La pension 02

Le professeur découvre les secrets de l'infirmière. Il donne sa première punition à la jeune Isabelle pour s'être masturbée pendant le cours.

Proposée le 1/01/2017 par Donatien

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Femme dominée
Personnages: FH
Lieu: Inclassable
Type: Roman

19 octobre 1964. Dimanche. Trois jours sans tenir mon journal, cela ne m’était pas arrivé depuis longtemps.
J’ai déjà à peu près abandonné mes stations dans les combles. La chance qui m’avait servi la première fois ne s’est plus présentée, et regarder les filles se soulager a vite cessé de m’amuser.
Le dimanche est arrivé, et le château s’est vidé en grande partie. Le règlement impose aux parents de reprendre leur progéniture au moins le premier dimanche du mois.

Le samedi après-midi, les cours sont suspendus. Les voitures défilent dans la cour et un autocar emporte une partie des élèves jusqu’à la gare du bourg le plus proche. Seules restent les sœurs dans un bâtiment séparé où personne d’autre n’entre, Maheux et sa femme, et moi qui n’ai pas d’autre endroit où aller. J’ai essayé les cafés du bourg, les joueurs de cartes m’y ont dévisagé comme une bête curieuse.

Je me suis souvenu de la trappe dans les combles. J’ai rendu la clé à Maheux, mais je n’ai pas fermé la porte. Il y a peu de chance que quelqu’un vérifie.
J’ai trouvé la trappe presque scellée par la poussière. Personne n’avait dû la soulever depuis des décennies. J’ai tout de même réussi à l’ouvrir. Comme je le prévoyais, elle donnait sur une échelle de meunier. Je suis descendu, me suis retrouvé dans un réduit obscur. La seule porte était fermée à clé. À la lumière de mon briquet j’ai trouvé la serrure. Deux vis à défaire pour démonter la gâche. Mon couteau suisse a fait l’affaire. Dix minutes plus tard je clignais des yeux sur un palier, juste en face du dortoir des terminales. J’ai reconnu les cabinets, j’ai même repéré le trou presque invisible creusé par Maheux. J’ai compris pourquoi aucun judas ne donnait sur les douches, le plafond trop délabré avait été doublé. Je suis entré dans le dortoir. Les lits étaient faits au carré, le sol ciré. Toutes les corvées incombent évidemment aux élèves.

J’ai visité quelques armoires, aucune n’était fermée à clé, le règlement l’interdit. J’ai comparé les fumets des culottes oubliées, toutes en coton blanc règlementaire, et marquées au fil rouge au nom de la pensionnaire, depuis la fragrance discrète jusqu’à l’odeur âcre du pipi d’une semaine. J’ai découvert l’armoire d’Ambre, ses dessous marqués de sécrétions vaginales. Excité par tous ces reniflages, j’ai entouré ma verge de la culotte souillée d’Ambre et j’ai mêlé mon sperme aux traces blanchâtres de sa mouille.

J’ai continué ma visite dans les dortoirs des premières et des secondes. J’ai trouvé l’armoire de la petite Eulalie, qu’on a sans doute mise là en raison de son âge. Celle-ci, je l’ai explorée à fond. Peu de choses, quelques vêtements, ses petites culottes dont aucune hélas déjà portée. Trois livres : Huysmans, quelle lecture étrange pour une jeune fille, Louÿs et les Chants de Maldoror. J’ai glissé ma main sous l’étagère. Retenues par des épingles fichées dans le bois, deux cartes postales du début du siècle. Une femme grasse en corset chevauchant un homme moustachu, on voyait le membre disparaître dans une forêt de poils noirs, la femme levait les yeux au ciel comme une sainte en extase. Dans l’autre la femme prenait un air inspiré pour gober le bout de la pine du type. Les images étaient usées par de nombreuses manipulations.

J’ai imaginé la petite Eulalie en train d’épuiser son imagination sur ces images trop vues. J’étais attendri et excité en même temps, malgré ma décharge récente. Cette petite m’inspire de plus en plus. Comment faire pour l’approcher ? J’ai raccroché les images le mieux possible. Elle va peut-être s’apercevoir quand même que quelqu’un y a touché.
Une autre porte sur le palier. Fermée à clé mais la clé est suspendue à un clou. Je l’ouvre. Une grande chambre assez confortable. Un tapis par terre, des rideaux, un couvre-lit de velours bleu, une armoire. Sur la commode un portrait de communiante en prière ornée d’un rameau de buis bénit. Je reconnais Melle Bernier enfant.

J’ouvre ses tiroirs, tous méticuleusement rangés, aussi je ne fais qu’effleurer les vêtements du bout des doigts. Melle Bernier ne porte que de la soie sous ses robes grises. Son maigre salaire doit à peine y suffire. Un paquet de lettres nouées d’une faveur bleue. Elles aussi ont été manipulées bien des fois, elles se déchirent aux coutures. Le cachet de la poste date de cinq ans. Je n’ose pas défaire le nœud. Quelque amour inabouti. La demoiselle se dessèche dans le regret. Son prénom est Violette.

Un réduit étroit jouxte la chambre. J’y découvre un laboratoire de photo au grand complet. Des tirages accrochés au mur : des vues du château, des paysages. La qualité n’est pas mauvaise.
Je retourne dans la chambre. Violette n’a-t-elle donc aucun secret ? Je glisse mes doigts dans tous les recoins. Sur l’armoire, une grosse enveloppe. Je l’ouvre. Une vingtaine de tirages encore, 30 x 40, sur papier glacé. Tous représentent des culs de jeunes filles. Il y en a de toutes les formes, des gros un peu mous aux petites fesses dures et garçonnières, certains sont splendides. Tous sont zébrés des traces d’une récente correction, marqués à des degrés divers avec des engins variés, martinet à plusieurs lanières, règle plate ou badine de jonc, photographiés avec une précision clinique.
J’imagine un instant que Violette a rassemblé ces documents pour dénoncer les sévices, mais la pose, toujours la même, me détrompe vite.

Les jeunes filles sont à genoux sur une table d’examen, le visage posé sur le drap, les fesses tendues en arrière et les jambes légèrement écartées. Les images sont très bien éclairées, probablement par un flash indirect. Sur beaucoup l’anus est visible, sur tous la vulve plus ou moins cachée par la toison. Certaines sont presque imberbes, sur l’une de celles-ci on voit très bien que les lèvres du vagin débordent d’un flot de mouille en train de sécher.

Je glisse le cliché sous mon chandail avant de remettre le tout en place. Un dernier passage de mes doigts sur le haut de l’armoire et je découvre un objet bien intéressant. C’est un cierge long et mince dont l’extrémité a été arrondie. La substance grasse qui le recouvre et quelques traces brunes ne laissent guère de doute sur son utilisation. Je cherche en vain un autre instrument plus adapté à la pénétration du vagin de la demoiselle, mais rien. Serait-elle vierge malgré ses trente ans passés ? Cela ne m’étonnerait guère.

En tout cas je bande à nouveau et l’idée de me soulager dans cette chambre me plaît assez. L’air est doux, sans doute le poêle de porcelaine n’a-t-il pas encore totalement refroidi. Je me déshabille entièrement et me masturbe lentement en arpentant la pièce. L’idée me vient de faire usage du cierge de Violette sur moi-même. Je le tiens au sol, cherche ma rosette et me laisse doucement descendre, appréciant l’intrusion dans mon œillet sensible. Je me relève, vingt centimètres du godemiché improvisé toujours fichés dans mon cul et je vais lâcher une décharge encore fort satisfaisante sur l’oreiller de Mlle Bernier.

21 octobre 1964. J’ai donné ma première punition aujourd’hui. La mère supérieure, en me croisant ce matin m’avait fait la remarque que mes classes se dissipaient, ce qui est faux. Que la douceur était une faiblesse, que la discipline était une valeur de l’établissement, etc.

Le message était clair. J’ai saisi le premier prétexte, un devoir visiblement bâclé, pour punir Isabelle, une élève de seconde que j’avais repérée depuis longtemps. Une brune à couettes, seize ans, presque pas de seins, mais un postérieur qui fait danser sa jupette. Je n’ai pas réussi à la prendre sur le fait et j’ignore comment elle s’y prend, mais je sais qu’elle se touche pendant mes cours. Hier je suis passé près d’elle alors qu’elle tripotait ses couettes. Je me suis penché comme pour lire ses notes et j’ai nettement senti sur ses doigts l’odeur marine d’un sexe féminin.

