Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Moiteur

Mes premières expériences avec une tante et son amie d'enfance. Je pensais m'ennuyer mais j'ai découvert la beauté de ma tata et de sa meilleure amie au corps de garçon. Si mon histoire vous plait, je publierai la suite très bientôt.

Proposée le 9/09/2018 par wandering star

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Première fois
Personnages: FH
Lieu: A la maison, intime
Type: Roman

Je me décide enfin à vous raconter mes expériences sexuelles, j 'espère ne choquer personne et que certains seront excités comme des chiennes à cette lecture.

L'été de mes dix-sept ans, je me suis retrouvé en vacances chez ma tante Christelle, une jolie brune de 40 ans, pas très grande, assez menue, qui vivait seule. Je n'étais pas très motivé à l'idée de passer deux mois dans la campagne meusienne, à une époque sans connexion internet, loin de mes amis. J'avais peur de m'ennuyer et je ne connaissais pas vraiment Christelle. Elle n'avait jamais été mariée, préférant faire la fête et les aventures d'un soir.

Je n'avais jamais vraiment observé ma tante ni jamais fantasmé sur elle jusqu'au jour ou allant prendre ma douche après une nuit particulièrement chaude et moite, je trouvai sur le sol de la salle de bains une de ses culottes. Je la pris pour la mettre dans le panier de linge sale quand je remarquai qu'elle était toute souillée d'un mélange sans doute de mouille et de sperme. J'imaginai alors Christelle rentrer d'une soirée arrosée, le foutre lui coulant entre les cuisses, balancer sa culotte dans la salle de bain avant d'aller se jeter dans lit. Je ne pus m'empêcher de la renifler et je fus pris d'une violente érection. Je commençai alors à me branler en regardant la tâche de cyprine mêlée de sperme et en fabriquant des images de ma tante en train de se faire limer comme une salope. J'allais bientôt vider mes couilles sur la culotte quand on frappa à la porte. « C'est bientôt libre ? J'ai trop envie de faire pipi ! » J'hésitai alors entre finir ma masturbation mais je n'aurais pas su qui faire de la culotte souillée. Je répondis alors : «  J'allais me doucher, mais attends, je vais ouvrir » Je me mis une serviette autour de la taille pour cacher mon sexe et ouvris la porte. Christelle entra, le visage enfariné, les yeux cernés. Elle portait une nuisette absolument pas érotique, vieillie avec des trous. Cela lui donnait une allure de souillon, un peu vieille salope. Elle se jeta sur la cuvette pour se soulager. Je tournai la tête pour ne pas regarder mais le bruit du jet violent contre la porcelaine des toilettes ne fit qu'accentuer mon érection. Sur le moment, je trouvai cela très étrange d'être excité par un bruit d'urine. J'entendis les derniers jets tomber dans l'eau et le bruit du papier qui se déroulait. Pendant qu'elle pissait, Christelle me demandait des choses banales, si j'avais bien dormi, si ma chambre était confortable... Puis son ton changea et elle s'excusa d'avoir laisser traîner sa culotte par terre. Je ne sais pas si à cet instant, elle avait compris que j'avais remarqué les tâches sur celle-ci. Je me retournai quand j'ai compris qu'elle s'était relevée des toilettes. Elle lança un regard insistant sur mon bas-ventre, elle ne pouvait pas ne pas voir ma bite bandée sous la serviette. Elle me fit alors des yeux emplis de perversion et un sourire mutin puis elle sortit de la salle de bain. Elle en avait oublié de tirer la chasse d'eau. Dans un élan incompréhensible, je me suis approché de la cuvette pour sentir son urine. Je pris le papier à moitié immergé et je l'ai lapé en me masturbant violemment. Les jets de sperme rejoignirent la pisse de ma tante et je tirai la chasse en me demandant ce qu'il m'arrivait.

A partir de ce moment, je n'ai plus regardé ma tante comme avant. Durant la journée qui suivit, je profitai de toutes les occasions pour la reluquer. Quand elle était assise, je passais au-dessus d'elle pour mater son décolleté. Comme elle ne mettait jamais de soutien-gorge, j’aperçus deux fois un sein et un téton durci. J'attendais fébrilement qu'elle croise ou décroise les jambes pour espérer voir son entrejambe. L'après-midi, elle était allongée sur une couverture en lisant, sa jupe remontée et je me suis régalée de longues minutes de sa culotte. Il me semblait qu'il y avait une petite tâche au niveau de la vulve. J'ai du alors retourner aux toilettes pour me branler à nouveau.

En fin d'après-midi, elle m'annonça qu'un couple d'amis venait manger chez elle. Elle alla se préparer, prendre une douche et s'habiller. Quand je la vit prête, je n'en crut pas mes yeux. Elle était habillée littéralement comme une pute. Elle avait un maquillage outrancier, une mini-jupe en cuir, des bas résilles, un haut très court qui ne cachait qu'avec peine ses seins. Il suffisait qu'elle se penche pour qu'on voit sa culotte rouge en dentelle. Ses amis arrivèrent. Myriam était une petite blonde avec des cheveux courts, un corps frêle, habillée avec un short moulant en coton qui faisait voir les marques de ses grandes lèvres et de la raie de son cul. Elle n'avait vraiment pas beaucoup de seins, et même si elle avait l'âge de ma tante, on aurait cru un jeune garçon si il n'y avait pas l'exhibition si ostentatoire de ses parties génitales à travers le coton. Elle me fit la bise en me disant que j'étais mignon. Son mari me serra une main ferme en me disant que j'avais de la chance d'être en vacances sous le toit de Christelle. Quand il dît bonjour à ma tante, j'ai crû le voir lui passer une main au cul en lui disant quelque-chose à l'oreille. Le repas se passa de manière quelconque mais au fur et à mesure que les bouteilles de vin se vidaient, les deux femmes prenaient des poses de plus en plus impudiques. Myriam se tenait lascivement sur un fauteuil long, les jambes écartées et son short laissait apparaître sa culotte sur un des côtés. Christelle avalait verre sur verre et avait sans s'en apercevoir remonté sa jupe dans une posture pornographique. Mais c'était surtout le tee-shirt de Myriam qui moulait ses tout petits seins et ses tétons qui retenait le plus mon attention. Je m'imaginais en train de les triturer, de les pincer, de les mordre en l'insultant de petite salope.

Pourtant, mes ardeurs furent calmées quand ma tante m'ordonna d'aller me coucher pour les laisser seuls entre adultes. Je les quittai à contre coeur quand j'entendis Myriam se lever pour aller se vider la vessie. Elle me raccompagna jusque ma chambre. Je la vis écarter son short et s'enfoncer deux doigts dans le sexe : « Tu crois que j'ai pas vu que tu m'a maté, petit pervers. » Elle sortit ses doigts tout gluants, me les donna à sucer en disant « Tu te branleras bien en pensant à moi, je viendrai vérifier tes draps demain matin. Pendant que tu te caresseras la queue, moi je serai en train de me faire enculer comme un petit pédé pendant que ta tata m'aspirera la moule » Elle me toucha la queue comme pour vérifier qu'elle me faisait bander et tourna les talons.

Je me couchai, enivré par l'odeur du jus de Myriam, cette odeur de femme en rut mélangé à la sueur de cette journée caniculaire. Je n'ai eu besoin que de me frotter quelques secondes contre les draps pour éjaculer. J’eus du mal à trouver le sommeil en imaginant les trois adultes baiser toute la nuit.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Kheyos
Sweet mon pote
Posté le 9/09/2018


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :