Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Comment ma femme s'est dévergondée 5

C'est fait. Daniel a baisé Sandra devant moi. Et il m'a encore humilié, devant elle. Il va passer à la vitesse supérieure, maintenant que je suis officiellement cocu.

Proposée le 20/03/2017 par DEBORAH SOUMISE

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: extra-conjugal
Personnages: FHH
Lieu: A la maison, intime
Type: Fantasme

- Cocu ! Vas faire la vaisselle ! Ensuite tu iras faire notre lit !

La mort dans l'âme, j'obéis, tandis qu'ils rient dans la piscine.
Je débarrasse la table, vais dans la cuisine faire la vaisselle (alors qu'il a un lave vaisselle).
Puis le plus dur arrive.
J'entre dans la chambre. Je vois tout de suite le lit en désordre.

Là où ils faisaient l'amour voici quelques minutes.
Je tire les draps. Remets les oreillers en ordre.
Tire la couette. Le lit est fait.
Quand je reviens sur la terrasse, ils sortent de l'eau.

- Cocu ! Vas chercher deux serviettes dans la salle de bain !

Je reviens avec les serviettes.
Il essuie ma femme, s'attarde sur les seins. Puis elle le sèche.

- Tu es vraiment belle Sandra. Nue, tu es encore plus belle.
- Tu es faite pour vivre nue !!
- Cocu ! A genoux et embrasse les pieds de ta femme !

J'hésite.

- Allez !! Exécution. Embrasse lui les pieds, salope !

Je m'agenouille. Embrasse plusieurs fois un pied, puis l'autre.
Elle rit.

- Relève toi !

Il regarde sa montre, sur la table.

- Mais il est déjà presque 19 heures !

Il me regarde.

- Rhabille toi !

Pendant que je prends mes vêtements, il embrasse ma femme langoureusement à pleine bouche, j'entends les bruits de succion, de langues.
Il lui caresse les hanches, les fesses.
Je suis habillé. Ils arrêtent les baisers.

- Bon ! Tu vas rentrer chez toi, et Sandra reste ici pour la nuit !

- Mais….???

- Il n'y a pas de "mais" ! C'est moi qui décide !!

- Sandra passe la nuit dans mon lit, et toi tu restes chez toi ! C'est mieux comme ça pour tout le monde !

- Mais je ne veux pas ! C'est ma femme !

- Tu fermes ta gueule et tu obéis, c'est tout ! Allez, dégage chez toi !

Sandra me dit :

- Il reste du poulet froid. Bon appétit !!

Elle éclate de rire.
Je m'en vais. Ils sont toujours nus sur la terrasse.
Arrivé chez nous, j'ai une boule au ventre et à la gorge.

Je m'aperçois que j'ai oublié mon téléphone portable.
Je vais sonner chez Daniel.
Il m'ouvre, une serviette nouée autour de la taille.

- Tu ne vas pas commencer à nous faire chier toutes les cinq minutes !!!
- J'ai oublié mon téléphone portable sur la table !
- Bon, vas le chercher et tu files chez toi !! N'essaie pas de t'incruster.

Je traverse la maison, arrive sur la terrasse, Sandra a également une serviette autour de la taille.
Je récupère mon téléphone. Il m'arrête.

- Ah, au fait, un conseil ! Cette nuit, évite de trop te branler. Ça va rien changer, et tu te fatigueras et t'épuiseras pour rien.

- Vaut mieux que tu chiales un bon coup, tu prends une douche, tu vas te coucher sans te toucher, et tu essaies de dormir, bien que je pense que la première nuit, tu vas passer une nuit blanche !

- Remarque, nous n'allons pas dormir beaucoup non plus !!

Sandra et lui éclatent de rire.

- C'est sûr que tu auras du mal à dormir en imaginant ta femme dans la maison d'à côté, pour sa première nuit dans le lit de son amant, passant cette nuit à sucer, à se faire défoncer la chatte et le cul, et à prendre du sperme partout ! Mais bon, il faudra bien t'habituer à cette situation !

