Période d’essai – Chapitre III

Je m’appelle Marie-Jo. A la fin de l’épisode précédent je me suis retrouvée coincée dans une chambre d’hôtel complètement à la merci du gérant et de son jeune réceptionniste.

Proposée le 25/05/2016 par Cutemarie

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Femme soumise
Personnages: FHH
Lieu: Hôtel
Type: Histoire vraie

Relisez donc la fin du chapitre II et essayez de reprendre le fil en imaginant la scène.
Toute ma prestation ayant été filmée de jour là, j'ai eu, depuis, l’occasion de revoir cette séquence. Je fais face à la caméra, simplement vêtue de mes escarpins, de mes bas et d’un porte-jarretelles. Je suis là, au milieu de la pièce, mon vibro à la main, puis l'instant d'après, penchée sur l’écran de l'ordinateur portable de l'hôtel en compagnie de ces deux gros vicieux qui n’arrêtent pas de me mater.

Abdel s’impatiente à son tour.
- Allez ça suffit petite salope. Vite, montre nous directement comment tu t’en sers et place toi bien devant la caméra pour la démonstration.
J’ai toujours le gode en mains, je me redresse et m'oriente dans le champ de la caméra. Je me suis mise à transpirer. Je ne peux rien faire pour contenir les sensations de plaisir de plus en plus intenses qui commencent à m’envahir.
Je réalise que oui, je suis sur le point de me goder devant eux, sur ordre et que oui je suis bel et bien d’accord.
J’écarte les cuisses et tout en fléchissant, je commence à me préparer avec les doigts. J’ai retrouvé instinctivement le comportement passif que j’adopte habituellement pour ces séances et commence à gémir en m’enfonçant un doigt dans le cul puis une fois le vibromasseur bien en place, délicatement, pour commencer, j’actionne le vibrato en continu puis je monte l’intensité.
A l’entrée de mon vagin, une sensation indescriptible envahit tout mon corps. Mes petites lèvres et mon clitoris sont d’emblée en alerte et je ne tarde pas à mouiller abondamment.
Les vibrations sont pénétrantes, précises, insolemment j’ouvre mes cuisses pour sentir mes lèvres fleurir à telle intensité. L’orgasme n’est pas loin, la main restée libre, par réflexe vient attraper mes seins qui pointent pour pincer mes tétons. Je bouge légèrement le « machin », avec l’intention ferme de tester rapidement l’effet intrusion, plaisir, jouissance …
Tout va vite, parfois. Tout se mélange, j’ai du mal à conserver l’équilibre et m’affale assise sur le fauteuil de bureau de Monsieur Messaoudi. Je passe mes jambes par-dessus les accoudoirs et je vais plus loin. La tête de mon vibro bien au fond de mon vagin, je change de mode de vibration, ce qui m’arrache instantanément un petit cri de surprise et de plaisir. Ce n’est même pas la peine de faire des va-et-vient, le moteur se charge tout seul de me stimuler de l’intérieur en changeant de rythme.
Quand j’actionne les rotations, c’est tout simplement phénoménal ! Les petits lapins s’occupent en plus très bien de mon petit bouton rose et de mon anus. Après quelques minutes de stimulation, l’orgasme est inévitable. J’essaye d’étouffer un long gémissement, je viens de me rendre compte que je pousse des petits cris depuis un bon moment déjà et que cela semble ravir mes deux spectateurs.
C’est à peine si je vois Abdel s’approcher. Il tient mon portable allumé à la main et horreur, c’est le visage de mon fiancé Damien qui vient de s’afficher, il prend la communication et me tend l’appareil.
Complètement affolée, je reste muette un long moment, insensible aux allo répétés de mon fiancé. Puis instinctivement je réponds par un timide « Allo mon chéri ». Pendant ce temps Abdel s’est emparé de mes deux tétons, il me les triture dans tous les sens et je ne peux retenir un soupir d’aise. Je me rends compte que je ne sais même pas où se trouve le micro de ce fichu appareil. Je me sens prête à exploser, j’ai une folle envie de hurler. Damien me demande des nouvelles : mon voyage s’est il bien passé ?
Je ne sais pas comment je trouve la force de lui répondre que tout va bien et que je suis à l’hôtel. Je suis persuadée que mon fiancé va se rendre compte de ce qui est en train de se passer, il va tout découvrir…
Abdel qui s’est agenouillé devant mon fauteuil s’est mis à manipuler mon vibro. Il tâtonne un moment puis d’un coup Il m’enfonce deux doigts dans le cul.
Nouveau soupir, j’essaye de me concentrer au maximum.

