La bonne sœur et le garçon de ferme 9

Le jardinier continue son travail de défricheur. Les unes après les autres, les demoiselles le chauffent sous le regard de leurs copines. Mais l'instant fatidique approche. Qui sera la première à s'empaler sur son sexe?

Proposée le 5/08/2018 par mlkjhg39

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Jeu érotique
Personnages: FFH
Lieu: Inclassable
Type: Fantasme

La bonne sœur et le garçon de ferme.
Cours d’éducation sexuelle des futures courtisanes.
« Les leçons du défricheur ».

Que vont-elles lui faire à présent ? L'une d'entre elles aura-t-elle l’audace de passer la première sur son axe d’airain ?
Armelle se saisit fermement de la hampe à deux mains et la maintient bien redressée à la verticale. Le gourdin vu par en dessous en est encore plus impressionnant.
Les trois jolies filles approchent leur tête, langue tendue pour un massage en 3 dimensions.
Tout y passe, de la base du gland jusqu'à ses bourses pleines.
Les sensations de plaisir sont intenses. Le massage conjugué de ces trois langues est irréel mais il tient toujours bon.
Elles ont décidé de le faire jouir ainsi, marquant des pauses pour prolonger le supplice. Ralentissant leurs œuvres quand elles estiment qu’il s'achemine près du plaisir de la jouissance, pour faire redescendre la pression.
Pendant ce temps, dans l’alcôve, les mains des filles se sont égarées sous leur jupe pour un petit plaisir en solitaire, mais l’une d’elles, plus entreprenante que les autres décide de partir en exploration chez sa voisine et sa main se glisse dans la culotte de sa camarade.
Celle-ci est surprise mais sur un penchement de tête accompagné d’un clin d’œil complice, elle comprend sa supplique muette. A son tour, elle va s’occuper de l’intimité de la fille suivante.
En quelques minutes, il faut voir le tableau. Neuf filles à qui on donnerait le Bon Dieu sans confession, en demi-cercle derrière la vitre ou s’ébattent leurs camarades, sont reliées entre elles par des bras qui disparaissent sous leurs vêtements. Les mains à leurs extrémités dans les culottes immaculées, les doigts fouraillant dans les sexes humides.

-On va encore tremper nos culottes, on ferait mieux de les retirer ! Conseille Josette.
Elles suivent toutes son conseil avisé, elles tiennent maintenant leur jupe relevée d’une main pour faciliter le travail de leur camarde pendant que l’autre main s’active pour rendre la pareille à la copine la plus proche.

Dans la chambre, les langues reprennent leur ouvrage pendant que les mains explorent le corps du jardinier. Une main s’égare entre les fesses et va titiller l’anus en bonne élève qui a bien retenu sa leçon.
Elles s'arrêtent et reprennent à nouveau, lui faisant subir une véritable torture sexuelle.
Il sourit intérieurement de leurs efforts et remarque qu’elles semblent se fatiguer.
Les langues se font plus dures et moins agiles, frottent âprement sur le gland. Les mains courent à une vitesse folle sur cette tige sans fin mais il résiste toujours.
L'homme décide d'en finir et se laisse élever vers l’orgasme. Il sent inexorablement monter la jouissance. Son gland gorgé de sang est au bord de l'explosion.
Il ne peut plus retenir l’orgasme irrépressible et explose. D'un seul coup, un jet formidable s’envole dans les airs.
Les filles ont suspendu la branle majestueuse de cette formidable colonne de chair.

-N’arrêtez-pas les filles, continuez de me branler ! Hurle-t-il.
Martine réagit la plus vite et se saisit de la flamberge qui est retombée sur le ventre et reprend l’astiquage.
Il gicle à nouveau dans un long spasme une autre dose de foutre tout aussi copieuse.

-N’arrête-pas bon Dieu ! Continue encore ! L’encourage-t-il.
Jeanne est venue seconder Martine et les deux mains montent et descendent en chœur sur ce nœud qui crache par intermittence.
Ses bourses libèrent une troisième fois sa semence qui jaillit du méat en un long filament blanchâtre.

-Continuez ! Encore !!! Encore !!! Prenez-la dans votre bouche chacune à votre tour !
Il lui faut plus d’une minute pour que ne se tarisse cette lance titanesque qui ne crache qu’un seul jet de foutre à la fois et qu’il faut solliciter encore et encore pour la voir de nouveau expulser des doses toujours aussi fortes.
Les 3 courageuses filles ont reçu chacune leur ration de crème. A lui tout seul, le volume spermatique qu’il a expulsé dépasse de loin ce que les six jeunots ensemble arrivent à produire.

-Quand vous aurez fini de déguster, les filles, venez me nettoyer !
Sans se faire prier, elles lèchent goulûment le sperme qui macule son corps sans oublier les éclaboussures dont elles sont couvertes, avalant jusqu'à la dernière goutte le foutre épais et visqueux de cet étalon hors du commun.

-Bien les filles… Maintenant on va passer au sujet de ce cours. Qui veut passer la 1ère ?
Elles se regardent perplexe, n’osant pas se porter volontaire pour être la première à passer à la casserole.
Madame Clerc, voyant leur indécision, repousse avec tristesse Paul et vient prendre la main d’Armelle. Elle ne l’a pas choisit par hasard, les jours précédents lui ont permis de faire un classement de ses élèves, la plus réceptive, celle qui mouille le plus, celle qui a le vagin large ou à contrario, celle avec qui ce sera délicat. Armelle est celle qui lubrifie le plus.

-A toi l’honneur, ma fille, mais je vais t’aider pour éviter un accident avec le plantoir de jardinier du Maître ! Mais avant, je vais faire une toilette plus poussée de son engin, je ne veux pas qu’il t’engrosse !

Elle lave et essuie le chibre tendu finissant par une petite fellation, sa langue en explore tous les recoins qu’elle pourrait avoir oublié, (et pour un petit plaisir personnel).
Elle se retourne vers la vitre qui fait miroir de ce coté :

-Mesdemoiselles, soutenez votre amie et n’oubliez pas que vous y passerez vous aussi ! Comme vous avez dû le constater, la virilité du Maître n’a rien perdu de sa noblesse et maintenant qu’il a décompressé ses couilles, vous allez assister à la plus longue érection de votre vie !
-Le Maître pour économiser ses forces et pour ne pas vous violenter si vous ne le désirez pas, va laisser à vos 3 consœurs l’entière maîtrise de leur dépucelage sous ma responsabilité !
-Si vous ne le voulez pas, il ne vous dépucellera pas. Mais vous devrez choisir, si vous vous refusez par devant, il passera par derrière……….

A suivre………….


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
La bonne sœur et le garçon de ferme
La bonne sœur et le garçon de ferme 2
La bonne sœur et le garçon de ferme 3
La bonne sœur et le garçon de ferme 5
La bonne sœur et le garçon de ferme 4