Les auto stoppeurs

Comment rendre service, est bien récompensé ! Histoire fantasmée d'un voyageur...

Proposée le 9/01/2017 par cupidon

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Nympho, vicieuse
Personnages: FHH
Lieu: A la maison, intime
Type: Fantasme

L’avion vient de se poser, je poussais un soupir de lassitude, la semaine avait été dure et j’étais content de rentrer chez moi-même si personne ne m’y attendait.

Je débarquais dans les premiers passagers et je filai récupérer mon bagage. Dans la salle, tout en attendant avec impatience mes affaires, je regardai mes éphémères compagnons de vol.

Je fus attiré par une superbe fille brune aux cheveux longs, vêtue d’un jean moulant et d’un débardeur à fines bretelles sous lequel dardaient deux insolents tétons. Elle était accompagnée d’un jeune éphèbe blond qui consultait un guide de voyage, l’air embarrassé. Il dit quelques mots à sa compagne qui eut l’air excédé. Elle regarda autour d’elle, m’aperçut et se dirigea vers moi.
Excusez moi, nous cherchons le camping du cèdre bleu
Je le connais, il est à une dizaine de kilomètres d’ici sur la route qui longe le lac, il faudra prendre un taxi pour y aller, le bus part vers la ville.

Elle fit la moue, ce qui la rendit encore plus attirante et m’expliqua que le budget de leurs vacances était compté et que cette dépense n’était pas prévue.
Profitant de l’occasion, je me proposai de les déposer puisque je passai devant pour rentrer chez moi. Elle accepta avec joie et héla son ami.

Les bagages récupérés et chargés, nous prîmes la route. Elle s’assit à coté de moi et se mit à me raconter leur projet de séjour, ignorant tout à fait son compagnon jusqu’à l’arrivée devant le camping. Elle s'aperçut la première qu'il était fermé en ce début de saison, et s’en prit alors vertement à son ami qui penaud ne savait plus que balbutier une suite d’onomatopées.

Bon prince et surtout séduit par la beauté de la diablesse, je leur proposai de les héberger cette nuit, ce qu’elle accepta aussitôt sans daigner demander l’avis du blondinet.

Arrivés chez moi, je les dirigeai vers la chambre d'amis et leur donnai les draps et couvertures pour qu'ils puissent s'installer. Je leur proposai un verre et un petit quelque chose à grignoter, la fille refusa presque sèchement et invoqua une subite fatigue pour pouvoir gagner son lit.

Je les saluai et me rendit un peu déçu dans ma chambre, tout en jalousant Rodolphe (l'éphèbe blond) qui allait caresser et même faire l'amour à Julia (la diablesse brune) ... à condition qu'il réussisse à calmer sa mauvaise humeur.

Comme d'habitude je me mis nu (je ne dors jamais autrement), je commençai à caresser mon membre excité par cette superbe femelle sexy. Je me calmais rapidement, frustré par une pauvre masturbation alors que j'avais imaginé (sottement, j'en conviens) une soirée plus chaude !
Fatigué, je sombrais rapidement dans un profond sommeil.

Le bruit de la porte me réveilla, j'ouvris les yeux un peu hébété et à la lumière de la pleine lune j'aperçus une fille qui s'approchait. Tout à fait éveillé par cette vision je vis Julia nue devant moi. Elle se pencha, alluma la lampe de chevet, manipula le variateur pour obtenir une douce lumière, révélant ainsi un corps sublime. Je n'avais pas souvent vue une aussi belle fille, jambes longues et musclées, peau mate, cheveux noirs tombant sur ses épaules fines. Ses seins étaient superbes, de petite taille, délicieusement fermes et ronds. Les tétons étaient gros et longs majestueusement dressés. Son minou était très poilu (j'adore...) et formait un triangle touffu dont je devinais la forte odeur.

Elle écarta la couverture et murmura « superbe, tu bandes déjà » tout en s'agenouillant sur le bord du lit et en prenant ma queue en bouche. Ce fut délicieux, elle suçait fougueusement puis lentement, passait sa langue le long de mon membre puis l'enfournait intégralement avant de jouer avec mon gland.

Je voulus me glisser entre ses cuisses pour humer et lécher sa chatte, mais elle arrêta aussitôt sa fellation. « Baise moi, maintenant et fort » m'intima-t-elle ! ». Elle se mit en levrette et pris ma bite en main pour la guider dans sa chatte. Elle était étroite et humide, son odeur de femelle excitée m'arrivait à chaque coup de queue augmentant sans cesse mon désir. Elle se mit à gémir puis à crier de plus en plus fort et au rythme de mes assauts, j'alternais des mouvements profonds et lents et des coups plus rapides. J'admirais son petit cul ferme, j'y passais les mains, j'insinuais les doigts à proximité de son anus. Je sentais la toison qui ornait son petit trou et je bandai encore plus fort. J'accentuai la pression de mon index et je pénétrai sans trop forcer sa rondelle, elle cria encore un peu plus tout en poussant son cul vers moi, je la pénétrai au plus profond de ma queue et de mon doigt et nous explosâmes tous les deux. Vidés, épuisés, nous nous sommes laissés tombés sur le lit ma queue encore raide dans son vagin.

Quelques minutes se sont écoulées, je lui demandai :
Que vas penser ton mec, tu l'as drogué ?
Ce n'est pas mon mec, comme tu dis ....
....
C'est un pote et il n'aime pas les filles
Homo ?
Et oui, pas de chance pour moi, j'aime le cul et je pars en vacances avec un garçon qui aime les hommes !
Pas de chance ... sauf pour moi
Lèches moi, j'ai du retard à rattraper ....

Je m'exécutai immédiatement et j'enfouis mon visage entre ses cuisses laissant ma bite au dessus de ses lèvres avec l'espoir d'une nouvelle fellation !

Nous commençames alors un long échange de caresses buccales, je faisais courir ma langue sur ses lèvres, remontant doucement sur toute la longueur de sa fente, m'attardant sur son clitoris. Elle sentait très fort, l'odeur était délicieusement érotique, je bandais à en avoir mal. Au bout d'un moment mes caresses se précisaient et je happais son petit bouton, elle eu plusieurs spasmes de jouissance et éjacula contre mon visage. Elle était de ses rares filles à avoir l'orgasme aussi copieux, elle avait véritablement inondé mon visage. Elle avait lâché ma queue pour exprimer bruyamment son plaisir, elle me fit dégager de son corps. Elle prit ses jambes avec les mains et bascula son bassin vers l'arrière.
Encules moi, tu l'as bien mérité,

Je ne me fis pas prier et j'approchai mon gros gland de son petit trou humide. J'appuyai doucement et je la pénétrai sans effort jusqu'à ce que mes couilles touchent ses fesses. A nouveau, j'attaquais ce délicieux va et vient profitant de ce cul offert et de la vue de cette superbe femelle, seins dressés, chatte humide, haletant puis criant encore de plaisir. Je jouis en elle, vidant mon sperme dans une extase rarement atteinte.
Je ne me souviens de rien ensuite, ni comment je suis sorti de son cul, ni comment je me suis retrouvé tête bêche avec elle endormi ma tête entre ses cuisses et la sienne entre les miennes.

Je me suis éveillé ainsi, émerveillé par l'odeur qui exhalait d'elle et par la vue de son corps. J'ai bougé doucement pour ne pas la déranger et je suis aller boire un peu d'eau à la cuisine.
Il faisait encore nuit et je manquais de peu Rodolphe qui était lui aussi debout dans l'obscurité du couloir. Il poussa la porte de la chambre d'ami et m'attira à l'intérieur. Sans un mot, il commença à me toucher les bras, puis les épaules, il avança une main vers mon ventre, se hasarda sur mon pubis. Son autre main effleura mon membre mou puis se saisit de mes testicules, je me mis à bander fortement. Je n'avais jamais été touché par un homme et j'étais excité par ce contact. Moi aussi je le touchais, il était torse nu, ma main entra dans son caleçon et saisit sa bite tendu. Sa queue était dure, il était intégralement rasé, ses couilles étaient lisses. Je glissai un doigt entre ses fesses, sa raie aussi était soigneusement épilée. Curieux couple, la fille avait chatte et cul poilue et lui était sans un poil !

Il se mit à genoux et engloutit ma bite enflée. J'étais imprégnée de la forte odeur de Julia, mais Rodolphe ne semblait pas dérangé par ces remugles de femelle en chaleur.

Je n'y tins plus et je le poussai vers le lit, je passai sur lui écartant ses jambes pour avaler sa queue tout en lui présentant à nouveau la mienne. Cette double fellation m'excitait, je n'avais jamais sucer une bite et je m'acharnais sur la sienne. Il bougeait son bassin en rythme et rapidement, il abandonna mon dard pour gémir à son aise et se vider les couilles dans ma bouche. Il ne s'était pas toucher depuis longtemps si j'en juge par la quantité de sperme que j'avalais.

Spontanément, il se mit en levrette et écarta ses fesses avec ses mains, je regardai son trou de cul glabre avant de le lécher pour le lubrifier un peu. J'approchai mon gland ; un mec lubrifie moins qu'une fille et il fallut que j'insiste pour entrer (je n'ai pas une queue monstrueuse, mais elle est épaisse). Je ressortit mon engin et prenant Rodolphe par les cheveux, je lui fit à nouveau sucer la bite qui venait d'explorer son cul après avoir visiter la chatte et le cul de Julia. Il me suça avec entrain et force salive.

J'humectai ensuite son trou de cul avant d'y remettre ma bite épaisse. Bien graissé, je me mis à aller et venir avec facilité. Je passais la main sur ses couilles et je fus surpris de le sentir à nouveau bandé... manifestement il aimait se faire enculer. Je me vidai en lui (je ne devais plus avoir grand chose) dans un cri de jouissance.

Mes deux auto stoppeurs ont finalement passé leurs vacances chez moi et les jours et les nuits furent torrides !


Laisser un commentaire / une note :
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
L'auto-stoppeuse
L'auto-stoppeur 1
Un cours d'auto-école