A Damien :
- Allo, allo, chéri, je ne t’entends plus, la communication est trop mauvaise. Je coupe maintenant, je vais sortir et je te rappelle.

A Abdel
- Oui, oui salaud, Aaahh, Oohhh, c’est bon, je le sens ton doigt, non, oui, encore là, prend moi les seins maintenant. Aaah, c’est bon, j’aime, c’est bon….encore…

Je ne sais plus ce que je dis, c’est la première fois que j’éprouve un orgasme à la fois clitoridien et vaginal.
Voyant mon état, Monsieur Messaoudi s'est approché à son tour, je sens la pression de ses lèvres sur les miennes et aussitôt sa langue entre dans ma bouche et recherche la mienne, que je ne lui donne pas. Toutefois il s’aperçoit que je ne suis pas rétive, écartant Abdel qui me caresse toujours la poitrine il prend brusquement en main mes deux seins. Je fais mine de vouloir me dégager m ais subitement je me relâche, ma crampe au mollet disparait pour remonter jusqu’en moi dans une contraction.
Je mouille à nouveau, mes mâchoires se crispent et ma langue se durcit sur celle de l'hôtelier. Suite aux mouvements assidus qui accompagnent sa langue dans ma bouche je commence de mauvaise grâce à remuer la mienne.
Je sens de nouveau le bout des doigts frais d'Abdel effleurer mes tétons, qui se dressent. Puis sa bouche lippue et chaude commence à me les sucer. Je garde les yeux fermés, j'ai laissé tomber le vibro et ses lapins, je crois deviner que Monsieur Messaoudi guide son jeune employé dont les doigts viennent de me pénétrer brusquement. Je ne suis pas mécontente qu’il puisse profiter de moi, pendant que ma bouche est occupée par la langue épaisse de son patron. Sous le coup du plaisir accumulé sur les tétons et la chatte, je ne peux m’empêcher de lui donner ma langue toute ramollie.
Ma bouche s’emplit de salive, pendant que l’on me branle lestement.
Je sens la main d'Abdel quitter ma chatte, aussitôt je le saisi par la queue pour le retenir,
Peine perdue. Dans le même mouvement monsieur Messaoudi s'écarte à son tour, ses lèvres se détachent et libèrent la place, mais aussitôt malgré mes yeux toujours fermés, je crois deviner que le jeune garçon vient de le remplacer. Sa grosse langue frétillante envahie à son tour ma bouche ou des salives diverses aux goûts distincts se mélangent maintenant sans me répugner vraiment.
Dans le même temps le patron de l'hôtel et revenu à la charge, il me suce maintenant le lobe de l'oreille puis je sens sa langue se faufiler lentement dans mon oreille. Je me sens totalement investie, tous mes orifices sont à ses deux hommes qui n'arrêtent pas de me pénétrer.

Lorsque j'ouvre les yeux, Monsieur Messaouidi est debout me faisant face. Je suis toujours assise sur le fauteuil. Abdel s'est détaché de ma bouche mais s'occupe toujours de ma poitrine. Je réalise que je me suis mise à couiner aussitôt ma bouche libérée par les deux hommes.
Monsieur Messaoudi, tient en main une photo de moi grand format en couleur. Je suis nue, assise sur mes talons une main sur la cuisse, l'autre derrière la tête, dans cette posture ma poitrine est bien dégagée montrant mes mamelons bien dessinés et tout gonflés.
Ce cliché date de plusieurs années, je ne comprends pas. L'hôtelier positionne le cliché devant l'objectif de la caméra puis il revient vers moi d'un air entendu.

