Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Comment je suis rentrée dans un cercle vicieux

Après des années de mariage, comment j'ai dépassé mes interdits à cause de mon mari. Je vous livre mes souvenirs les plus intimes...

Proposée le 24/06/2021 par JulietteE

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: extra-conjugal
Personnages: FH
Lieu: Bureau, travail
Type: Histoire vraie


C'est la première fois que je m'exprime de cette façon, mais j'ai envie de raconter ce que j'ai vécue.

Mon histoire commence il y a une dizaine d'années, depuis beaucoup de choses ont évolué. Je vais essayer de vous décrire cela tout en restant le plus fidèle à mes souvenirs.

Je m'appelle Juliette, j'ai aujourd'hui 50 ans. Je suis mariée avec Eric depuis l'âge de 22 ans. Éric a 2 ans de plus que moi. Il vient de la région Lyonnaise et moi je suis originaire du centre de la France vers Nevers. Je suis aujourd'hui secrétaire de direction trilingue, anglais et espagnol. Je parle espagnol car mes parents sont de cette origine. Eric a commencé comme maçon et est aujourd'hui cadre responsable de chantier dans une grande entreprise de construction.

Je faisais mes études lorsque j'ai rencontré Eric. J'étais déjà en couple avec quelqu'un depuis 3 ans, mais au final rien de transcendant. A part quelques petits flirts, c'était ma première véritable histoire. Du coup cela n'a pas traîné, après à peine quelques semaines d'indépendance hors du giron familial, j'ai rencontré Eric au cours d'une soirée. Au bout de 2 semaines, nous avons couché ensemble. Éric n'avait pas beaucoup d'expérience non plus mais tout allait pour le mieux. Et depuis nous sommes toujours ensemble.

J'ai eu 3 enfants avec Eric, 1 fille puis deux garçons. Je les ai eu entre 26 et 32 ans.
Cela a un peu endormi notre vie de couple pendant une quinzaine d'années. Passé les premières années où nous faisions l'amour presque tout les jours, nous étions plutôt à un rythme d'une fois par semaine, avec des hauts et des bas.
Il est vrai que de part mon éducation, mariée, je ne pensais pas à un autre homme que mon mari. Même si quelques fois certains hommes me draguaient, j'appréciais cela, mais je mettais tout de suite un stop à cela pour éviter d'aller trop loin.

Physiquement, je mesure 1m68, une petite poitrine et des fesses plutôt bien rebondies. Je suis brune mais je me teint en blonde. J'ai toujours voulue être blonde, donc dès que j'ai pu voler de mes propres ailes, je me suis teinte les cheveux. J'ai des yeux couleur noisette, des sourcils fins et un joli petit nez retroussé. J'étais plutôt fine lorsque j'étais jeune, mais avec l'âge et les grossesses, j'ai pris quelques kilo. Je fais du sport pour maintenir mon corps, rentrer ce petit ventre et tenir cette culotte de cheval au minimum. Je ne suis pas miss monde mais je pense que je plaît aux hommes. Il est vrai que je suis plutôt d'humeur joviale et que j'ai un certain charme qui peut attirer.
Je fais souvent attention à mon apparence, je me maquille et je me suis toujours habillé de façon à faire ressortir mon côté féminin. Il est vrai que j'apprécie qu'on me regarde et qu'on me trouve belle.
Comme je voulais être blonde, je me suis rasé le sexe très tôt. Ce qui avait même surpris mon mari mais qui lui a bien plu au final. Vers 40 ans, grâce aux nouvelles technologies, je me suis fait épiler intégralement l'entre jambe au Lazer dans un institut. Mon petit abricot est maintenant tout lisse et je l'aime beaucoup ainsi.

Il y a dix ans, je travaillait à la réception d'un hôtel. Plutôt bien investi dans mon travail, J'étais responsable d'une petite équipe. Je travaillait donc la journée bien que parfois obligée de rester le soir voir la nuit pour régler des problèmes ou palier à des absences de personnel.

Pour ce travail, je m'habille souvent en tailleur ou jupe plus ou moins longue et je porte des talons.
Mon mari me pousse toujours à ce que je sois plutôt sexy. Ce qui ne me dérange pas forcément, mais je fais malgré tout attention à ne pas être vulgaire.

