Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

On dit toujours qu'il se passe des choses en congrès ou en formation

Mélange de réalité et de fantasmes, mes histoires ressemblent au quotidien : pas de corps sublime, pas de sexe aux dimensions herculéennes. Des fantasmes banals d’un homme banal mais peut être êtes vous l’une des personnes que j’ai croisée et peut-être allez-vous vous reconnaitre. Voilà ma première histoire...

Proposée le 19/05/2018 par Libretin

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: extra-conjugal
Personnages: FH
Lieu: Bureau, travail
Type: Fantasme

La quarantaine bien tassée on dit de moi que je suis costaud, moi, je me trouve plutôt enrobé. Plutôt grand, cheveux bruns, barbu.
En couple, deux enfants, une maison, un chien, un chat. Un français moyen quoi.
Je travaille dans un service administratif d'une grande ville. 2 ans que j'y suis maintenant.

Aucunes aventures extraconjugales, jusqu'à maintenant. Plusieurs collègues me plaisent mais de là, à avoir une aventure. Faudrait déjà que ce soit réciproque. Et puis, je ne veux pas de complications.

C’est que ça va plutôt bien dans mon couple même sexuellement. Comme beaucoup d’hommes j’ai une libido quelque peu exacerbée, une imagination un peu trop fertile et une compagne plutôt réservée. Réservée mais compréhensive : elle m’a déclaré comprendre que je puisse avoir une aventure occasionnellement, du coup, je suis tenté…

Mais bon, à part une à deux heures de fantasmes et le même nombre de branlettes par jour rien de folichon.

Et il y a quelques semaines. On me propose une formation. 3 jours. Dans une autre ville. Cool, deux nuits, loin de la famille. Je vais pouvoir fumer tout mon saoul, boire un peu et peut-être…
En regardant la liste des participants je découvre qu’une collègue, Marianne, y va aussi. Ce n’est pas celle qui me faisait le plus fantasmer jusqu’à maintenant : un peu trop maigrichonne à mon goût. 35 ans, grande, brune, petites lunettes, l’air un peu trop sérieuse voir pincée. Cela ne m'empêche pas de me masturber tous les jours en imaginant divers scénarios.

Le jour de la formation arrive, je ne connais personne à part Marianne qui est déjà arrivée. La journée se passe sans problème. Je suis assis à côté d'elle. J’essaie bien quelques blagues, de lui prendre une fois ou deux l'avant bras pour lui parler au creux de l’oreille mais Marianne garde ses distances et ne répond à aucune de mes maladroites avances.

Le soir, plusieurs autres participants proposent d’aller boire un verre. À mon étonnement, ma collègue accepte d’y aller. Après un plus d’une heure, elle vient me voir pour me demander de la raccompagner car elle ne sent pas bien. Elle est descendue dans le même hôtel que moi et il se trouve à 15 minutes de marche.

Sur le trajet, elle semble vaciller et me propose donc de la soutenir. Elle met une main sur mon épaule et moi une sur sa hanche. Tout en discutant de tout et de rien j’ai l’esprit obnubilé par ce corps collé contre le mien, mon poignet posé sur le haut de ses fesses, la main posé sur le tissu de son pantalon en toile.

Je la serre plus fermement contre moi le temps d’ouvrir la porte de sa chambre puis l’allonge sur le lit.

-Moi : “que puis je faire d’autre ? Tu as soif ?”
-Marianne : “non pas soif par contre peux-tu m’aider à me préparer”
-”bien sûr”

J’en ai les mains qui tremblent d’excitation mais je commence à déboutonner son gilet.

-Moi : “tu as une tenue de nuit dans ton sac ?”
-”non je dors nue”

Cette fois j’ai du mal à déglutir. Je suis de plus en plus à l'étroit dans mon jean et dois me retenir de lui sauter dessus. Mais je prends mon temps, au contraire. Un fantasme qui se réalise faut en profiter. Le gilet ôté, je retire ensuite un tee-shirt rose pâle laissant apparaître la peau blanche de son ventre. Je laisse d’ailleurs ma main le caresser en remontant vers son soutien gorge. Un modèle plutôt classique mais confortable que j’arrive à lui dégrafer avec moins de dextérité que je l'espérais.

