Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Surprise

Ma compagne et moi sommes très joueurs et amateurs de nouvelles expérience. Cette fois c'est elle qui m'a préparé une surprise à mon retour à la maison. Une première expérience dans le genre, même si le sujet avait déjà été abordé...

Proposée le 19/08/2018 par pierrot66

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: extra-conjugal
Personnages: FHH
Lieu: A la maison, intime
Type: Histoire vraie

Je ne sais plus ce qui m'avait conduit, en ce moi de juillet, à m'absenter pour la journée. Je devais rentrer en fin de journée, comme je te l'avais indiqué. Nous avions même, à ta demande, convenu d'une heure à laquelle je reviendrai.
J'avais un peu de retard, un quart d'heure peut-être, guère plus, mais cela avait suffit à ce que tu t'enquières de ma nouvelle heure d'arrivée.

Une fois garé en bas de notre immeuble, j'y entrais, montais, comme à mon habitude, en empruntant les escaliers et me retrouvais face à la porte. Je me doutais qu'il y avait une raison à ton insistance quand à connaître mon heure précise d'arrivée, mais entre mes fantasmes et la réalité, je sais d'expérience qu'il existe un écart, et c'est à la réflexion, bien normal. Imaginez que nos envies se réalisent sans avoir à les exprimer...
Je préfère donc ne pas me faire de film et me détends tout en enfonçant la clef dans la serrure. Pas de lumière dans l'entrée, ni, vu d'ici, dans la cuisine ou le couloir, à l'exception de celle tamisée qui vient du salon. Quelques légers bruits venant de la même direction, mais rien de violent. Je m'avance donc dans cette direction après avoir suspendu mes clefs dans l'entrée. Je découvre avec stupeur, avant même d'avoir franchi le seuil, un spectacle qui dépasse ce que j'avais pu, rationnellement, imaginer.

Tu es là, entre le canapé et la table basse, à genoux, les seins à l'air, vêtue de ta guêpière bleue, de tes bas couture et de tes talons, administrant une pipe dont toi seule a le secret à un homme que je connais sans l'avoir jamais vu pour autant. J'esquisse un sourire et laisse échapper un "salope !" Qui vous fait à votre tour sourire.
-Tu en as mis du temps ! Me dis-tu, sans pour autant lâcher la queue bien raide de ton amant.
-?J'ai raté quelque chose ?
-?Non non. Assieds toi, le fauteuil est là et tu as un verre ici.
Je découvre pour l'occasion que tu as savamment orchestré ton coup, puisque tu m'as servi un verre de whisky et installé dans le salon un confortable fauteuil de bureau, duquel je ne pourrai rater une miette du spectacle, sans pour autant pouvoir intervenir.
Je m'exécute donc sans discuter et m'installe confortablement dans ce fauteuil, mon verre à la main.
Vous semblez à votre aise, nullement perturbés par ma présence ce qui, finalement, ne me surprend pas tellement de toi.
Je t'observe donc sucer avidement cette queue aux proportions plus qu'honorables, déjà fort tendue est prête à faire son devoir.
- C'est ce que tu voulais voir, non? Ça te plaît ?
- ?Il faudrait être difficile !
Tu t'es souvenue de nos discussions dans lesquelles je te disais à quel point j'aimais te regarder dans ces tenues et ces situations, que je ne pouvais pas assez le faire lors de nos ébats et que je serais extrêmement excité à l'idée de te regarder te faire défoncer sans aucune retenue par un autre homme.
Ce qui, pour beaucoup de gens serait un spectacle insupportable et une surprise désagréable, devient à cet instant une délicate attention.
Mais je ne suis pas naïf au point de croire que tu as prévu de te faire baiser par cet homme dans le seul but de satisfaire mes envies lubriques. Je me doute bien que tu comptes en profiter et te faire plaisir !
Je me demande seulement si c'est la première fois qu'il, ou un autre d'ailleurs, te baise, ou si le spectacle a eu une ou plusieurs répétitions préalables. Je garderai cette question pour plus tard.
Le spectacle est à la hauteur de mon imagination. Je ne dirai jamais assez à quel point j'aime tes formes, tes tenues, et te regarder. Je ne manque jamais, lors de nos jeux en couple, de prendre un instant pour profiter de tes courbes et de la vue que tu m'offres avant "d'ouvrir l'emballage" et de profiter du contenu.

