Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Le Randonneur

Pietro est un montagnard et aime marcher dans la montagne. Lors d'une randonnée, parvenu à son étape, l'hôtel sur lequel il comptait ne peut plus l'héberger. Sans autre solution, il s'apprête à passer la nuit dehors quand une jolie femme lui propose de dormir chez elle...

Proposée le 25/01/2018 par Philus

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Vengeance
Personnages: FH
Lieu: A la maison, intime
Type: Roman

Ses pas résonnaient de manière étrange sur le sentier de chèvre qu’il suivait dans la montagne, comme si l’obscurité bénéficiait du pouvoir de modifier les sons. Depuis que la nuit était tombée, la nature s’était endormie brusquement et plus aucun bruit ne venait troubler celui que faisaient ses chaussures sur le sol dans sa marche cadencée. Il avait mal calculé la distance et mal évalué la difficulté du chemin qui séparait son point de départ de celui d’arrivée. C’est pourquoi il marchait passablement fatigué, à la clarté de la Lune et d’une lampe de poche chargée de dévoiler les traitrises des zones d’ombre. Novembre avait son charme, mais aussi ses exigences. Parti à sept heures du matin, il venait juste d’entendre les sept coups de cloche de dix-neuf heures qui sonnaient dans la vallée.
Soudain après un virage serré, les lumières du village, étirées le long de la rivière qui le traversait, s’étalèrent devant lui.
— Enfin ! songea-t-il. Voici mon havre de ce soir.

Il parvint au pied d’une statue blanche du Christ qui l’accueillit de ses bras grands ouverts. Un long escalier aux marches irrégulières démarrait du socle et descendait vers les habitations ; même s’il n’était pas éclairé, il était toujours plus rassurant qu’un vulgaire pierrier où le pied pouvait glisser à tout moment. L’homme parcourut les nombreuses arabesques que les gradins dessinaient sur le flanc de la montagne, puis avança directement sur une clairière entourée d’arbrisseaux d’où s’échappait un chemin de terre enfin plat. Pietro le longea jusqu’à un vieux lavoir et déboucha sur la voie principale de Serveille. Il suivit la rue à gauche en direction de ce qu’il lui paraissait être le centre-ville. L’hôtel qu’il avait repéré avant de partir ne pouvait être que là. Une voiture, tous phares allumés, le doubla mollement, sans bruit. Pietro avait beau écarquiller les yeux, il n’aperçut ni le conducteur ni les hypothétiques passagers et les feux du véhicule avaient révélé un nombre impressionnant de maisons éteintes aux volets fermés.
Le sac à dos lui pesait sur les épaules. D’un mouvement sec, il le réajusta, mais cela ne le soulagea qu’une dizaine de secondes. Puis vinrent une place illuminée, sa fontaine au milieu et ses bancs publics vides. Tout autour, deux ou trois vitrines encore éclairées, dont celle de l’hôtel-bar-restaurant des Voyageurs et d’une boulangerie. Rassuré, Pietro entra dans le bar, cligna des yeux, apprécia la chaleur ambiante qui lui montait aux joues et se dirigea vers le comptoir. Il s’adressa à un homme qui le dévisageait :

— Bonjour. Pietro Milano, j’ai retenu une chambre pour cette nuit.
Le barman disparut une minute et revint l’air gêné.
— C’est-à-dire que... Vous deviez arriver avant dix-sept heures.
— Oui, excusez-moi, mais j’avais mal évalué la distance qui me séparait de Rialans. Je suis venu par la montagne.
— Trente-cinq kilomètres, au bas mot, et trois cols, fit le garçon avec un sifflement admiratif.
Puis, redevenant soudainement sérieux :
— Comme vous n’étiez pas là, nous avons donné votre chambre à quelqu’un d’autre et l’hôtel est complet, nous n’avons que cinq chambres.
Pietro fut atterré.
— Mais qu’est-ce que je vais faire ?
— Je ne sais pas quoi vous dire...
— Il n’y a pas de gîte d’étape ? De chambres d’hôtes ?
L’homme secoua la tête négativement. Cela lui permettait de ne pas avoir à prononcer le mot « non » qu’il redoutait lui-même en réponse à la question posée.

