Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Comment je suis devenu le sex toy de ma chef (1ère partie)

L’histoire que je vais vous raconter s’est produit il y a quelques années. J’ai choisi de vous la partager car aujourd’hui encore, je me demande comment cela a pu arriver. C'est l'histoire vrai d'un stagiaire de 24 ans qui s'est donné pour mission de faire sa jouir sa supérieur hiérarchique lors d'une soirée inoubliable.

Proposée le 9/02/2021 par BehindTheDoor

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Nympho, vicieuse
Personnages: FH
Lieu: A la maison, intime
Type: Histoire vraie


Ceci est une histoire réelle. J’ai juste changé les noms, résumé certains passages et complété les moments où mes souvenirs manquaient.

Je m’appelle …J’ai 30 ans et je suis originaire de la Guadeloupe. Je mesure 1m80 pour 95kg. Je ne suis pas féru de la salle de gym mais je reste assez sportif sous ma carrure de rugbyman barbu. Je suis chef d’entreprise et pour mon travail je suis souvent en costume cravate.

Je reçois toujours des commentaires positifs concernant mon style et souvent des regards intéressés de femmes, parfois plus âgés que moi. J’ai toujours préféré les femmes plus âgées, elles savent ce qu’elles veulent et n’ont aucun mal à vous le faire comprendre.

Je ressens un plaisir coupable à chaque fois que je lis dans les yeux d’une femme qu’elle veut me bouffer tous crus. J’aime les femmes qui ont un grand appétit sexuel et qui le font ressentir une fois le moment venu de concrétiser. Moi aussi j’ai un grand appétit sexuel ! Même si je ne multiplie pas forcément les partenaires sexuelles, préférant la qualité à la quantité, je prends plaisir à faire jouir une femme dès que le jeu en vaut la chandelle.

Trêve de bavardage, l’histoire que je vais vous raconter s’est produit il y a quelques années. J’ai choisi de vous la partager car aujourd’hui encore, je me demande comment cela a pu arriver : j’ai baiser avec ma chef de 20 ans mon ainée. D’autres histoires suivront si vous aimez celle-ci. J’en ai de pas mal remontant de l’époque où je travaillais comme barman dans un grand hôtel en Guadeloupe et bien plus encore…comme je vous l’ai dit j’ai un grand appétit sexuel. Mais pour l’instant revenons à notre histoire.

À l’époque des faits j’avais 24 ans et je m’en rappelle encore comme si c’était hier. Cela faisait 6 mois que j’étais en stage de fin d’étude chez un constructeur automobile sous la direction de Cécile, 44 ans à l’époque.

Elle doit mesurer environ 1m65 pour 70kg. Elle est en bonne forme et à tout ce qu’il faut pour attirer les hommes : Poitrine généreuse, fesses rebondis et un magnifique sourire. Je l’ai tout de suite trouvé à mon goût. Même si je suis très peu porté sur le physique, préférant le feeling, je dois dire que je fonds plus facilement pour un certain type de femme : avec de belles formes et si possible quelques kilos en trop pour bien encaisser mes coups de reins.

Cécile est célibataire depuis quelque temps. Elle venait de se séparer de son mari avec lequel elle avait vécu pendant 20 ans, autant dire qu’elle était dans une phase ou elle voulait rattraper le temps perdu…sexuellement.

Une fois, en rentrant dans son bureau, je surpris une conversation de Cécille avec une collègue où elle racontait son aventure de la veille et un appétit sexuel retrouvé après tant d’années de monotonie. Je dois dire qu’entendre cela m’avait bien excité et qu’après ça je ne pouvais m’enlever cette image de moi soulevant Cécile contre le mur de son bureau pour gouter aux plaisirs de son corps.

Néanmoins, je me remis vite les idées en place, Cécile était ma chef, d’elle dépendait la réussite de mon stage, et j’avais travaillé trop dur pendant 5 ans d’études pour tout gâcher à cause de ma bite.

Et puis même, pourquoi une femme comme elle irait perdre son temps à fricoter avec un petit stagiaire alors que tous les mecs de la boîte rêvent de se la taper. À cet instant j’étais loin de m’imaginer qu’avec Cécile, nous connaîtrions des nuits de pur sexe bestial.

