Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Femme accro au sexe

Lucie est une femme très accro au sexe, ses nombreuses pulsions sexuelles l'obligent à se masturber très souvent, c'est pour cela qu'elle ne porte pas de culotte ni de soutien-gorge

Proposée le 18/03/2022 par linsee

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Jeu érotique
Personnages: FF
Lieu: A la maison, intime
Type: Fantasme


Lucie est une femme très portée sur le sexe, cela devient de la nymphomanie, tellement ses pulsions sont fréquentes. De très nombreuses fois, en cours de la journée, elle
utilise toutes les méthodes pour assouvir ses pulsions délirantes.

Soudain, une envie de sexe lui taraude le ventre. Elle ouvre une valise dans laquelle sont rangés divers godes et, d'autres ustensiles pour se donner du plaisir. Les godes plus monstrueux les uns que les autres font peurs à voir. Elle en choisit un de bon diamètre, ainsi que des pinces à tétons, relier entre elles par une chainette. Elle les pose sur le canapé puis, prend place sur le canapé. Elle retrousse sa jupe, ouvre largement son corsage pour avoir accès à ses seins plantureux. Ses mamelons portent encore les traces de pinces, qui l'ont sûrement amené au summum de ses délires.

Elle ouvre les jambes, place sa main sur sa chatte et la caresse. Rapidement sa vulve se met à suinter, ses doigts qui s'acharnent sur son clito la font gémir. Elle prend en main l'engin monstrueux et, le frotte contre sa fente dégoulinante de jus. Elle appuie fortement, les grandes lèvres s'ouvrent, le gland de silicone s'enfonce lentement dans la gaine qui se distend fortement. Lucie serre les dents, elle appuie plus fort, l'engin arrive enfin en butée contre le col de son utérus.
Lucie, appuie sur un des trois boutons qui se trouvent à la basse de l'engin. Elle se cabre, le gode se met à onduler et à vibrer, Lucie appuie rapidement sur un second bouton, le gland imposant se met en rotation. Lucie se cambre, son corps est parcouru de nombreux frissons, elle a la bouche grande ouverte. Soudain elle se met à jouir, elle agite son bassin en grognant comme une bête. Son ventre bouge sous les impulsions constantes de l'engin.


Lucie en veut encore plus, elle place sur ses mamelons les pinces, elle fait une moue lorsqu'elle les serre. La douleur mêlée aux douces ondulations et vibrations de l'engin la rendent hystérique. Elle pousse des gémissements terribles, qui ressemblent à des plaintes de bête blessée. Elle attrape son clito et le branle comme une sauvage, elle grimace lorsque qu'elle l'écrase. Mais la coquine adore se faire mal. Elle appuie d'une main sur le monstre qui lui fore le ventre et, de l'autre, elle se branle comme une dératée. Le résultat recherché arrive. Lucie pousse un cri terrifiant, se plie comme un arc et jouit comme jamais.

Elle retire péniblement le gode, mais garde les pinces bien en place. Soudain la porte d'entrée qui n'est pas fermée à clé, s'ouvre, c'est Juliette sa nièce qui vient lui rendre visite comme chaque jour. Lucie rabat rapidement sa jupe, remet de l'ordre dans son corsage puis prend une pose normale sur le canapé. Juliette entre au salon, embrasse sa tante et remarque sur le sol une petite flaque d'eau. Elle lui sourit et ironiquement lui dit :

-Oh tante tu es enceinte, tu perds les eaux !

Puis Juliette éclate de rire, Lucie la regarde, troublée, rosit un peu et invite sa nièce à s'assoir à côté d'elle. Juliette très fusionnelle avec sa tante se blottit contre elle. Elle prend la main de sa tante, elle fronce les sourcils, les doigts de Lucie sont humides. Elle les porte à son nez, elle regarde sa tante et dit en souriant :

- Ils sentent l'amour, tu t'es fait un petit plaisir tantine hein !

Lucie ravale sa salive et répond :

-Eh oui voila je me suis fait jouir, tu es contente maintenant que tu le sais !

-Donc l'eau sur le sol, c'est le résultat de ta jouissance ! Demande Juliette.

-Oui, c'est ça ! Réplique La tante et ajoute.

- Comme tu veux tout savoir, il faut que je me masturbe très souvent, c'est un besoin impératif pour moi !

Juliette regarde sa tante avec un air dubitatif et lui demande :

- Tu le fais chaque jour ?

Lucie lui répond :

-Dès fois plusieurs fois par jour, il faut que je jouisse, ouvre la valise !

