Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Soirée pimentée

Souvenir pimenté : J'ai 17 ans et mes parents sont absents. Ce soir j'organise une grosse fête chez moi. J'ai invité David, j'ai bien l'intention de le séduire. Je n'ai pas beaucoup d'expérience mais je sais que j'ai vraiment envie de lui...

Proposée le 3/07/2018 par kerst

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: extra-conjugal
Personnages: FH
Lieu: A la maison, intime
Type: Histoire vraie

Allongée sur mon lit, j’ouvre les yeux. Il est à peine 7h du matin et pourtant je suis déjà bien réveillée, et pour cause, je suis surexcitée en pensant à ce soir. Mes parents sont partis en vacances et ont laissé une maison vide à ma disposition. Cela fait maintenant quelques jours que je profite de la situation. Du haut de mes 17 ans, je ne pouvais pas passer à côté de cette aubaine pour organiser une petite soirée entre potes. Pote et plus si affinités…? Ce n’est pas en toute innocence que j’ai invité David à la soirée. Ca fait quelques jours qu’un petit jeu de séduction s’est installé entre nous, en tout cas c’est mon impression, j’espère que je ne me fais pas d’illusions. Ce qui me met le doute c’est qu’il a déjà une petite copine… Mais je ne peux pas résister à un mec qui comme moi aime installer une tension, laisser planer le doute, laisser penser que quelque chose pourrait arriver. Hier, il est venu m’aider à acheter l’alcool pour la soirée. Il a même fait du stop pour venir jusqu’à chez moi ! On était seuls tous les deux, à parler, en cachant à peine nos arrières pensés. On a ramené les bouteilles chez moi. J’ai rougi quand il a fait remarquer mes petites culottes et mes strings qui séchaient sur l’étendoir à linge. Est-ce que ça l’a excité? ou seulement amusé ? En tout cas il ne s’est rien passé, c’est pour ça que j’hésite quant à ses réelles intentions. Ce soir il sera là. Avec notre bande de copains évidemment. Avec beaucoup d’alcool aussi, un alcool qui devrait m’aider à me désinhiber. Je ferme les yeux en imaginant son corps nu, ses mains sur le miens, ses baisers dans mon cou. Je glisse ma main dans ma petite culotte, elle est déjà toute mouillée… Il me fait vraiment trop d’effet.

Je passe la journée à me préparer : douche, épilation, coiffure et maquillage. J’enfile un string en dentelle rose et un soutien gorge push-up assorti. Puis j’opte pour un minishort blanc qui met en valeur mes longues jambes bronzées et mes fesses rebondies, un chemisier bleu dont je défais volontairement les premiers boutons pour laisser entrevoir ma poitrine, sans qu’elle ne ressorte trop. C’est bientôt l’heure que les invités arrivent. Je suis à la fois excitée et nerveuse. Peut-être que tout ça c’est dans ma tête, qu’il n’a aucun intérêt qui dépasse l’amitié pour moi.

Tous les invités arrivent quasiment en même temps. Je fais la bise à tout le monde. Je l’ai vu arriver, habillé simplement d’un jean et d’un tee-shirt beige qui faisait ressortir les muscles de ses bras. Il porte également une casquette. Je lui fais la bise comme à tous les autres, comme si de rien était et il fait de même. Nos regards se croise. Je n’arrive pas à deviner ce qu’il pense. J’essaye de jouer la fille indifférente.