Tout a commencé une fois mon stage quasiment arrivé à son terme. Mes collègues avec qui je m’entendais super bien, décidaient de m’organiser un pot de départ chez Cécile. Ce n’est pas la première fois que nous nous retrouvons à cet endroit, elle habitait seule une grande maison avec un immense jardin.

La dernière soirée chez Cécille datait d’il y a 1 mois et ce soir-là je dois dire qu’elle s’était complètement lâchée. Bien aidée par l’alcool, elle n’avait cessé de faire des allusions sexuelles sous couvert de rigolade durant toute la soirée. Elle était en chasse, et j’espérais être celui qui allait lui lécher toutes les parties de son corps.

Néanmoins, il me restait encore 1 mois de stage et décidait de ne rien tenter tout en espérant au fond de moi qu’une occasion comme celle-ci se représente. C’est donc bien décidé à saisir n’importe quelle occasion que je me rendis ce soir-là à mon pot de départ…De toute façon mon rapport de stage était signé avec une belle appréciation, je n’avais donc plus rien à perdre.

Il est 21h quand je sonne à la porte. Cécile m’ouvre avec un grand sourire :

- Et bien te voilà enfin. On a failli t’attendre, tu as déjà 2 verres de retard !

Elle est vêtue d’une petite robe noire courte et fine qui laisse entrevoir une petite ficelle le long de ses reins, des bas noirs et une paire de talons hauts mettant en valeur ses longues jambes.

Je restai bouche bée en voyant la tenue de Cécile, wooow qu’est-ce qu’elle était sexy. À cet instant je n’avais qu’une envie : la plaquer contre le mur et lui retirer lentement tous ses vêtements l’un après l’autre pour découvrir chaque partie de son magnifique corps. Je restais la bouche ouverte en train d’admirer Cécile quand enfin elle me dit avec un petit sourire :

- « C’est ma tenue qui te met dans cet état-là ? »
- « Oui euh non » répondis-je timidement avant de reprendre mon assurance… « Tu es vraiment très sexy ».
- « Tu parles » me répondit-elle tout en commençant à rougir
- « Ta tenue en tout cas me rend fou ! Tu auras toute mon attention ce soir »

Cécile me fixa quelques secondes comme chamboulée par ce que je venais de lui dire. Elle me prit alors des mains les deux bouteilles de champagne que j’avais rapporté.

- « Très bon choix » me lança-t-elle, « J’adore le champagne même si quand j’en abuse, je fais des bêtises ».

Pourquoi me disait-elle cela ? Est-ce qu’elle avait un message à me faire passer ou je me faisais simplement des idées ? Peu importe je n’avais plus rien à perdre et j’étais décidé à tenter ma chance :

- « mmmmmhhhhh les bêtises j’aime ça » lui lançai-je en la fixant droit dans les yeux tout en commençant à avancer vers le salon pour rejoindre les autres.

J’étais le dernier arrivé. Les autres avaient déjà commencé à s’ambiancer et au vu de l’atmosphère qui régnait, l’alcool coulait déjà à flot. Ce soir on était 5 : Cécile, Floriane (la collègue à qui Cécile avait raconté sa folle nuit de sexe quelques temps auparavant), Alice, Malcolm et moi. Tout en saluant les copains, je ne pouvais m’empêcher d’observer Cécile. Elle était en train de mettre les bouteilles de champagnes au frais. Je pus m’apercevoir qu’elle arborait un petit sourire coquin qui ne la quittait pas. Était-ce mes paroles qui la faisaient sourire ? J’allais vite le savoir.

La soirée battait son plein, tout le monde semblait passer un bon moment bien aidé par l’alcool. Cécile et moi ne cessons de s’échanger des petits regards discrets pour ne pas alerter les autres. Elle proposa enfin de passer à table et me demanda de venir l’aider. Une fois dans la cuisine elle se retourna brusquement vers moi :

- « Je ne te savais pas aussi joueur. Tu n’as pas froid aux yeux » me lançait-elle.
- Tu aimes ça on dirait Cécile…Je me trompe ?
- Oui je crois bien… me répondit-elle d’une petite voix sensuelle.

