Mon mari...(2)

Humiliée par son mari et détestée par sa belle famille, Sonia est une mère de famille soumise qui ne manque pas de répondant. Elle en a plus dans la tête que dans la culotte même si elle n'hésite pas à mettre du cœur à l'ouvrage...

Proposée le 13/05/2018 par LaMainDansLACulotte

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Femme dominée
Personnages: FH
Lieu: A la maison, intime
Type: Roman

Depuis des années que dure cette comédie, mon mari ne me prête plus attention . Il pense que je suis un objet soumis, à sa place- celle qu’il a décidée pour moi. Sa sexualité n’est pas extrème, sa violence ne me blesse pas physiquement. Il n’y a pas de séquelle. Psychologiquement, je me sens forte. Des années longues et fastidieuses à élever nos enfants en endurant les humiliations sexuelles de ce porc et les vexations de sa famille m’ont blindée. Mes petites vengeances quotidiennes, ma petite vie sexuelle onaniste m’ont permis de tenir, de me renforcer. Le voire boire son propre sperme est un vrai plaisir qui mouillerait ma culotte, si j’en portais une sous ma chemise de nuit.

Assis, derrière le bar de la cuisine où il prend son petit déjeuner, je me trouve en face de lui, le bas du corps invisible à ses yeux. J’aime soulever les pans de ma chemise et me trouver le cul et la chatte à l’air, caressant ma motte poilue sous son nez. Absorbé par son journal, il m’arrive d’oser attraper sa petite cuillére pour l’enfoncer dans mon vagin. Remise en place, je le regarde tremper le couvert dans sa tasse et la lécher. Je sais qu’il ne tourne pas rond. Je connais sa perversité et je suis persuadé qu’il me cache quelque chose. Je finirai par trouver, j’en suis sûr.

Mon mari éduque les enfants d’une main de fer. Il ne leur laisse rien passer. L’ainée part l’an prochain en pensionnat pour le lycée. Les deux autres, les garçons, partiront peut-être aussi en même temps. Ils s’en réjouissent d’avance. La vie à la maison est terne, les repas atroces. Pas d’autre conversation que les longues tirades sur la politique ou la morale, répétées soir après soir par le père de famille affligeant qu’il est.
J’ai du temps à perdre, à donner, à passer. J’aurais pu me mettre au service des autres au sein d’ une oeuvre humanitaire mais ce n’est pas mon caractère.

- Essaie de nettoyer cette porcherie, sale conne. Me dit-il en guise d’au-revoir.
- Oui, mon chéri. Bonne journée !

Une fois parti, je suis délivrée pour quelques heures. Après son départ - les enfants prennent leur bus tôt le matin- je range, en bonne ménagère, le désordre familiale. Malgrés son dénigrement, la maison est bien tenue. Deux petites heures suffisent pour remettre de l’ordre et s’occuper du linge. Le reste de la journée est à moi. Je m’occupe selon mon bon plaisir. Et je le prend!

Un de mes passe-temps préféré consiste à chatter sur le net. Je travaille sur un site de rencontre sous le pseudo de Mominfire pour gagner un peu d’argent. Mon mari sert les cordons de la bourse aussi fort que je lui serrerais avec un plaisir sadique, les siennes. Dissimulée derrière un masque, sur le lit conjugal transformé afin que personne ne le reconnaisse - tentures tendues, nouveaux draps… - je m’exhibe devant la webcam et réponds aux avances des clients. Le plus souvent, il s’agit de voix de petits jeunes, fantasmant sur les femmes mûres, les cougars. Pour eux, j’enfile une jupe mi cuisse, pas de soutien-gorge et une culotte sage de mémère. Je sais que ma peau blanche et les poils de mon épaisse toison dépassant du slip, les mettent dans un état d’excitation incroyable. La vue de mes tétons pointant hors de mon haut, très échancré, tendent leurs jeunes sexes droit au ciel. J’avoue ne pas avoir besoin d’artifice pour montrer l'intérieur d’une chatte humide. M’exhiber devant un jeune inconnu que j’imagine beau, bien découplé et bronzé, m’excite à en perdre contrôle. Les dialogues très crus de ces pré-adultes choquent et attisent le feu en moi.