Nous sommes au début du printemps, il y a en ce moment un stagiaire à la réception: Benjamin. Il est plutôt beau garçon. Il doit faire 1m80, bien charpenté, cheveux chatin clair. J'aime bien discuter avec lui, et je vois que je ne le laisse pas indifférent. Lorsque j'en parle à mon mari, il me demande de le chauffer! Je ne comprend pas cette demande farfelu. Un matin, je m'habille peut être un peu plus sexy que d'habitude, j'ai mis une jupe assez courte et dessous, un collant ouvert pour faire plaisir à mon mari qui aime bien me voir partir ainsi au travail. En haut j'ai un décolleté assez ouvert, qui laisse bien apparaître la ligne entre mes seins serrés par un soutien gorge push-up. J'ai l'habitude de porter des soutiens gorges assez rembourrés pour grossir ma poitrine d'une ou deux tailles. Mes seins correspondent à un bonnet B.
Lorsque j'arrive à la réception, je fais la bise à Benjamin, et je vois ses yeux se perdre dans mon décolleté. Dans la mâtiné, je le surpris deux ou trois fois en train de regarder mes fesses ou mon décolleté. J'ai un bureau à côté de la réception, et pendant que je travaille sur mon ordinateur, je pense aux regards de Benjamin sur mon corps. C'est vrai qu'il est plutôt beau gosse et assez attirant. Je me sens troublée par mes pensées et ai quelques petits frémissements entre les jambes. Je travaille encore une heure comme cela, mais cette image de Benjamin me regardant, ne me lâche pas. Je ressens une envie d'aller plus loin. Le désir est trop fort. Après tout, mon mari me pousse dans ce sens là!
Je sors de mon bureau et m'installe au poste informatique de la réception, à 2 mètres de Benjamin qui s'occupe de clients venant chercher une chambre.
Assise, ma jupe courte remonte sur mon collant et le dessin du haut du collant, est à moitié apparent, comme si je portais des bas. J'ai ouvert un peu plus mon décolleté pour laisser ma poitrine un peu plus apparente. Benjamin est debout à la réception et il doit avoir une très belle vue sur ma poitrine vu d'en haut.
Je m'efforce de travailler sur ce poste le plus normalement possible. À force d'être dans cette situation, je commence à être de plus en plus excitée. Sur un pot à crayon en métal brillant, je vois le reflet de Benjamin qui me regarde sur le côté dès qu'il n'est plus occupé avec des clients. Du coup j'avance un peu plus sur la chaise pour faire davantage remonter ma jupe. Lorsque je regarde discrètement mes jambes, je voyait le dessin du haut du collant presque complétement sortie de la jupe. J'écarte aussi les jambes pour donner plus d'effets. Benjamin ne peut pas voir ma culotte, car il n'est pas en face de moi. J'ai mis aujourd'hui un petit string rouge à moitié transparent. Mon excitation commence à être très forte, je sens que mon clitoris est complétement sorti de sa cachette. Je bouge de temps en temps, me tortille sur la chaise. Je sens mon bas ventre frémir de désir. Je reste encore 5 minutes comme cela, sous le regard de Benjamin qui n'ose visiblement pas intervenir. Je suis moi-même arrivée à un point où je ne sais plus où me mettre. Je me lève pour retourner à mon bureau pour reprendre mes esprits. Mes jambes ne me tiennent plus tellement je suis troublée. Après 10 minutes derrière mon bureau, je repris mon souffle, mais je suis toujours excitée. Je finis donc par aller aux toilettes et je ferme la porte derrière moi. Tout en restant debout, je remonte alors ma jupe et commence à caresser mon clitoris à travers mon string trempé. Je me plaque au mur en imaginant que c'est Benjamin qui me pousse ainsi. Puis je descend mon string au niveau des genoux et me branle pendant que je m'introduit deux doigts dans la vulve en passant par derrière. Je fais un mouvement de va et vient rapide dans ma chatte trempée en pensant que Benjamin me saute par derrière. Je suis tellement excitée que ma cyprine coule le long de mes jambes. Je jouis en deux minutes en serrant les dents pour ne pas crier.
Au bout de 5 minutes, je reprends mon calme et sors des toilettes pour reprendre un travail normal jusqu'au soir. Bien que ce qui s'est passé, m'obsède tout le reste de la journée.
Dès que je me suis retrouvé au lit avec Eric, je lui avoue l'histoire de ce qui s'est passé dans la journée. Cela comme pour m'excuser de ce que j'avais fait, mais sans être inquiète car nous avons toujours parlé très franchement entre nous. Mon mari, très excité d'entendre cela, me demande de lui montrer ce que j'avais fait. Je mime alors ce que j'avais fait sur une chaise, refaire cela m'excite à nouveau, mon sexe se remet à devenir humide. Je vois son sexe de 20cm devenir raide devant moi. Lorsque je me lève, il m'attrape et s'introduit au plus profond de moi. C'est extraordinaire, j'ai envie de me faire pénétrer, je veux du sexe en moi, j'ai envie de sentir les lèvres de ma chatte se faire écarteler. Tout en me prenant, il me reproche de n'avoir pas été assez loin.
"Il fallait lui montrer ta petite culotte mouillé" me dit-il.
"Pourquoi ne l'as-tu pas fait alors que tu en crevais d'envie salope"
Il bouge rapidement et tape fort contre mon cul. Ma vulve se liquéfie à nouveau, mon clitoris est tout dur et je le caresse avec mes doigts pendant qu'Eric me pénétre. Je pense encore à mon exhibition du matin qui fait monter en moi le feu entre mes jambes. Je jouis à nouveau très fort, mais cette fois je peux libérer mes cris de plaisirs. Au même moment, Eric m'asperge alors le cul de sa semence, que j'étale sur ma chatte et mon anus. Je m'endors comme j'aime le faire, avec la jouissance de mon homme répandue sur mon intimité.
Heureusement Benjamin ne travaille pas les deux jours suivants puis c'est moi qui suis en week-end. Cela me permet de retrouver mes esprits bien qu'avec mon mari nous avons fait l'amour tout les jours jusqu'au dimanche en repensant à ce qui s'était passé.
Je décidais malgré une certaine envie, de ne pas mener plus loin cette histoire.