Toujours assis sur mon fauteuil, je prépare mon téléphone afin "d'immortaliser" cet instant. Je n'ai pas pris la peine de demander la permission, mais après tout, c'est MA compagne qu'il baise sous mes yeux, chez moi et avec mon consentement qui plus est, je ne pense pas qu'il m'en voudra, et du moment qu'on ne voit pas son visage...

De votre côté, l'action se poursuit.
Il s'est assez fait sucer, du moins pour le moment, et il a pris place sur le canapé. Tu t'es redressée et, déjà presque à cheval sur lui, tu entreprends de t'emplaler sur sa queue. Tu dois être déjà bien mouillée car tu n'as nul besoin de forcer pour l'enfoncer en toi jusqu'à la garde, dans un petit gémissement. Il empoigne tour à tour tes seins et tes fesses rebondies, vos bouches se rencontrent et vos langues se mélangent.
- Tu aimes ça, hein? Te demande-t-il.
- ?Oui! Réponds-tu dans un soupir
- ?Tu aimes ça, te faire baiser. Te faire baiser devant ton homme.
Sourire, pincement de lèvres et hochements de tête en guise de réponse avant de te tourner vers moi, ce même sourire aux lèvres, pour mesurer ton effet sur moi.
J'hésite à sortir ma queue et à me branler en vous regardant, mais je me ravise. J'ai d'autres projets, plus tard, et je ne voudrais ni gâcher ce spectacle par une jouissance prématurée, ni en perdre une miette en me concentrant sur mon propre plaisir. Le tiens sera ma satisfaction du moment, et ces images qui resteront gravées également.
Je te regarde donc le chevaucher sans retenue, sa queue calée au plus profond de toi, et je t'écoute gémir car tu ne boudes pas ton plaisir.
J'en profite tout de même pour prendre quelques photos et je vais jusqu'à me lever pour filmer de près cette scène.
Il se redresse, tu as dû croire que c'était ta bouche qu'il voulait car ta main passe derrière sa tête pour un baiser langoureux. Mais il voulait changer de position, et tu l'as rapidement compris. Il te dirige, comme tu aimes être dirigée, et c'est à ton tour d'être assise sur le canapé. Agrippant tes hanches, il attire ton bassin jusqu'au bord de l'assise et prend place, écartant grand tes cuisses, entre ces dernières, tout en tenant fermement tes chevilles. Quelle image !! Je sais que ce n'est pas ta position préférée, mais te voir les jambes en l'air, ainsi écartées et maintenues, tes seins ballottants au rythme de ses coups de reins ainsi que les claquements qui accompagnent ses coups de boutoir... Je suis surexcité !
Il te baise, il se fait plaisir, ignorant ma présence. J'en profite pour prendre de nouvelles photos et vidéos.
Il profite un bon moment de toi dans cette position et, voulant sans doute profiter au mieux de tout ce que tu as à lui offrir et sous d'autres angles, se retire et te dirige à nouveau fermement pour te mettre à genoux, au même endroit, dos à lui.
Ce cul...!!! Tes reins se cambrent instinctivement car tu sais ce qui t'attend et c'est la position que tu préfères. Le spectacle ne faisait que commencer...
Des doigts, un peu de salive, une fessée bien appuyée, et, dirigeant son membre d'une main, il écarte tes lèvres avec son gland puis s'enfonce finalement d'un coup en toi jusqu'au fond. Je mesure à la fréquence de tes cris, alors qu'il te pilonne ainsi sans aucun ménagement, le plaisir que tu prends à te faire ainsi défoncer. Il te serre très fermement les hanches pour mieux s'enfoncer au plus profond de toi, parfois agrippe tes fesses, le écartant pour mieux profiter de la vue. J'en profite également de ma position, mais je m'approche tout de même un peu pour voir encore mieux. Son bas ventre claque violemment contre tes fesses, signe de la vigueur avec laquelle il te défonce. Un autre claquement retentit, celui de sa main contre ce cul magnifique, rond, tendu. Quelle endurance ! Je prends littéralement une leçon quant-à la façon dont il faut te baiser.
Remontant le long de tes reins cambrés et de ton dos, sa main passe une première fois dans tes cheveux, simple caresse ? Puis une deuxième, mais cette fois elle agrippe tes cheveux tout aussi fermement et tire ta tête en arrière. Nouveau soupir de ta part, témoin du plaisir que tu prends à être traitée de la sorte. Il les relâche pour reprendre à deux mains tes hanches et tes fesses.
- Il faut absolument que tu m'attrape encore par les cheveux ! Lui lances tu dans un soupir.
Pour toute réponse il reprend dans les secondes tes cheveux, t'administrant en même temps, de sa main libre, une fessée bien justifiée par ton attitude de chienne en chaleur.
Je suis venu te filmer sous un autre angle cette fois, de devant. Je crois que j'aime tout autant ton visage quand tu prends du plaisir comme ici, que ton cul et le reste de ton corps.
Tu profites de ma proximité pour t'adresser à moi.
"Il faudra me dire, si tu es capable de faire mieux que ça !" Me lances tu, entrecoupé de soupirs et de gémissements rythmés par ses coups de queue.
