Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

La fille à la robe jaune

C'est ma toute première histoire postée ici, tout commentaire pour faire évoluer le style d'écriture est le bienvenu. On y découvre Margot, une étudiante, dont la rencontre avec une jolie blonde va perturber le déroulement prévu de sa journée.

Proposée le 20/01/2019 par Dragoncita

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Couple, passion
Personnages: FFH
Lieu: A la maison, intime
Type: Roman

Margot a 21 ans. Cette petite brune est étudiante en licence de droit et en cette journée de juin, l’université a commencé à bien se vider. Beaucoup sont déjà en vacances, mais ce n’est pas son cas : elle doit passer par une épreuve de rattrapage afin de valider son semestre.

Après une légère grasse matinée, elle prend la direction de la bibliothèque universitaire afin d’aller travailler. De bonne humeur, le trajet sous un grand soleil s’achève en entrant dans le bâtiment. Elle doit à présent gravir les 47 marches, qu’elle avait déjà comptées une fois, s’ennuyant quelque peu dans une journée où sa motivation était moindre. Elle avait enlevé ses lunettes de soleil, mais elle est presque obligée de les remettre, la grande fenêtre du hall donnant exactement sur ce grand escalier.

Cependant, son attention s’attire sur autre chose. Une autre étudiante, sans doute un peu pressée, la double. Ce n’est pas tant elle qu’elle remarque que sa tenue : une petite robe jaune, rendue partiellement transparente par l’intensité des rayons. Mais surtout, un soutien-gorge noir clairement visible, mais à sa grande surprise : rien en bas.

Après s’être délecté de cet aperçu d’une belle paire de fesses (Margot est hétérosexuelle, mais elle a déjà connu deux expériences lesbiennes par le passé), elle s’installe à une table. Elle sort ses cahiers et ses livres, puis se plonge dedans. La concentration est telle qu’elle ne remarque pas la blonde s’asseyant proche d’elle. En face, légèrement à sa droite, sur une table pouvant accueillir jusqu’à 8 personnes, même si elles ne sont qu’à deux en cette tardive matinée.

La communication entre les deux se limite à une demande de cette grande blonde à Margot d’une agrafeuse, afin de regrouper ses documents. C’est alors qu’elle remarque que la fille en face d’elle est celle qu’elle a croisé dans l’escalier. Margot rougit légèrement et a du mal à se reconcentrer. Fort heureusement pour ses examens, la robe jaune s’en va peu de temps après, laissant à nouveau dévoiler une vue agréable, qui perturbe à nouveau Margot.

Une heure et demi se passe et le travail a pu reprendre. Il est désormais bien passé midi et il est temps d’aller manger. Margot a rangé ses affaires dans son sac et part s’acheter un sandwich. Connaissant bien les lieux, elle n’hésite pas à couper par des petits chemins dans l’herbe entre des bâtiments, dessinés par les seuls étudiants n’ayant pas envie de les contourner et dans lesquels ont devine quelques lignes de terre, où l’herbe ne pousse plus.

Soudainement, elle croise à nouveau la blonde à la robe jaune dans une allée. Elle est au téléphone et semble énervée. Margot ralentit le rythme, étant curieuse de ce qu’elle peut bien raconter. De loin, elle surprend un « tu fais chier à me la cacher à chaque fois ». D’un sourire légèrement moqueur, Margot pense comprendre de quoi elle parle.

Pas un mot lorsqu’elle la passe, mais elle entend ensuite un « si quelqu’un d’autre que toi me dit que j’ai de belles fesses aujourd’hui, je couche avec ! » Margot se retourne alors brièvement pour dire « tu as de belles fesses », puis elle se retourne de nouveau, continuant son chemin le sourire aux lèvres.

Personne devant elle au snack, elle revient vite sur ses pas avec son repas dans son sac à dos et recroise sa nouvelle connaissance. Elle est de dos et vient de ranger son téléphone dans son sac à main. « Alors, on couche quand ensemble » lui demande Margot. La fille se retourne alors d’un air un peu hébété. « C’est ton petit copain qui t’a caché ta culotte, c’est ça ? ». L’air hébété devient alors un peu plus intrigué.