- Ce vieux cochon d'Arnaud avait bien raison. J'adore tes mamelons gonflés et tes gros bouts, ma belle Marie-Jo. Tu es en train de nous gâter ma petite salope, ils sont maintenant tout comme sur la photo. A chaque fois que tu arrête ou change de pilule tu as les seins qui gonflent comme ça, à ce qu'il paraît.
C'est pas vrai ma poule ?

J'ai du mal à encaisser ce que je viens t'entendre mais déjà il poursuit :

- Et en plus tu as les pupilles toutes dilatées, sans compter la petite inondation que tu viens de nous faire là sur mon fauteuil. Tu vois ma chérie, pilule ou pas, tu es toute prête à nous recevoir maintenant. Je ne serais pas étonnée qu'excitable et vicieuse comme tu es, et vu l'état de tes tétons, tu te retrouves même en pleine période fertile.
Tu sais ça ne nous dérange pas, on peut même dire que cela va être un plus pour nous.

Le salaud ! Comment sait-il tout ça et c'est quoi cette photo ?
Il me l'agite toujours devant le nez tout en titillant mon téton droit

- Et oui ! Figure toi que ton Monsieur Arnaud il m'en a envoyé bien d'autres de tes photos.
On les a toutes trouvées bien bandantes, surtout la série ou il t'a faite habillée en petite écolière modèle pour finir par te donner la fessée cul nul et cette autre ou il te photographie à l'église avec ton fiancé.
Une vraie sainte nitouche avec ta robe de paroissienne bien sage mais à peine ton petit copain à t'il tourné le dos que ce vieux pervers s'empresse de venir te rejoindre avec son appareil photo. Tu t'en souviens ? Ce jour là, à l'insu de tous il t'avait fait porter des dessous de salope sous ta petite robe du dimanche. Bas et porte-jarretelles pour aller communier, quelle cochonne…

Je suis complètement abasourdie mais je ne suis pas encore au bout de mes surprises.

- Tu vois mignonne, ces photos, il me les a transmises par mail et moi j'ai eu la bonne idée.
Pourquoi ne pas les faire tirer sur papier et les vendre, un euro pièce, à de vieux retraités du quartier qui n'ont ni ordinateur et encore moins d' Iphone mais qui aiment mater les jeunes petites françaises bien salopes comme toi !
Il s'arrête un instant et précise encore :

- Tu ne sais pas à quel point tous ces grand pères peuvent aimer te regarder à poil avec seulement tes bas et un porte-jarretelles. Surtout le rouge que tu as mis aujourd'hui pour nous.
Au point que ce matin quand tu es passée dans la rue du Musée, il y en a plusieurs qui t'ont reconnue.
Notre vieux boucher m'a même envoyé un SMS !

Il repose la photo sur la table, prend en main son mobile, entre le code et le retourne vers moi.

- Et là, je viens juste de lui répondre que l'on est en train de t'avoir…Regarde le MMS, c'est toi là sur la photo… j'attends sa réponse.

Il me faut plusieurs minutes pour récupérer mais ce n’est pas fini, ils en veulent plus.
Monsieur Messaoudi m’interpelle à nouveau :
- Allez Marie-Jo, maintenant que tu as bien montré à nos amis quelle salope tu fais, tu vas te présenter et dis nous bien que tu en veux de la queue de tes nouveaux amis d’Algérie.

Les deux hommes viennent de constater qu’ils ont su me procurer du plaisir et que j’ai mouillé pour eux ! Tout cela en s'amusant avec moi, en me donnant des ordres, en me bousculant et en me brusquant parfois.
Cela leur donne un sentiment de puissance et de pouvoir supérieur !