Après avoir vainement tenté d’obtenir un lit voire une simple couchette dans une pièce commune, même sans douche ni lavabo, il sortit brusquement en claquant la porte de colère non sans avoir jeté l’anathème sur l’hôtelier qu’il jugeait totalement incapable. Les clients du bar le regardèrent partir, indifférents à son sort, et retournèrent à leur conversation. Pietro fut de nouveau dans le froid ; l’effort ne le soutenant plus, il grelotta. Lâchant son sac sur un banc, il s’assit à côté et se mit à réfléchir. Il ne possédait qu’un léger sac de couchage, pas de tente. Il voulait marcher en étant modérément chargé.

— Je vais trouver un coin à l’abri du vent et tant pis pour la nuit à la belle étoile. Bah ! Stevenson l’a fait plus d’une fois dans les Cévennes. Il ne devait pas faire plus chaud, se dit-il.
Avant de chercher l’endroit idéal, il observa la vitrine de la boulangerie. Il était presque vingt heures et la boutique était toujours ouverte. La boulangère servait une très belle femme de trente à trente-cinq ans, mais ne manifestait guère d’amabilité avec elle.
— Dernier essai, se dit-il en se dirigeant vers la boutique, abandonnant un instant son bagage sur le banc.
— Bonjour Mesdames ! fit Pietro faussement jovial en faisant tinter la sonnette de la porte d’entrée dont il retint la poignée pour laisser sortir la jolie femme. Relâchant la porte, celle-ci se referma, mais en restant faiblement entrebâillée. Un souffle de vent frais s’invita.

Le randonneur expliqua sa situation à la commerçante qui le regarda immédiatement d’un air interrogateur et méfiant. Il devinait la question/réponse qui lui brûlait les lèvres : « Que voulez-vous que j’y fasse ? », Pietro le lut dans ses yeux. Non, elle ne connaissait personne qui puisse l’héberger pour cette nuit, surtout pas elle. Comme solution, elle lui suggérait l’hôtel de Valardin à quinze kilomètres par la route, indifférente au fait que Pietro était dépourvu de moyen de locomotion. Puis la femme s’arrêta de parler en ayant un geste et un regard d’impuissance. Il n’alla pas plus loin dans la discussion, il voyait bien que c’était perdu d’avance. Après un bref et tout juste poli « Au revoir », il ressortit de la boutique immédiatement suivi de la boulangère qui s’empressa de descendre les volets de fer de la vitrine.
Pietro, seul au milieu de la placette, remit son sac sur le dos et partit au hasard vers un bosquet qui lui parut être situé dans un square. Il était décidé à y élire domicile pour la nuit. Soudain, une voix l’arrêta :

— Monsieur ! Monsieur !
Il se retourna. C’était la jolie femme entrevue dans la boutique. Elle était grande et brune, et avait des cheveux mi-longs repoussés derrière les oreilles. Ses dents blanches illuminaient son sourire malgré la pauvre clarté du lieu.
— Je vous ai entendu dans la boulangerie. L’hôtel est complet ?
— Non seulement il est complet, mais l’hôtelier a complètement annulé ma réservation croyant que je ne viendrai pas.
— Je vois et ce n’est sûrement pas la boulangère qui va vous aider. Nous sommes en pleine montagne ici et tout le monde semble avoir oublié le devoir de secours et d’hébergement au voyageur égaré. Ils se disent montagnards, mais seuls leurs parents ou grands-parents l’étaient. Eux, ils ont tous été pourris par la plaine, la vallée ou la ville.
— Et vous, vous êtes montagnarde ?
— Oui, mais pas d’ici. Je viens du Jura. J’ai attendu que vous sortiez de la boutique pour vous proposer une chambre chez moi. J’ai de la charcuterie, du pain, des pommes de terre, du fromage et du vin de ma région pour le repas. N’ayez crainte des qu’en-dira-t-on, d’abord, je suis divorcée et ensuite je fais ce qui me plait ; je ne suis pas comme eux, vous savez.
La perspective d’un bon lit et d’un repas copieux l’enchantait et son indéfinissable hésitation, dont il ne comprenait pas l’origine, fut balayée prestement. Quant au qu’en-dira-t-on, il s’en moquait éperdument : demain, il ne serait plus là et ce ne sera pas à lui de gérer les on-dit.
— Vous habitez loin ? s’enquit Pietro inquiet.
— À la sortie du village sur la route de Valardin. Encore une dizaine de minutes à pied. Ça ira ?
— Je crois que oui.