La soirée commence. Les verres d’alcool s’enchainent. Vodka, Tequila, Wisky-coca. On fait des jeux, je bois plusieurs shots, lui aussi. Je sors sur la terrasse pour fumer une cigarette. Il me rejoint dehors et je lui en propose une. Je suis déjà bien éméchée, j’ai la tête qui tourne, mais je fais bonne figure. Lui a l’air bien, est-ce que c’est une façade, est il aussi joyeux que moi ? Il jette un regard à mon décolleté. Je l’ai vu. Il sait que je l’ai vu, et m’adresse un petit sourire coquin. Mais il ne dit rien. La tension est plus que palpable entre nous. D’autres personnes nous rejoignent à l’extérieur. Je ne sais pas s’ils se doutent du petit jeu qui s’est installé entre David et moi. Tout à coup, je ne sais pas pourquoi, c’est surement l’alcool qui parle, je décide de voler la casquette de David et je la mets sur ma tête. Je refuse de la lui rendre. Je le taquine. Il rentre dans mon jeu. Je garde la casquette. Il me la laisse pour l’instant. Il essaye de me la reprendre mais je fais mine de fuir, et je m’éloigne du reste du groupe pour aller de l’autre côté de la maison, à l’abris des regards. Il me suit. Il essaye de récupérer sa casquette mais je mets les mains pour la protéger. Il m’attrape les mains. Me pousse doucement contre le mur. Il est tout proche de moi, mon coeur s’accélère. J’ai les mains plaquées au mur, au dessus de ma tête, complètement à sa mercie. Je plante mon regard dans le sien. Un regard plein de sous-entendus qui dit “viens si tu l’oses”. Il se penche vers moi, j’ai cru qu’il allait m’embrasser mais il me chuchote un petit mot à l’oreille. Il me dit que je suis une vilaine fille. Puis il relâche son étreinte et s'éloigne, retourne vers la maison. Je suis à la fois déçue et excitée. Peut-être qu’il ne veut pas aller plus loin? Après tout, il a une copine… Je rejoins la maison et me dirige vers la salle de bain, dans la chambre de mes parents. Je me rafraichis un peu, j’ai les joues roses. Je remets un peu de rouge à lèvres, réajuste mon décolleté. J’ai toujours sa casquette sur la tête. Pourquoi me l’a-t-il laissée? J’ai la tête qui tourne, je rigole pour rien. Je sors de la salle de bain et m’assois quelques minutes sur le lit de mes parents. Tout à coup j’entends le bruit de la porte. Je me retourne. Il était là, devant moi. devant le lit. Il me demande de lui rendre sa casquette. Ce à quoi je refuse, en disant qu’il ne l’a pas mérité. Je m’allonge sur le lit, la casquette dans ma main, hors de sa portée. A ma grande surprise, il me rejoint sur le lit. S’allonge à côté de moi. Mon coeur bat de nouveau à tout rompre. Il approche sa main de moi, il frôle ma poitrine pour tenter d’atteindre la casquette. C’est peine perdue. Il me murmure à l’oreille : “ il va falloir que je mérite mon prix”. Puis il me fait un baiser sur l’oreille, puis dans le cou. Je fais mine de résister : “ qu’est-ce que tu fais, on n’est pas tous seuls”. Il m’ignore. Continue à faire jouer sa bouche sur mon cou. Je n’ai pas beaucoup d’expérience au niveau sexuel. J’ai peur mais je ne veux pas qu’il s’arrête. “Ose me dire que tu n’en as pas envie” me susurre-t-il. Je lui réponds que je n’aime pas mentir. Nos corps se rapprochent. Sa main vient caresser mon bras puis le haut de ma poitrine. Je me surprends moi-même à passer ma main sous son t-shirt, pour venir caresser son torse. Entre l’alcool et l’excitation, je suis comme dans un état second. J’entends la porte d’entrée s’ouvrir, je ne bouge pas. J’entends un verre se briser. Je tente de me lever mais il m’en empêche. “Il faut que j’aille voir”, lui dis-je, sans grande conviction. “C’est pas la peine” me répond-il en passant sa main sous mon chemisier. Il défait un bouton, puis deux. Qu’est-ce qu’il m’arrive? Je n’aurais jamais pensé faire ça, sur le lit de mes parents, alors que le reste de la maison est plein de monde. Pourtant je ne peux pas m’arrêter. Ses mains sont de plus en plus baladeuses. Mon chemiser est quasiment défait. Je lui retire son t-shirt et commence à couvrir son torse de caresses et de baisers. Je suis en trans. Tout à coup la porte souvre. On m’appelle. Ça agit comme un électrochoc, je me lève tout à coup du lit. Il ne me retient pas. Un court passage par la salle de bain pour remettre en place mon chemisier et arranger mes cheveux.