Lundi matin, pour commencer la semaine, je porte un robe moulante rouge qui descend au milieu de mes cuisse. C'est une robe qui me va bien et que j'aime mettre. Elle met plutôt en valeur mon corps. Sur les conseils d'Eric, je ne met pas de soutien gorge, cela fait plus naturel d'après lui. Même si cela ne m'arrive pas souvent, Il est vrai que j'aime bien avoir ma poitrine nue, cela me donne la sensation d'être plus libre. De sentir mes seins bouger lors de mes mouvements me procure une certaine sensation de bien-être et d'être plus "femme".
Le responsable de l'hôtel étant en congé, je sais que je dois accueillir un directeur du siège de l'entreprise aujourd'hui.
En arrivant, je fais la bise à Benjamin et à nouveau, je ressens des frissons. Je vais tout de suite m'assoir à mon bureau.
Après un moment, je vais boire un café avec Benjamin puis nous discutons de tout et de rien. Je réussis finalement à faire semblant de rien par rapport à mon exhibition de la dernière fois. Je ressens malgré tout les tétons de mes seins qui durcissent. Du coup lorsque je passe devant le grand miroir de l'entrée de l'hôtel, je vois mes tétons pointer sous ma robe. Le directeur arrive à ce moment là. Cest un bel homme, la cinquantaine, très propre sur lui et toujours tiré à quatre épingles. Il a les cheveux grisonnant avec des yeux bleus et beaucoup de charisme. C'est un homme courtois et assez autoritaire.
En me saluant, je vois ses yeux se diriger directement sur ma poitrine. Il fait le tour de l'établissement pendant que je prépare le rapport des chiffres de l'hôtel à mon bureau.
Peu après, je lui expose mon travail. Les résultats de l'hôtel sont satisfaisant et il me félicite. Pendant notre discussion, je le vois souvent regarder en direction de ma petite poitrine. Je sens mes tétons durcirent sous l'effet du frottement de ma robe.
Il commence à me parler de mes envies d'évolution de carrière au sein du groupe. Alors, mon cerveau se rattache à ce qu'Eric me dit fréquemment : "Tu es belle, utilise ton corps. Si tu veux réussir il faut coucher". Je sais que lorsqu'il me dit cela, il faut le prendre au second degré, mais il y a certainement une part de vérité dans ce message. Je décide donc de mettre en pratique ce conseil. Après tout, si mon mari est d'accord ! Je me mets donc à être plus sensuelle, je me lève pour discuter, me penche en avant pour montrer le creux de ma poitrine. Et je vois que cela fonctionne, ses yeux se perdent au milieu de mes seins. Par contre je me mets de nouveau à sentir des fourmillements dans le bas du ventre, je m'aperçois que je prends du plaisir à me montrer comme cela. Du coup, je fais quelques mouvements provoquants comme faire tomber mon stylo par terre, et je me baisse pour montrer mon gros cul. À force, je sens mon sexe devenir humide, le string me colle à la peau. J'aime ça. J'aime qu'on me désire. D'autant plus qu'il évoque une éventuelle prime pour la qualité de mon travail. Ces divers mouvements ont fait remonter ma robe serrée assez haut sur mes cuisses. Je me rassois donc en face de lui, le bureau nous sépare. Après deux ou trois phrases, il se lève et fait le tour du bureau. Pour finalement se mettre debout à 2 mètres derrière moi pour continuer notre discussion somme toute très professionnelle. Cela m'oblige à tourner ma chaise pour être en face de lui, et à dévoiler mes jambes que je gardes serrées. Je m'aperçois alors que ma robe est relevée au dessus de la moitié de mes cuisses.
Je me rappelle alors que souvent, lors de nos ébats sexuels avec mon mari, il veut m'exhiber et me demande de faire voir ma petite culotte à un inconnu. Cette fois, c'est l'occasion rêvé de mettre en pratique le fantasme de mon homme. Puisque c'est lui-même qui le demande!
Je réalise soudain la bosse au niveau du sexe sous le pantalon du directeur. Je commence à sentir des bouffé de chaleur, je sens ma chatte se liquéfier. Mes seins pointent sous ma robe comme jamais. Le tissu de ma robe frottant mes tétons durcies m'excite encore davantage. Je me lâche ! J'ouvre légèrement les cuisses, puis tout doucement, je les écarte de plus en plus. Je porte un petit string blanc transparent qui peut laisser apparaître le haut du sillon de mes lèvres. Le directeur les yeux fixés sur mon minou continu son discours. Subrepticement, il se rapproche de moi, et inconsciemment J'écarte encore les jambes. Je ressens des bouffés de chaleur au niveau de mon sexe, les pulsations de mon cœur s'accélèrent. Ma vulve est complètement liquéfié. Je me rends compte soudain que le directeur est tout près de moi. Je vois son sexe dur sous son pantalon à 30cm de mon visage.
Soudainement, comme si je sors d'un rêve, je me lève, prétexte une urgence et je retourne à mon bureau. Je marche tel un robot, sentant quelques perles de mon désir humide couler le long de mes jambes.
Comme avec Benjamin, mes premières émotions passées, je file m'enfermer dans les toilettes. Enfin je peux me soulager, carresser mon clitoris devenu énorme. Je me colle contre le mur. J'écarte ma culotte et Je me fouille mon vagin avec les doigts. Je ne mis pas plus de deux minutes pour jouir intensément.
Le temps de me réajuster, je retourne voir le directeur pour travailler.
Au vu de ma réaction, le directeur s'est sans doute aperçu que je ne voulais pas aller plus loin. Le reste de la journée se passe très professionnellement.