À ces mots, la femme prit son filet à provisions d’où débordaient plusieurs variétés de pains et le fit glisser sur son bras replié. Pietro enfila son sac à dos sur une seule épaule et la suivit qui partait en direction de la rue principale du village. Tournant le dos au lavoir par lequel le randonneur était arrivé, ils marchèrent une centaine de mètres sur un trottoir de terre avant de longer la route sur un bas-côté herbu et en dévers.

— Je m’appelle Charlotte Girod-Magnin, je suis née à Bois d’Amont dans le Jura. Mon père était jurassien, mais ma mère était Suisse, dit-elle pour meubler la conversation.
— Moi, c’est Pietro Milano. Je suis né à Modane en Savoie, mais comme mon nom l’indique j’ai des ascendances italiennes.
— Ma maison n’est pas très loin, on la voit d’ici qui se découpe sur le ciel au milieu des étoiles.
Quelques minutes plus tard, Charlotte et Pietro entraient dans une maison de pierres et d’ardoises qui sentait fort la cendre refroidie.
— Je vais faire une flambée, dit-elle rapidement. Sans vous commander, pourriez-vous me rapporter une dizaine de bûches, elles sont dehors sous l’escalier, c’est trop lourd pour moi.
Pietro s’exécuta et, peu après, une flamme rassurante et bienfaisante jaillit des branchages déposés par Charlotte dans l’âtre de la cheminée.
*-*-*-*
Douché et installé dans une chambre, Pietro appréciait le diner et le vin du Jura que Charlotte servit copieusement pendant le repas. La discussion se poursuivit à bâtons rompus sur un canapé devant le feu ronflant, le ton montait souvent et les rires éclataient par instants. Vers onze heures du soir, Charlotte se leva, remua les braises et revint vers le divan. Au lieu de se rasseoir à la place qu’elle occupait antérieurement, elle s’approcha de son invité, s’assit sur ses genoux et posa ses lèvres sur les siennes tout en lui caressant la tête. Médusé, Pietro ne bougeait pas, ses bras restaient immobiles.

— Ça n’a pas l’air de vous faire beaucoup d’effet, dit-elle en reculant légèrement.
— C’est pour le moins inattendu, répliqua-t-il.
— J’ai trente-quatre ans et je suis divorcée depuis trois ans. J’ai des besoins de femme et je ne veux pas d’histoires avec les gens d’ici, dit-elle fermement.

Pietro lui sourit et se dit qu’il serait bien sot pour ne pas profiter de sa bonne fortune, car Charlotte était une femme superbe. Il se pencha vers elle et plongea doucement la langue dans sa bouche. Glissant ensuite une main libre sous son pull-over, il lui caressa les seins qui étaient nus. Ils étaient ronds et fermes : elle n’avait, à l’évidence, jamais eu d’enfants. Charlotte, que la rapidité de l’action ne semblait pas dérouter, se laissa aller, inséra sa main entre les cuisses de Pietro et la remonta jusqu’à son sexe qui aussitôt entra en érection. Elle palpa la verge durcie à travers le pantalon pendant un moment, puis soudain se leva :
— Viens, fit-elle en tendant la main.

