Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Le fantôme dans les mur - Chapitre I

Franck est homme d'entretien au CROUS. Véritable fantôme, invisible aux étudiants, il en profite pour être le témoin privilégié de la débauche de certaines jolies étudiantes. Jusqu'au jour où il ne sera plus simple spectateur.

Proposée le 12/07/2021 par Malkuth

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Exhibition, voyeurisme
Personnages: FFH
Lieu: Autres lieux publics
Type: Roman


Franck coupa la sonnerie de l’alarme et rangea son portable dans une des nombreuses poches de sa tenue.

- C’est l’heure de mon film, marmonna-t-il en se frottant les mains.

L’homme de 48 ans déploya sa carcasse, rajusta sa ceinture sur sa bedaine, attrapa un paquet de pop-corn, une canette de bière et entreprit l’ascension des quatre étages. Son dos et ses genoux lui faisaient souffrir le martyre, mais il se consolait en se disant que le jeu en valait la chandelle.

Suant et ahanant, Franck émergea enfin dans les combles de l’immense bâtiment dont il avait la garde. Des dizaines de petits périscopes émergeaient du sol à intervalle régulier, chacun étiqueté avec soin. La fierté de Franck, un travail qui s’était étalé sur plus de dix ans et qui lui vaudrait de perdre son emploi si quiconque apprenait son existence.

L’homme d’entretien attrapa le fauteuil de camping qui traînait près de l’escalier, le déplia devant le périscope n°17 et s’installa tranquillement. Il jeta un œil à sa montre : 20h24, il avait normalement un peu d’avance. Franck ouvrit sa canette, déchira le paquet de pop-corn et colla son regard à la petite lunette.

Un étage plus bas, il avait une vue panoramique sur la petite chambre d’étudiant meublée d’un lit, d’un bureau-commode et d’une chaise. Au milieu du capharnaüm principalement composé de vêtements froissés et de livres de cours, une jeune femme installait son ordinateur portable sur le matelas.

Elle s’appelait Laura, 21 ans, étudiante en psychologie. Comme tant et tant, elle logeait au CROUS et ignorait que Franck la regardait souvent le soir. Le cheveu teint en blond, les yeux bleu très clair, les lèvres charnues, elle avait un véritable visage d’ange que ne gâchaient pas ses lunettes. Petite, bien en chair avec de belles formes, des fesses de madone et de gros seins que le gardien des lieux aimait reluquer quand il le pouvait. Il ne savait d’elle que son prénom, son cursus et sa tendance à gérer son emploi du temps avec une précision millimétrique.

Il la regarda lancer un site porno, dégrafer sa ceinture, retirer son jean, se jeter sur le lit et enlever sa culotte. Les jambes bien écartées, Laura exhibait sa chatte poilue à Franck qui ne perdait pas une miette du spectacle. Il continua de l’observer tandis qu’elle portait les doigts à sa bouche pour les lécher puis les poser sur son clitoris. Le voyeur descendit sa braguette, sortit son sexe déjà bien dur et imita la jeune femme qui se masturbait ; elle se branlait en regardant une nana se faire prendre par deux énormes bites, il se branlait en la regardant faire.

Bien trop vite, la jeune femme se raidit, quitta la vidéo et renfila sa culotte. Franck grogna en regardant sa montre : la salope s’était faite jouir en à peine une minute et lui était encore loin d’avoir fini. Mais il n’avait plus rien à se mettre sous la dent pour se terminer, elle avait gardé son haut et ses jambes reposaient à présent sous la couverture. Il grogna encore et, la bite à la main, passa d’un périscope à l’autre. De jolis corps, de belles filles, mais toutes habillées, aucune dans des poses lascives ou coquines. Sans ranger son attirail ni cesser de grommeler, Franck passa en revue les douches : vides.

Un long soupir chargé de jurons plus tard, l’homme d’entretien décida d’inspecter une dernière fois les chambres. Arrivé à la n°3, il s’arrêta devant ce qui promettait d’être intéressant. Jessica, 19 ans, étudiante en 1ère année de philosophie, embrassait passionnément un jeune homme. La première pensée de Franck fut que c’était strictement contre le règlement. La seconde fut d’aller chercher son siège, sa bière et ses pop-corns pour s’installer et profiter du spectacle.

Lorsqu’il reprit place, la jeune femme était torse nu, ses longs cheveux noirs de jais coulaient dans son dos et sur ses petits seins ronds. Son partenaire, dévêtu jusqu’à la ceinture lui-aussi, la doigtait comme un bourrin tout en l’embrassant à pleine bouche. Jessica finit par ouvrir elle aussi le jean de son partenaire, en extraire un sexe de taille modeste et le branler frénétiquement.

Visiblement peu patient, le gamin la projeta sur le lit et lui arracha pantalon et string.

« Ouais c’est ça » pensa Franck en caressant sa bite « baise-la. »

Le gars prit place entre les cuisses de sa partenaire et l’embrocha. Courbé sur elle, il lui dévorait les mamelles tout en la pilonnant ; accrochée par les jambes à la taille de son amant, Jessica donnait de violents coups de reins. Un étage plus haut, la main de Franck allait et venait le long de sa verge.

