Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Mon Voisin : Entre Tentation Et Passion.

Un étudiant en art, Milas, décide de prendre son voisin Riki comme modèle pour un devoir noté. Le devoir ce fait a domicile et c'est un nu! En effet, Riki va devoir poser nu pour son jeune voisin et ca ne semble pas le déranger. Comment Milas va-t-il rester de marbre en face de ce belle apollon qu'est son voisin?

Proposée le 5/07/2021 par Lemon_ddo

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Couple, passion
Personnages: HH
Lieu: A la maison, intime
Type: Fantasme


Chapitre un : Dessin et chaud lapin.


Milas, vingt trois ans, étudiant en art, je bouge mon crayon special sketch, sur le papier blanc des formes se dessinent. Je jette un regard vers mon modèle, Riki, mon voisin depuis peu, un beau brun, aux yeux clairs et à la peau légèrement bronzé.


Il y a deux jours de ca, j'ai pris mon courage à deux mains et je lui ai proposer d'être mon modèle. Ainsi aujourd'hui nous somme dans mon appartement il est étendu sur mon canapé en cuir, je dessine son torse musclé, puis son superbe v avec minutie.


Vient le tour de sa verge, elle pointe vers le haut, d'où je suis je vois même ses veignes sortir, je continue mon dessin lorsque que je remarque une bosse à mon pantalon. Cette verge me fait de l'effet c'est normal après tout ce membre bien fournie à ma vue.. sans compter son gros gland qui a l'air si délicieux.


Mes pensées s'égarent alors que je poursuis mon dessin, je reproduis la verge sur le papier, avale ma salive et prend mon courage pour regarder à nouveau  vers ce bel étalon. Cette fois ci Riki arbore un sourire en coin, il met la main sur sa verge et la caresse. Je déglutis et rougis, ma bosse qui fait des siennes.


- Tu aimes ce que tu vois ? demande d'une voix grave Riki.


- Je.. Sans voix, je cache ma bosse.


- Laisse ton dessin et approche, toi aussi tu peux me la toucher, dit-il. Sa main continue à caresser son membre.


J'hésite, et pourtant je me lève et me dirige vers lui, cette homme dans la trentaine fait facile vingt-cinq ans à première vu, un homme encore inconnu pour moi il y a deux semaines de cela. Riki s'asseoit, il pose ses deux grands pieds au sol, écarte ses jambes poilus et tend son bras vers moi.


Une fois que je suis à portée de main, il attrape mon poignet et me met à genoux entre ses cuisses robuste. Son membre gonflé devant les yeux, il tapote son gland contre mes lèvres pulpeuses.


- Lèche et suce moi comme il faut et tu aura une récompenses, dit Riki, un sourire narquois au lèvres.


L'odeur de sa verge sous mon nez, le regard levé vers lui, je ne réponds pas de suite, j’entrouvre les lèvres et sors la langue, je lèche timidement son gland lisse.


- Ne me fais pas attendre sale gosse je sais depuis le premier jour que c'est ce que tu veux, affirme Riki. Il tapote ma langue avec son gland et continue de parler.
Une belle queue en bouche, tu en rêves, hein ?


Je me décide enfin à réagir et je retire sa main.


-Pas n'importe laquelle. La tienne, je lui réponds mon regard qui se lève vers son visage.
Laisse moi faire et n'oublie pas ma récompense.


Je prend son gland en bouche, il est chaud, je n'arrive pas à décrire son goût,  mais cela ne m'empêche pas de le suçoter, de faire passer ma langue tout autour. Riki frémit à chaque fois que je joue de ma langue.


Je jette à nouveau un regard vers lui de mes yeux bleus et descend mes lèvres sur sa verge gonflée, je le sens retenir ce qu'il ressent ; au lieu de ça il me fixe comme pour me montrer qui est le maître ici. J'aime ça.


Mes lèvres bougent ensuite de haut en bas, lentement. Riki grogne d'aller plus vite, je m'exécute. Je continue mes mouvements de lèvres vite, plus vite, je sens un genre de liquide sous ma langue. Riki a beau jouer le patron, il coule déjà. J'avale comme je le peux et j'accélère mes va-et-vient sur son membre gonflé et chaud, il passe sa main dans mes cheveux châtain blond, et lève sa tête, de faibles gémissement sortent de sa bouche.