Elle n’est sans doute pas la seule. Lorsque je me retourne après avoir écrit un moment au tableau, elle a invariablement les joues rouges et les yeux brillants. C’est un tel moment que j’ai choisi pour la corriger. J’avais écrit une longue citation au tableau, en prenant mon temps pour arrondir ma calligraphie. Je me suis brusquement retourné au milieu d’un mot. J’ai vu qu’elle reposait prestement sa main sur son pupitre.
— Mademoiselle Duval !
Elle a sursauté, ses joues sont devenues écarlates.
— Venez sur l’estrade.
Elle s’est levée et s’est avancée, tremblant de tous ses membres. J’ai pris sa copie sur la pile et l’ai posée devant elle. Deux minces paragraphes balafrés de rouge.
— Que diriez-vous de ce devoir, Mademoiselle Duval ?
La classe entière retenait son souffle. Isabelle semblait perdue. L’avais-je surprise à se masturber ou le devoir était-il la vraie raison ?
— C’est insuffisant, Monsieur, a-t-elle fini par murmurer.
— En effet. Deux solutions s’offrent à moi. Noter ce torchon pour ce qu’il vaut, et faire chuter votre moyenne qui n’en n’a pas besoin, ou vous donner une punition. Je vous donne le choix.
— La punition, Monsieur.
J’étais désormais au pied du mur. Je m’y étais mis moi-même.
— Et à combien estimez-vous la chose, Mademoiselle.
Elle m’a regardé en face sans ciller. Il y avait de la crainte mais aussi de l’excitation dans ses yeux noirs. J’étais certain que son petit coquillage était mouillé.
— Dix, deuxième catégorie.

J’ignorais totalement ce que signifiait « deuxième catégorie », mais elle connaissait le cérémonial. Elle est allée elle-même chercher la règle du tableau, a soufflé dessus pour en faire partir la poussière de craie et ma l’a mise dans les mains, les yeux baissés. Puis elle a relevé sa jupe, l’a roulée soigneusement dans la ceinture et a pris la pose, le menton dans ses mains sur le bord du bureau. J’ai compris que la deuxième catégorie éliminait la protection de la jupe.

J’ai constaté qu’Isabelle prenait la pose avec beaucoup de grâce, les fesses bien tendues en arrière, le creux des reins bien cambré, les pieds légèrement écartés. Ses fesses étaient petites mais bien rondes, moulées dans une culotte qui avait dû passer bien des fois à la lessive, trop petite et dont les coutures lâchaient. Elle avait remonté ses chaussettes blanches très haut, au-delà des genoux, découvrant seulement ses cuisses minces et brunes. La vision était charmante et j’aurais aimé en jouir plus longtemps, mais il fallait que je passe à l’exécution.

J’ai levé la règle et l’ai abattue sur le fessier rebondi. Trop faiblement. Isabelle a tourné la tête et m’a lancé un regard surpris. J’ai mis toute ma force dans le deuxième coup, visant la limite entre le bord de la culotte et le haut des cuisses. Isabelle a tressailli sous le coup, son pied s’est levé involontairement comme pour se protéger. J’ai donné la punition jusqu’au bout, presque étonné par le plaisir que je prenais à voir la pauvre enfant se tortiller et gémir, à varier la force et les points de chute, tantôt sur l’arrondi des fesses, tantôt sur le haut des cuisses. Aux dixième elle s’est relevée, sanglotant et hors d’haleine et elle est allée se placer pour le reste de l’heure dans le coin des pénitentes, frottant des deux mains son postérieur meurtri. À la récréation, elle est venue me demander la permission d’aller chez l’infirmière. J’ai compris que Violette allait ajouter un cliché à sa collection. J’étais sûr que les traces de mon travail allaient pleinement la satisfaire.


Laisser un commentaire / une note :
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
La pension 01
La pension 03
La pension 04
La pension 5
La pension 06