« Elle est vraiment bonne cette salope » songea-t-il en admirant le corps luisant de Jessica, ce corps souple et jeune, à la peau bronzée et aux muscles fins, cette petite poitrine ballottée par les coups de boutoirs, ce joli minois aux traits prononcés…

Ah ça, qu’il aimerait la baiser. Fourrer sa queue dans cette chatte étroite et glabre, lécher ces nichons bien ronds, couvrir ce plaisant visage de foutre chaud… Peut-être même l’enculer ? Putain, oui ! Qu’est-ce qu’il voudrait la sodomiser, défoncer ce petit cul bien galbé, gicler dedans.

En bas, l’action touchait déjà à sa fin. La bataille sauvage et brutale s’apprêtait à connaître une conclusion quelques minutes à peine après son début, les belligérants s’étaient lancés dans un assaut final dont le mâle sortit vainqueur. Franck le regarda se retirer et répandre sa semence sur le ventre plat de Jessica. Dans le même temps, le voyeur sentit la sève remonter le long de sa branche, asperger le sol. Tandis que les amants s’embrassaient et se cajolaient, l’indiscret essuyait sa main sur son pantalon, sa pine gluante sur son slip, puis remballait son attirail et quittait son observatoire.

Franck redescendit les étages, remit l’échelle au plafond et s’installa devant la télé pour suivre le film, une nouvelle bière à la main. Ainsi allait la vie de Franck : homme d’entretien et concierge du CROUS le jour, voyeur la nuit. Célibataire depuis plus de 20 ans, c’était le palliatif qu’il avait trouvé à la pornographie : plus vivant, plus direct, plus surprenant aussi. Il avait consacré des années et des années à tout préparer pour assouvir ses bas instincts.

Le bâtiment du CROUS était un immeuble tout en longueur, haut de trois étages reliés par un unique escalier extérieur. Du moins en apparence : presque deux décennies plus tôt le second escalier avait montré des signes de faiblesse et l’administration avait donc décidé de le murer ; une partie avait servi, avec quelques chambres, à aménager l’appartement de Franck. Le reste avait sombré dans l’oubli et l’homme d’entretien avait investi beaucoup de temps et d’argent pour en faire une espèce de repère secret d’où il pouvait accéder aux combles ou regarder dans les douches grâce à quelques trous savamment dissimulés.

Année après année, Franck avait été le témoin privilégié des évolutions sociales. Les poils avaient disparu de la plupart des pubis, les vêtements s’étaient faits plus courts et décolletés, strings et shorties avaient remplacé les culottes sages. Les filles se touchaient, regardaient du porno, amenaient des garçons dans leur chambre pour baiser malgré les interdictions du règlement dont il était le laxiste gardien. Après tout, s’il avait fait appliquer la discipline exigée par ses supérieurs alors à quoi ses efforts auraient-ils servi ?

Franck se leva de bonne heure le lendemain, comme toujours. A force d’observer les jeunes femmes du 3e étage (qui leur était réservé depuis qu’il avait réussi à convaincre l’administration que c’était mieux pour elles), il connaissait leurs habitudes et il avait ses chouchoutes. 7 heures du matin, c’était l’heure de la douche d’Aurore, sa favorite qui logeait au CROUS depuis 4 ans, étudiante en Master 2 de sociologie.

Il arriva juste à temps à son poste d’observation pour voir la jeune femme entrer dans la cabine et se déshabiller. Elle était grande et assez mince, avec un magnifique visage plutôt rond aux pommettes assez prononcées et des yeux verts superbes, le cheveu court aussi cuivré que sa peau, de beaux seins pointus, ni trop gros ni trop petits, aux très larges aréoles sombres. Mais surtout, des hanches très larges qui lui donnaient un énorme cul parfaitement rond. Franck ne pouvait plus compter les fois où s’il s’était branlé en la regardant ou simplement en imaginant tous les outrages qu’il lui ferait subir s’il en avait l’occasion. Ces fesses particulièrement, combien de fois s’était-il feint de les prendre ? Combien de fois avait-il éjaculé dans un mouchoir en rêvant de les blanchir de semence ?

Pendant ce temps, Aurore s’était savonnée en insistant notamment sur sa poitrine. A dire vrai, elle caressait ses seins plus qu’elle ne les nettoyait et Franck savait ce que cela voulait dire : il allait passer un très bon moment. Il se mit donc en condition en sortant son sexe pour mieux le tripoter.

Un étage plus bas, Aurore finissait de se rincer, ses mains frottaient tout particulièrement ses nichons, ses lèvres s’écartèrent légèrement en un soupir que Franck supposait chargé de plaisir. Puis les choses s’accélérèrent soudain, les doigts de la jeune femme plongèrent entre ses cuisses, directement sur le clitoris qui émergeait au milieu d’une luxuriante forêt pubienne. Elle resta un moment à se toucher les seins et le sexe, adossée à la cloison carrelée.