Je passe ma main droite sous ses bourses et les caresse, les malaxe et prolonge mes va-et-vient buccaux. Riki mord sa lèvre, sur le point de venir. Il pousse ma tête sur son membre qui s'enfonce jusqu'à ma gorge, je dirige mes yeux qui louchent presque vers lui, serre ses bourses en main.


A bout de souffle il se lâche dans ma bouche. Je ferme les yeux et tape sa cuisse comme pour dire que je n'en peux plus. Riki, soulagé, me lâche. Je me retire. De la semence s'échappe de mes lèvres;  je tousse et reprends ma respiration. De la semence.. oui j'en ai avalé, le goût est âcre, mais pas si déplaisant que ce que l'on pense.


- Aah.. tu as des lèvres faites pour ça, et ce final, je m'en remets à peine, soupire Riki d'un air joueur.


- Je... ne vais pas dire que je n'ai pas aimé. Les joues rouge, j'essuie mes lèvres, le regard fuyant.


Riki prend ma main et me tire vers lui. Surpris, je me retrouve debout, le pantalon beige mouillé à l'entrejambe.


- Mouillé.. j'en étais sûr. Un vrai chaud lapin qui cache son jeu, dit Riki en riant.


Je lui donne une réponse sèche, les joues toujours aussi rouge.


- Tu vas te moquer de moi ? Vraiment.., je marmonne ces mots et devie le regard.

- Te fâche pas, beau gosse, ça m'excite de te voir comme ça. Me dit-il d'un air ludique.
C'est l'heure de la récompense.


Riki, caresse mon entrejambe humide.


- Il y a trop de tissu, enlève moi tout ça. Ordonne Riki.


Je frissonne à son toucher et sans me poser de questions mon corps réagit à sa demande, mes vêtements se retrouvent aux sol, en boxer blanc qui laisse paraître la forme de ma verge. Il me stoppe net et décide qu'il veut retirer ce dernier bout de tissu.


Riki joue avec le tour du caleçon ; je rougis de plus belle. Il le tire lentement vers le bas. Ma timidité refait surface, je n'ose pas le regarder. Il me rappelle à l'ordre  avec une claque sévère sur les fesses ; un gémissement s'échappe de ma bouche, à ma propre surprise.


- Voyez-vous ça... il aime les fessées ! ricane Riki qui retire le tissu noir.


Rouge, je le regarde. Il est en face de mon membre en érection. Nulle part où me cacher. Je le laisse regarder, lorsque je sens ses doigts glisser dans ma raie et se frayer un chemin vers mon anus.


- Je n'ai pas oublié ta récompense, héhé, dit Riki alors que ses doigts caressent mon orifice.

Les mots me manquent, je lutte pour ne pas gémir comme une fille de joie à de simples caresses. Il me regarde et enfonce un doigt en moi. Je baisse la tête et geins ; pas de douleur, mais une sensation tout autre. Riki bouge son doigt en moi ; je cherche un appui et finis par mettre mes mains sur ses larges épaules, mes gémissement étouffés. Riki prend ça comme un défi.


- Tu comptes te retenir longtemps ? On va voir ça, dit Riki.


Son doigt se met à faire des va-et-vient en moi. Je ne tiens plus ; je gémis, serre mes mains sur les épaules bronzées de Riki, mes pensées s'entremêlent.


- Pas assez fort, rétorque Riki. Il rit et lève mon menton pour que je le regarde dans les yeux.


Riki met un deuxième doigts en moi,  je gémis plus fort. Il me regarde devenir son jouet qui couine à chaque va-et-vient. Complètement à sa merci, je me tortille et essaye de formuler une phrase, mais impossible.


- Riki.. ah.. je vi.. À  bout de souffle, il prend mes lèvres.


Riki m'embrasse à pleine bouche, sa langue gesticule dans ma cavité buccale. Je n'en peux plus, je jouis, des petits jets blancs qui finissent au sol et coulent le long de mon membre.
Riki retire ses lèvres et ses doigts. Je tombe au sol à genoux, halète, le corps en feu, tandis que Riki admire son œuvre.