Sans avoir les idées très claires, je quitte la chambre. Marine, ma meilleure amie, me demande ce que je faisais. J’élude la question. J’ai du mal à admettre que j’ai laissé cet homme glisser ses mains sur ma poitrine, sa bouche dans mon cou. Moi qui ai si peu d’expérience sexuelle derrière moi, je suis dans tous mes états. Je veux retourner dans ses bras mais j’ai peur. Peur de franchir le pas.
La soirée reprend son cours, tout le monde a remarqué qu’il se passait quelque chose entre nous, ils ne sont pas dupes. Mais tous les deux on continue de faire comme si de rien était.
Il est bientôt 1h du matin. Il m’annonce qu’il doit partir, que sa mère est venue le chercher en voiture, qu’elle attend au bout de la rue.
Je tombe des nus. Partir? Je croyais que tout le monde restait dormir ? Il a dû voir le changement d’expression sur mon visage. “Tu m’accompagnes jusqu’au bout de la rue?” me dit-il droit dans les yeux. Sans réfléchir, j’abandonne la maison au chaos de la fête et je sors, pieds nus, dans la rue. La nuit est chaude, l’alcool continue de faire effet. Le trajet s’effectue en silence. Aucun de nous n’ose parler. Dans ma tête, la déception s’installe. J’ai tellement envie qu’il reste. Au bout de la rue, j’aperçois la voiture. Il ne faudrait pas que sa mère me voit comme ça. En guise d’au revoir, nous échangeons une simple bise, tout en timidité, comme si rien ne s’était passé. Il s’éloigne. Je repars vers la maison, la mine dépitée. Je retrouve mes autres amis que j’avoue avoir complètement négligé ce soir. Je m’allonge sur le canapé sans m’employer à cacher mes sentiments. Tout le monde voit bien que j’ai perdu mon sourire et la raison est flagrante. Ses deux meilleurs amis, Alex et Vincent, me taquinent. Je préfère les ignorer et retourne dehors pour fumer une cigarette. Je n'ose pas lui envoyer de message, après tout il a une copine et je ne veux pas lui attirer de problèmes. Mes amies voient bien que je suis dans un sale état mais elles ne disent rien. Tout à coup Alex nous rejoint : “Fanny devine quoi” - «quoi encore ?» - “David a convaincu sa mère et il revient” - “haha ouais c'est ça arrête de foutre de moi stp ”. A peine ai-je terminé ma phrase que quelqu'un sonne à la porte. Je m’étouffe presque. Alex me lance un “je me fous pas de toi". J'essaye de cacher ma joie et de paraître indifférente mais c'est très difficile. Je vais ouvrir la porte. C'est bien lui. «je t'ai pas trop manqué?» me lance-t-il. Je réponds par un haussement d'épaules mais je ne peux pas cacher mon sourire en coin. La fête reprend de plus belle. Avec les filles, on se met à danser comme des folles. Je sais qu'il me regarde me déhancher, j'espère que ça lui plaît. Je monte à la salle de bain de l’étage pour me rafraîchir un peu. Je suis euphorique. Mes joues roses et les cheveux un peu décoiffés me donnent un look assez sexy. J'étais sur le point de redescendre quand je vois la porte s'ouvrir. Devinez qui m'a suivie en haut. «tu sais que vous n’êtes pas censés monter à l’étage !» «ah bon ? Non je savais pas» dit il en se rapprochant dangereusement de moi. Il me pousse vers le meuble de la salle de bain, je pourrais presque m'asseoir dessus, entre les deux lavabos. Encore une fois