Sandra s'approche de lui, mets ses deux mains sur son épaule, approche son visage.

- Oh oui, chéri… Tu me feras l'amour plein de fois… Tu me fais bien jouir, j'ai envie de toi !

Je sens les larmes monter.
Il me raccompagne à la porte. Referme à clef.
Je rentre. Seul.
Je pense à tout ça. Tout ce que j'ai vécu aujourd'hui.
Je m'assied dans le canapé. Les images défilent.

Quand nous sommes arrivés chez lui, il a embrassé ma femme sur la bouche. Ca a commencé là.
Je l'ai vu ensuite la déshabiller. Elle n'a rien dit. S'est laissée tripoter.
Puis elle l'a sucé. Il l'a baisée. Devant moi. Elle a jouit avec un autre homme devant moi.
Elle l'appelle même "chéri".
J'ai les boules, les glandes.

Et moi qui ne dit rien, me laisse faire, les laisse faire.
Ensuite ma femme qui lui demande de "lui faire l'amour". L'épisode dans la chambre. Carrément "au lit".
Re-baise. En ma présence qui ne les dérange pas. Les excite, peut-être.
Voir tout ce sperme couler de sa chatte.
La voir le ventre souillé de ce même foutre. En avoir partout, des placards.
Et la voir s'amuser d'être enspermée par son amant.

La voir le sucer. L'entendre jouir lorsqu'il la possède. L'entendre crier, hurler de plaisir.
Les souvenirs de cette folle journée tournent en boucle dans ma tête.

20 heures.
Je sors sur la terrasse. Vais écarter les branches de troènes.
Ils ne sont plus sur la terrasse. Où sont-ils ? Dans la chambre ??
La fenêtre est encore ouverte, je n'entends rien. Mais ça ne veut rien dire.
La jalousie monte, me ronge. J'ai envie d'aller sonner.
Mais je n'en fais rien. Je rentre.

Je vais me faire à manger, ça m'occupera l'esprit.
Je prends le poulet froid que Sandra m'a indiqué.
Je nettoie une salade. Prépare la sauce.
Je mets la table. Une seule assiette.
Je m'écroule en pleurs sur le canapé. Je pleure pendant 1/2 heure.

Sanglotant, je vais chercher le poulet, la salade.
Essuie mes larmes. M'attable.
Les premières bouchées ne passent pas.
Je sors sur la terrasse. 20 h 45.

Ils ne sont pas dans la chambre. La fenêtre est toujours ouverte mais la pièce n'est pas allumée.
La salle à manger est allumée, le salon aussi. Ils doivent dîner.
Je reviens et tente de manger. Le poulet ne passe pas.
Je débarrasse et met tout à la poubelle.
Puis me sers un whisky. Puis deux. Un troisième.

Je sais que ce n'est pas la solution, mais je le fais.
Je retourne sur la terrasse. La fenêtre du salon est ouverte.
J'entends des bruits de couverts qui s'entrechoquent.
Je les entends parler et rire.

Assis sur le bord de la porte-fenêtre je bois mon verre de whisky, la bouteille à côté de moi.
Je ne tiens pas en place. Trop angoissé.
Je me lève, vais dans le salon, allume la télé. M'assied sur le canapé, verre à la main, bouteille à proximité.
Film policier. Je n'arrive pas à me concentrer.
Je regarde l'heure. 21h 50.

Je cours voir sur la terrasse.
Le salon est dans le noir, la chambre, fenêtre ouverte, est allumée !
Ils sont dans la chambre !

Je rentre. Dans le canapé, j'éclate en sanglots.
Pleure à chaudes larmes. Je n'en peux plus.
22h 20.

Je retourne sur la terrasse, écarte les troènes.
Les volets de la chambre sont fermés à moitié, fermés en "A". La chambre est toujours allumée, avec une lumière moins forte, sans doute les lampes de chevet.
Il fait chaud. La fenêtre doit être ouverte. Mais je n'entends rien.
Je reste la tête dans les troènes. Les minutes passent.

