Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Patricia expérimente (partie 2)

Patricia est maintenant au main de ce couple qui l'accueille pour un week-end de débauche. Elle va e surprise en surprise, objet des jeux et des envies de cet homme animal et de cette femme tantôt douce, tantôt vicieuse. Elle va de plaisir en plaisir en découvrant aussi sa bi-sexualité... Elle attend vos commentaires les plus chauds ;-)

Proposée le 23/07/2018 par aqw12

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Couple, passion
Personnages: FFH
Lieu: A la maison, intime
Type: Histoire vraie

Elle est ainsi, l’entre cuisses affalé sur mon visage dégoulinant de mouille. Je suis nue sur le dos, le visage coincé dans son intimité. Ses jets visqueux m’ont trempé les cheveux. Ma chatte béante qui réclame encore l’orgasme dont elle a été privée, fait face à la porte qui s’ouvre. Je ne vois rien mais prie pour que ce ne soit pas le gamin. De sa position, elle se retourne effrayée elle aussi. C’est la voix de sa mère que j’entends :

« Ma chérie, on va y aller, nous. Tristan est attaché dans la voiture, il attend son bisou. Je te préviens que le son de la TV n’a pas couvert tous vos cris ! Christian vient de rentrer des courses et vous attend dans le salon. Quelle jolie vue sur une belle petite moule d’ici » finit-elle. Bernadette m’a enjambé et s’est assise à côté de mon visage souillé pour faire face à sa mère. « Je suis sûre que ça te fait envie de voir une buffarde pareille, n’est-ce pas ma petite maman ? » « Bien sûr ! » répond aussi sec la vieille. Bernadette passe une main sous chacun de mes genoux et les ramènent vers ma poitrine en tenant mes cuisses bien ouvertes. Je me retrouve dans la position d’un bébé qu’on va changer, totalement exposé de manière indécente au regard de la dame de près de 70 ans dont le regard tendre devient lubrique.

Elle s’approche doucement, rajustant ses lunettes carrées aux fines montures dorées. Ses cheveux gris crêpés, d’un autre temps. Elle se penche au-dessus de mon sexe grand ouvert et je vois par le col de sa robe qui tombe vers l’avant, ses gros seins blancs, serrés l’un contre l’autre par un soutien-gorge en satin bleu marine qui cache les tétons. « Goûte maman, tu vas voir, elle est délicieuse. » La gentille mamie sort une langue rose et en pose la pointe sur ma rosette ridée puis écrase ensuite sa langue de toute sa largeur sur la longueur de ma fente. Elle aspire ma mouille et finit sa sussion en mordant légèrement mon clitoris. En se relevant, elle assène : « Tu as toujours eu bon goût ma fille, mais avec celle-là, vous allez bien vous amuser ! Elle part quand ? »

Je suis l’objet de la conversation et je n’ai pas mon mot à dire pour autant. « Dimanche en fin de journée. T’as qu’à ramener Tristan en début d’après-midi comme ça on te laissera le temps de jouer avec elle avant de la ramener à la gare… »
Bernadette a quitté son gode ceinture et a enfilé un t-shirt et un mini short et elle précède sa mère pour sortir de la chambre. Les deux femmes me laissent en plan. Je reprends mes esprits et file prendre une douche.
Je regagne le salon enfin propre et fraîche mais enroulée dans une serviette de bain car mon sac d’affaires est resté là. Bernadette vient de rejoindre son mari sur le canapé et les deux me regardent étrangement.

« T’es assez habillée pour le week-end ma chérie » débute Bernadette. « Viens un peu par ici, tu vas sucer Christian pour qu’il me baise devant toi. » En m’approchant, je jette un œil vers la baie vitrée et remarque une magnifique piscine. « On peut faire ça là-bas ? » j’ose demander. « Pas de problème ma poulette. » Répond Bernadette qui sort la première et commence à installer les transats. Au moment où je m’apprête à sortir moi aussi, Christian, juste derrière moi, m’attrape par la taille et commence à m’embrasser le cou. Il détache ma serviette et je me retrouve nue au milieu du salon. Il veut profiter du fait que sa femme soit affairée dehors, à quelques mètres de nous pour me prendre à nouveau.

« Je veux te mettre un autre coup de bite ma petite chienne » Je prends rapidement appui sur le dossier du canapé en cuir beige. Il crache dans sa main et me graisse l’entrée du vagin, il sort sa queue et me la rentre sans plus de préparation. « Hummm t’es bonne à sec, bien serrée ma jolie ! Serre les cuisses, j’adore ça. Je vais te faire couiner ma petite chatte » Christian est donc en train de me limer à la va vite mais bien sûr Bernadette, se retourne et nous voit tout de suite. Elle débarque, faussement en colère dans le salon et je comprends que ce sera leur jeu du week-end : Christian essayant de me sauter dans le dos de sa femme le plus souvent possible pour prétendre rendre jalouse cette dernière qui s’adresse à moi avec véhémence : « Mais t’as le feu au cul petite poufiasse. Je ne peux pas tourner le dos sans que tu montes sur la queue de mon mari ? T’as pas compris tout à l’heure ? Je vais encore être obligé de te faire sucer mon cul pour t’expliquer ! » Elle met ses menaces à exécution en baissant son short en montant sur le canapé, les fesses face à mon visage.