De mon côté, je dois me rendre à l’évidence, depuis plus d’une heure ils m’utilisent à leur guise et de voir que je ne les ai pas fait débandé depuis tout ce temps m’a terriblement excitée.
Je n’ai plus aucune pudeur !
Un exemple de plus sur le pouvoir des hommes qui savent choisir le bon moment pour se montrer directif avec les femmes.
Tout se passe comme si depuis le départ ils savaient que j’allais aimer être humiliée.
Même en revoyant la vidéo, j’ai du mal à le croire mais J’obéis. Je répète docilement tout ce qu’ils me commandent et je me présente :

- Je m’appelle Marie-Jo, je reconnais me conduire comme une salope et j’ai honte de ce que je suis en train de faire car je vais bientôt me marier.

A leur demande je rajoute encore que oui, c’est la première fois que je fais ça avec des inconnus, que cela m'excite…
Moi, qui habituellement ne parle pas trop, je m'entends dire des choses exubérantes ! Je regarde le jeune garçon et lui clame que sa bite est volumineuse, chaude, qu'elle est monstrueuse parfois et que ses couilles sont tellement grosses.
Ils se sont approchés tous les deux et je les tiens par les couilles. Joignant le geste à la parole, je m’entends encore dire que j’aime malaxer leurs grosses bourses bien pleines.
Abdel n’en peut plus, je n’ai pas le temps de réagir.
Je reçois plusieurs giclées bien épaisses en pleine figure. Les deux premières giclées partent n’importe où, j’en ai sur le menton, l’aile du nez, la joue et même un peu sur le front, mais sa semence est terriblement visqueuse et ne coule pas.
Les cinq jets suivants sont encore plus abondants mais très liquides. J'en ai partout : joues, cheveux, cou, oreilles, j’ai le visage en feu, et ça tombe bien, j’ai l’impression d’être un incendie de forêt aux prises avec un Canadair.
Je ferme instinctivement les yeux mais dés que je les ouvre, j’en prends une bonne dose, ça pique, je trouve que cela ressemble à de l'eau savonneuse comme douleur; je reste ainsi un moment les yeux tout rouges à moities fermés, ça pique de plus en plus.
Je sens le sperme dégouliner de mon visage et tomber de mon menton en longs filaments gluants qui explosent sur les accoudoirs de la chaise.
En revenant sur terre, je vois Monsieur Messaoudi remettre la caméra sur son pied tout en se félicitant d’avoir filmé de prés l'éjaculation et mon visage lézardé par les coulés de sperme puis s’adressant à moi.

- Tu es très bien comme ça ma petite salope de Marie-Jo, inutile de t’essuyer.
Ensuite, ils me la mettent dans la bouche à chacun leur tour.
Je n’ai pas eu la possibilité de me nettoyer et à chaque mouvement, des chandelles de sperme s'agitent sous mon menton, mon nez, mes oreilles.
Abdel qui vient de me gicler sur la figure à légèrement débandé mais il reste très gros, il m’attrape solidement par les cheveux et me poussant violemment en avant il s’enfonce dans ma bouche jusqu’aux couilles. Il me maintient solidement pendant de longues secondes ainsi mon nez écrasé contre son pubis, enfoui au milieu de tous ses poils qui me rentrent dans les narines.
J’arrive à me dégager au bord de l’étouffement, je n’ai même pas le temps de reprendre mon souffle que déjà il me l’a réenfournée.
C’est à ce moment que Monsieur Messaoudi intervient me sauvant littéralement de la suffocation.
Mais déjà il veut prendre son tour. Je le suce longuement avec application comme pour le remercier de ne pas m’imposer une nouvelle et brutale gorge profonde.
Je prends plaisir à malaxer et à lui léchouiller ses énormes couilles. il est incroyablement endurant.
Je le suce maintenant goulûment depuis une bonne vingtaine de minutes. Je change de position je mets ma tête entre ses cuisses, je l’enfourne avidement puis je lui suçote les bourses par en dessous le nez écrasé contre ses grosses couilles et tout cela sans le quitter des yeux. Rien n’y fait. A plusieurs reprises, il me traite de salope en me gratifiant d’une paire de claques. J’avoue que cela m’excite beaucoup. Abdel échauffé par le spectacle que je leur offre maintenant ne reste pas inactif. Il m’a mis un doigt puis deux puis trois, en même temps il me mordille avidement les mamelons.
Mes tétons se sont de nouveau érigé, il les a pris entre ses doigts et a commencé à les faire rouler. Je suis très sensible des bouts de seins, mais personne ne m’a encore fait jouir par-là.
Comment ce tout jeune homme peut il deviner que je suis plus sensible du sein gauche ?
L’étrangeté de la situation, l’excitation, tout cela fait que j’ai à ce moment là un nouvel orgasme qui ne leur échappe pas. D'autant plus que j'ai toujours la grosse bitte de Monsieur Messaoudi en bouche. Je tremble de tout mon corps, l'arabe passe très prés de la morsure mais très vite je me détends et je me l'enfourne encore plus profond dans la gorge.