Le soir, dès que j'en parle à mon mari, il est terriblement excité et son sexe est raide comme un morceau de bois. Bizarrement, il me dit qu'il est fier de moi, du fait que j'ai réussi à passer un cap, à montrer ma culotte à un autre que lui. Il me dit que j'aurais pu aller plus loin, comme poser ma main sur la bosse de son pantalon. Il me retourne à 4 pattes sur le lit, de cette façon je lui offre mon cul en lui dévoilant toute mon intimité. Il me pénétre, carresse mon anus en même temps, pendant que je chatouille mon petit bouton d'amour. Nous jouissons en même temps dans une extase incroyable. Je sens son sperme chaud recouvrir mon cul pendant que j'explose de plaisir.
Dorénavant, Éric, que j'aime énormément, me dit qu'il va s'occuper de mon évolution sexuelle.
En tout cas nous faisons l'amour tout les jours, depuis plusieurs semaines. Malgré mon éducation prude, je prends un énorme plaisir quasi systématique à repensant à ces histoires, partager et faire l'amour avec mon mari. J'arrive à passer au-delà de mes interdits d'avant et à l'accepter. Ces histoires sont notre secret de couple entre Éric et moi.


Au bureau, Benjamin finissait son stage après une semaine. 1 mois plus tard, j'ai reçu une prime conséquente pour la qualité de mon travail. J'ai fait attention pour qu'il n'y ait pas d'autres expériences de ce type. Mais cela n'a durée qu'un temps…

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

ML
j'ai bien aimé cette histoire le ressenti sur l'habillement et les dessous sont mon thème favori quand l'auteure l'exprime avec élégance et délectation et cette nuit je saurai m'en souvenir pour moi c'est le top de mes fantasmes Merci
Posté le 4/07/2022

Phil
Bonsoir Excellente histoire, mon membre s'est dressé très fortement pour vous. De vous lire Phil
Posté le 22/11/2021

Philou
Milles excuses, histoires vraie, donc à prolonger .......
Posté le 27/09/2021

Philou
Superbement excitant, j'espère que tu continues tes expériences fantasmées. Philou
Posté le 27/09/2021

Pongodu21
Merci pour cette belle histoire bien excitante.
Posté le 30/06/2021

Anonyme
Encore plus de sexe et de caresses bien appliquées de tous. Côté
Posté le 29/06/2021

Thallium202
Hum... très belle entrée en matière j'attends avec impatience la suite qui je l'espère sera tout aussi excitante
Posté le 26/06/2021

verseau29
efficace ! oui précision je suis un homme...alors finir cette histoire avec une gaulle d'enfer, je peux dire aisément que c'est efficace ! merci !
Posté le 25/06/2021


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Comment je suis rentrée dans un cercle vicieux 02
Comment je suis devenue une coquine...
Comment je suis devenu un acteur porno 2/5
Comment je suis devenu bisexuel 1er épisode
Comment je suis devenu un homme soumis 3