Tous deux pénétrèrent dans la chambre de Charlotte et se précipitèrent sur le lit qui craqua. Elle ôta son pull rapidement ainsi que son pantalon et sa culotte. Nue, elle se jeta sur Pietro et, tout en l’embrassant fougueusement sur la bouche, défit la ceinture du pantalon. Elle fit glisser la fermeture de la braguette et de quelques doigts habiles fit jaillir du slip le pénis de Pietro qui ne demandait que ça. Après avoir gardé le membre chaud dans la main quelques instants, elle entama un mouvement rythmé avec le prépuce, tirant fort sur le frein à chaque fois que le gland était découvert. Cette manœuvre arrachait à Pietro une faible plainte qui, n’y tenant plus, se débarrassa hâtivement de son pantalon et de son slip. Saisissant la tête de Charlotte par les cheveux de l’arrière du crâne, il l’amena vers son sexe érigé. Charlotte n’offrit pas de résistance et plongea, avec une satisfaction non feinte, le gland dans sa bouche grande ouverte et entama un lent va-et-vient de ses lèvres humides. Pendant une fraction de seconde, Pietro se demanda pourquoi la lumière du plafonnier n’avait pas été éteinte, il aurait préféré un éclairage plus intime. Fermant les yeux, il apprécia le savoir-faire de Charlotte dans l’art de la fellation même si, en admettant qu’elle ait dit la vérité, elle ne pratiquait pas souvent. Charlotte quitta le gland, lécha la verge de tout son long et goba un testicule qu’elle fit rouler dans sa bouche puis aller et venir de la langue. Ses lèvres repartirent ensuite en sens inverse et, se soulevant délicatement sur les bras, elle replongea le sexe gonflé de Pietro dans sa bouche jusqu’à lui toucher le pubis avec son nez. Entourant alors à nouveau le gland de ses lèvres, elle fit tournoyer très rapidement sa langue autour de la chair tendre et lisse. Pietro n’y tenait plus, sa respiration s’accélérait au même rythme que ses soupirs. La jeune femme soutint sa caresse pendant quelques instants et ne s’interrompit qu’une fraction de seconde quand elle reçut, au fond de la gorge, le premier jet de sperme accompagné d’un râle de plaisir de Pietro. Elle avala la semence rapidement, mais garda en elle les giclées qui s’ensuivirent. Toutefois, tout en conservant le pénis dans la bouche, elle ne put empêcher l’évasion d’une partie du liquide blanc qui lui coula sur le menton. Quand l’orgasme de Pietro fut achevé, elle revint vers son visage, les lèvres étrangement fermées, et embrassa précipitamment son amant. La bouche ouverte de Pietro reçut, à son grand étonnement, le sperme que Charlotte avait gardé et il ne put rien faire d’autre que de déglutir à son tour pour pouvoir continuer à embrasser sa partenaire qui cherchait sa langue de la sienne. Une fois le liquide séminal partagé entre les deux amants, il éloigna les lèvres de Charlotte et lui posa la tête sur son épaule.

— Tu m’as mis à plat, confia-t-il. Mais tu as une drôle de manière d’embrasser après...
— J’aime bien partager. La première pour moi, et les autres moitié-moitié. Tu feras la même chose pour moi, continua-t-elle.
Sans relever, Pietro questionna :
— La lumière ne te gêne pas ?
— Non, j’aime bien voir ce que je fais et ce qu’on me fait ; et puis il y a longtemps que je n’ai pas vu de bite, aussi je me suis rincé l’œil avec la tienne fit-elle en riant.
— Voyeuse !

Pietro ne lui laissa pas le temps de répliquer, il se pencha, attrapa un des mamelons de Charlotte de ses lèvres, puis lui embrassa voluptueusement les seins. Sa bouche descendit jusqu’au nombril qu’il chatouilla à peine de la langue puis s’abaissa encore jusqu’à son triangle noir. Charlotte ne disait plus rien, elle ferma les yeux et, imperceptiblement, écartait les jambes sans même en avoir conscience. Pietro remarqua les lèvres rougies et gonflées par le désir ainsi que le liquide incolore que sa maîtresse sécrétait en quantité et qui avait mouillé l’intérieur des cuisses. Il avança la bouche, ferma les yeux à son tour et plongea sa langue dans cet écrin brûlant qu’elle lui offrait. Charlotte émit un profond soupir au contact de sa vulve avec la bouche de Pietro. Ce dernier recueillit le lubrifiant en remontant la langue vers le clitoris où il s’attardait quelques secondes. Charlotte respirait fort en se tenant les seins. Pietro fit glisser ses lèvres du clitoris jusqu’à l’anus qu’il titilla longuement de la pointe de la langue puis revenait lentement au petit bouton par le même chemin. À chaque fois qu’il faisait le trajet, le liquide incolore que sécrétait Charlotte se faisait plus abondant et Pietro devait l’avaler souvent. À un moment précis, alors que son amant lui caressait le clitoris, Charlotte poussa un puissant cri d’orgasme. Son vagin, contracté sous l’effet de la jouissance, évacua une grande quantité de cyprine que Pietro admit dans sa bouche. Le long orgasme consommé, Pietro aspira délicatement une dernière fois ce qui restait dans la vulve, ferma les lèvres et retourna auprès du visage de Charlotte dont la bouche entrouverte attendait sa propre sécrétion. Il l’embrassa, une partie du liquide changea d’hôte et les deux amants finirent enlacés, immobiles, leur corps épuisé en dégustant le produit du plaisir de la jeune femme.