- Bonjour la vieille, alors on a envie d’un peu de jeunesse, salope? Commence souvent la conversation.
- Bonjour.Je reponds. Oh oui! Je suis tellement excitée à l’idée de caresser un jeune corps musclé. Décris-toi s’il te plait.

Suis un festival de description plus dithyrambique, les unes que les autres. A croire que les jeunots qui passent là sont tous des Adonis. Grands, bronzés, musclés, la virilité énorme surmontant deux testicules de cheval, visage d’ange ou mauvais garçon - au choix suivant les jours- tous sont des amants hors pair, capable de m’emmener au septième ciel pour la première fois.

- Comme tu m’excite. Qu’aimerais tu que je fasse pour toi? Je demande.
- Penche toi en avant que je vois tes seins...Oui...Comme ça..Pince un téton et tire dessus…..

Je m'exécute avec grâce. Caressant ma poitrine de manière lascive, Je cambre mes reins, à genou sur le lit, pour montrer mon décolleté à la caméra.

- Avance vers moi...Oui...Relèves toi et soulève ta jupe...Montre ta culotte de vieille…

La corolle de tissu au dessus des hanches comme une fleur lubrique, je révèle au jeune voyeur mon slip à la discrète dentelle. Le tissu rentre légèrement entre les lèvres de mon sexe.

- Caresse toi à travers le tissu….Mouille, salope!...Oui...Oui….

A son souffle, je le sens proche de l’explosion. Il faut le calmer sinon il éjacule et coupe la connection. Je suis payée au temps, moi.

- Attends!..Pas encore...Retiens-toi, lui dis-je en soupirant, tu ne veux pas voir comme tu me fais mouiller?
- Oh oui! vas-y.

Je glisse l’index entre le tissu et ma peau, l’enfonce doucement dans mon vagin et le ressort, luisant de cyprine, pour le porter à ma bouche.

- Tu vois? Tu aimerais que je goûte pour toi?
- Lèche, chienne!
-Hmmm, je le câline, si tu savais comme j’ai bon gout….Ca me donne trop envie de me branler! Tu veux?
- Oh oui, il répond, branle-toi comme une vieille pute!

Et je retire ma culotte en m’allongeant sur le dos, les deux jambes serrées pour qu’il ne perde rien de l’anatomie de mon anus et de ma chatte. Je porte le sous-vêtement à mon visage pour le renifler.

-Ouaaah, ça sent la vieille chatte.

Je lèche le tissu et montre à la caméra les traces blanche sur le fond. La culotte entre les dents, je me remets sur le dos, cuisses écartées, pour me masturber. Du bout de l’index, je caresse avec douceur mon clitoris que je m’amuse à faire sortir de sa cachette de peau. En poussant de petits cris, j’enfonce le doigt et écarte mes lèvres pour exhiber mon vagin luisant de mouille au jeunot au bord de l’apoplexie. Puis, je passe mon autre main sous les fesses, bascule sur le côté et m’enfonce un doigt bien profond dans le cul. Deux voir trois doigts défonce ma chatte comme le mandrin géant d’un amant en rut. Je cri, je hurle des obscénités. J’entends la jeune voix râler de plaisir:

- Oh, oui! Salope, prend ça sur la gueule….Bois….Avale mon sperme…

Voilà, il a joui. Cinq secondes plus tard, il a déjà coupé. Mais moi, je n’ai pas fini. Fermant la caméra, je continu de m’enfoncer la main au fond de la cramouille et d’écarteler mon anus avec un maximum de doigts. J’imagine plusieurs amants, plus beaux les uns que les autres, membrés comme des dieux, me baisant par les trois trous pendant des heures pour finir par éjaculer un sperme crémeux, au parfum ténébreux, et m’inonder le corps afin que je me noie de plaisir dans une mer de débauche.

Trempée de mouille, je lèche mes doigts et m’essuie avec la culotte que je porterai demain en souvenir de ce moment. Mon porc de mari ne souillera que mon corps, mon âme m’appartient et c’est désormais une âme de salope, prête à tout pour assouvir ses besoins !


Laisser un commentaire / une note :
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Mon mari...
Mon mari...(3)
Mari candauliste
Mari candauliste 2
Mari candauliste 4