensuite Martine, après lui avoir enlevé ses boules de geishas et les pinces de ses lèvres intimes. Il la conduisit vers le sybian et lui expliqua comment le chevaucher.

Martine s'assit sur le demi cylindre, en prenant soin de bien écarter ses petites lèvres afin que le petit coussin en silicone soit parfaitement en contact avec sa fente. Un petit gode était enfoncé dans son con inondé et une petite protubérance entrait en contact avec son clitoris. Une fois installée, David lia ses poignets à ses chevilles à l'aide de menottes. David manipula le boîtier de commande. Le sybian se mit à ronronner et le petit gode fit des mouvements circulaires dans le vagin de Martine. D'autres manipulations firent vibrer le petit coussin en silicone. Martine gémit. Ce qu'elle ressentait était plus fort que tous ce qu’Hervé ou Sonia lui avait fait subir avec les œufs vibrants ou les vibromasseurs. Quand David augmenta encore la puissance des vibrations, Martine cria. Cette machine diabolique, à laquelle elle ne pouvait échapper, martyrisait délicieusement son bas-ventre. David baissa un peu la puissance. Puis il lui mit la chaînette qui reliait ses tétons entre les dents. Ses seins étaient alors tirés vers le haut et s'agenouillant derrière elle, il lui caressa la poitrine. David augmenta ensuite la puissance du sybian, Martine cria à nouveau. Il fit cela ainsi plusieurs cycles de montée et de descente de puissance afin de ne pas la faire jouir trop vite. Martine transpirait, des gouttes de sueur dégoulinaient sur son visage, se rejoignaient en un ruisseau entre ses gros seins. David mit alors le sybian à pleine puissance, arracha un cri à Martine et il le laissa comme cela jusqu'à ce que l'orgasme explose en elle. Martine se coucha sur le côté pour échapper à l'appareil et elle continua de jouir par terre, son plaisir refluant par vagues, sa gorge laissant échapper de longs gémissements.
David se tourna vers Hervé :
• Parfait, tout cela me semble parfait. Ah si, une dernière question, lui avez-vous fait connaître d'autres hommes ou d'autres femmes que ma charmante Sonia ?
• Non.
• Bon, nous allons voir cela. De toute façon, j'avais l'intention de la faire tester.

David se leva et décrocha un téléphone mural.
• Tu peux monter, s'il te plait, j'ai besoin de toi. Et demande à Pedro et Christelle de venir avec toi.

Et il raccrocha. Quelques minutes de silence passèrent avant que le barman noir, suivi de l'homme qui leur avait ouvert la porte et une jeune femme blonde un peu boulotte entrent dans la pièce.

David les accueillit d'un :
• Mes amis, merci d'être venus si vite, je vous ai appelés pour tester cette charmante personne et me permettre de vérifier qu'elle est bien la parfaite salope que l'on m'a décrite. Vous savez ce que vous avez à faire…

Comme dans un scénario bien huilé, Pedro et Christelle s'installèrent dans des fauteuils libres, pendant que le barman s'approcha de Martine. Il la libéra de ses menottes avant de l'aider à se relever. Puis il introduisit son majeur dans son intimité, le ressortit, et le donna à sucer à Martine. Il dépassait d'une bonne tête sa future victime.

Le barman baissa son pantalon et son boxer à mi-cuisses, libérant un chibre énorme, proportionnel à sa corpulence, gros comme le bras de Martine. Martine regarda effarée ce pieu qui pointait vers elle. D'un doigt, il fit signe à Martine de s'approcher de lui. Il lui prit les mains et les posa sur ses épaules, puis il la souleva par les cuisses, apparemment sans effort et la fit redescendre sur son chibre.

Martine sentit à peine l'énorme queue s'enfoncer en elle, dilater son con anesthésié par les vibrations. Elle noua ses jambes autour de la taille du barman, ses bras autour de la nuque et se laissa besogner de la sorte. Le barman la faisait coulisser sur son dard en la soulevant par les fesses toujours sans avoir l'air forcer. Petit à petit, son con retrouva sa sensibilité, et le coulissement de ce gros pieu fit son effet.

Martine serra le cou de son amant, enfouis son visage contre son épaule, et jouit à nouveau. Le barman la reposa par terre, puit la força à se baisser et à ouvrir la bouche. Il se masturba rapidement devant sa bouche grande ouverte et lui envoya de puissants jets de sperme au fond de la gorge. Martine avala tout sans rechigner et le suça pour nettoyer son chibre. Il se rajusta ensuite.

Pedro se leva de son siège et entraîna Martine vers la blonde Christelle qui avait relevé sa jupette de soubrette, et se tenait assise, les cuisses grandes ouvertes et les fesses au bord du fauteuil. Pedro conduisit la tête de Martine entre les cuisses de sa collègue. Sans se faire prier, Martine commença à sucer cette petite chatte offerte à sa bouche pendant que Pedro passait derrière elle et la sodomisa.

Christelle manifesta son plaisir rapidement pendant que son collègue allait et venait tranquillement dans le cul de Martine. Christelle partit rapidement dans des gémissements profonds et jouit de se faire sucer et branler par les deux doigts que Martine avait mis dans sa chatte. Pedro se vida dans le cul de Martine avant qu'elle ne jouisse elle-même. David semblait satisfait de ce test. Il le dit à Martine qui se relevait pendant que les trois employés quittaient la pièce. Sonia proposa à Martine d'aller faire un brin de toilette dans la salle de bains attenante.

Quand Martine revint après avoir pris une douche, David l'invita à s'asseoir près de lui, sur l'accoudoir de son fauteuil. En lui caressant distraitement les cuisses, il lui dit :
• Tu es une belle salope, Martine. Tu m'as vraiment impressionné.
• Merci, David. C'est gentil.
• Hervé est prêt à te céder à Sonia et à moi. Es-tu d'accord ?
• Si Hervé le veut et si tu es d'accord, je veux bien être votre chienne à tous les deux. Mais, avant d'accepter totalement, est-ce que je peux poser une question ?
• Oui, je t'écoute.
• Bon, voilà, je vous suis soumise, je l'accepte avec plaisir mais que comptez-vous faire de moi ? Est-ce que Sonia ou toi continuerez à venir me baiser chez moi, comme le faisait Hervé ?
• En fait, non. Quand nous aurons décidé et que tu seras disponible, nous t'enverrons une voiture qui t'amènera ici. Tu seras alors à la disposition de nos clients et nous te demandons d'accepter leurs avances. Est-ce que tu acceptes cela ?
• C'est d'accord. J'accepte votre proposition.

Et David se tournant vers Hervé lui déclara :
• Eh bien, cher ami, je crois que l'affaire est conclue. Toujours d'accord pour les conditions ?
• Une carte de membre permanent avec les services illimités pour votre club ?
• C'est bien cela !
• Eh bien, David, c'est d'accord. Martine, tu es maintenant à la disposition de Sonia et de David.

Hervé prit congé, laissant Martine avec Sonia et David.

David continua de caresser doucement, distraitement Martine en discutant avec Sonia. Puis il se leva et alla à son bureau pianoter sur son ordinateur. Il dit à sa compagne :
• Il y a du monde. La salle à l'air pleine. Que dirais-tu si nous présentions notre nouvelle amie à nos clients ?
• Pourquoi pas ? Si elle est en forme et se sent capable de le faire…
• Je pense même lui proposer une petite récompense.
• Ah oui, elle le mérite. Tu penses à quoi ?
• La cage ! Et elle choisira elle-même ses partenaires.
• Bonne idée, qu'en penses-tu, Martine ?

Martine leva des yeux interrogateurs vers Sonia.
• Oui, bien sur, tu te demandes ce que c'est que « La cage ».
• Ben, oui.
• Eh bien, c'est une cage de deux mètres sur deux environ. Chaque client peut, moyennant un supplément, y entrer avec une ou plusieurs personnes et y baiser. Les autres clients peuvent les regarder, les toucher à travers les filets.
• Et tu veux que j'aille dans cette cage.
• Oui, et pour te récompenser, tu pourras choisir tes partenaires, tu te sens la force de faire cela ?
• Oh, oui. J'ai bien récupéré. La douche m'a fait du bien. Je pourrais choisir qui je veux ?
• Absolument, mais les personnes que tu choisiras pourront refuser.
• J'ai compris.
• Bien, en attendant, tu vas remettre les bijoux que je t'avais fait porter et je te ferais faire la visite du « Capricorne ».

Martine remit elle-même les bijoux à pinces sur ses tétons et sur son sexe. Enlacées, Sonia et Martine sortirent du bureau et firent le tour des alcôves de la mezzanine. Presque toutes étaient occupées par des couples, des trios. Dans une, une femme se donnait à plusieurs hommes qui la baisaient à tour de rôle, attendant leur tour en se masturbant. Presque tout le monde connaissait Sonia et la saluait en la croisant.

La femme du patron n'hésitait jamais à participer aux jeux érotiques de ses clients et la plupart avaient eu l'occasion de goûter à ses charmes. Certains d'entre eux proposaient une coupe de champagne, une danse à Martine mais à chaque fois Sonia leur disait en riant d'attendre un peu, qu'ils auraient tout le loisir de profiter de la nouvelle recrue de David.

Les deux femmes descendirent l'escalier. Sonia fit visiter à Martine le jacuzzi où là encore des couples baisaient dans l'eau ou sur le bord. Ensuite, elles s'installèrent au bar et le grand barman noir leur servit à chacune une coupe de champagne. En papotant avec Sonia, Martine regardait les couples qui dansaient sur la piste. Certains étaient nus, d'autres ne portaient que des peignoirs ou des serviettes autour de la taille. Elle remarqua que les couples se formaient d'abord sur les banquettes autour de la piste, puis les couples s'enlaçaient sur la piste avant de monter sur la mezzanine ou bien de retourner sur les banquettes. Leur verre terminé, Sonia entraîna Martine à l'étage ou David les attendait près de la cabine du DJ. Dès qu'elles furent près de lui, il prit Martine par la taille pendant que Sonia se mettait en retrait. David fit un signe au DJ qui arrêta la musique. David commença son discours dans le micro :
• Bonjour, mes chers amis, bienvenue ce soir au « Capricorne ». Je me permets de vous interrompre car je voudrais vous présenter une charmante personne qui vient de rejoindre notre club.

Un murmure parcouru la foule qui regardait dans la direction de David. Tout le monde savait que David avait à sa disposition des femmes comme Martine et dont la mission était de satisfaire ses clients sans jamais rien refuser. Cela avait fait le succès du Capricorne dans toute la région. Et quand David prenait la peine de présenter une femme à ses clients, cela signifiait qu'ils auraient quelqu'un de plus pour leur dire oui, quel que soit leur désir.

Le murmure se calma et David reprit :
• Je vous présente Martine…
• Bienvenue Martine. S'exclama la foule sur la piste.
• Et pour fêter sa bienvenue, Martine entrera dans la cage avec les personnes de son choix. Je vous demande de lui réserver le meilleur accueil. Amusez-vous bien.

La musique reprit, mais les couples de retournèrent pas sur la piste car deux employés y poussaient la fameuse cage. Un cube de deux mètres de côté, monté sur roulettes, les côtés fermés par des filets à grosses mailles tendus entre quatre poteaux comme un ring de boxe. D'une tape sur les fesses, David envoya Martine faire son choix de partenaires. Elle descendit les escaliers lentement commençant à choisir parmi les personnes qui entouraient maintenant la cage. Tous les regards étaient tournés vers elle, pendant qu'elle descendait les marches, superbe dans sa nudité offerte. Certains hommes lui adressaient des signes de la main comme pour attirer son attention, d'autres exhibaient fièrement leur sexe comme pour vanter leur marchandise. Martine fit le tour de la cage lentement. En passant, elle effleura du bout de ses doigts des chibres tendus dans sa direction. Mais elle ne semblait pas vouloir choisir une des personnes présentes car elle finit le tour de la cage sans s'arrêter devant quiconque.

Elle passa devant le bar et fit signe au géant black qui l'avait baisée précédemment d'approcher et de la suivre dans la cage. Un murmure parcouru l'assemblée car tout le monde ici connaissait l'anatomie du barman et peu de femmes acceptaient d'en faire leur compagnon de jeu tant elles étaient effrayées par les dimensions de ses attributs. Que Martine choisisse ce géant signifiait ou bien qu'elle ignorait à qui elle avait affaire, ou alors si elle le connaissait que cette femme mature était une gourmande prête à tout.

Les mâles espéraient tous que la deuxième solution soit la bonne.

Le barman arriva devant Martine qui l'attendait. Elle se pendit à son cou et lui murmura quelques mots à l'oreille. Le barman repartit derrière son bar et revint avec un objet que tous connaissaient pour lui en avoir demandé un jour ou l'autre, un flacon de gel lubrifiant ! Nouveau murmure dans l'assemblée, cette demande de Martine confirmait la deuxième hypothèse que tous avaient formulée.

Martine entra dans la cage en compagnie du barman. Elle lui quitta rapidement ses vêtements et caressa son chibre de la main et de la bouche jusqu'à ce que celui-ci atteigne une belle taille.

Le géant noir poussa Martine vers un des filets qui fermaient la cage. Il la fit se mettre à quatre pattes face au public, lui faisant passer les bras et la tête à travers les larges mailles. Il entreprit ensuite de lui lubrifier l'anus et de lubrifier également son pieu.

Avant même de se faire enculer par le barman, Martine avait déjà la queue d'un client dans la bouche et en tenait deux autres dans chacune de ses mains. Le barman se baissa derrière elle, il guida son énorme bite vers son petit trou, la pénétra juste un peu avant de la prendre par les hanches et de pousser un grand coup de reins. Martine poussa un cri de douleur et de surprise à la fois. Elle crut que son ventre allait exploser sous la pression de la bite énorme qui lui dilatait le cul, que jamais elle ne pourrait supporter la progression de cette fusée dans ces entrailles.

Pourtant le barman réussit à enculer profondément sa victime et à se retirer sous les applaudissements de l'assemblée. Martine reprit la fellation qu'elle donnait et le barman repris sa progression en avant d'un nouveau coup de reins. Au fur et à mesure de ses allers-retours, la douleur de la sodomie disparaissait pour laisser place au plaisir.

Martine reçu le sperme de l'homme qu'elle suçait dans sa bouche. Il se retira pour qu'un autre prenne sa place. Un des hommes qu'elle branlait l'aspergea de sperme, suivit immédiatement par l'autre. Le barman continuait de la besogner, imperturbable jusqu'à ce que lui aussi explose dans son cul et provoque son orgasme à elle par les palpitations de son énorme dard qui se vidait.

Le barman se releva et traîna Martine à l'extérieur de la cage. Il la força à rester agenouillée pour recevoir les éjaculations de tous les hommes qui passaient devant elle, se branlaient ou se faisaient branler jusqu'à l'asperger de leur semence.

Trente minutes plus tard, c'est une Martine couverte de sperme qui remonta l'escalier sous les applaudissements fournis de l'assemblée.

Depuis ce jour, la réputation du « Capricorne » augmenta encore et cela était dû à cette femme mature qui ne refusait rien à quiconque et que tout le monde connaissait sous le nom de « La reine du Capricorne ».


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Anonyme
Une fin en feu d'artifice pour une histoire qui m'a fait mouiller plusieurs culottes.
Posté le 14/01/2019


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
La reine du Capricorne- Chapitre 2 : La soumission
La reine du Capricorne- Chapitre 3 : Sonia
La reine du capricorne - Chapitre 1 : La rencontre avec Hervé
La bonne - chapitre 2
Marsupilami - Chapitre 2