il vient me murmurer quelque chose au creux de l’oreille : “tu sais que tu m'excites à bouger ton petit cul depuis tout à l'heure ?” Je lui réponds «je ne vois pas de quoi tu parles» - «je crois que si petite coquine». Ses mains glissent sur mes fesses. L’excitation monte. «Alex m’a dit que tu étais dégoutée que je parte, comment ça se fait?» - «c'est parce que tu me fais trop d'effet» lui dis je sans oser le regarder dans les yeux. Il me soulève pour m’asseoir sur le meuble et se colle contre moi. Je sens une bosse au niveau de son sexe, ce qui m’excite encore plus. «toi aussi tu me fais beaucoup d'effet». Il recommence à m’embrasser dans le cou mais il arrive vite à ma bouche. Il m’embrasse avec fougue, nos langues se mêlent avec passion. Je voudrais dire non, c'est mal, tu es déjà avec quelqu'un. Mais je suis comme une droguée, je ne veux pas qu'il arrête. Il défait les bouton d mon chemisier et reste en admiration devant ma poitrine bien mise en valeur par mon soutien gorge rose. Je lui retire son t shirt nos corps se collent. Tout à coup quelqu’un frappe à la porte. On sursaute tous les deux, on était tellement pris dans le moment. “Fanny? Faudrait que tu descendes on a un souci avec la musique» «euh ok j'arrive». Je regarde David on est tous les deux déçus, moi peut être un peu soulagée aussi, je ne sais pas. Je me rhabille et retourne en bas. Lui descend après mais ce n'est pas du tout discret. Finalement la fête commence un peu à s'essouffler et on décide d'aller se coucher. On installe des matelas dans le salon pour dormir tous ensemble. Chacun prend sa place. Sans même le chercher on se retrouve au bout avec David, cote à cote. C'est une blague ? Comment on va faire pour juste dormir alors qu'on est quasiment collés l'un à l'autre? On ne peut pas non plus se laisser aller avec tous les gens qui dorment au même endroit. Le pire c'est que je le suis mise en pyjama, et que c'est encore plus sexy que ma tenue de tout à l’heure. Mon short de pyjama moule vraiment bien mes petites fesses. J'ai gardé mon string en dessous. Et mon débardeur laisse entrevoir la forme de mes seins libres et qui ont tendance e à pointer à cause du froid ou de l’excitation. Je me demande à quoi il pense. Il doit se dire que je le provoque exprès et je ne pourrais pas vraiment le contredire. Tout le monde s'installe sur les matelas, Il est déjà sous la couverture. Je le rejoins timidement. Mais je ne me colle pas à lui, les autres nous regardent ! Et je ne le regarde pas non plus, j'ai peur de ce que je pourrais lire dans ses yeux. Je me couche dos à lui. Les paroles finissent par s'épuiser et les gens s’endorment. Bizarrement personne n'a fait de remarque sur nous deux. Moi je ne peux pas dormir. Depuis tout à l'heure on ne se touche pas mais mon string est quand même tout mouillé, je n’arrête pas de penser à ce qu'il pourrait me faire. J'allais me retourner pour voir si il dormait mais il m’a devancé en venant se coller contre moi. Je sens tout de suite son sexe dur contre mes fesses. Mon coeur bat. Tout ça c'est mal mais je suis incapable de faire taire mes envies. Il vient poser sa main sur ma hanche et m’embrasse discrètement dans le cou. Je ne peux pas m'empêcher d'onduler légèrement mon petit cul sur son sexe. C'est tellement excitant, il ne faut surtout pas qu'on réveille les autres. Il passe sa main sous mon débardeur, vient me caresser le ventre. Il me rend folle. Je n'ai qu'une envie c'est qu'il plonge sa main sous mon short, sous mon string, qu'il sente à quel point je mouille et qu'il glisse ses doigts dans ma chatte. Mais sa main vient d'abord tâter mes seins libres et à sa merci. Je n'en peux plus, je n'aurais jamais pensé faire ça mais je prends sa main et je la dirige vers mon sexe. Il