- Déjà fatigué ? Ce n'est que le début, mon mignon. Affirme Riki qui se lève.


Je lève la tête. Mes cheveux collés à mon front humide, je reprends à peine une respiration normale qu'il me relève. Il me place devant le canapé, baisse mon dos. Je mets de moi-même mes mains sur le coussin et jette un coup d'œil en arrière. Riki caresse mes fesses ; il attend de moi mon approbation pour continuer.


Il veut être le mâle des deux, celui qui donne les ordres ; mais pour la suite, pas de pénétration sans accord du partenaire. J'oublie l'espace d'une seconde son côté rustre et lui fais deux hochements de tête pour lui dire "Vas-y, ça me va, je te veux en moi". Je perçois sa langue passer sur ses lèvres.


Deux battements de cils et il me pénètre brusquement d'un coup sec. Mon gémissement est si fort que autres voisins pourraient l'avoir entendu. Je serre les poings. Riki, lui, laisse un soupir de plaisir se faire entendre.


- Des fesses faites pour ma queue ! S'exclame Riki qui me claque les fesses.


À chaque claque j'en veux plus. Il se retire et me pénètre brusquement une seconde fois. Je jouis encore, les jambes tremblantes.
Il me claque les fesses en disant ces quelques mots :


- Deux fois en même pas dix minutes ? Petit cochon, va !


J'ai la tête qui tourne et le bas-ventre en feu. Il se met a faire des va-et-vient rapides ; son bassin claque contre mes fesses. Je gémis encore et encore. Riki est en moi. J'ai l'impression qu'il va taper mon estomac avec sa grosse verge dure. Il attrape mes bras et les tire vers l'arrière.


Mon buste se relève ; je me fais pilonner par la plus grosse queue que j'ai jamais eue en moi. Chaud.. il me rend brûlant ! J'ai beau gémir son nom, il continue de me secouer sans répit. Riki tape profondément en moi et me remplit alors de son liquide chaud. Pris de spasmes, je gémis une dernière fois fortement et me retrouve sans voix.


- Aah, bon dieu, que c'est bon.. halète Riki qui se retire de moi.
Hum, tu as eu un orgasme sec, mon petit cochon ?


Je m'effondre sur le canapé, les fesses rougeâtre vers le haut, une sensation de vide en moi.


- Tu n'y es pas allé de main morte.. je lui réponds comme je peux, encore sous l'effet du plaisir intense qu'il m'a donné.


Riki se met sur le canapé et me tire à lui. Il me sourit en coin et, à ma grande surprise, dépose un baiser sur mes lèvres.

- Avec un petit cul comme le tien, dur de se retenir. Marmonne Riki.


Je trouve ça mignon, même s'il a un langage cru. Je vois sa main se mettre sur la mienne et entrelacer nos doigts. Ces gestes de tendresse après une baise si bestiale, je suis aux anges.
Bien sur mes fesses picote et mon trou brule légèrement, je me place plus à mon aise sur lui et me détend à ses côtés.


Cet après-midi-là, je suis allé au septième ciel et j'ai découvert une autre facette de ce voisin aux blagues douteuses, qui me plaît depuis la première fois que je l'ai aperçu monter ses meubles dans son appartement.


Chapitre deux : Shopping et Chaud lapin.


Deux pleines lune plus tard, nous ne sommes pas toujours revu. Riki est parti à l'étranger pour son boulot dans l'import-export. Tandis que moi j'ai mené ma vie d'étudiant, les cours, les devoirs, le dessin, les courses.


Bien sur il m'a laissé un numéro, il y a eu des messages et sextos échangés, mais avec le décalage horaire pas facile de communiquer avec Riki.


J'ai passé de nombreuses nuits à me toucher en pensant à ce que l'on a fait ensemble Riki et moi, sa verge en moi.. à chaque fois je me retrouve à me masturber frénétiquement.