Je tournai ma tête pour vérifier que personne ne nous voyait et sans prévenir j’embrassai Cécile à pleine bouche. Je ne croyais pas ce qu’il était en train de se passer : J’échangeais un baiser avec ma chef de 20 ans mon ainé et sur qui je fantasme depuis le début de mon stage OMG.

Bien décidé à ne pas laisser passer l’occasion, j’entamai de longs baisers dans le coup de Cécile comme pour lui faire savoir que je la désirais plus que tout et que ce soir elle serait mienne. Je sentais le souffle de cette dernière s’accélérer contre ma peau, ce qui me confirma qu’elle aussi aimait ce qui était en train de se passer.

Je fis délicatement remonter la robe de Cécile jusqu’à découvrir ses fesses bien rebondies, séparé par une petite ficelle rouge. Je bandais comme un fou, je sentais que les veines de mon engin allaient exploser je ne pouvais plus cacher mon excitation et Cécile l’avait bien remarqué. Elle agrippa avec force mon engin et commença de léger va et vient par-dessus mon pantalon.

- « Je savais que tu étais bien monté » me lança-t-elle… « Un vrai mec des Antilles ! »

Il y a toujours eu ce stéréotype de l’Antillais bon baiseur et à vrai dire depuis que je me suis installé en Métropole ça m’avait beaucoup servi dans mes conquêtes. Les Femmes aiment mon côté exotique et mon accent dansant, et ce soir Cécile voulait goûter à la chaleur caribéenne.

Tout à coup Cécile stoppa ses vas et viens sur ma queue et réajusta sa robe :

- « On va se faire cramer si on continue » me dit-elle en me passant les assiettes.

Cela faisait bien 10 bonnes minutes que Cécile et moi étions en train de se chauffer dans la cuisine. Heureusement pour le reste de la soirée, les autres ne semblaient même pas avoir remarqué notre absence, trop occupés à discuter.

Durant le repas j’étais assis à côté de Cécille. Celle-ci en profitait pour de temps en temps passer une main furtive sur ma cuisse ou sur mon engin pour me faire comprendre que la soirée était loin d’être finis. Je recommençais à bander comme un taureau sous la table et au vu des regards coquins que nous échangeons, elle n’attendait qu’une chose, pouvoir s’affaler de tout son poids sur cette tige vaillante.

J’en profitai pour moi aussi jouer un peu avec Cécile. J’entrepris subtilement de lui écarter les jambes pour m’amuser avec son minou. La disposition de la table et des convives me permettait une certaine liberté de mouvement pour m’exécuter. Je fis remonter délicatement mes doigts le long de la cuisse de Cécile. Je la sentais se raidir de plus en plus au fur et à mesure que ma main montait en direction de sa vulve. Subitement j’arrêtais mon mouvement à 2 mm de son vagin. Je voulais faire durer le plaisir, j’aimais voir le désir et l’excitation monter chez Cécile. Elle voulait jouer…Très bien, on allait jouer et je comptais être le maître du jeu.

À la fin du repas et avec quelques verres de plus dans la tête, mes collègues décidèrent de mettre un peu de musique et de faire la fête. Pour être plus à l’aise, Cécile nous proposa de bouger ses meubles pour créer une piste de danse.

Une fois la piste dégagée et les lumières tamisées nous commençons à mettre de la musique et à danser tous ensemble. Cécile venait de temps en temps se frotter à moi sous le rythme de la musique à fond, mais rien de vraiment choquant pour ne pas éveiller les soupesons des autres. Je ne pouvais m’empêcher de l’admirer onduler son corps.

Qu’est-ce qu’elle est belle mais surtout qu’est-ce qu’elle est bandante Cécile.


© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Pongodu21
vivement la suite
Posté le 16/02/2021


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Comment je suis devenu le sex toy de ma chef (2ème partie)
Comment je suis devenu un homme soumis 3
Comment je suis devenu un homme soumis
Comment je suis devenu bisexuel 1er épisode
Comment je suis devenu un acteur porno 2/5