Puis elle se retourna, se pencha à 90° et enfonça deux doigts d’une main dans son antre, sans délaisser son bouton de l’autre. Mimant une levrette, tout son corps allait et venait à la rencontre de l’index et du majeur qu’elle se fourrait dans la chatte. Pendant ce temps, Franck se demandait ce que ça ferait de prendre la place de ces doigts, de baiser la jeune femme aussi sauvagement qu’elle se baisait. Il la défoncerait comme jamais elle l’avait été, il la ferait jouir bien empalée par sa bite et il se finirait dans ce vagin qu’il désirait plus que tout, elle passerait la journée avec la chatte dégoulinante de foutre. Le soir, elle en redemanderait et il l’exaucerait, il la prendrait par le cul et elle jouirait encore lorsqu’il se viderait dans son trou de balle. Ainsi, elle s’endormirait avec le sperme de Franck coulant de son sexe et de son anus.

Tout à ses pensées perverses, Franck fut secoué par un énorme orgasme, sans doute aussi gros que celui qu’Aurore venait de se donner en bas. Pendant que la jeune femme était paralysée par le plaisir, lui expédiait de longs et puissants jets sur le sol poussiéreux des combles. Le temps de reprendre ses esprits, la cabine de douche était vide et lui restait pantelant, le sexe mollasson luisant de jus encore en main.

Il s’essuya prestement et redescendit prendre son poste. Comme toujours, la journée se passa tranquillement. Un peu de bricolage par-ci, une ampoule à changer par là. Franck en profitait pour regarder un peu les filles qui passaient par là, surtout les petits culs et les gros nichons. De toute façon, personne ne faisait attention à lui, il était un invisible, un fantôme dans les murs que les étudiants croisaient sans voir. Sauf quand ils avaient besoin de lui, bien entendu ; là ils se souvenaient de son existence et savaient où le trouver.

Mais ce jour-là, Franck était perturbé. Il y avait cette jouissance colossale du matin, une des plus intenses de sa vie. Il savait l’effet que lui faisait Aurore, mais à ce point ? A moins que cela n’ait eu un rapport avec la partie de jambes en l’air de la jolie Jessica ?

A 14 heures, la question n’était toujours pas tranchée tandis que l’homme d’entretien achevait de remplacer un néon au plafond du couloir du 3e. Par un curieux hasard, il se trouvait devant la porte de la chambre de Jessica. Il hésita un instant, regarda à droite et à gauche. Personne.

Le souffle lourd, Franck saisit le trousseau de clefs accroché à sa ceinture, introduisit le passe-partout dans la serrure et pénétra dans la petite pièce. L’endroit sentait un mélange de transpiration, de parfum féminin et de vieux livre. L’homme fit quelques pas. Pourquoi était-il là ? Qu’est-ce qu’il lui prenait ? Les images de la veille revenaient, il regarda le lit défait, la couverture roulée en boule ; c’était ici que la jolie Jessica avait subit les assauts de son mec.

La respiration toujours plus difficile, Franck réalisa qu’il commençait à bander. Dans un état second, il s’approcha de la panière de linge sale qui reposait dans un coin. Des débardeurs et jeans, des chaussettes, des sous-vêtements en quantité. Il en extirpa un string noir, celui qu’elle portait la veille, mais un autre dessous attira immédiatement son regard. Franck s’en empara, le déplia, son cœur s’arrêta. C’était un shorty très échancré, en dentelle blanche totalement transparente.

« Putain de merde » pensa l’intrus « le cul qu’elle doit avoir avec ça. »

A présent, son érection était complète, il sentait son sexe dur comme du bois pousser contre le tissu de son pantalon. Il porta soudain le dessous à ses narines, il sentait un mélange d’urine et de sécrétions vaginales. Il voyait soudain la jeune Jessica nue à l’exception de ce shorty, ses fesses musclées bien tendues vers lui. Il écartait le tissu, plongeait sa langue dans sa petite chatte rasée.

Franck ouvrit sa braguette, enroulant le sous-vêtement autour de sa queue, entama des mouvements de va-et-vient. Pendant ce temps, il s’imaginait prendre Jessica en levrette, il se voyait écraser ses fesses recouvertes du tissu blanc à chaque coup de reins. Soudain, il éjacula dans la culotte. Reprenant ses esprits, il contempla son forfait.

« Mais putain, qu’est-ce que j’ai fait ? »

Des années à couvrir ses traces, et voilà qu’il risquait de tout foutre en l’air en giclant dans le string d’une gamine. Que faire maintenant ? Il n’avait même pas le temps de réfléchir. Tant pis : il roula le shorty en boule, le fourra dans sa poche et sortit de la chambre. Il aurait tout le temps d’y songer dans l’après-midi.

Il trouva la solution le soir même, en regardant Jessica chevaucher son mec.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Le fantôme dans les murs - Chapitre II
Le Fantôme dans les murs - Chapitre III
Le Fantôme dans les murs - Chapitre VI
Le Fantôme dans les murs - Chapitre V
Le Fantôme dans les murs - Chapitre IV