Deux petits seins apparaissent aux tétons bruns déjà tout dressés. J’arrive à jouer avec les deux d’une seule main. La droite en profite pendant ce temps pour déboutonner le pantalon. Le pantalon ouvert laisse apparaître une petite culotte bleu clair à noeud. Je tire dessus pour faire apparaître une toison brune assez fournie ce qui est loin de me déplaire. Je m’aide de mes deux mains pour retirer pantalon et culotte d’un seul tenant. Elle se trouve allongée devant moi, les yeux fermés, les jambes légèrement écartées. Mon regard suit ses jambes pliées par le bord du lit, remonte le long de ses cuisses pour arriver à sa petite chatte poilue. Deux petites lèvres charnues pointent au travers des poils.

-Marianne : “Tu peux m’aider à me coucher ?”

Je l’aide à passer sous les draps, en laissant mes mains traîner partout plus que de raison. Sa peau tiède et douce m’excite terriblement mais je n’arrive pas à comprendre où elle veut en venir.

-Marianne : “Tu veux bien dormir avec moi j’ai un peu froid ?”

En même temps, en dormant toute nue… Bon, quelques secondes plus tard me voilà en caleçon et je me glisse contre elle. Elle me tourne le dos, en chien de fusil. Ses petites fesses viennent se caler sur le bas de mon ventre et glissent vers mon sexe dressé au travers du caleçon. Je m'écarte un peu pour profiter du spectacle. Ma bite frotte contre sa chatte. Je sens le tissu s’humidifier. Je glisse le bras gauche sous son cou et commence à lui caresser les seins. La deuxième main se pose sur son ventre et se balade.

Finalement je l’utilise pour ôter mon caleçon. Et re-glisse ma bite entre ses fesses. Cette fois-ci je sens les lèvres de sa chatte s’écarter et les poils frotter contre mon sexe. Elle se cambre légèrement en soupirant. Je me recule un tout petit peu pour fair un mouvement de va et vient. Mon gland glisse le long de sa fente, remonte jusqu’à appuyer sur son clitoris puis redescend titiller l’entrée de son vagin. Et ainsi de suite.

Cela semble lui plaire autant qu’à moi. Je continue tout en lui massant le sein gauche de la main gauche pendant que la droite remonte du ventre jusqu’à sa gorge. Au moment où mes doigts se referment sur sa gorge, je la pénètre sans violence mais fermement. Je sens mon vit entrer en elle, écarter les chairs pour toujours entrer plus profondément jusqu’à sentir ses fesses se coller à mon pubis et mes couilles cogner contre sa chatte.

Puis je reprends les mouvements de va et vient, un petit bruit de succion les accompagne, à chaque choc de mes hanches contre ses fesses je sens la moiteur augmenter. Elle mouille de plus en plus. Elle allonge une jambe, gardant la droite repliée me permettant de la pénétrer plus profondément.

Je ne saurais dire combien de temps cela dure. Je suis totalement envahi par mon excitation que je ne me sens pas partir et je jouis en elle. Je continue les mouvements quelques temps en ralentissant pour finalement m’arrêter.

Nous restons l’un contre l’autre, haletants. 15 minutes plus tard me voilà ragaillardi. Nous couchons ainsi plusieurs fois durant la nuit. Sans changer de position. Et sans en avoir parler ni avant, ni pendant ni même les jours d’après.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Naotheone
Très excitante Ton histoire. C est le genre de fantasme que j aimerais réaliser....
Posté le 3/06/2018

Anonyme
C'est bien raconté, quoiqu'un peu rapide sur la fin. J'aimerais bien que vous développiez une suite...
Posté le 21/05/2018


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Soumise aux ordres de mon Maître. La maison close. Je passe enfin à la casserole
Les 1001 perversions de Nathalie (9) Faire des choses sales
J'en ai toujours rêvé
Des vacances très chaudes. Chloé 4. Le hasard fait bien les choses
J'en ai toujours rêvé (seconde partie)