Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Joyeux anniversaire 3

Alors que tout le monde est parti se coucher, Cécile commence à dévoiler son jeu. Les conseils de Sabrina semblent avoir porté leurs fruits et nous échafaudons ensemble la suite des événements. La nuit pourtant, n'est pas finie...

Proposée le 16/07/2018 par Korn

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Couple, passion
Personnages: FFH
Lieu: A la maison, intime
Type: Fantasme

J'enfilai mon boxer pour aller me coucher, Cécile m'imita en ne gardant que son string. Blottie contre moi, elle revint à la charge :

- Tu vas vraiment aller coucher avec d'autres filles si je t'y autorises ?

- J'ai pas dit que j'allais chercher activement à le faire. Mais si l'occasion se présente et que t'es d'accord, pourquoi pas ?

- Et t'étais sérieux quand tu parlais de te taper mes copines ?

- Si tout le monde est d'accord, où est le souci ? Après je comprendrai que tu préfères que je couche pas avec des filles que tu connais.

- Je sais pas... D'un côté ça me mettrait en rogne, de l'autre je me dis que quitte à ce que t'ailles voir ailleurs, autant que ça soit des filles que je connais.

- Et puis t'es sûre d'avoir plus de contrôle et qu'elles se mettront pas en travers de nous, ajoutai-je.

- C'est vrai. Et ta pote Florence, tu vas te la faire ?

- Aucun risque, je touche pas aux amies.

Tu parles... A ce stade, c'était plus une amie, j'avais probablement eu plus de rapports avec Florence qu'avec Cécile.

- Bon, je veux bien que tu couches avec mes amies, mais c'est tout. D'accord ?

- D'accord.

Le rêve !

- De toute façon, elles voudront pas... ajouta Cécile.

- Si je vais les voir comme ça, c'est sûr, elles te respectent trop pour ça.

Sauf Sabrina et Marion semblait-il. Mais il valait mieux que je garde cette information pour moi. Il n'empêche, j'étais plus que surpris du revirement rapide de Cécile. Elle avait dû passer la soirée à cogiter sur ce que la rouquine lui avait dit sur la terrasse.

- Par contre, poursuivis-je, si tu leur dis que tu es d'accord, ça change tout.

- Bien sûr, je vais les voir et je leur dis « au fait, j'ai décidé de laisser Ludo coucher avec mes copines, si jamais t'as envie de te le faire. »

- Ou alors tu envoies un sms à toutes les filles présentes ce soir en disant que, pour mon anniversaire, tu aimerais m'offrir une partie de jambes en l'air avec elles.

- A toutes ?

- Oui. Tu personnalises un peu, histoire que ça fasse pas tir groupé, et tu vois.

- D'accord.

Je n'arrivai pas à croire que ça puisse fonctionner ! Cécile attrapa son portable et passa les 5 minutes suivantes à envoyer des messages, en me demandant mon avis sur telle ou telle formulation.

- A Hélène et Virginie aussi ? demanda-t-elle soudain.

- Surtout à Hélène et Virginie, répondis-je en riant.

Elle rit aussi et obtempéra. Elle n'avait pas finit le premier sms que déjà une réponse était parvenue.

- Laura est d'accord si on fait un plan à trois à son retour de vacances.

- A mon retour à moi du coup. Ça te va ?

- C'est ma meilleure amie et mon plus gros fantasme...

La situation commençait à exciter Cécile, c'était plus que bon signe. Moi-même, je commençais à sentir revenir mon érection. J'allai sauter sur la blonde lorsqu'une nouvelle vibration m'interrompit.

- Mathieu me dit d'arrêter d'envoyer des sms à sa chérie quand je suis bourrée.

Nous éclatâmes de rire.

- Et Sabrina accepte et elle propose de rajouter un plan à trois. Moi ça me va.

- Moi aussi.

Les vibrations ne s'arrêtaient plus.

- Elle propose la semaine prochaine. Et Virginie te dit d'aller te faire enculer. Eva dit qu'elle a un copain... Tiens, j'étais pas au courant, elle nous a rien dit.

- Dis à Virginie que tu préférerai que ça soit moi qui l'encule.

- D'accord. Oh !

- Quoi ?

- Jen'. Elle dit que coucher avec toi c'est non, elle veut pas perdre sa virginité comme ça. Par contre elle veut bien te faire une fellation.

- Dis-lui que si elle rajoute une espagnole c'est d'accord.

- T'as un truc avec les seins en ce moment, non ?

- J'ai juste proposé de jouir sur les tiens, rappelai-je.

- Ah oui... Ben si tu veux, je pourrais aussi tester l'espagnole à l'occasion.

- Et pourquoi pas maintenant ?

- Ça t'a excité tout ça ?

- Plutôt, oui.

Cécile reposa son téléphone qui continuait de vibrer.

- D'accord. Mais je sais pas comment faire. Et pas sur le visage, hein ?

Je souris.

- Allonge-toi sur le dos, je pense que c'est le plus facile.

- D'accord. Tu as déjà fait toi ?

- Non, mentis-je, c'est l'occasion pour tous les deux de découvrir.

Je retirai mon boxer et m'installai sur le ventre de Cécile. Dans l'obscurité, je trouvai sa poitrine et plaçai mon sexe déjà bien dur dans son décolleté. Puis je pris ses mains, les collai à ses seins que je refermai autour de ma virilité. Enfin ! Depuis 3 ans que j'attendais ça !

J'entamai des vas-et-vient dans le décolleté de Cécile qui se contentait de maintenir le fourreau de chair autour de mon sabre. De longues minutes s'écoulèrent et je sentis petit à petit mon sexe s'anesthésier ; la passivité de Cécile avait raison de mon plaisir et je compris que j'allais bientôt ramollir. Peut-être avais-je mis trop d'espoir dans cet acte ? La déception, en tout cas, était au rendez-vous ; il fallait que je réagisse vite si je ne voulais pas me retrouver frustré comme jamais.

- Tu te mets à quatre pattes ? proposai-je.

- Tu n'aimes pas ?

- Si, mentis-je, mais je préfère encore te faire l'amour.

Dans la pénombre, je vis un sourire soulagé se dessiner sur les lèvres de la blonde.

- D'accord.

Elle s'installa et me présenta son séant. Je n'eus aucun mal à trouver l'entrée et à l'empaler, car elle mouillait comme rarement elle ne l'avait fait. Je me fis la remarque qu'on était définitivement mieux entre ses lèvres qu'entre ses seins, mais je me gardai bien de le dire à haute voix.

Je n'avais pas fait 10 allez-retours dans cet accueillant écrin que la porte de la chambre s'ouvrit, nous plongeant dans la lumière, en même temps qu'un « oh ! » surpris me stoppait en plein élan. Dans l'embrasure Jennifer, vêtue uniquement d'un long t-shirt qui lui arrivait à mi-cuisses, nous fixait avec des yeux ronds d'étonnement. Il y a de quoi la comprendre : ce doit être décontenançant de pousser une porte et de tomber sur son amie, nue, la tête enfoncée dans l'oreiller, en pleine levrette avec son copain.

Un instant qui sembla durer une éternité s'écoula, sans que personne ne sache que faire. Puis Cécile rompit le silence.

- Mais qu'est-ce que tu fais là, toi ?

Question pertinente.

- Ben avec ton sms, j'avais compris que c'était maintenant, répondit timidement Jennifer.

- C'est à dire qu'on est un peu occupé tu vois.

- Cela dit, on peut changer de programme, maintenant que Jen' est là, contrai-je.

- Non ! Moi j'ai pas encore jouis, il est hors de question que je me couche frustrée parce que t'as voulu te faire sucer !

Je n'arrivais pas à croire à ce que j'entendais. Cette soirée avait totalement métamorphosé ma blonde.

- Bon, ben je vous laisse alors. Désolée de vous avoir dérangés.

- Merde, il fallait que je trouve rapidement quelque chose.

- Attends ! C'est dommage de repartir maintenant.

- Et tu veux faire quoi ? Je vais pas rester vous regarder et retourner me coucher.

Impatiente, Cécile avait recommencé à bouger d'avant en arrière pour mieux s'empaler. Pour elle, la discussion était clairement terminée.

- Voilà ce que je vous propose : si Cécile jouit avant moi, Jennifer fait comme prévu.

- Et si tu jouis avant elle ?

- J'ai une langue et des doigts pour m'occuper de vous deux.

- Putain, c'est vraiment trop bizarre comme discussion... Mais ok pour moi. Cécile t'es d'accord ?

- Han, han, haleta la blonde.

Nous prîmes cela comme un oui. Jennifer ferma la porte, à clef cette fois, et vint s'asseoir sur le lit à côté de nous. Cécile posa la tête sur les cuisses nues de notre compagne de la soirée tandis que j'accélérai au mieux le rythme pour la pilonner littéralement. Ma copine gémissait de plus en plus fort sous mes coups de boutoirs et après quelques minutes Jen' avança une main timide vers elle. Elle me regarda, j'acquiesçai en lui faisant un clin d’œil. Alors notre jolie comparse saisit un de seins de ma blonde.

J'en profitai pour me pencher à mon tour, glisser une main entre les cuisses de Cécile et masser son clitoris gonflé de désir.

- Ça vous dérange si je me touche ? demanda finalement Jennifer.

Cécile n'était déjà plus en capacité de répondre, elle avait pris un oreiller pour y enfouir ses cris de plaisir et n'avait probablement pas entendu la question. En trois ans, je ne l'avais jamais vue prendre un pied pareil, et ce n'était pourtant pas faute d'avoir essayé.

- Fais comme chez toi, répondis-je.

Sans lâcher le sein de ma copine, Jennifer remonta son t-shirt et plongea les doigts dans son shorty. Son bassin accompagnait les mouvements de sa dextre, elle avait les joues en feu, elle haletait. Cécile redoubla de cris, auxquels se mêlèrent les gémissements de Jennifer.

- Je viens, je viens, lâcha soudain ma blonde.

- Moi aussi, moi aussi !

J'intensifiai mon assaut, chaque coup de boutoir faisait décoller légèrement les genoux de Cécile. Elle poussa un ultime râle, je sentis son vagin se contracter autour de mon membre, encore et encore. Un orgasme long comme elle n'en avait que rarement eu. Jennifer jouit aussi, beaucoup moins bruyamment.

Cécile se jeta à mon coup pour m'embrasser avec passion. Puis elle se courba et me prit en bouche avec une étonnante voracité. Jennifer m'adressa une moue contrariée et je fus bien obligé de repousser gentiment ma copine.

- Merci, fit la jeune femme en s'avançant. Allonge-toi, je préfère.

J’obtempérai, Cécile vint s’installer à mes côtés pour continuer de m'embrasser. Pendant ce temps, Jen' s'appliquait à lécher toute la surface de ma verge et de mes bourses ; entre deux coups de langue, son poignet prenait le relais. La coquine savait y faire pour une pucelle.

Elle poursuivit son sensuel supplice durant une éternité, puis se décida finalement à me gober. Bon sang ! Qu'elle était douée. Langoureuse, profonde, ni trop lente ni trop rapide, sa fellation était vraiment fantastique. Il me fallut un effort de volonté absolument inhumain pour ne pas me vider instantanément dans sa gorge.

Jennifer se donnait vraiment à fond pour moi et je pris un plaisir incroyable à son entreprise buccale.

- Mets-toi au bord du lit, dit-elle après un long moment, c'est l'heure de l'espagnole.

J'obéis de nouveau. La jeune femme retira son t-shirt et s'agenouilla par terre. Mon sexe, pourtant gros comme rarement, disparut totalement entre les seins démesuré qu'elle faisait valser à un rythme frénétique.

Petit à petit pourtant, les sensations s'atténuèrent, une pointe de douleur perça. Sans doute tout cela durait-il depuis trop longtemps, sans doute mon précédent orgasme et la retenue de celui que j'aurais pu avoir dans la bouche de Jen' m'empêchaient-ils de jouir de nouveau. Toujours est-il qu'elle eut beau s'acharner, elle ne put arracher ma semence. Son rythme finit par faiblir, et moi par ramollir légèrement.

- Mais jamais tu viens ? s'exclama soudain une Jennifer visiblement à bout de forces et de patience.

- Désolé, répondis-je. Je crois qu'on va s'arrêter là. C'était vraiment génial hein, mais ça sera pas pour ce soir.

J'étais horriblement frustré et énervé contre moi-même. Une si jolie fille se donnait à fond pour moi, réalisait un de mes fantasmes récurrents et je ne pouvais pas finir après plus d'une demie-heure de bons traitements ?

J'aidai Jen' à se relever et l'embrassai délicatement. Elle affichait une moue véritablement contrariée.

- C'est la première fois que je fais pas jouir un mec, expliqua-t-elle. J'ai mal fait un truc ?

Je secouai la tête.

- Non, non, c'est pas ta faute. C'est juste moi, j'ai trop essayé de faire durer et je me suis bloqué. On réessaiera une autre fois si tu veux

Jennifer m'adressa un joli sourire.

- Volontiers ! Il est hors de question que je reste sur une défaite. Enfin si Cécile est d'accord bien sûr !

Je me tournai vers ma chérie... Pour découvrir qu'elle dormait à poings fermés, nue au milieu du lit.

(A suivre. La nuit est terminée, mais le matin réserve encore quelques surprises...)


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Line85
Exaltant continu... Ce "retournement" de situation nous tient en haleine !
Posté le 3/09/2018

Anonyme
ex-cel-lent ! ;)) Continue STP, j'adore vraiment.
Posté le 26/07/2018

Anonyme
Putain toute les histoires trop bien elle sont jamais fini ça me frustre un max
Posté le 22/07/2018

sfleur
à très vite pour la suite ????. très belle histoire
Posté le 19/07/2018

Paco
Jolie histoire, il me tarde de lire la suite
Posté le 17/07/2018


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Joyeux anniversaire 1
Joyeux anniversaire 2
Joyeux anniversaire 4
Son anniversaire
Bon anniversaire