Ce soir aussi, je me mets dans mon lit deux places, assis sur ma couette bleu à motifs de baleines, je prend ma verge en main et je la bouge de bas en haut, des gémissement sortent de ma bouche. Je glisse un doigt en moi et couine, c'est bon mais pas autant que lorsque Riki à jouer avec moi. J'enfonce un deuxième doigt et gémis le nom Riki à tue tête.


Mon corps brûlent de désir, je fais des pressions sur mon membre et agite de plus en plus ma main, ca monte je le sens.. j'éjacule dans un gémissement rauque. Pose mes mains moites sur ma couette et halète, les yeux vers le plafond, je me languis de Riki. Un plaisir solitaire c'est bon c'est sur, mais moi je veux qu'il revienne me prendre.. sauvagement. Dur de l'avouer. Fatigué de cette activité nocturne je m'endors une nouvelle journée qui m'attends demain.


Le lendemain, après mes cours du matin très barbant, je me retrouve au centre commercial, je ne suis pas seul je suis accompagné de Jean et Marco, deux amis proches.


Jean est plus grand que moi, il à les cheveux bruns en bataille et beau de piercings aux oreilles. Marco lui à des cheveux couleur noir corbeau, des taches de rousseurs sur le visage et on à la même taille.


Entre discussion sur nos cours, sur le dernier film d'horreur sortie au cinéma et les bavardages sur les personnes qu'on a en vu, notre midi à manger au Fast food est animé et passe à toute vitesse. À la fin du repas, je reçois un message, qui me demande ce que je fais et où je suis. C'est Riki, je lui réponds avec des détails que je suis au Liberty Mall avec deux potes qu'on mange au fast food avant d'aller faire les boutiques du côté du deuxième étage. Puis plus rien pas de réponse, bon je n'y prête pas plus attention que ca.


Plus tard, direction les magasins, je me sépare pour un moment de mes potes pour trouver de nouveaux caleçons, un charmant roux qui travaille dans le magasin où je suis entré viens à moi, il me drague ouvertement, flatté je discute un peu avec lui.


Soudainement, il regarde par dessus mon épaule, son visage qui devient pâle, je me retourne et vois Riki avec expression fermé.


- Il a déjà quelqu'un pour l'aider à choisir sa lingerie. Grogne Riki, il me prend par l'épaule et me colle a lui.


Le conseiller du magasin s'éloigne, les yeux écarquillés je ne comprends pas, je rêve ou quoi.


- Riki????! Je m'exclame, les regards qui se tournent vers nous. Que.. qu'est-ce  que tu fais la??


- Tu m'a dit ou tu étais. Je suis venue te trouver.. j'ai eu raison on dirais. Marmonne Riki qui ne le lâche pas d'un pouce.


Riki devant moi, je n'arrive pas à y croire, il est encore plus beau, plus bronzé et plus musclé qu'avant. Il à quand même l'air énervé.. Avant que je n'ouvre ma bouche il me tire dans une cabine et me plaque contre le mur.


- Alors comme ca on s'amuse avec des vendeurs.. ou même avec tes potes. Murmure Riki son côté jaloux qui ressort.


- Jaloux que je parle à d'autres? Je le taquine sans savoir ce qu'il m'attends.


Riki sourit en coin, et me retire mon haut, il me fait signe de me taire, et commence à me caresser le torse, il sort la langue et lèche mes fins mamelons qui se durcissent sous sa langue chaude. Je mords ma lèvre inférieure et ne laisse pas passer un son, son toucher, sa langue humide, je fonds..


Il descend sa main vers ma ceinture et la défait habillement,  il ouvre ma braguette et retire mon jeans denim. Sa langue parcours mes légers abdos, puis mon nombril et atteind mon bas ventre, je frémis sans pouvoir gémir à ma guise. Je mets le dos de ma main sur ma bouche, tandis que  Riki s'occupe de me retirer mon slip vert, je me demande ce qu'il compte faire de moi dans ce lieu public.


Toutes ces nuits à se toucher et à  espérer être toucher par Riki, le moment est venu. Un faible gémissement s'échappe, Riki à ma verge en main, il me masturbe et je me sens comme sur un nuage de plaisir.