Quelle salope ! Tu te lâches!!
Il te bourre ainsi la chatte un bon moment. Il semble apprécier tout autant que toi la position, mais est-ce de peur de jouir trop vite et avant d'avoir pu profiter de toi jusqu'au bout, car je suis bien placé pour savoir à quel point cette position est excitante avec toi, surtout vu comme tu réponds, toujours est-il qu'il décide de changer de position une fois encore. Te tenant toujours par les cheveux, il t'entraine, te redresse après lui pour t'installer à genoux devant lui et introduire autoritairement sa queue dans ta bouche. Obéissante petite chienne, tu t'executes sans sourciller. Cette fois, il te baise littéralement la bouche, s'en sert presque comme de ta chatte. Il frappe de sa bite ta langue tendue et ton visage. Je ne peux que constater que tu goûtes en amatrice avisée ce traitement. Il use de ta bouche un petit moment, mais il ne semble pas avoir décidé que cela s'arrêterait là, et d'ailleurs tu ne sembles pas non plus en avoir assez. S'aidant toujours de tes cheveux, il te relève un peu pour te faire prendre place juste derrière l'endroit où vous étiez, en travers de la table basse.
Il t'écarte à nouveau les cuisses et tu ne te fais pas prier, en bonne salope que tu es, pour les écarter bien grand afin qu'il prenne place entre celles-ci.
-Alors? Ça te plaît toujours ? Profites-tu de cet instant de répit pour me demander.
-?Beaucoup, oui. Dis-je en m'efforçant de garder un ton neutre.
-?Alors regarde bien, regarde comme il me baise bien et prends des notes.
Je souris pour toute réponse, alors qu'il mouille déjà ta chatte de sa salive et pointe à nouveau son gland sur ta chatte déjà bien ouverte et malmenée.
Il s'enfonce sans peine jusqu'à la garde. Tu es en sueurs, et lui aussi d'ailleurs.
Comme plus tôt sur le canapé, il te tient par les chevilles, les cuisses grandes ouvertes et te baise brutalement. Est-ce ton plaisir ou le sien qu'il recherche à ce moment...? Mais le tien ne fait aucun doute à la manière dont tes mains vont de ta tête à ta bouche, mordant tes doigts, à son torse pour revenir sur tes seins qui ballottent en rythme. Toujours ce claquement de son bas ventre contre le tiens, de ses cuisses contre tes fesses. Tu jouis enfin, dans un spasme violent et libérateur. Lui n'est pas loin et il y a fort à parier que tu ne le laisserais pas s'arrêter ainsi, avant d'avoir pu le faire jouir à ton tour. Il se retire, se redresse, et cette fois nul besoin de te diriger. La cochonne que tu es sait ce qu'elle a à faire et ce qu'elle veut.
Empoignant son membre toujours aussi raide et imposant, remplaçant en cela ses propres mains, tu tombes à genoux devant lui et engloutis presque immédiatement, non sans m'avoir jeté un regard amusé, la tige dans ta bouche avide. Il n'a qu'à se laisser faire par ta bouche et tes mains expertes. Ta manière de le sucer, de le dévorer, ne laisse aucun doute sur tes intentions, tu veux le voir jouir.
Il agrippe tout de même tes cheveux pour s'enfoncer aussi loin qu'il le peut, et que tu peux le recevoir, au fond de ta gorge, puis se retire, saisissant ton menton de sa main libre, et, après avoir pris un court instant pour plonger dans ton regard de chienne, crache sur ton visage et ta bouche entrouverte avant d'enfourner à nouveau sa queue dans ta bouche.
Tu le branles, le suce, lèche et gobe, l'une après l'autre puis ensemble, ses couilles pleines et prêtes à décharger leur semance. Je suis excité, amusé et à la fois curieux de voir combien de temps il va résister à ce traitement.
"Elle est bonne ta queue !" Lances tu entre deux coups de langue, lui jetant un nouveau regard de chienne.
"Tu vas cracher sur mon visage, dans ma bouche et sur mes seins ?" Lui demandes-tu de manière purement rhétorique, car ce n'était pas une question, mais bien ce que tu attends de lui.
Pour toute réponse, il reprend sa queue en main et se branle sur ton visage. Tu en profites pour te jeter sur ses couilles et le lécher.
Il est prêt à jouir. Il se recule et tu comprends immédiatement ce que tu as à faire. Cambrant tes reins et rejetant ta tête en arrière, tu ouvres la bouche et présente ta langue, en attendant qu'il y déverse son foutre chaud.
L'attente est de courte durée. Dans une série de spasmes, il se lâche, comme tu le voulais, sur ton visage et dans ta bouche. Le liquide coule jusqu'à ton menton et de là sur tes seins, que tu caresses immédiatement étalant ainsi le sperme.
Tu profites un instant toi aussi de cette image avant de te lécher les doigts avec délectation, puis reprenant sa bite encore dure entre tes mains, te lances dans un nettoyage en règle. Tu lèches la tige, aspire le gland afin d'en extraire jusqu'à la dernière goutte. Un dernier coup de langue et il est presque aussi propre qu'en arrivant.

