Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Un jour au ski

Etant parti pour une semaine de skis avec mon épouse,j'ai vécu une aventure plus que mémorable avec un homme qui me fit découvrir des sensations, des plaisirs que je ne connaissais meme pas, et pour etre franc que je ne soupsonnais pas du tout, j'ai je crois été jusqu'au bout de mes limites au niveau de la jouissance.

Proposée le 22/02/2018 par jpbe01

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: extra-conjugal
Personnages: HH
Lieu: Vacances, voyages
Type: Fantasme

Au skis

Nous étions partis pour une semaine aux skis mon épouse et moi (hé oui je suis marié même si j’aime beaucoup les hommes) arrivés à notre hôtel nous primes possessions de notre chambre, je vous passe les détails de l’installation, enfin l’heure du diner arriva on nous installe à notre table, je parcours la salle pour voir comment était nos compagnons de table.

Deux tables plus loin que là notre je remarque un bel homme cheveux tirant sur le roux mais pas poils de carottes, je ne suis guère attiré par les roux en ayant découvert plusieurs lors de mes études ou de mon service militaire, dans les douches communes, ils n’avaient vraiment rien de sexy.

Mais celui-ci tirait plus vers une couleur auburn, il dut sentir que je le regardais, car il tourna la tête vers moi, je découvris de très beaux yeux verts, un visage fin et anguleux, une très belle bouche, je pensai si le reste est comme ce que je vois ça doit être un régal. Je remis mon nez dans mon assiette un peu gêné d’avoir été découvert, mais je lançais de temps en temps un bref regard dans sa direction.

Le lendemain matin départ pour les pistes, matinée douce pour se remettre dans le bain et retrouver ses sensations, midi heure d’un lunch léger au resto de la station, et là à quelques mètres devant moi je revois mon beau rouquin, moulé dans une combinaison rouge, moulé est peu dire, je pus enfin admirer cet homme de la tête aux pieds, et cela en valait la peine, un cul d’enfer, bien rond je n’avais qu’une envie le toucher.

Il m’aperçut et me fit un petit signe de tête, auquel je répondis, je le croisai plusieurs fois sur les pistes, m’arrêtant parfois pour le voir glisser avec maitrise sur la neige.

Généralement après le ski je me rend au sauna de l’hôtel, cela me détends et me permet de mater quelques beaux males, bien sur comme dans tous les pays Germaniques le sauna se prend entièrement nu, sans maillot ni serviette, il n’y avait pas grand monde, je m’installai donc sur une banquette, plusieurs personnes firent leur entrée mais en majorité des hommes et femmes dans la soixantaine, mais soudain que vois je au travers de la porte vitrée, le beau male du resto, il entre nu évidemment, musculature fine mais bien marquée, un beau sexe, ni une matraque mais pas non plus un tige de bambou, se beau sexe reposait sur une bourse bien ronde et rasée, bien qu’une belle toison pubienne lui mangeait le ventre, de la même couleur que sa tignasse
.
Je vis qu’il regardait ou prendre place, je me reculai un peu sur la banquette pour lui faire une place, il vint s’asseoir à côté de moi, sa cuisse touchant la mienne, quel sensation merveilleuse on se touchait, il était légèrement penché en avant ce qui me permettait d’apercevoir sa belle touffe et la naissance de son sexe, soudain il s’adossa et la je pus admirer toute ses merveilles, j’avais envie de le toucher, mais évidemment impossible à faire, je sentis nettement que la pression de sa cuisse contre la mienne devenait plus forte, je sentis aussi une chaleur se répendre dans mon bas ventre, et mon sexe réagir, je ne pouvais pas commencer à bander dans le sauna je me levai et sortis, je pris une courte douche et me dirigeai vers la salle de repos.

J’étais à peine installé que voilà mon bellâtre qui se pointe la taille entourée d’une serviette mais mise d’une telle façon qu’elle s’arrêtait à la naissance de son sexe laissant voir sa belle toison.

Il prit place à coté de moi, je voyais une belle bosse sous l’essuie, il se tourna vers moi et s’adressa à moi en Allemand, je lui dis que mon Allemand était très mauvais, mais que nous pouvions parler en Français, en Anglais ou encore en Italien.

OK je vais essayer en Français me dit-il, mais je ne suis pas très bon, je lui répondis que si je pouvais déjà parler Allemand comme lui parlait Français je serais très heureux.