— J’avais oublié comme c’était bon, dit-elle après un moment.
— Cela fait aussi longtemps que je n’ai pas fait l’amour comme ça, répondit-il. Mais ce que je t’ai fait m’a réveillé, continua-t-il en prenant la main de Charlotte pour la poser sur sa verge durcie.
— Eh bien, viens ! Tu ne devrais pas avoir de mal à entrer, fit-elle en se mettant à quatre pattes devant lui.

La vue des fesses superbes de Charlotte, de son sphincter au plissement harmonieux surmontant une vulve trempée, acheva de réveiller l’instinct de Pietro. Il se mit à genoux derrière elle et d’un seul coup de reins pénétra son vagin au plus profond d’elle-même. Sur le moment, elle poussa un cri mêlé de plaisir et de douleur puis émettait de petits gémissements aigus à chaque coup de boutoir que lui infligeait Pietro. Il allait et venait sans ménagement, son ventre claquait contre les fesses de la jeune femme, ses testicules, coincés entre les deux corps se mirent à lui faire mal. Elle était pénétrée du sexe entier de Pietro et cette idée l’excita encore plus tant et si bien qu’elle se reposa sur un coude et de sa main libre, entama une vive masturbation de son clitoris. De nombreuses minutes s’écoulèrent ainsi, Pietro sentit le vagin qui se contractait tout autour de sa verge et décida d’accélérer le mouvement. L’un dans l’autre, les deux sexes émettaient un bruit de gargouillis dominé par les soupirs respectifs des deux amants. Aidée de ses doigts, Charlotte jouit la première tandis que son vagin enserra fortement le pénis de Pietro qui déchargea son sperme immédiatement. Pendant une trentaine de secondes, la jeune femme insistait sur son clitoris pendant que son partenaire continuait à cogner violemment son pubis sur ses fesses. Il sentit une dizaine de fois sa semence propulsée dans le corps de Charlotte puis, soudain épuisé, il s’arrêta et se reposa sur le dos de sa compagne qui s’écroula à plat ventre, le vagin toujours empli de la verge de son amant. Ce dernier ne fit aucun effort pour la retirer, car elle ressortit seule de son logement en reprenant sa flaccidité naturelle.
Charlotte et Pietro restèrent immobiles pendant un long moment. Même si son sexe ne suivait pas ses envies, Pietro désira contenter la jeune femme et se satisfaire par la même occasion. Il la remit d’une main ferme à quatre pattes, la tête posée sur les deux avant-bras et les fesses en l’air. Il revit avec émotion le petit rond plissé qui lui faisait tant envie et se précipita bouche ouverte pour le sucer gloutonnement. Charlotte manifestement aimait cette caresse et elle tendit son postérieur du mieux qu’elle put. Pietro durcissait sa langue et de la pointe, forçait doucement l’ouverture. Sa maîtresse, dont seule la tête reposait maintenant sur l’oreiller, écartait ses fesses de ses mains pour que son sphincter s’ouvrît encore plus à la gourmandise de son amant. Lorsque le sexe de Pietro eut repris fière allure, il cessa sa caresse linguale et approcha son gland de l’orifice mouillé de sa salive. Charlotte maintenait ses fesses ouvertes pour son amant qui la pénétra de la moitié de la longueur de son pénis. Elle gémit très fort et il arrêta sa pénétration puis, lentement, il reprit sa progression jusqu’à faire disparaître sa verge dans le rectum de Charlotte qui soupirait à chaque va-et-vient. Quand il allait trop vite ou trop fort, elle ne pouvait s’empêcher d’émettre un faible cri que Pietro, il l’admettait volontiers, aimait entendre. L’orgasme vint, mais moins violent qu’il l’aurait espéré. Il se souvint toutefois que c’était la troisième fois en deux heures qu’il éjaculait. Cette fois-ci, quand ce fut terminé, Charlotte écarta rapidement le pénis de Pietro de son sphincter. Elle était comblée d’avoir fait jouir son compagnon de cette manière, mais son anus était devenu sensible.