Tu t'es relevée et, après avoir pris soin de te saisir de ton verre de champagne, tu te diriges vers moi en buvant quelques gorgées.
Tu es couverte de son foutre encore chaud.
Plaçant ton visage à hauteur du mien et plantant ton regard dans le mien tu me dis: "Ça t'a plu? Moi j'ai adoré ! Regarde ! J'en ai partout !" Ta phrase à peine finie tu recueilles du sperme sur ta joue avec ton doigt que tu portes à ta bouche pour le sucer avec délectation.
Effectivement, dans cette position, je peux voir de près, et sentir son liquide dont tu es couverte. Quelle image !!
Mon excitation est à son comble.
"Je me suis fait défoncer !" Ajoutes-tu. Est-ce un défi? Une provocation dont tu as le secret ? Ou une simple constatation ?
Lui s'est rhabillé pendant ce temps et après un simple "Je vais vous laisser finir la soirée tous les deux", s'éclipse déjà, me laissant seul face à ton visage souillé et tes seins luisants.

La suite de la soirée et la punition que tu recevras fera l'objet d'un autre récit...


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Cocuforever
Sublime cocufiage, j'en bande encore. Que c'est bien écrit et décrit. Des textes comme ça, on en redemande.
Posté le 12/09/2018


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Surprise (1)
La Surprise
L'invitée surprise
Florence - La surprise
Surprise en AirBnb