Il avait un bel accent qui n’avait rien à voir avec celui que l’on prête souvent dans les caricatures des Teutons parlant Français, le sien était charmant.

Je m’appelle Hugo et je vis à Cologne dit-il et vous ? Moi c’est Jean et je suis Parisien répondis je.

Tu es accompagné je crois aussitôt il s’excusa de m’avoir dit tu, je lui dis que cela était mieux que le « vous » je répondis à sa question en lui disant que j’étais accompagné de mon épouse, il eu l’air un peu contrarié, mais se repris de suite.

Ha dit il tu es marié, bien et toi dis je une copine, une amie ? Non dit il je suis célibataire et tiens à garder ma liberté de choix.

Je lui dis sous forme de plaisanterie : Tu sais il y a un proverbe chez nous qui dit ce n’est pas parce qu’on a la télé qu’on ne peut pas aller au cinéma. Il me répondit directement : Et tu vas souvent au cinéma ? Cela m’arrive parfois mais quand j’y vais-je change de menu.

C’est-à-dire ? Dit-il soudain l’air intéressé Et bien je change complétement de partenaire je me dirige plutôt vers les garçons
.
Tu aimes donc les hommes ? oui dis-je.

Il me regardait de façon très intense, je pouvais admirer ses magnifiques yeux de couleur émeraude sa chevelure les mettant encore plus en valeur, je détallais aussi son torse, bien dessiné, imberbe, sa peau avait l’air d’être très douce, bien lisse.

Il se leva et me dit à tout à l’heure au diner.

Je m’en voulais de m’être ainsi livré à cet inconnu, je ne savais rien de lui, et moi d’habitude si réservé je lui avais dis le secret de ma vie, quel con j’étais.

Au diner, il était bien là, mais cette fois c’est lui qui regardait régulièrement vers moi, quand nos regards se croisaient il me souriait j’avais peur que ma femme ne découvre ce manège.


Après le repas nous avons décidé de prendre un dernier verre au bar, à peine arrivé Hugo fit son entrée, quelques minutes plus tard je le vis se diriger vers les toilettes, je me dis que c’était là l’occasion de revoir sa belle tige, je m’y rendis donc, il était seul, je pris l’urinoir à coté du sien, je vis qu’il avait le jeans ouvert comme le font la plus part des hommes maintenant, ne tenant qu’à peine son sexe, que je pouvais bien mater, je le surpris à regarder le mien, mais il détournât rapidement son regard.

J’aimerais que nous fassions plus ample connaissance dit-il, crois-tu que tu pourrais être un moment seul ?
Je lui dis que j’essaierais de redescendre une fois ma femme couchée, mais que je ne pouvais rien promettre, j’étais redevenu prudent car à part un regard jeté sur mon sexe, il était toujours une énigme pour moi.

Rentrés dans notre chambre j’allumai la TV, ma femme se mit en tenue de nuit, moi je restais habillé, elle me demanda si je ne me couchais pas, je lui que j’allais sans doute retourner au bar car je n’étais pas fatigué, sans doute trop d’adrénaline après ce premier jour de sport.

Moi je suis crevée, je me couche dit-elle, ne remonte pas trop tard, et svp éteint la TV et la lumière en sortant.

Je fus en un temps record au bar, Hugo y était installé à une table, nous primes un verre en discutant de notre journée respective, soudain il me dit : J’ai un excellent Whisky dans ma chambre, veux-tu le gouter, cela me ferait plaisir et nous serons plus à l’aise pour parler. OK dis je
J’étais loin d’imaginer ce que j’allais vivre dans cette chambre.

Arrivé dans sa chambre il y faisait une chaleur torride, moi qui avais mis un polaire, je n’allais pas tenir, je le lui fis remarquer, et il me répondit met toi à l’aise enlève ton polaire si tu veux.

Il s’éclipsa dans ce que je devinais être la salle de bain, il en sortis quelques minutes plus tard, simplement vêtu d’ un « cycliste » en lycra, hyper moulant, il avait dut prendre une taille en dessous de sa taille réelle, son magnifique cul moulé, et on voyait clairement son sexe décalotté et ses prunes bien marquées, j’étais sans voix, debout torse nu, il me détailla des pieds à la tête, et me dit, quand je dis met toi à l’aise c’est sans pantalon aussi, il vint vers moi défit mon jeans et me l’enleva, je portais un caleçon Américain en toile, mais depuis que je l’avais vu dans sa tenue hyper sexy, mon caleçon ressemblait à un chapiteau de cirque, le mat central bien dressé.

Holà me fit il je vois que tu réagis très vite, je lui dis évidemment quand je te vois comme ça hyper sexy, je ne peux m’empêcher de bander.
Il se dirigea vers sa table de nuit et en sorti un flacon rempli d’un liquide blanchâtre.

Tu vas m’enduire entièrement le corps avec cette huile spéciale, ensuite ce sera ton tour.

Je me mis donc en devoir de le huiler, au premier contact sur mes mains cette huile semblait chaude, je mis cela sur le compte de la température, je commençai par son dos, au fur et à mesure que j’appliquais le liquide, il soupirait, gémissait un peu, ensuite j’enduis son beau torse et en effet il avait la peau très douce, il fermait les yeux, et avait déjà l’air d’être en extase, arrivé au niveau de son ventre je devais faire glisser son maillot, ce que je fis avec lenteur me réservant le plaisir de la redécouverte, il était maintenant nu devant moi, quel beauté, quelle grâce, j’enduisis son sexe et sa bourse de cette huile et m’attardai dans sa toison très douce elle aussi, là il gémit très fort, je m’attendais à le voir jouir, j’allais bientôt comprendre pourquoi ces réactions si puissantes.

Je m’appliquai sur ses cuisses et sur ses jambes, faisant un terrible effort pour ne pas prendre son sexe en main ou dans ma bouche, enfin lorsqu’il fut totalement recouvert de ce produit, il me dit à toi maintenant et il commença en m’enduire dès les premières secondes je sentis une chaleur intense m’envahir, le parfum de cette huile m’enivrais, chaque parcelle de peau devenait une zone érogène, moi aussi je me mis à gémir, quand il arriva à mon sexe je crus défaillir, enfin je fus moi aussi enduit de la tête aux pieds de cet étrange liquide, et l’odeur avait remplit la chambre, il me dit, c’est une huile spéciale que je fais venir de Chine, elle est très chère mais tu vas comprendre bientôt, elle est aphrodisiaque à un très haut niveau.

Maintenant attache moi les mains dans le dos et fais ce que tu veux de moi, ce que je fis je commençai simplement par le sucer, ce qui le mis déjà dans un bel état caressant sa bourse , remontant le long de ses cuisses, soudain il me dit détache moi que je te touche, nous étions dans scénario SM léger, je lui dis pas question c’est moi le maitre, je le fis mettre à genoux, le torse penché en avant j’avais trop envie de son cul, je l’ai pénétré directement, il poussa un petit cri, j’étais penché sur son dos et chaque fois que nos peaux entraient en contact, j’étais parcourus de décharges « électriques » une puissante sensation de plaisir me submergeais, détache moi suppliait il pas question lui dis-je.
Je sentais le plaisir
monter en moi, soudain j’ai explosé dans son cul, jamais je n’avais joui comme ça je pensais mourir de plaisir, je restais comme ça affalé sur lui mon corps parcourut de spasmes et de plaisir, je sentais le sien réagir aussi.
Après quelques minutes je lui dis met toi à genoux, délivre-moi dit-il encore, je ne dis pas question, alors branle moi doucement dit-il.

Je suis sorti de son cul la queue hyper raide comme si je n’avais pas joui, alors que d’habitude je débande de suite, ici non et toujours autant envie de jouir qu’avant de l’enculer.

Je me mis à genoux face à lui, je saisi sa belle queue d’une main et sa bourse de l’autre, il était comme fou, je commençai un long va et vient sur sa tige doucement, je sentais son sexe se raidir encore plus, je m’arrêtai sachant que lorsque je reprendrais le plaisir serait encore plus fort, mes mains étaient en feu sous l’effet de l’huile, vas y je veux jouir me supplias-t-il, pas encore dis-je, je repris et la il était cambré, tendu comme un arc, je décidai d’aller jusqu’au bout, il ne mit pas longtemps à cracher son jus, plusieurs jets puissants vinrent couvrir mon ventre et emplir mes mains. Je croyais bien moi aussi jouir comme ça spontanément mais je réussis à me calmer.

Je lui détachai les mains, à toi maintenant dit-il, tu vas prendre ton pied comme jamais.