Juliette se lève, s'approche de la valise et l'ouvre. Elle reste béate en voyant les nombreux engins du plaisir. Elle en sort un le plus monstrueux, le triture pour en connaitre la texture. Ses doigts ne peuvent en faire le tour, tellement il est imposant. Juliette passe la paume de sa main sur le gland gigantesque. Elle regarde sa tante et lui dit :

-Tu arrives à te mettre ce machin dans la chatte ?

Lucie lui sourit et répond :

Mais bien sûr ma chérie, de gré ou de force, il faut qu'il entre en moi !
Avec tes questions tu commences à me chauffer !

Juliette lui dit en la regardant droit dans les yeux :

- Fait moi voir tante comment tu t'y prends !

Lucie fait une moue puis dit :

-Tu tiens vraiment à me voir me défoncer avec cet engin petite salope !

-Oui, oui, fais voir tante je t'en prie ! Répond Juliette impatiente.

Lucie tend la main, Juliette lui donne le gode. Lucie retrousse sa jupe, ouvre grandement les cuisses et dégrafe pour la seconde fois son corsage. Juliette écarquille les yeux, elle regarde avec insistance les pinces serrées sur les mamelons de sa tante. Elle tire sur la chainette, les mamelons se tendent, Lucie pousse un soupir bruyant.

Juliette curieuse demande :

-Oh la vache, tu dois avoir mal tante avec ses engins de torture !

Elle répond en soufflant sous les tractions que fait Juliette sur les pinces :

- Oui, mais c'est si bon !

Juliette lâche la chainette, se penche et regarde entre les jambes ouvertes de sa tante. Elle ne peut s'empêcher de tendre sa main vers la chatte béante. Elle caresse doucement la boule de chair, qui se trouve au-dessus des grandes lèvres. La tante souffle fortement, sa chatte se met à suinter sous les caresses habiles de sa nièce. Lentement Juliette enfonce un à un ses doigts dans le trou béant. Sa main disparait entièrement dans le ventre de sa tante, qui se cambre fortement, en poussant plusieurs râles. La coquine fouille le puits profond, qui ne cesse de mouiller. Elle regarde sa tante qui geint, elle commence à faire un va-et-vient, qui augmente en s'accordant aux gémissements de la tante chaude comme de la braise.


Lucie, n'a pas d'autre choix que de jouir sous le pilonnage intense de sa nièce. Elle retire sa main et invite sa tante de se goder avec le monstre de silicone. Lucie enfonce progressivement le mandrin puissant. Malgré la lubrification naturelle de sa chatte, La gaine vaginale se distend à l'extrême et avale difficilement l'objet infernal. Lucie grimace, souffle comme un bœuf au fur et à mesure que l'engin s'enfonce en elle. Enfin, elle l'a complètement dans le ventre.
Elle commence à faire avec difficultés des vas-et-viens. Au bout d'un moment, Lucie appuie sur les testicules factices. Un jet visqueux, lui remplit la chatte, elle appuie plusieurs fois, son visage s'illumine, les giclées de liquide qu'elle reçoit dans son ventre la font pâmer de bonheur. Elle reprend le ramonage de sa chatte en soupirant fortement, la tension monte de plus en plus. Juliette tire sur la chainette, sa tante se cabre et jouit en grognant. Son corps se met à se couvrir de frissons, Lucie halète, elle appuie sur les fausses couilles et les vide de la substance laiteuse quelles contiennent. Cette action, la fait jouir encore plus fort. Épuisée, avec l'aide de sa nièce, elle retire le monstre de son corps. Un flot de liquide blanchâtre s'écoule en continu, du cratère brulant. Lucie laisse tomber sur le sol son amant de silicone et regarde sa nièce longuement, ses yeux brillants laissent comprendre qu'elle a eu un pied d'enfer.














© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Troubles...
Bonjour LINSEE, je viens de lire votre récit: quel pied! Impossible de ne pas bander dès la fin du premier paragraphe: Bravo! Cette Julie est une nympho comme je les aime, adorant les gros objets bien larges et n'hésitant pas à mêler plaisir et douleur, hummm!!! Et la jeune Juliette, je suppose que Julie va bien s'occuper de ses trous lors de prochains récits, non?? je découvre aujourd'hui ce site avec bonheur! je viens de publier aussi un premier récit. Je vous invite à le lire et à me faire part de tous vos commentaires!! Troublement vôtre, Lilian.
Posté le 20/03/2022


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Ma femme, accro de danse...et de sexe. 2
Ma femme, accro de danse...et de sexe. 3
Ma femme, accro de danse...et de sexe.
Ma femme, accro de danse...et de sexe. 4
Ma femme, accro de danse...et de sexe. 5