- Cette queue est à moi. Susurre Riki à mon oreille. Compris Milas?


Je hoche de la tête, pour moi il n'y a que Riki, je ne veux que sa verge! Il agite sa main sur mon membre que c'est bon, je me sens déjà venir, il va me traiter de précoce mais je n'en peux déjà plus. Riki lèche et mordille mon oreille et accélére ses vas et viens. Je mords ma main, me cambre et jouis dans la main de Riki ma semence qui coule le long de son poignet.


- Trop mignon tu as été rapide, tu as peur qu'une personne nous trouve? Demande Riki qui ricane et nettoie sa main.


- Pas du tout.. j'ai attendu ca pendant longtemps.. je lui confie en reprenant mon souffle.


Je me baisse pour reprendre mon slip lorsque Riki me stoppe, je me redresse et il me regarde de bas en haut, il défait sa bragette et sort son magnifique membre bien dur et prêt a l'action. Je reste bouche bée, il veut sûrement que je m'occupe de lui.


- Je vais m'assurer que tu n'oublie pas la queue qui t'a fais hurler de plaisir. Dit Riki me soulevant contre le mur.


- Riki? Ici?? Je le questionne fébrilement, mon corps qui ne demande que ca.


Riki joue des sourcils, et m'assure que si je ne fais pas de bruit tout ira bien. Je sens la chaleur de sa verge approcher de mon anus, il me pénétre et je renverse ma tête vers l'arrière, tant de plaisir que mon membre se durcit et coule à nouveau.


Riki se félicite et entame des vas et viens qui me rendent fou, impossible de crier.. je passe mes bras autour de son cou et étouffe mes gémissements au possible. Riki me pilonne encore une fois mais cette position me donne encore plus de plaisir, je monte et descend sur sa verge gonflée et charnue. Mes halètements sont de plus en plus bruyant, Riki capture mes lèvres pour un baiser tout aussi intense.


Je me sens venir.. non je me retiens! Je me perds dans ce baiser langoureux, mes gémissements étouffés sont toujours présents.


Dans la cabine d'à côté un homme prend place, on l'entend défaire sa ceinture, Riki me décolle du mur et me fait rebondir sur lui, je me cambre, je vois blanc, c'est l'extase! Par je ne sais quel miracle je n'ai pas hurler mais je jouis,  Riki ne s'arrête pas au contraire!  Ma semence gicle entre nous. Il me fait rebondir frénétiquement et il fini par se vider en moi. Un ah est sortie de ma bouche, le voisin de cabine lève la tête et se demande ce que c'est.


Plus de bruit. Il reprend son essayage. Dans notre cabine je suis encore empaler sur Riki, les jambes qui tremblent, de la salive au menton. Riki se retire et me pose sur le mini banc de la cabine, il referme son pantalon et ramasse mes vêtements. Son regard vers moi dit tout, il m'a fait jouir dans un lieu public, je suis a lui.


Je ferme mes jambes , mon entrée humide qui coule, mon souffle normal qui revient tout doucement. Riki approche et me remet mes vêtements, il est si attentionné d'un coup. Il me fait ensuite des bisous dans le cou et me sussure à l'oreille que puisqu'il est de retour on pourra s'amuser chez moi ou chez lui. Cette idée.. me fait sourire. Mon Riki enfin à la maison!


Il m'aide à me relever mes fesses qui brûlent un peu, je sors en boitillant, le vendeur qui nous regardent de loin. J'ai honte.. Riki lui ca lui ai égal, il me prend par la taille et on quitte le magasin sans achat.


Curieux, Riki veux voir mes amis qui d'ailleurs m'ont laissés des messages pour me dire rendez-vous devant le cinéma. Perplexe et fatigué je décide de remettre leur rencontre à plus tard et de les prévenir de mon départ. C'est ainsi que nous sommes rentrés ensemble à l'appartement prendre une douche à deux.


Fin

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Anonyme
Magnifique !!!
Posté le 30/05/2023


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
La passion de Claire
Passion douloureuse
Passion dévorante
Les Liaisons Ardentes: La Passion Interdite de Charlotte et Tom
L’évolution de Céline – 4 – La tentation