— Je n’en peux plus, souffla Pietro à l’oreille de Charlotte.
— Moi non plus. Dormons, répondit-elle. Nous reprendrons ça demain matin. J’ai du retard à rattraper.
Elle se leva, éteignit le plafonnier et rejoignit Pietro. Dans les bras l’un de l’autre, ils s’endormirent rapidement, épuisés.
*-*-*-*
Le lendemain matin, un rayon de soleil dardait à travers la fente d’un volet. Pietro ouvrit un œil, il était dix heures et quart. Heureusement que l’étape qu’il avait prévue était relativement courte, car il ne partirait pas de bonne heure aujourd’hui. Charlotte se pelotonna contre lui, puis se leva pour ouvrir les volets. L’air était froid, mais le soleil brillait dans un ciel sans nuage et un flot de lumière entra dans la chambre. Elle referma la fenêtre et se recoucha rapidement. Posant sa main sur la poitrine de son compagnon, elle la fit glisser lentement vers le sexe de Pietro et s’en saisit. Il n’avait plus envie aussi, il émit un grognement et retira la main, mais Charlotte revint à la charge. Elle lui caressa la verge et les testicules si bien que Pietro ne put éviter le réflexe masculin. Satisfaite, elle entama une lente masturbation qui fortifia l’érection passablement molle de son amant. Soudain, elle ôta le drap et la couverture d’un geste brusque et happa le gland de sa bouche avide. Vaincu, Pietro ferma les yeux et se laissa faire. Ce fut un peu lent à venir, Charlotte eut mal aux articulations de la mâchoire, mais elle persévéra tant et si bien que Pietro eut un long soupir en même temps qu’un jet de sperme parvint sur la langue de sa maîtresse. Son orgasme fut profond, de nombreuses giclées de semence suivirent la première ; Charlotte ne lâchait pas le pénis et absorbait tout jusqu’à ce qu’enfin plus rien ne sortit. Finalement, elle passa un dernier coup de langue sur le gland, regarda intensément un point fixe sur le mur l’air égaré et finit par relâcher le sexe de son amant.

— Je t’avais bien dit que nous reprendrions ça ce matin ! fit-elle en riant.
— Je ne peux plus suivre, je n’ai plus ton âge... Au fait, tu ne m’as pas embrassé.
— J’avais envie comme ça.
— Tu ne voudrais pas d’un café en plus ?
Charlotte sourit.
— Va prendre une douche, je prépare le petit-déjeuner.
*-*-*-*
Pietro, le sac sur le dos, faisait un dernier signe à Charlotte qui le regardait partir. Il pénétra dans une forêt dense de résineux noirs et la maison disparut rapidement de sa vue. Il marchait sur un chemin tendre recouvert d’aiguilles de pin qui étouffaient ses pas. Il repensait à cette étape extraordinaire et à la beauté de Charlotte quand soudain, un pic-vert tapa dans une écorce. L’oreille dressée, Pietro se remit à l’écoute de la nature, ne pensa plus à rien et regarda droit devant lui.

Quand Pietro eut disparu dans la forêt, Charlotte referma la porte. Elle se dirigea vers la chambre un étrange sourire aux lèvres. Saisissant une minuscule caméra cachée dans le mur elle en ôta la carte mémoire et ressortit de la pièce pour s’orienter vers une porte matelassée dissimulée derrière un rideau épais. Celle-ci donnait sur un couloir lui-même fermé par un autre panneau totalement insonorisé. Passé celui-ci, elle descendit un escalier de bois qui la mena dans une grande cave taillée dans le roc. Dans un recoin, une grille serrée délimitait une cellule où un homme émacié, les habits en loques, les mains accrochées aux barreaux la regardait arriver sans dire un mot.

— Je vais t’apporter à manger tout à l’heure, mon cher mari. Tu ne m’as pas l’air en forme. En attendant, regarde ce que j’ai pour toi.
Tout en disant cela, Charlotte avait mis sous tension un ordinateur dans lequel elle inséra la carte mémoire. Elle lança la vidéo.
— Il s’appelle Pietro. Regarde ta femme comme elle se fait bien baiser, écoute comme je le fais bien jouir. Tu as vu sa grosse bite ? Je l’ai sentie passer quand il me l’a mise dans le cul ! Mais qu’est-ce que c’était bon ! Tu sais, j’ai compté que depuis que tu m’as trompée l’année dernière, c’est le cent quarante et unième à me sauter, j’en ai avalé du sperme ! Je te mets la vidéo en boucle jusqu’au prochain de mes invités. N’hésite pas à te branler en me regardant, ce n’est pas moi qui vais le faire à ta place ! Ha ! Ha ! Ha !
Son visage était transfiguré, sa beauté avait été remplacée par la grimace de détermination d’une désaxée, d’une démente.
— Fallait pas me faire cocue mon petit-vieux. Fallait pas...

L’homme, la tête entre les barreaux, immobile et silencieux, regardait désespérément sa femme devenue folle et pleura.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :