Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Le jour où je suis devenue le jouet sexuel de mes amis - Partie 1

Le week-end passé, je suis allée chez des amis. Qui aurait cru que tout cela m'arriverait? Entre la soirée et la nuit chez eux, mes fantasmes, mes pensées et mes rêves, découvrez mon premier récit erotique posté sur ce site. N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez et, si ça vous plaît, je posterai la suite =)

Proposée le 7/10/2020 par Amy-Lee

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Jeu érotique
Personnages: 2CPL
Lieu: A la maison, intime
Type: Histoire vraie


C’était le week-end dernier. 


Il y a un peu plus d’un mois, je me suis séparée de mon compagnon avec qui je suis restée pendant un an. Nous vivions ensemble et cela a été très difficile pour moi, quand il m’a quittée. 


J’ai rencontré mon ex par le biais de mon ancienne meilleure amie, L, avec qui j’ai coupé les ponts depuis car elle avait un comportement que je n’appréciais pas. A l’époque, nous venions de rester en froid, pendant un an, et elle m’a présenté à son nouveau groupe d’amis. J’ai immédiatement eu un coup de foudre pour S. Pendant cette année de relation avec lui, j’ai aussi rencontré et sympathisé avec d’autres amis du groupe, notamment V, son compagnon D, et G, le meilleur ami de S et également le frère de V. Je ne peux pas nier que, même en étant hétérosexuelle, celle-ci m’attirait depuis presque le début de notre amitié. Bisexuelle, très gentille et douce, un corps pulpeux… Elle et D sont un couple très ouvert sexuellement, exhibitionniste et qui avaient déjà fait des choses avec L, à l’époque où ses agissements ne l’avaient pas encore exclue du groupe. J’avais, d’ailleurs, embrassé V, plusieurs fois, et toute personne qui aurait observé nos câlins aurait certainement dit que cela ne ressemblait pas qu’à des câlins d’amitié, pour le plus grand plaisir de son copain. Quant à G, cela avait toujours été très électrique entre nous, parce j’étais la seule qui osait le remettre à sa place, quand il dépassait les bornes de par ses paroles ou ses actions. Néanmoins, j’avais toujours été attirée par lui et faire un plan à 3 avec lui et S ne m’aurait pas déplu le moins du monde. Malheureusement, G ayant toujours volé les précédentes conquêtes de S (hormis moi, car je pense qu’il avait vu à quel point notre relation comptait pour chacun de nous deux), celui-ci ne se sentait pas à la hauteur et il était donc hors de question que son ami puisse profiter du corps de sa petite amie. Lors d’une soirée, G m’avait d’ailleurs embrassée et je lui avais rendu son baiser, quelques minutes plus tard. Ce n’était pas pour rien que nous surnommions G « Satan » ou ‘Judas » et S, « Jésus »… Evidemment, cela n’avait absolument pas plu à S, à qui j’avais tout avoué, et G et moi nous sommes confondus en excuses pour nos agissements, à la suite de cela. Il nous avait pardonnés, à la condition que cela ne se reproduise plus et nous avons respecté sa condition jusqu'à la fin de ma relation avec S. 


S m’a donc quittée, il y a un peu plus d’un mois. Au départ, je craignais de perdre mes amis mais, finalement, ceux-ci m’ont prouvé que ce n’était pas parce que je n’étais plus en couple que cela devait changer quelque chose à notre amitié. Ils avaient d’ailleurs tout fait pour essayer qu’on se remette ensemble, S et moi mais, malheureusement, cela n’avait pas fonctionné. Ils m’ont donc invitée, chez eux, le week-end dernier, du samedi soir au dimanche après-midi. Nous devions nous rendre dans le plus grand château gonflable extérieur temporaire d’Europe et j’étais sûre que nous allions beaucoup nous amuser. D’autant plus que, vu les circonstances, j’avais surtout envie de profiter de mon week-end et je savais que mes amis n’étaient pas les derniers pour s’amuser. En général, quand nous faisions la fête, cela se terminait souvent en jeux à boire, jeux de strip-tease et autres frivolités de ce genre. Nous surnommions, d’ailleurs, leur maison, « La Maison de la Dépravation » et cela nous faisait beaucoup rire. 


Nous nous sommes donc retrouvés, le samedi soir, devant le commissariat le plus proche de leur ville car l’emplacement était sûr pour que j’y laisse ma voiture. Je suis donc montée dans leur van, en route pour le château gonflable. V conduisait, D à coté d’elle et G à l’arrière. Quant à moi, je me trouvais à côté de D. Pendant le trajet, G ne pouvait pas s’empêcher de me caresser doucement les cheveux ou le bras. Malgré mes sentiments toujours persistants pour S, je le laissais faire, nous ne faisions rien de mal, après tout. Nous nous sommes beaucoup amusés dans le château gonflable, G et D devant, en train de courir et de se battre comme des enfants et V et moi derrière, essoufflées et prenant notre temps pour y arriver, car V a des problèmes de santé. Quant à moi, mesurant 1m50, les obstacles à franchir étaient parfois presque aussi hauts que moi et ce n’était donc pas si simple de franchir le parcours. Heureusement, mes amis étaient là pour m’aider. Une fois le parcours terminé, je leur ai payé un verre et puis nous sommes retournés là où nous avions laissé ma voiture. J’avais envie de sortir mais, vu la situation actuelle, tous les bars et discothèques étaient déjà fermés et nous serions, de toutes façons, plus tranquilles chez eux pour boire et faire la fête autant que nous le désirerions. Une fois arrivés à ma voiture, G est monté avec moi et D est resté avec V. En chemin, G et moi avons discuté de S, mais je lui ai aussi avoué que je n’aurais pas été contre le fait de faire un plan à 3 avec lui, lorsque S et moi étions encore ensemble… L’ambiance était un peu électrique et la discussion tendancieuse, et j’étais donc soulagée, une fois arrivée chez eux. Nous avons mis de la musique et nous avons bu un verre pendant que nous préparions le repas. Au fur et à mesure, l’ambiance se réchauffa et je me mis à danser sensuellement auprès de V. D, comme à son habitude, voulait se désaper toutes les 10 minutes, ce qui avait le don de nous exaspérer et, évidemment, les sujets de conversation devinrent de plus en plus tendancieux… Nous nous mîmes à table pour manger.


A SUIVRE.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

Histoire-Erotique.org lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Mind13
Bonjour et merci pour ce texte qui pose bien l’histoire à venir. Malheureusement je m’y perds un peu dans les initiales. Des prénoms à la place permettraient d’y voir plus clair.
Posté le 22/12/2020

Pongodu21
Merci pour ce joli texte. J'ai très envie de savoir la suite.
Posté le 10/10/2020


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Tante Lice devient mon jouet sexuel. 1
Tante Lice devient mon jouet sexuel 2
Tante Lice devient mon jouet sexuel 4
Tante Lice devient mon jouet sexuel 3
Ce soir où je suis devenue une salope (fin)