comprend de quoi j'ai envie et glisse sa main sous mon bas de pyjama, j'écarte légèrement les cuisses en signe d'encouragement. Il glisse son doigt entre les lèvres de mon sexe, il sent la mouille. J'ai envie de gémir mais je ne peux pas, les autres pourrait nous entendre. Je me retourne vers lui, sa main est toujours au bon endroit. Je lui rend la pareil en venant caresser sa bite. Elle est tellement dure. Je la caresse d'abord sur son boxer mais je passe rapidement en dessous. Il me répond en enfonçant deux doigts dans mon vagin. J'ai un petit sursaut. Il commence à me doigter, et moi à le branler. Je me rapproche de lui, je pousse un gémissement étouffé près de son oreille. Quelqu'un bouge. On stop net ce qu'on est en train de faire, attendant de voir si on est démasqués. Il retire sa main et retire la mienne. Qu'est ce qu'il fait? Tout Doucement il se lève et se dirige vers les escaliers pour monter à l'étage. J'ai compris le message. J'attends quelques minutes avant de le rejoindre. Je ne vois rien dans le noir. A peine arrivée en haut des escaliers je sens ses mains m'attraper par les hanches. «j'ai envie de toi j'en peux plus » me murmure t il «Moi aussi...» lui dis je en le tirant vers ma chambre. Je ferme la porte à clé derrière nous. Cette fois on est vraiment seuls. Le volet n'est pas fermé la lumière de la rue nous éclaire à peine. Je me sens comme transformée. Je lui retire son tshirt et le pousse vers le lit. Il s'allonge et je le rejoins, à quatre patte, je viens me mettre au dessus de lui seul son boxer m'empêche de voir sa queue je m’assois dessus et commence à frotter ma petite chatte trempée. J'ai envie de le pousser jusqu'à qu'Il ne puisse plus se retenir de me baiser. Je fais vraiment la cochonne. Je décide de me retourner et de m’asseoir dos à lui, sur son torse. Je retire mon haut mais il ne voit que mon dos. «tu veux vraiment me rendre fou.. » susurre-t-il. En guise de réponse je me penche vers son sexe et retire son boxer. Lui a vue sur mon dos et mes fesses qui sont toujours couvertes par mon short. Il doit aussi voir mon string qui dépasse. Ses mains viennent peloter mon petit cul. Moi je le penche vers sa queue. Je la branle doucement puis je viens lécher son gland, délicatement. Je l’entends gémir. «je ne pensais pas que tu étais aussi cochonne, j'adore.. » sur ce j'enfonce son sexe dans ma bouche. Il pousse un soupir de plaisir. Je le suce doucement, sa queue est prête à exploser. Puis j'accélère un peu. Entre temps, il a repassé sa main sous mon short et me fourre trois doigts bien profond. Je le suce tout en bougeant mon cul pour bien sentir ses doigts en moi. J'essaye de ne pas crier mais je n'en peux plus. Il vient titiller mon clito et je jouis presque aussitôt. Il profite que je sois un peu sonnée pour me retourner et reprendre le dessus. Il vient sur moi. Retire sauvagement mon short et me pénètre sans que j'ai pu le faire attendre plus longtemps. Je pousse un petit cri en sentant son gros membre en moi. Je me surprends à lui dire «vas y baise moi». Il fait des vas et viens, il me pilonne. C'est trop bon. «retourne toi, je veux voir ton cul il me fait trop bander» je m’exécute et me mets à 4 pattes pour qu'il me prenne en levrette. J'essaye d'étouffer mes cris dans un coussin. Je jouis très fort et juste après je sens sa semence se déverser en moi dans un râle de plaisir. On s'écroule tous les deux. Comblés et satisfaits. Et on s'endort presque aussitôt, sans avoir le temps de parler ni de penser à ce qu'on vient de faire.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

loveuse89
Excellent!
Posté le 18/07/2018


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
La soirée
La soirée 2
Soirée au Cap d'Agde
La soirée dégénère.
Soirée à trois