Ce fut mon tour à être entravé, le même scénario se passa à genoux le torse en avant, le cul offert, il commença par me caresser la bourse houuuuuuuuuuu j’étais déjà dingue de plaisirs et encore rien démarra111commende sérieux, merveilleuse huile, il me pénétra et la je ressentis des sensations jamais éprouvées , plus il me pilonnait plus je sentais une jouissance jamais connue auparavant, plus sa queue allait et venait en moi plus je sentais cette jouissance monter, soudain il cracha dans mon cul et là je jouis comme jamais, mais pas par ma queue mais par mon cul, je jouissais par mon anus, cette jouissance est plus profonde et plus longue dans la durée que l’autre, je n’avais jamais jouis du cul avant, mais comble du plaisir je jouis aussi par devant pour la deuxième fois et ca sans branlette ni rien quel plaisirssss, quelle jouissancesssss.

Je ne savais plus ou j’étais seul mon sexe, mon cul, ma peau existait, et lui bien sûr.

Il sortit de ma personne encore raide et à ne le voir pas prêt à débander, comme moi j’étais toujours aussi raide et pas encore repus.

Toujours attaché il me fit le même scénario il me branla lentement mais lui m’embrassais en plus, je croyais ne jamais me remettre de ces plaisirs successifs je jouis pour la troisième fois, cette fois ce fut lui qui récoltant ma semence, il me libéra et nous sommes tombés dans les bras l’un de l’autre, nous embrassant, roulant par terre, tremblant ne sachant ou nous toucher tant tout était plaisir et sensations.

J’eu un moment de lucidité, ayant perdu toutes notions du temps, je regardai ma montre qui ne me quitte jamais, nous avions passés une heure et demi ensemble je croyais que trois ou quatre heures s’étaient écoulées, vu l’intensité de nos rapports, lui et moi toujours raides et emplis de désirs, pas moyens de le quitter, lui ne voulait pas non plus que je parte, il me pris dans ses bras, m’embrassa, et m’allongea sur le dos, il se mit dans l’autre sens et un furieux 69 commença en un temps record nous avons jouis ensemble sa divine semence emplissant ma bouche et chose que je ne faisait jamais j’avalais goulument son sperme, et lui avala le mien.

Mais il était temps que je le quitte à regret d’ailleurs, toujours aussi raide ne sachant pas ou j’avais été cherché ses ressources et surtout tout se sperme que j’avais lâché.

Je lui dis que je devais le quitter maintenant, mais que je ne pouvais rentrer dans ma chambre emplis de sperme, d’huile et surtout avec ce parfum entêtant.
Il se leva et pris dans sa table de nuit un savon, lave-toi entièrement avec ça rien ne restera, je passais sous la douche avec regrets, mais le savon « magique », enlevais l’huile et l’odeur, je redevins mou, le désir s’estompât jouissances en 1h30 je n’en revenais pas.

Sortis de la douche je me reniflais, ne me touchais rien, plus d’huile, plus d’odeurs.

Je rentrai dans la chambre lui toujours nu, me regardant avec désirs, les effets de l’huile agissaient toujours sur lui, mais je devais rentrer dans ma chambre, je lui dis j’espère qua nous aurons l’occasion de refaire ça cette semaine, hélas me répondit il je pars demain, il tendit les bras vers moi, mais je savais que si je répondais à cet appel je serais à nouveau pris dans ces filets, je lui dis à demain au petit déjeuner, ok me dit-il.

Je rentrai dans ma chambre ma femme dormait à poings fermés je me passai à nouveau au crible, mais rien, plus d’odeurs, plus de traces d’huile.

Mon Dieu quelle soirée, je me couchai plein de souvenirs et le corps de Hugo derrière les yeux.

Le lendemain matin vite, vite au petit déjeuner, mais hoooooo déception, juste les reliefs d’un repas déjà prit, Hugo était partit, mélancolie, quand tu nous tiens, mais je ne voulais en aucun cas gâcher les vacances de ma femme, et me dis que ma société allait m’envoyer sous peu en mission pour une semaine à Cologne.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Anonyme
super beau bandé tout le long voudrais bien expérimenter la même chose
Posté le 20/03/2018

Anonyme
Très bandant, quel est le nom de l’huile aprhodisiaque?
Posté le 17/03/2018


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Le jour où...
Le troisème jour
Aventures d'un jour ou plus - Thomas
Aventures d'un jour ou plus - Sandrine
Aventures d'un jour ou plus - Hélène