Je ne saurais expliquer comment j’ai pu oser mais maintenant je leur enfonce alternativement un doigt dans le cul. Un doigt que je dois lécher à chaque fois pour que cela glisse mieux.
Voyant que Monsieur Messaoudi apprécie beaucoup cette nouvelle caresse je me penche encore et approche ma bouche de son derrière.
Je crache sur sa rondelle poilue et souffle dessus. Jamais je ne me saurais cru capable de faire une chose pareille. Bon Dieu, je vais leur lécher le cul !
Les pics d’hormones que je ressentais depuis la veille ne sont pas étrangers au plaisir que j’éprouve maintenant en compagnie de ces hommes, mais à ce stade, une fois encore, je me cherche des excuses.
Non, bien sûr, je ne peux rien faire d’autre : pendant que je me déshabillais devant eux, ils ont récupéré sur mon mobile la totalité de mon carnet d’adresses, l’adresse de mon employeur, les mails de mes collègues de travail….En plus, pendant que j’étais à mon travail Abdel a fouillé dans ma valise et dans tous mes papiers. Il ne s’est pas contenté de lire les résultats de mes examens pré nuptiaux avec ses tests VIH et hépatiques négatifs, il les a carrément scannés comme tous mes autres documents personnels, contrat de travail, extraits de banque, passeport…J’ai vu tous mes documents sur l’ordinateur de l’hôtel il y a peu, lorsque qu'Abdel a ouvert un dossier "Marie-Jo" dans lequel j'ai enregistré sur leur demande les calculs relatifs aux dimensions de leurs sexes.
Je suis définitivement à leur merci et en plus maintenant excitée comme une chienne en chaleur. On peut dire que j’ai perdu tout contrôle sur la situation.
Monsieur Messaoudi incline son visage en me regardant, il va parler. Je ne lui en laisse pas le temps, je sais exactement ce qu'il espère maintenant. Je vais anticiper, je n'ai vais pas attendre de nouvelles directives, je prends les devants :

- Oui Monsieur Messaoudi je vais le faire maintenant. Je vais vous l'enfoncer bien pointue ma petite langue, vous allez la sentir frétiller dans votre trou du cul.

Mais quelle salope je fais ! Je ne sais pas pourquoi mais en disant cela je réalise à nouveau que je suis filmée, je ne peux m'empêcher de penser à ma mère qui après avoir visionné la vidéo me couvre d'insultes. Cela commence par un simple "mais tu n'a pas honte de faire ça", puis des je ne suis qu'une pute, une traînée, une dépravée de la pire espèce.
Ces deux hommes m'avilissent et m'humilient comme jamais je ne l'ai été et je les laisse faire, ils me font jouir. Mais non, je ne dois pas participer. Je dois me ressaisir.


Laisser un commentaire / une note :
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Période d’essai – Chapitre II
Période d'essai
Laurence une femme de 40 ans (Chapitre 1)
Laurence une femme de 40 ans (Chapitre 2)
Laurence une femme de 40 ans (Chapitre 3)