« Comment sais-tu ça ? » lui demande-t-elle. Margot lui raconte alors la vue qu’elle a pu admirer quelques heures plus tôt, avant de répéter sa demande. Un peu gênée, la fille à la robe jaune lui dit qu’elle n’est pas disponible, tout en cherchant ses mots et en bafouillant. Margot a le dessus et son côté provocateur l’emporte un peu. Elle ne cherche pas absolument à coucher avec cette fille, mais elle s’amuse de la situation.

Tant bien que mal, cette fille cherche à partir. Margot lui propose de lui laisser son numéro de téléphone, ce qui lui est refusé, faute de papier pour écrire ce numéro dans son sac à main. Margot ouvre alors son sac à dos et y prend un stylo noir. D’un tel entrain que la fille en face d’elle n’a pas su comment réagir, elle lève la courte robe pour aller écrire son 06 sur la fesse gauche, suivi de son prénom et d’un petit cœur. Margot range alors son crayon et s’en va, la quittant sur un amical « à bientôt ».

Le visage de cette grande blonde, rougit alors. Ses yeux verts semblent à mi-chemin entre l’énervement et la honte, mais Margot ne les voit pas, ne se retournant même pas. En effet, passé cette petite récréation, elle à un sandwich à avaler et encore quelques textes à étudier. Elle se pose tranquillement sur un banc devant la bibliothèque pour manger, rigolant en repensant à ce qui vient de se passer, avant de retourner travailler.

Alors que cela fait presque une heure qu’elle est à nouveau dans ses livres, son téléphone vibre. Elle regarde brièvement et remarque qu’elle a reçu une image d’un destinataire inconnu. Elle n’y prête pas attention dans un premier temps, mais se demande ensuite : et si c’était elle ? Dans la précipitation, elle fait tomber son téléphone au sol. Elle le ramasser et n’est pas encore assise sur la chaise lorsqu’elle aperçoit le contenu de l’image : la fesse de la jolie blonde, sans la robe cette fois, avec le numéro de téléphone partiellement masqué par ce qui semble être du sperme.

L’assurance dans la situation semble avoir changé de camp le temps d’un instant, mais Margot se ressaisit et envoie l’emoji bisou, afin de tâter le terrain et de voir la réaction. Celle-ci est imminente : une adresse, suivi des mots « viens vite ». Margot est alors hésitante, mais elle se dit que la rue est à mi-chemin entre l’université et son appartement : elle tente le coup.

Sur la route, elle trouve autant de raison de continuer que de rebrousser chemin. Elle gamberge, mais se retrouve vite devant l’immeuble. Elle regarde la sonnette et hésite de plus en plus, jusqu’à ce que la porte s’ouvre. Elle a peur de ce qu’il y a derrière, mais c’est simplement une personne âgée avec son cabas et son chien, sortant probablement faire les courses. Elle la laisse passer, puis profite que la porte soit ouverte pour entrer.

Trois étages à monter, elle se dit que cela lui permettra de prendre sa décision, mais ce n’est pas assez. Elle reste bloquée un moment devant la porte, sans oser frapper. Là encore, la porte s’ouvre sans qu’elle ait eu à faire de choix. Elle avait du être remarquée par le bruit grinçant de l’escalier, puis par le judas de la porte. « Bonjour, Margot c’est ça ? » lui demande alors un homme brun, d’une tête de plus qu’elle et dont le torse galbé est nettement visible, puisque celui-ci ne porte qu’un caleçon.

Ce n’est pas ce qu’elle attendait, mais elle entend du bruit dans la salle de bain et voit une robe jaune posée sur le canapé. « Tu as croisé Lucie tout à l’heure, elle t’attend » lui dit le mystérieux inconnu en l’invitant à rentrer. Une fois que Margot a passé la porte, il lui dit « au fait, moi c’est Jules ». Alors que la porte se referme derrière eux, Margot voit arriver devant elle Lucie, dont elle connait enfin le nom, en tenue d’Êve.

D’un ton nettement plus assuré que précédemment, elle va droit vers Margot, lui empoigne les fesses au travers de son jean, puis l’embrasse langoureusement. Elle la relâche ensuite en lui disant « j’ai la réponse à ta question de tout à l’heure : c’est maintenant qu’on couche ensemble ». Margot est surprise, mais pas déplue par la situation et dans ses yeux marrons, on commence à voir l’excitation monter en elle. Quelques mots s’échangent alors entre les deux femmes. Margot est surtout curieuse du rôle qu’aura Jules dans tout ça, mais Lucie lui fait comprendre qu’il aura le rôle que choisit Margot, qu’ils ont l’habitude de cela, mais qu’au minimum, il se contentera de regarder en se masturbant.

La température monte alors dans la pièce, un verre est servi à Margot pour qu’elle se détende. Elle ôte même son t-shirt et son soutien-gorge, laissant dévoiler une poitrine assez généreuse pour quelqu’un de son gabarit. Assise dans le canapé, elle voit Lucie venir vers elle, allongée sur le ventre pour lui embrasser tendrement les têtons. Jules approche alors sa chaise et caresse son sexe au-dessus de son caleçon, tout en caressant de l’autre main les fesses de sa copine. « Ne t’en fais pas, tant que tu ne dis rien, il ne te touchera pas » dit alors Lucie à Margot, afin de la rassurer, tout en glissant une main dans son pantalon.

En moins de temps qu’il en faut pour le dire, Margot se retrouve nue et sur son clitoris, la main de Lucie est bientôt remplacée par sa bouche. Les allées et venues entre le clitoris et la vulve font jouir en un instant Margot. Pendant qu’elle hurle de bonheur, elle remarque que Jules est également nu, avec son sexe bien en main.

Le cunnilingus ne stoppe qu’ lorsqu’il tapote les fesses de Lucie. Elle a compris ce qu’il veut lui dire : il est sur le point d’éjaculer. Elle se dirige alors rapidement vers son sexe, l’empoigne et le met en bouche. Un râle très grave se fait alors entendre, pendant que Lucie se délecte de tout ceci.

Un temps mise de côté, Margot reprend vite du poil de la bête. Alors que Jules est complètement affalé dans sa chaise et Lucie les fesses en l’air en train de le sucer, elle se dirige vers le postérieur de Lucie. Elle y aperçoit encore des restes de ce qu’elle avait écrit, puis l’embrasse. Les baisers sont multiples et concerne autant les fesses que le sexe ou l’anus de Lucie.

Cette dernière écarte alors délicatement les cuisses afin que la tête de Margot puisse mieux s’y installer. Sa langue a ainsi plus de place pour donner plus de plaisir. Lucie en prend tellement qu’elle commence à délaisser son compagnon. Inconsciemment au départ, puis sciemment ensuite, elle se place entièrement sur le canapé, afin de savourer les sensations que lui procurent la bouche, la langue et les doigts de Margot.

Voyant sa copine se faire lécher le clitoris et doigter l’anus, Jules commence à nouveau à se masturber. Il a certes déjà joui une fois dans la bouche de Lucie, mais a encore du stock. Margot lui fait alors signe de venir. Alors qu’il commence à s’approcher de ses parties intimes, elle lui fait signe de s’approcher plutôt de celles de Lucie.

Il réussit alors à se positionner, avec un pied au sol et l’autre sur le dossier du canapé, puis il pénètre le vagin de Lucie pendant que Margot lèche son clitoris. Dans les mouvements du bassin honnêtement maladroit vu la position bancale, le pénis de Jules entre parfois dans la bouche de Margot, ce qui ne la déplait pas.

Jules refait alors le tapotement de sa main. Cette fois sur l’épaule de Margot. Elle a compris, mais lorsqu’elle prend en main ce volumineux sexe érigé pour elle, elle le remonte un peu pour l’insérer dans l’anus de Lucie, avant de pousser son bassin vers celui-ci. Elle dicte alors cette sodomie entre les deux amants tout en se délectant de la scène.

Après avoir vu Jules et Lucie jouir ensemble, elle nettoie d’un coup de langue les quelques gouttes de sperme restant au bout du sexe de Jules et dégoulinant de l’anus de Lucie. Les trois s’échangent alors quelques baisers dans cet intime moment de relâchement.

S’en suit alors une douche, curieusement platonique après ce qui vient de se dérouler. Quelques minutes plus tard, c’est déjà le moment de se dire au revoir, avec une bise des plus classiques, mais Margot leur dit avec un grand sourire « si vous voulez me revoir, vous avez mon numéro ».


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aramis31
J'adore ! Histoire très bien racontée et terriblement excitante ! J'adore le jeu au début entre Margot et Lucie ! Vivement une suite !
Posté le 20/01/2019


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
La petite robe jaune et le sweat noir
Ma tante, sa fille et moi
Une fille spéciale
Nicole et sa fille
Nicole et sa fille 4