Tout à coup, j'entends un gémissement. Puis plusieurs. Puis un cri.
Ils sont en train de faire l'amour.
C'est trop. Je me recule, je rentre, ferme la porte-fenêtre.
Puis fonds en larmes sur le canapé.

Au bout d'un moment, je fais ce qu'il m'a suggéré : je vais prendre une douche. Reste longtemps sous l'eau.
J'ai l'impression qu'elle me purifie, purifie ma femme souillée de sperme.
Je me sèche et vais me coucher, nu.

J'éteins et tente de dormir. Pas moyen. Je me tourne et me retourne.
Je pense à ce qui se passe à côté. Sandra en train de le sucer. Sandra empalée sur sa bite. Sandra criant, hurlant, jouissant.

Je me lève, me sers un verre et revient me coucher.
Je vais lire, pour me calmer.
Les articles du magazine défilent. Je le termine. En commence un autre que je dévore vite.
Puis encore un autre. Et un autre verre.
Minuit 05.

J'ouvre la porte fenêtre. Mets la tête dans les troènes.
La chambre est toujours allumée. Mais aucun bruit. Il fait frais. Il a du fermer la fenêtre.

Nu sur la terrasse, j'ai froid, maintenant. Et puis ça ne servira à rien que je reste ici à regarder leur fenêtre de chambre allumée.
Je me fais plus de mal que de bien. Je rentre.
Je me couche et lis encore et encore.
Minuit 40.

L'alcool commence à faire son effet.
Je m'endors.
Je dors mal. Je me retourne souvent.
Suis réveillé.
3 h 15. Je n'y tiens plus. J'enfile mon peignoir, vais dehors.

Chambre toujours allumée !! Ce n'est pas possible.
Je rentre. Je pleure.
Au lit, je fais une vraie crise de larmes.

Puis finis par m'endormir au milieu des sanglots.
7h 15. Le réveil du portable me sort du sommeil agité de cette nuit.
Immédiatement, je me rends compte de la situation : suis seul dans notre lit.
Ma femme a passé la nuit chez son amant.
Drôle de façon de commencer la journée.

Je prends ma douche et vais me préparer le petit-déjeuner.
7h 45. SMS !

"Avant de partir au boulot, dépose devant ma porte la pochette à maquillage à Sandra et sa brosse à cheveux".

SMS !
"On a baisé toute la nuit comme des fous ! Elle est bonne, ta femme, elle aime la bite, je peux te le dire ! Je lui ai mis le dernier coup à 6 heures !".

Je bois mon café et mange mes tartines.
Je m'apprête et vais dans la salle de bains chercher les affaires à Sandra.
Sors la voiture.
J'entre dans le jardinet à Serge, devant, et dépose la trousse à maquillage et la brosse à cheveux à Sandra devant la porte.
Quand je pense que ma femme est là dedans.
L'angoisse monte.

Je m'en vais au bureau.
Tout à mon travail, j'arrive à m'occuper l'esprit. Ca va mieux.
11 h 45. SMS !

"Avons passé une très belle nuit. Sandra a voulu baiser sans arrêt ! Complètement accroc à ma queue la petite !".

"Putain ce qu'elle est bonne !! Me suis régalé. En plus elle aime sucer, elle m'a pompé comme une reine".

"Et puis quelle paire de miches ! Quel cul !!".

11h 55. SMS !

"Petite surprise pour toi. Prises à l'instant".
Jointes au SMS, deux photos.
Sur la première, Sandra, entièrement nue, sur le lit, dort en chien de fusil. Il n'y a plus ni drap du dessus ni couette.
Sur la seconde, ses fesses en gros plan.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

gericom
je n’arrête pas de relire en entier cette histoire et je vois presque les scènes excellent en espérant une suite
Posté le 4/04/2017


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Comment ma femme s'est dévergondée
Comment ma femme s'est dévergondée 2
Comment ma femme s'est dévergondée 3
Comment ma femme s'est dévergondée 4
Comment ma femme s'est dévergondée 6