Elle empoigne mes cheveux, se cambre et plaque à nouveau son fessier odorant sur mon visage. Mais cette fois-ci, je me concentre aussi et surtout sur les coups de pistons que m’inflige son mari et je joui doucement, enfin… « Nanette, je ne vais pas tarder à venir, on lui sert son milk-shake ? » demande Christian à sa femme. « Bonne idée mon chéri ! » Elle dégage mon visage de sa raie, se positionne sur le dos sur le canapé avec le cul sur un accoudoir et les mains sous les fesses pour tenir sa chatte bien en l’air. A cause de mes coups de langue sur son trou du cul, sa moule déborde de cyprine. Christian sort de moi et très vite, enfile la chatte de son épouse. Quelques va et vient et il s’immobilise, la remplissant de son jus. Il extirpe sa queue dégoulinante et revient vers moi. Il m’invite à me mettre à genoux en face du cul de sa femme, il penche ma tête en arrière et il aide enfin son épouse à se relever pour qu’elle vienne placer sa vulve au-dessus de ma bouche ouverte. Elle contracte son vagin et libère un mélange chaud et visqueux de sperme et de mouille. Christian me pince aussitôt le nez pour m’obliger à avaler cette liqueur qui m’arrache un haut le cœur.
Puis, nous allons enfin plonger dans la piscine, tous les trois, complètement nus.

Ils m’entourent, Christian face à moi et Bernadette dans mon dos qui joue avec mes pointes de seins les donnant à sucer à son mari. Tantôt lui, tantôt elle, me roulent des pelles vicieuses et ardentes, me rentrant des langues profondes ou suçant la mienne avec force. Dans l’eau, toutes les perceptions sont différentes mais je sens nettement que Christian bande à nouveau et cherche une nouvelle fois à m’enfiler tandis que sa femme branle mon cul avec deux doigts qu’elle replie à l’intérieur de mon rectum pour me prodiguer des caresses très précises que je découvre. Je commence à gémir et la deuxième main de Bernadette, repoussant le gland de Christian entreprend ma petite moule. « J’adore ton abricot » me souffle-t-elle en rentrant deux pointes de doigts pour caresser directement mon point G.

En quelques secondes, je joui comme une folle et me rue sur Christian, l’embrasse à pleine bouche, enroule mes jambes autour de ses hanches et malgré la présence des doigts de sa femme dans ma chatte et mon cul, j’empale ma minette sur sa queue et le supplie « Baise moi, putain, mets la moi encore, défonce moi chéri ! » Bernadette en rigole de me voir dans cet état second. Elle retire ses doigts de ma chatte pour laisser toute la place à la tige de son mari mais avec un troisième doigt planté dans mon arrière train, c’est elle qui me fait monter et descendre sur le pieu de son homme. Je joui plusieurs fois de suite mais Christian tient bon. Bernadette me glisse à l’oreille : « « On va servir le quatre quart à Christian, vient ma belle ! »

Je la suis hors de l’eau. Elle s’allonge sur un transat, sur le dos, remonte ses jambes en les tenant grandes ouvertes et m’invite à me coucher sur elle, mon ventre sur le sien et mes jambes enjambant le transat. De cette façon, je pose ma chatte juste au-dessus de la sienne. Christian se tient maintenant derrière nous et de son poste, il voit nos quatre orifices ainsi alignés et je comprends enfin la notion de quatre quart. Bernadette appose ses mains de chaque côté de mon visage et me dit en souriant : « On va se faire tirer ensemble ma jolie poulette. » Je sens Christian qui s’affaire derrière nous.

Bernadette m’embrasse tendrement et je la sens se crisper un peu. C’est donc en elle qu’il rentre en premier. Pas pour longtemps. Je sens son gland gluant pousser maintenant sur mon anus. Je comprends qu’il a trempé sa queue dans la chatte de sa femme pour la lubrifier avant de m’enculer. Il me sodomise doucement, m’ouvrant le boyau tellement bien préparé par sa femme, tout à l’heure dans la piscine. Il vient maintenant brièvement visiter ma chatte. Il est déjà ressorti et je sens Bernadette se crisper plus fort. Il a, cette fois, lubrifié sa bite dans ma chatte pour enculer sa femme qui gémit au fur et à mesure qu’elle se fait ouvrir le cul.

Christian alterne maintenant et rentre sa bite de façon aléatoire dans la rondelle ou la grotte poilue de l’une ou de l’autre nous amenant toutes les deux par l’alternance de la pénétration et de la frustration, au bord de la jouissance. C’est Bernadette qui part en premier. Elle me mord la langue, se crispe sous moi puis crie enfin son bonheur. Je prends un ultime coup de queue dans les fesses et j’explose moi aussi, Christian besogne encore nos quatre trous dans un désordre exquis tandis que nous jouissons comme deux petites chiennes en chaleur, tortillant nos petits fions comme des adolescentes. Sans crier gare, Christian pénètre avec grande force dans ma caverne et je le sens déverser son foutre dans mon vagin. Quel salaud ! Voilà qui n’était pas prévu.

« T’inquiète pas, on a des pilules du lendemain » me rassure Bernadette qui voit ma colère.

« Allez, profite du reste de l’après-midi pour te reposer parce qu’on a du monde ce soir et ton petit cul n’a pas fini de servir ma chérie ! »


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

aqw12
Quel enthousiasme Arago????
Posté le 27/07/2018

arago
envie de baiser avec toi par tous les trous
Posté le 24/07/2018


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Patricia expérimente (partie 1)
Patricia expérimente (partie 3)
Patricia expéimente (partie 4 et fin)
La Fouineuse (Partie 1)
La partie de pêche